Facebook the green dressing 3 Images 4

  Retour dans mes Souvenirs

De Bab-El-Oued @ Miliana

Miliana à une certaine époque

  • 294

    Promenade à travers le Temps !

    Promenade à travers le Temps !

      Miliana, petite ville, suspendue à 740 m d'altitude, au flanc du Zaccar Gharbi, qui la surplombe directement au Nord. Miliana domine à l'Est et au Sud la vallée du Cheliff, et commande à l'Ouest le plateau qui se prolonge le long du Zaccar. Vergers et jardins luxuriants s'étagent en contrebas. On entre à Miliana au Nord par la porte du Zaccar qu'avoisine le jardin Public. La porte du Cheliff, à l'Ouest est beaucoup moins fréquentée. Ces portes sont les derniers restes de l'enceinte construite au milieu du siècle dernier par le génie militaire sur l'emplacement des murailles berbères puis turques. La porte du Zaccar s'ouvre sur la rue Saint-Paul, orientée au sud-est bordée de platanes ombreux. Dès l'entrée, à gauche, marché couvert; à droite, un peu plus bas, la Mairie. Au bout de la rue, la Place Carnot ou de l'Horloge est le coeur de la ville; là, un ancien minaret recouvert de lierre a été augmenté d'une horloge. Dans la quartier situé au sud-est de la place, se trouvent les écoles de garçons et de filles (cette dernière avec un ouvroir) et l'école normale d'institutrices.  Le quartier sud-ouest, que dessert la rue Saint-Jean, orientée et bordée de beaux platanes, comprend la place Colbert (Monument aux morts), la sous-préfecture, des écoles, l'église, la réunion des officiers, et, en arrière, l'important hôpital civil et une caserne. En bordure de ces deux quartiers, une esplanade plantée d'arbres formant terrasse, donne une vue magnifique sur les jardins et vergers en contrebas, la vallée du Cheliff et l'Atlas Tellien jusqu'à l'Ouarsenis à l'Ouest... Au centre du quartier nord-est, se trouve la Mosquée de sidi Ahmed Benyoucef, patron de la ville.
  • 59

    Les Mines du Zaccar

    Les Mines du Zaccar

    La ville de Miliana mentionne que la richesse des minerais avait engagé l’Émir Abdelkader à commencer la construction d’un haut fourneau qui devait être alimenté par les combustibles des environs. La force motrice nécessaire aurait été fournie par les eaux d’oued Boutan. Quelques fouilles superficielles furent exécutées en 1865. Des travaux entrepris au début de 1875 furent continués jusqu’à la fin de 1877. Mais la véritable mise en valeur de la grande couche du Zaccar gherbi ne remonte qu’à 1904, au capital de 2 000 000 de francs, divisé en 4 000 actions de 500 francs. Le capital a été porté en 1920 à 4 000 000 de francs à la suite d'une répartition de réserves de même ordre de grandeur. Les sociétés minières disposaient d'infrastructures sociales importantes : coopératives de vente de produits alimentaires et nécessaires pour les travaux miniers, maisons d'habitation pour le personnel d'encadrement, piscine et kiosques pour le personnel européen, une ferme agricole et des écuries pour les chevaux de traits. Le petit train faisait la liaison Miliana-Adélia, située au bas du village de Marguerite, il permettait aux voyageurs de rejoindre Alger ou Oran...Ce petit train ne comprenait guère plus de trois wagons de voyageurs, un de marchandises et une locomotive sans tender. Le train parut en effet, dans un tournant ; la locomotive, Jeanne, traînait six grands wagons en fer, en forme de longs entonnoirs, remplis de minerai. Ces véhicules à fond mobile portent de 5 à 10 tonnes, ils versent leur contenu dans des trémies, d’où le minerai peut être amené dans les wagons de la ligne d’intérêt général.
  • 22

    Aïn N'sour

    Aïn N'sour

      On y accède par la route sinueuse en quittant Miliana, juste au détour d'un virage limitant le quartier de Hammama, là où commence juste, la montée. De cette forêt toute boisée de chênes et d'arbustes, réputée jadis par l' exploitation du liège destiné aux besoins industriels, bouchons pour brasserie, lavettes, joints-isolants et flotteurs, de cette belle maisonnette des garde-forestiers ayant pour mission patriotique, la protection de la nature et la flore, retenue parfois pour les séquences filmiques que l'on reluqua avidement pour son cachet de gite montagneux, aujourd'hui en ruines, sans toiture flairant l'abandon, sa source limpide ruisselante encore, il ne reste pour les nostalgiques de ce sublime décor qu'une image désolante d'apocalypse meurtrière.
  • 29

    La Caserne

    La Caserne

    Après la dissolution de l'EMP d'Hammam-Righa en 1946,  Il est décidé de poursuivre l'expérience en créant à Miliana une nouvelle Ecole Militaire Préparatoire, qui fut transférée par la suite (Mai 1951) à Koléa. La Caserne a abrité la garnison du 9ème Régiment de Tirailleurs Algériens, dont le nombre s'élevait entre 2.000 à 2.500 soldats à 80 % d'origine algérienne, pour la plupart engagés volontaires, et qui souvent faisaient carrière dans l'armée. La grande majorité de ces soldats ont été toujours mobilisés et envoyés aux fronts, « en première ligne » au cours des 2 Guerres Mondiales ainsi que celle d'Indochine. Durant la période coloniale, à l'occasion des fêtes civiles ou militaires, les Anciens Combattants Algériens plus nombreux et plus décorés défilaient au sein des cortèges officiels. Leurs poitrines étaient couvertes de Médailles et de Décorations Prestigieuses. Parmi eux on constatait de très nombreux handicapés victimes des 2 guerres Mondiales ou celle d'Indochine. Soulignons cependant que malgré leurs sacrifices et leur abnégation, tous ces Anciens Combattants Algériens n'avaient aucune considération morale ou matérielle et vivaient souvent dans des conditions très précaires. La présence de ces nombreux Militaires et Anciens Combattants a fait que la population a été toujours familiarisée aux différentes batailles des guerres françaises. Ainsi, les noms de Verdun, de la Marne, de la Somme de la Moselle, de Cassino, de Dien Bien Phu étaient connus des Milianais…  Par reconnaissance, soulignons que plus tard, au cours de notre Révolution (1954 - 1962) nombreux parmi ces Algériens, soldats, officiers ou Anciens Combattants, de l'armée française se sont engagés ou participé activement au sein de l'Armée de Libération Nationale (A. L. N.) pour la conquête de notre Indépendance.
  • 21

    Sidi Ahmed Benyoucef

    Sidi Ahmed Benyoucef

    Le Mausolée Sidi Ahmed Benyoucef au beau minaret carré, s’élève sur un terre-plein ombragé auquel conduisent à gauche un escalier, à droite une rampe. Un couloir mène à une vaste cour carré où chante un jet d’eau dans une vasque où pousse un noyer aux fruits pleins de baraka. Trois côtés de cette cour sont limités par un double étage de galeries sur lesquelles s’ouvrent des chambres pour pèlerins à l’étage supérieur. Sur le quatrième côté, face au couloir d’entrée, s’élève la qouba proprement dite abritant la salle funéraire, le darih. C’est une vaste salle couverte d’une coupole octogonale, blanche à l’extérieur, peinte intérieurement en tranches rouge sombre, jaune et vert. Elle est richement ornée de carreaux de faïence, de tableaux représentant la Mecque et Médine, de calligraphies, de drapeaux, d’horloges, d’œufs d’Autriche en pendentifs. Un catafalque, tabout, couvert de soieries multicolores est protégé par une double grille de fer et de bois. Une inscription près de la porte date la reconstruction de la qouba de 1143 de l’Hégire, 1731 de l’ère chrétienne. Derrière la salle funéraire, quelques marches à partir de la galerie de la cour centrale conduisent à une longue salle basse aux murs barbouillés de henné. C’est là qu’est enterrée Lalla Bghoura, la vieille servante noire du saint. A droite, un couloir conduit à la tombe de la mule qui transporta le cadavre de sidi Ahmed Benyoucef et, ne s’arrêta qu’en ce lieu prédestiné.
  • 33

    Jardin public & Piscine

    Jardin public & Piscine

    __Le jardin public (Magenta) & la piscine Saint-Antoine étaient les lieux les plus fréquentés des Milianais__ Le jardin public de Miliana (ou Magenta) est l'endroit idéal pour les promenades où la nature prime. Véritable écrin de verdure, crée en 1890 en plein centre-ville, soigneusement entretenu, régulièrement repensé pour être toujours plus convivial, agréable de détente et de repos. Il a conservé un espace ouvert, une végétation variée avec ses arbres exotiques majestueux, ses allées ombragées, de longues perspectives végétales, son kiosque, sa fameuse statue porte-torchère, candélabre au nom de L'Égyptienne, œuvre impressionnante du célèbre sculpteur Mathurin Moreau (1822 - 1912), son bassin et son cours d'eau, arborés de multiples sortes de fleurs.  Le site est également garni d’un arbre majestueux de Sequoia sempervirens et d’une grande quantité de toutes espèces. La piscine Saint-Antoine située au-dessus du jardin public (Magenta). Un endroit frais et embaumé. Son bassin était alimenté par l'eau très fraîche qui descendait du Zaccar. Des bougainvilliers odorants l'entouraient. Une immense terrasse parfaitement aménagée de petites tables rondes et des chaises. Toute la jeunesse s'y retrouvait au son des musiques des années 1950-1960 et 70….
  • 35

    Les Ecoles

    Les Ecoles

    La ville de Miliana comptait environ une dizaine d’écoles d'enseignement primaire. Un collège moderne de garçons devenu Lycée Mustapha FERROUKHI, inauguré dès 1909. Une école normale d’institutrices (la première en Algérie avant son transfert à Bouzaréah), créee en  1876. En 1946, l'école Normale fait place à un lycée ouvert aux jeunes filles, sous le nom  d'Alphonse Daudet, c'est après l'indépendance qu'il sera baptisé lycée de filles Mohamed ABDOU. Un centre de formation professionnelle et d'apprentissage. Une école des Mines.
  • 3

    Scènes et Types

    Scènes et Types

    Se plonger dans les archives photographiques est toujours une aventure passionnante et instructive. Elles nous apprennent des choses, nous provoquent des émotions, nous font comprendre notre passé, qui, malgré les années, sont demeurées quasi inédites... Je mets à votre disposition une série de photographies anciennes de personnages de toutes conditions, politiques, ouvriers, paysans, marchands ou tout simplement voyageurs....