S 5Retour dans mes Souvenirs

                               De Bab-El-Oued @ Miliana

Un Hommage rendu /A mérite reconnu

Par Med MIDJOU

100 3194

  Une effervescence cordiale a réuni les copains au cours de ce premier rendez-vous sous l’égide de l’ALMF, fixé avec la mémoire en ce jour du samedi 29 septembre 2012 au sein du théâtre communal ex.Splendide à Miliana.

Il faisait un temps automnal clément où ce qu’il restait comme résidu estival permettant aux visiteurs de faire  un détour par le Zaccar lunaire dévasté par d’intenses incendies et ses environs, les placettes et les étroites ruelles de la cité, lesquelles dans leurs vieux souvenirs leur paraissaient bien spacieuses et renouer avec une séance de bavardage non stop entre anciens amis pendant une demi journée. 

L’Association avait projeté de faire de cette rencontre une opération spéciale-adhésion avec l’idée de fidéliser un nombre important d’adhérents qui eux même ont en fait la proposition via le site. A la lecture du détail comptable, la satisfaction du bureau fut unanime et augure une meilleure perspective des activités à mettre en œuvre au profit de ses adhérents dont les regroupements éventuels se dérouleront alternativement en d’autres localités, selon les vœux, les moyens et les conditions qui s’y prêtent les mieux favorables pour tous, nombre d’inconditionnels, le transport, la restauration etc...

Accueillir autant de monde à la fois devint par le temps une routine pour les organisateurs qui à partir de 13h00 étaient au contact déjà avec les premiers venus, certains, en route depuis l’aube pour rejoindre à l’heure convenue, le lieu culturel de rencontre qui sans obligation majeure, le font instinctivement par amour amical et fraternel. De nouveau, la joie des retrouvailles s’installa haussement dans le hall et aussitôt commencèrent les adhésions au niveau des deux bureaux prévus de part et d’autre de l’entrée principale. Prenant place au nombre de deux cents membres dans des fauteuils capitonnés, la cérémonie récréative débuta après la minute solennelle de silence à la mémoire des disparus, toute décontractée sous la houlette de l’omniprésent et toujours actif, le cheikh Med Landjerit qui encore une fois se retrouva nez à nez devant ses élèves, d’une autre physionomie certes mais avec la même attitude de bonne écoute d’autrefois, le même respect au professeur et animateur de circonstance en souhaitant la bienvenue à tous et en leur déclinant le contenu du programme qui n’a pas retenu toute l’attention attendue des visiteurs, l’esprit plutôt occupé par les nouvelles des amis, arrivés des lointains horizons, causerie bourdonnante engagée et entrecoupée de délices dans un espace légèrement enfumé.

 100 3372 En terme de cérémonie émotionnelle, l’ALMF s’est inscrite assez tôt, à l’instar des autres associations et organisations dans l’action de préserver une coutume sociétale, celle de vanter, de valoriser les mérites ou rendre hommage en reconnaissance aux efforts intellectuels, éducatifs et autres services d’intérêt général consentis. Ne dérogeant donc pas à cette règle compensatoire ancrée dans les mœurs, elle s’illustra  par une touche symbolique en invitant le sieur retraité Mr M’Hamed Abbas de Khemis-Miliana, autre chevronné de l’établissement prestigieux pour recevoir des mains du doyen Mr Mohamed  Hebboul, le trophée amplement mérité pour sa brillante carrière dans l’éducation et aussi son statut de militant de la première heure pour la cause nationale.  Dans cette vive émotion, Mr Ahmed Benai, député et l’un de ses anciens disciples a tenu à lui manifester publiquement et personnellement son admiration le gratifiant d’un magnifique cadeau soulignant que le formateur de tant de générations, d’une disponibilité attestée en terrain pédagogique vaut bien plus que ce qu’il ressent aujourd’hui. Dans sa prise de paroles, le lauréat ne tarit pas d’éloges sur ses ainés qui surent lui inculquer le geste professionnel qui à son tour le prodigua consciencieusement aux potaches, salua l’initiative et remercia les organisateurs pour cette immersion inattendue dans le glorieux passé en se retirant comblé de fierté et une joie intérieure qu’il est seul à en mesurer l’ampleur.

De cette succession d’aimables et furtives rencontres, celle de ce jour se voulait pimentée d’entrain comme décrite sur le programme où l’assistance eut droit à une rétrospective photographique du premier Mai dernier, un voyage dans le temps par la projection d’un montage de la ville hôte et ses contours nostalgiques au rythme des quatre saisons, une présentation d’une chorale de l’association El-Manara en un tour de tenue rutilante et de chants traditionnels, le bouquet final avec un concours culturel constitué d’une triplette d’anciens lycéens face à une batterie de questions où l’esprit de vainqueur-vaincu ne fut pas au rendez-vous malgré la fraicheur mentale du cheikh Ayadi de Mostaganem en remportant la finale devant Messieurs Mohamed Benrabah d’Alger et M’Hamed Houaoura de Cherchell,  les respectueux lauréats reçurent des organisateurs, des prix représentant l’ultime   vestige ottoman (Minaret-Horloge) que notre ami artiste Sid-Ali Nedjai a bien voulu marquer son empreinte en reprenant artistiquement de simples assiettes de céramique. Qu’il soit félicité fortement pour son talent en lui promettant de l’associer pour d’éventuelles actions. Mr Aziz qui rallia ses potes depuis la Hollande s’est vu décerné la même distinction pour le plus long voyage parcouru, qu’en sera-t-il prochainement en accueillant les Allemands et les Américains ?

  Dans le sillage des retrouvailles ferroukhiennes et la verve nourrie d’en organiser celles du lycée Med Abdou au printemps prochain, Madame S.Talbi, l’une des organisatrices principales fut invitée sur les planches pour en dévoiler les débuts préparatifs. Chaleureusement accueillie, elle reçut tous les soutiens de la salle quant à la réussite de ce regroupement avant de rejoindre pour la suite du spectacle, le balcon où le contingent des Abdounates brilla par son absence.  Sur un autre registre prêtant à la compassion, à la pitié, la solidarité, le social par devoir dévolu aux nécessiteux,  les présents en bloc agirent spontanément au désarroi de l’un de leurs collègues, cardiologue mais de santé fébrile que le déplacement lui valu un minimum de réconfort, de courage de la part des copains. Le ramenant de l’intérieur du pays, notre ami Refine voulait sensiblement toucher les cœurs pour une solution immédiate à la charge de l’association si bien que la quête bienfaitrice du moment aussi importante soit-elle ne résout pas, hélas le problème et il fut demandé aux spécialistes  en la matière les possibilités d’orientation aux fins thérapeutiques.

100 5893  Dans sa tournée magique en uniforme brodé reluisant au bonheur des amateurs, la troupe Zorna ne fut pas du reste et agrémenta par ses airs mélodieux enchanteurs de Hawzi l’assistance en y allant slalomant aussi près des hommes et des femmes pour leur faire  vibrer doucereusement les tympans. Incontournable et de tradition festive, l’orchestre est à chaque rendez-vous convivial et familial, sollicité pour un numéro musical rythmé au roulement du tambour, de quoi détendre l’atmosphère et se permettre à l’occasion, une évasion relaxante.

  Une attention bien particulière fut notée par les invités lors de la présentation du bureau présidé par Mr Aek Snouci qui félicita l’auditoire pour avoir répondu par l’affirmative à l’appel de l’association, une marque de fidélité à tonifier le moral des membres dans la gestion du futur car les couacs bureaucratiques enregistrés au début ont failli faire mouche n’était la conjugaison énergique en efforts des uns et le soutien indéfectible des autres. Le brouillard dissipé, il règne à présent un climat  serein comme il a tenu à l’expliquer l’orateur, les choses évolueront selon les ambitions affichées dès réception du sésame en leur demandant également de faire part des idées les mieux appropriées sur les objectifs que l’entité se chargera de les atteindre par le regroupement des compétences.  Soucieux du devenir et d’une meilleure structuration fonctionnelle, des intervenants tels le représentant du Ministère de la Culture (Mr H.Benblidia), apportèrent par expérience des précisions sur les formes techniques à entreprendre dès l’apparition d’un quelconque évènement en vue de pallier aux situations impondérables. Ce dernier aura la chance de décrocher au passage, un prix mis en jeu pour une question en mode inter-actif destiné au public.

Moralité finale, l’ALMF aura franchi avec succès cette première expérience  organisationnelle assistée de l’association El-Manara bien rodée à ce genre de mécanisme. Un baptême consommé et louvoyant avec les automatismes de cette précieuse étape, les novices auront tiré les enseignements utiles pour des séances ultérieures de vol aux commandes de la carlingue sans moniteur désormais mais en prenant si besoin est, soin de demander conseil auprès de proches connaisseurs.  En baisser de rideau, elle s’excusa en outre devant certaines personnes qui auront relevé la courte durée de l’entrevue et qui n’ont pas eu suffisamment de temps d’en apprécier la teneur obligeant quelque uns à sécher l’au revoir pour raison de timing personnel. On aura retenu de cette réaction que même s’il s’agissait d’une séance de cotisations, il fallait composer avec un programme d’une journée entière, en se sacrifiant pour le plaisir et le bonheur de la camaraderie.

Au plaisir de revoir sous d’autres cieux tout ce beau monde.

Ajouter un commentaire