ALGER - MILIANATwitter apFb ap

Apt youtube

Retour dans mes Souvenirs

Retrouvailles Octobre 2019

Retrouvailles/2019

DIALOGUE INCLUSIF : G.M et FISTON sans témoins apparents. C’est arrivé lors et après des retrouvailles d’amis. Il faut le dire aussi que c’est par un jour ensoleillé d’un 05 Octobre 2019 dans la traditionnelle petite cour du lycée qu’ont eu lieu ces retrouvailles. Dans le rituel c’est un 1er Mai que devrait se passer l’événement mais suite à une conjoncture concomitante la date du être reportée ultérieurement. Le déroulement de la rencontre s’est fait dans une ambiance de retrouvailles fraternelles et festives. Apres kassamen, très vite Moha khouya le président prit la parole et parla pour dire au proviseur de parler un petit peu aussi. Ainsi brièvement et en quelques secondes chacun avait dit une bienvenue à sa façon. Très vite aussi après, le président aura à reprendre la parole pour dire à tous ceux qui n’ont pas payer la cotisation qu’il faut la payer pour se revoir à la prochaine rencontre. Il explique grosso modo une situation catastrophique et dira ne laissez pas vos dettes de cotisation s’accumuler lorsqu’on peut s’acquitter d’une mensualité, même réduite si bien qu’il dira à la fin qu’il n’est pour rien, c’est le trésorier qui lui a présenté au bon matin et au bon moment un triste bilan. Le trésorier dit que la caisse est vide, depuis un temps il se lamente seul pour la faire remplir, alors mes amis on doit faire quelque chose pour lui pendant qu’il est encore temps. On doit la remplir cette caisse. Cotisez amis c’est l’amitié qui nous appelle. Pour se faire bien comprendre Moha khouya en homme sage avait parlé avec la « Daridja » (dialecte algérien ) maitrisant si bien sa langue en dialecte algérien qu’il a fini par se faire comprendre par tous mise à part la malheureuse Chantal mi française mi algérienne embarrassée d’écouter sans comprendre ne cessez de dire à une amie prés d’elle « mais qu’est ce qu’raconte notre président, qu’est ce qu’il dit de si beau, faites moi comprendre je n’ai rien compris un seul mot d’arabe sauf les mots français conjugués en arabe ». Son amie Zoulikha trouva le moyen de la satisfaire, elle lui remet dans sa main le recueil qu’elle avait acheté lui disant que le président explique à ses adhérents les difficultés financières et ce qui est dettes pour payer l’éditeur du livre qui se trouve entre tes mains. Chantal était toute heureuse qu’elle se tut, elle a réussi maintenant à avoir en mains l’allocution écrite pour la bien comprendre chez elle.

Pour finir l’allocution que même pas écrite et que la pauvre Chantal croit la détenir, Moha khouya comme Président s’excuse sous prétexte qu’il ne peut rester longtemps debout à parler suite à son mal de dos. Comme tout ce qui a été dit depuis qu’il parle et que tout n’est rien compris, tout le monde a applaudit tout comme à toute fin d’un discours, c’est là où Moha khouya devint tout écarlate comme quelqu’un qu’on vient de plébisciter à forte majorité pour lui redonner encore confiance dans sa tache. Pris d’émotion, comme un leadership il lèvera bien haut ses mains tout en les joignant et dira : « comme vous m’aviez compris, merci...merci… je vous ai compris » ; je vous laisse quelque temps avec notre animateur pour la suite du programme. L’animateur qui laissé de côté était impatient de dire au moins un mot. Avant même que le président Moha Khouya ne prend la peine de s’assoir, que la voix de l’animateur s’élève pour dire : Que Miss Chantal s’avance . Et, c’est le « HO !!! » qui s’élève des bouches dans la petite cour. Tous ceux qui la connaissent ont eu son nom à la bouche : Chantal est là…, Chantal est là…Ceux qui ne connaissent pas Chantal, essaient de savoir s’il s’agit bien d’une Miss d un concours de beauté qu’on appelle en podium. D’autre qui la connaissent tournaient leurs têtes de gauche à droite pour essayer de la distinguer quelque part. Parmi des filles voilées et que l’arbre gigantesque de platane de la cour cachait, Chantal se trouvait là. Habillée en tricot ouvert devant, Un tricot tout en rouge pour bien marquer sa présence effective. Il lui enveloppait ses minces épaules jusqu’à sa taille, ses cheveux coupés en garçon lui donnait l’air de vivre le bon vieux temps en un temps moderne dans son pays natal. Non voilée et que même après tant d’années d’absence, elle ne risquait pas d’être non reconnu mais ne comprenant rien à ce qu’on peut bien lui en vouloir l’animateur et ce qui va lui arriver. Elle s’avança serrant bien son sac contre elle avec son passeport et son visa à la main. Mais rien de grave ne se produit, on lui souhaita tout de même la bienvenue à son pays et on lui remettra seulement deux enveloppes blanches qu’elle pourra ouvrir par la suite. C’est en lisant dans un coin ses deux lettres venues on ne sait d’où qu’on la voyait éclater d’un fou rire. Tout le monde se demanda que pouvait bien contenir de si merveilleux ces deux lettres. . Peut être qu’un jour, elle va nous le dire et qu’on le saura si ce n’est pas un secret qu’elle doit garder, mais en moyenne on dit q’une femme ne peut garder un secret plus de 47 heures et 15 secondes. Nous avons toujours cette chance de le savoir si le Site Alger Miliana ouvre ses portes d’ici-là. Puis vint le tour des tribuns. Là, ça devient plus sérieux pour les genoux et chacun ira prendre une chaise pour bien se caler dedans. C’est le moment où l’on doit écouter et que personne ne doit parler à part les tribuns sur l’estrade. C’est le moment aussi que l’auditoire ne supporte pas de rester assis muet sans dire un mot alors que les tribuns leur parlent . Ils leur parlent toujours aussi longtemps sans conclusion, et qu’on ne les arrête de parler qu’au moment et là où ils ne le savent pas. Puis c’est le moment venu de la pause. Et tout le monde laisse sa chaise se reposer un tout petit peu, ce qui donne plaisir aux jambes de se dégourdir ;,le temps de prendre un gâteau ou siroter un thé bien chaud à la menthe. Ceux qui veulent prendre un café préfèrent encore s’assoir pour mieux remuer le café et le sucre. La pause prend fin et rebelote pour revoir et écouter encore une fois les tribuns en scène. Chacun reprend sa chaise de plus belle et s’assoie. Il est 11h30, on coupe la parole aux tribuns pour la donner maintenant à tout le monde . C’est le Quartier libre en attendant Midi. La cour grouille comme au temps d’un inter –cour , les flash pleuvent les Selfies de même . Comme des enfants tenant un jouet en mains, on ne s’arrêter pas de manipuler et de retaper les touches des mobiles. Le plaisir de se retrouver et de parler est partout.
Il y avait des expositions de toile apportés par d’anciens élèves à voir et à admirer aussi de prés pour d’éventuels achats .on voyait aussi à ce moment des retrouvailles des vente de livre . Parmi ces livres à vendre « Le Lien » ,titre du recueil de l’ALMF. IL tenait aussi sa place pres de l’accueil pour sa vente . Ainsi se déroulait ce jour là ce panorama de retrouvailles d’anciens élèves du lycée Mustapha Ferroukhi dans leur cour.
Les derniers retardataires, les mêmes qui visaient le seulement le repas sans passer à l’accueil sont enfin là, on les voyait venir dans la cour à embrasser sur les deux joues l’un et l’autre tout en s’excusant du retard venu contre leur volonté. C’est malheureux dira le trésorier de constater cela, hors de lui. Est-ce que tu les connais comme anciens ou nouveaux élèves Khouya Youcef. C’est tous des anciens Mohamed et ils n’ont jamais mis leurs mains dans la poche ils croient que c’est « Kahouyet Moh Echeroub Ou Rouh ». Laisses passer Youcef , pour cette fois laisses passer .On essayera de trouver une solution et une morale à ce problème la prochaine fois . le secrétaire accompagné d’un membre du comité , les plus concernés et chargés de l’organisation vont une deuxième fois au réfectoire voir si tout est prêt et tout est en place ,mais ils reviennent très vite une fois encore dire au trésorier que le chef du service hôtelier demande cinq minutes de plus au temps programmé qu’on met maintenant tout à table et qu’après tout sera en place pour servir r Midi avec 15 minutes sont passés. C’est le moment où le chef des hôteliers est à la porte qui ouvre au réfectoire .On fait appel, et tout notre monde dans un silence ira prendre place. Contre toute attente le repas copieux de coutume à été évité pour cause de l’évidence d’une sieste où il y avait doute que chacun des convives pourrait faire un petite somme sur une chaise dans la cour avec un cure dent en mains et aussi d’épargner une somnolence à ceux venus d’aussi loin en conduite de voyage au cours de leur retour afin de leur préconiser une sécurité . Ainsi un repas équilibré, et l’idéal pour l’ensemble fut choisi par le fiston parmi bien d’autres proposés.IL fut apprécié et acceptable IL permettra à tous les convives de faire le plein ,d’ éviter la sieste dans la cour la somnolence pendant la conduite du retour ou de perturber encore le voyage du retour par des arrêts inopportuns. .Et inouï il le fut surtout pour le trésorier qui n’en revenait pas du cout de revient en dépense et du bénéfice réalisé. Il dit qu’il n’a jamais réalisé de tel auparavant .Et tout ça, c’est bien grâce à G.M et Fiston qui juste d’après un conseil de G.M donné à son fiston , a pu lui faire gagner un gain d’argent . Moha khouya le président en a été satisfait de la prestation qu’il a remercié cette famille qui s’est donnée la peine à penser à tout et même à ceux qui auront à voyager pour arriver chez eux .La pensée allait même pour qu’ils n’auront aucune gène durant le voyage qu’ils n’auront aucun désir à chercher un coin pour s’arrêter. Et pour mettre les absents à l’appétit pour une prochaine rencontre le menu du repas servi ,était composé comme suit : -Un produit céréalier national incontournable : pain Soupe traditionnelle : « Chorba en sauce blanche » avec mélange de légumes frais et viande d’agneau et de thym . D’un produit céréalier importé à haute qualité : riz.
•Une portion de protéines : Poulet comme viande (les œufs sont carrément écartés du menu , chacun en connait leur raison au cours d’un voyage en groupe ) .

•Portion d’un produit laitier . Du Yaourt était prévu au menu mais au vu de la crise actuelle de lait qui persiste il était impossible d’en trouver une boite de yaourt disponible se limitant à une date de péremption.
•Une portion de fruits : raisin de table « Muscat » (fruit de saison disponible)
•Eau minérale : Petites bouteilles 500cl .
• Evidement comme boisson stimulante et digestive : café et thé.

•Boissons gazeuses : déconseillées pour les personnes âgées, le tresorier a purement refusé leur achat.

Avant « l’au revoir » Une photo d’ensemble pour clore l’événement fut prise dans la cour. Bien après ,la cour se vida . Alors que bien tôt et bien avant le coucher du soleil et que chacun sans qu’il ait pu être contraint avait prit le chemin de retour pour son lointain logis, que bien tard dans la nuit tout comme le chevalier sans peur et sans reproche le Fiston vaillant bien aimé de G.M , rentre enfin chez lui lui C’est pendant tout le long trajet de son retour que sa pauvre G.M a vécu le temps de l’’angoisse à l’attente d’un fiston. Une bien vieille Dame qui dit –on ne pouvait rester un moment sans le fiston. Radieuse et toute heureuse comme à ses habitudes, ce soir là elle l’attendait pour le diner, mais le temps depuis le coucher du soleil a longuement passé qu’elle se trouve dans le désespoir, et impatiente de son retour . Pour elle, c’est la première nuit et la seule fois seulement qu’elle s’est sentie sans lui .Seule et abandonnée. Le temps s’écoulait de minute en minutes tandis que longuement minuit tardait à venir. Elle ne s’arrêtait de regarder plusieurs fois la vieille horloge à coucou en bois accrochée au mur. Elle n’entend plus depuis longtemps le coucou chanter comme autrefois, sa durée de vie a expiré avec le temps où la technologie moderne a gagné tous les foyers. Mais G.M conserve ce bijou rare, comme souvenir d’une époque révolue susceptible de durer encore, que pour la circonstance actuelle elle voyait la petite aiguille lui indiquer minuit ,la grande lui disait que minuit était passé d’une minute et le fiston n’a donné aucun signe de vie à sa GM . Dans un état critique, l’espoir de ne plus revoir une autre fois son bambin grandissait. Très inquiète, anxieuse elle attendait…. Assise devant la petite table en bois à trois pieds, elle voyait ainsi sur cette vieille table avec regret un diner refroidir. Un « berkoukess au piment rouge mijoter avec de la viande de chevreau et de graisse de chameau, une de ses spécialités de mélange culinaire qui donne en plus à son gout une meilleur saveur si on lui rajoute quelques grains de poivre» . Elle était là à penser qu’elle s’est donnée tant de mal pour le préparer. Le plat tant désiré et le plus préféré de son fiston. Une fine petite larme venue lui témoigner son chagrin , par la paume de sa main elle l’essuya. Au bon matin elle a été si heureuse quand elle l’a vu partir qu’elle lui a promit une surprise à son retour. Et c’est à ce diner de ce soir là pour le préparer délicatement, qu’Il lui a fallu être de bonne heure au village, elle a du faire une longue marche à pied pour y arriver, trainer derrière une longue chaine de clients toute une demi journée pour avoir cette graisse de chameau et le morceau de viande d’un chevreau . La graisse de chameau ne se trouve et ne se vend que sur commande chez ce seul boucher et qu’enfin arrivé à la caisse 'il faudrait être quelqu’un de la haute clientèle pour l’avoir. Pour la viande de chevreau elle peut en trouver chez d’autres bouchers du village.
En prévision d’un cas de crise ou d’ invités inattendus la G.M comme toutes les vieilles femmes de campagne à sa caisse à provisions .C’est dans un coin qu’elle garde dedans ce qu’il y a toujours de nécessaire à mettre dans une terrine le moment venu et qui fait ravir ce qui est gourmet. Cette fois,elle n’en avait rien dans sa cachette-mystère, la chose lui manquait qu’il lui a fallu courir pour l’avoir . En gastronomie culinaire G.M en sait faire cuir des choses et des choses . Un jour pour me faire monter la moutarde au nez ,elle me montre comment cuisiner un met succulent de sa spécialité : C’était de la moelle épinière d’un hérisson cuisinée dans un bouillon d’eau d’oignon avec de l’ail ,persil qu’il fallait manger très chaud . Si vous ne l’aviez jamais mangé chez vous ou dans un restaurant , essayez d’ acheter un hérisson et en goutez en pendant qu’il est encore temps ne serait ce que la sauce et dites moi des nouvelles de cette recette effarante de G.M. Mais par précaution, si vous ne connaissez pas sa recette ne vous aventurez pas trop à bouillir l’eau d’oignon avec le hérisson pour le décortiquer . Émotionnellement figée, elle était là encore devant un repas copieux sans toucher à sa cuillère de peur qu’il ne lui vienne l’envie de prendre son diner seule. Elle était là assise à la même place à attendre comme le veut la tradition de famille à manger ensemble autour d’une table. Au fur et à mesure que le temps s’en allait et tourner en rond autour du cadran de l’horloge, le diner commençait à refroidir. Et dans ce temps qui passe tout repas refroidi n’aura plus son gout, ni saveur par la suite . Quatre minutes encore venaient à passer. Le diner refroidissait …. Enfin, enfin, que voilà quelqu’un qui ouvre la porte. Tout d’un coup c‘est la joie pour elle et le soulagement. Le fiston est arrivé, il est bien là … le voyant bien en vie, sa G.M lui lance avec colère :


(A suivre)

Commentaires (1)

Chantal
Bonjour Med,

Je n'ai qu'une seule chose à te dire : tu m'as fait mourir de rire, une fois de plus, avec ton "art" du commentaire … mais tu m'as également beaucoup émue lorsque j'ai lu tes propos concernant ta relation avec GM. Si tu as une grand-mère extraordinaire, il faut bien reconnaître que tu es un petit-fils tout à fait exceptionnel !

Bonne journée à toutes et à tous !

Ajouter un commentaire