Facebook the green dressing 3 Images 4

  Retour dans mes Souvenirs

De Bab-El-Oued @ Miliana

Je me souviens...

 

 

Je me souviens que le temps emporte tout. Que rien ne lui résiste. Je le sais, car depuis, il a tout emporté, depuis ces années-là. Je me souviens de mon ami voisin que je croyais l'avoir toujours comme ami, mais voilà, le temps est passé par là, et mon ami voisin a disparu, depuis ce temps-là. Je me souviens de mon maître d'école que je voulais toujours comme mon maître d'école, mais un jour il est parti, et depuis, je ne l'ai plus revu. Je me souviens de la guerre. de l'autre guerre aussi, celle qui n'avait dit son nom. Du pain qui manquait, du petit-lait qu'on dégustait avec le morceau de galette. Je me souviens de l'eau qu'on puisait des canaux et des puits envasés. Je me souviens des hivers rigoureux où les flaques d'eau se transformaient en plaque de verre dur à briser. Et les étés chauds qui nous faisaient saigner du nez. Le Chélif était notre mer, et ses rives nos plages...
Je me souviens de la Simca Aronde, de la P 60, de la 203, de la 403, et de l'inoubliable 404, celle-là, qui avait fait rêver tout un peuple. Et le camion Berliet, avec l'autre Hotckiss ; puis la mécanique s'est rouillée, a grincé et est devenue caduque.
Je me souviens des routes, étroites et sinueuses, bordées d'eucalyptus ou de figuiers, qui montaient, comme dans le roman de Mouloud Feraoun. Les rues, des villes et villages, elles, étaient bordées de mûriers, de platanes ou de ficus. Les chaises des cafés maures étaient de fer et la limonades se vendait par verre.
Je me souviens des laboureurs, des semeurs et des moissonneurs avec leurs larges chapeau de paille. Je me souviens de leurs faucilles, qu'ils portaient en bandoulière. Je me souviens des vieilles femmes tatouées. De leurs mains rainurées, de veines et de henné. Je me souviens des jeunes lycéens, fiers de leurs cheveux longs et leurs postes-radio, se pavanant devant les écoles et les établissements. Je me souviens de ma première gifle d'écolier. de ma première bicyclette. De mon premier film au cinéma.
Je me souviens de Cheikha Remitti et Ahmed Saber quand ils chantaient, en avance sur leur temps, le malaise du peuple et les aléas de la vie. Et les autres ténors, Ahmed Wahbi et Hamada, sans oublier " Milouda fine Kounti"...
Je me souviens de tout ça alors que rien de tout ça n'existe plus, aujourd'hui. Le temps les a effacés, mais dans ma mémoire ils sont ancrés.
Je me souviens...

Rachid EZZIANE

Commentaires (7)

ferhaoui
  • 1. ferhaoui | 13/12/2015
bonjour tout le monde. ah! quel plaisir de nous retrouver.. très belle histoire et une plume talentueuse voire un témoignage fort dans les détails tout vient à petit pas ...à petite touche au reste, le chanteur auteur de la chanson "milouda" qui fait un tabac dont chacun de nous se rappelle lors de ces années bonheur nous a quitté dans une totale indifférence au reste, un grand clin -d'oeil à tous les amies et amis du site et un grand bravo! à ma chère amie noria! pour ce magnifique écran réfléchie et sobre Oran l'ami , ferhaoui
Zouaoui mourad
  • 2. Zouaoui mourad | 12/12/2015
Bonjour Rachid, Ce que vous ecrivez ,me va droit au coeur ,car , ,je suis,aussi de ceux , qui conservent juvéniles au fond de leur mémoire,leurs pensées et leurs sentiments.Le passé révele ,pour moi, l'amour de mon pays natal et restitue un fragment de mon histoire .Le passé ne s'enterre pas et les souvenirs d'enfance resteront toujours vivaces dans nos coeurs .Je me souviens toujours de ces promenades d'écoliers au bord de la riviere sous la surveillance du maitre que nous faisions,en traversant champs et vergers avec l'arrivée du printemps ,le corps enveloppé de vent et de lumiére .Je me souviens aussi de ces longues parties de Foot à proximité de la Cave Coopérative du village où les chrétiens célébraient ,chaque année, la fete de la Kermesse .C'etaient des moments extraordinaires.Encore aujourdhui,l'émotion ressentie en marquant un but n'en égale aucun autre .C'etaient de vrais moments de joies et d'insouciance qui ont disparu avec le temps ,en grandissant .A vrai dire,on ne guérit pas de la nostalgie du pays.Un accent,une odeur ,une couleur suffisent pour que ressurgissent les choses perdues et ces morceaux de souvenirs recollés offriront aujourdhui,un ciel craquelé de puzzles mais ne ressusciteront jamais sa féerie .........Merci RACHID pour ce partage !!
Rachid
  • 3. Rachid | 09/12/2015
Salam les amis. M. bradai, en vérité ce n'était qu'un extrait d'un long texte que je compte publier sur le journal régional LE CHELIF. Peut-être que j'y ajouterai la JV4, la 15, la 2 CV et les neiges d'antan. Pourquoi pas ? Et merci pour tous les gentils commentaires.
Meskellil
  • 4. Meskellil | 09/12/2015
Bonsoir Rachid Ezziane,

Beaucoup d’émotions, de tendresse, et de douce nostalgie dans les souvenirs que vous évoquez. Victor Hugo dit que le souvenir, c'est la présence invisible. Et en effet, que serions-nous sans les souvenirs de ces êtres chers, de ces lieux, de toutes ces choses parfois insignifiantes qui ont rempli, nourri, illuminé, comblé ou assombri nos vies ? Des outres résonantes de leur vide ! Nous « fabriquons à longueur de temps, à longueur de vie des souvenirs. La vie est faite de souvenirs, les souvenirs sont faits de vie. Des instants furtifs heureux ou tristes, tendres, ou rêches dont on a ou pas conscience. Aujourd’hui sera le souvenir de demain. Le présent est le passé, et le passé est le présent, une boucle dynamique qui se renouvelle sans cesse... Merci pour cette douce évocation.
AladinZin
  • 5. AladinZin | 09/12/2015
Chanson d'Automne

Les Sanglots Longs des Violons de l'Automne,
Blessent mon cœur d'une langueur monotone.

Tout suffocant et blême quand sonne l'Heure,
JE ME. SOUVIENS. des jours anciens et je pleure.

Et je m'en vais au vent mauvais qui m'emporte,
Deçà,delà,pareil a la feuille morte.

Paul. VERLAINE
bradai
  • 6. bradai | 09/12/2015
Oh que G.M t'en veut ya Rachid en feuilletant par hasard ton carnet de souvenirs ;
Elle trouve que Tu n'as pas cité sa JV 4 et elle qui m'en parlait d'elle tres souvent que c'etait la plus belle voiture de son temps. J’espère que ru ne l'as pas fait exprès pour G.M;
Son fiston qui ne voit pas lui aussi ses illustres mIKI LE RENGER . KIWI .pim pam poum ...
Miliani2Keur
  • 7. Miliani2Keur | 08/12/2015
Bon cadeau au gout de cette galette au petit lait oubliés!
merci rachid Ezziane pour cette bonté!

Ajouter un commentaire