3 35

Le Tarbouche ou Chechia

Fes  Voici un accessoire qui a été longtemps oublié et qui revient petit à petit dans quelques tesdirates. Le Tarbouche ou ce qu'on appelle aussi Le Fez Ottoman, ou encore chechia Stamboul est un couvre-chef rigide masculin en feutre, souvent rouge, en forme de cône tronqué, orné d'un gland noir fixé sur le dessus. Le Fez serait originaire de Grèce, et a été adopté par de nombreux groupes ethniques et religieux dans l'Empire Ottoman du XIXe siècle. De nos jours, il est de plus en plus rare de le voir porté.

 Au Maroc, le Fez (coiffe plus courte que le Fez Ottoman) fait toujours partie de la tenue officielle des Marocains et est porté avec une jellaba blanche et des babouches jaunes ou blanches, cette tenue est également celle des groupes de musique arabo-andalouse marocaine. Cette coiffe est exclusivement réservée aux hommes.

En Algérie, on peut également voir le Tarbouche dans la tenue Ottomane traditionnelle des musiciens de musique arabo-andalouse algérienne. En Algérie (pays qui a fait partie de l'Empire Ottoman) cette coiffe porte les noms de " chechia Stamboul " ou "Tarbouche". Il fait également partie de la tenue de l’orchestre de la Zorna.

Chez nous, à la différence du Maroc, le Tarbouche a été adopté par les femmes qui l’ont associé au Karakou Algérois.

À une époque surtout dans les années 90, la mode du Karakou était de le porter avec une toque assortie à la tenue. Cela donne un effet original et rehausse la beauté, ça change des diadèmes et des couronnes.

Ainsi l'algéroise porte son Karakou sans rien sur la tête, avec un "khit errouh", avec une m’harma ou encore avec une toque, un tarbouche. Il est plus associé avec un serouel m’dawer qui donne alors le caractère Ottoman d'où est issu la tradition de la broderie sur du velours.

La chedda Tlemcenienne est ornée elle d'un cône au-dessus du crâne, il s'attache en dessous du menton et disparait sous les bijoux qu'il est censé maintenir.

Aujourd'hui le tarbouche est un accessoire mais aussi symbole d'élégance, les femmes se le réapproprient et ont compris le goût prononcé pour la mode androgyne de nos jours. Plus qu'un simple couvre-chef, il se présente sous forme de toque traditionnelle, ou en chechia avec un Karakou

Commentaires (4)

bradai
  • 1. bradai | 14/05/2016

Tu m'enfonces le tarbouche (chechia pour nous) encore dans la tete avec ton asse que je me vois tout dou dans ma tendre enfonce comme un DKT( Djendeli au Keur Tendre) ;

Miliani2Keur
  • 2. Miliani2Keur | 14/05/2016

Damn'd Mohamed tu fût donc un M2K potentiel dans ta tendre enfonce ...

Le couvre chef, en général, adopté dans la plupart des civilisations antiques et confirmé par les monothéismes comme une forme de pudeur a l'encontre de la chevelure- considérée comme rejet corporel/ défaut, confirmé par le rasage intégral des hommes de foi et des soufis, le rasage pour la cérémonie funéraire dans l'hindouisme, port de 3mama et de foulard de nonne ou de femme musulmane. En plus de fonctionnalité (prévention d'insolation, de rhume et ... d’exposition a la séduction).

Le Maghreb et l'Algérie en héritera a travers le Califat " Ottoman"...les Turcs!

Le tarbouche deviendra le signe authentificateur/Identificateur (Merci G. Meynier (Grand historien engagé de l'Algérie)) des intellectuels Algériens du siècle dernier qui intégreront complétement la langue française, le veston cravate européen et très souvent un Sarouel Arabe ... plus confortable et...pudique!

Le mien vient de Hnini (c'est comme ça qu'on appelle grand père maternel ... pardon grand père tout court, a Miliana), et d'un manque de temps cruel le temps de création de mon pseudo sur Algermiliana!

Chantal

Si je connaissais bien la chéchia "classique" rouge (souvenir de mon enfance), par contre, sur le plan historique, je ne connaissais absolument rien. Merci Noria d'avoir comblé cette lacune (en ce qui me concerne).

Oh ! Bradai ! Tu devais être bien mignon avec ta chéchia rouge ! lol !

bradai
  • 4. bradai | 13/05/2016

Bien Malade ce jour là ,on me fit evacuer de l'ecole par une éleve chez moi..Elle emporta tout cartable capuchon mais oublia ma chechia rouge que j'avais enfouie dans mon petit casier de la table.Arrivé chez moi mes parents ont constaté que j'avais trop de fievre et que c'etait la rougeole. Vite un coq fut vite mis en casserole avec des lentilles et me voilà au soir avant de dormir tout embaumé de parfum d'une belle cuisson de lentilles de feuilles d'eucalyptus et d'un coq tout deplumé et le tout en cuisson bouillie.
Pour me faire beau on m'envellopa d'une etfofe toute rouge . On dit que ça eloigne cette maladie. Mais voilà ma tete resta nue ;On chercha partout ma chechia rouge dans mon cartable dans les poches de mon capuchon . Rien Elle etait introuvable et vu que moi j'etais mal en point pour leur dire qu'elle est bien cachée dans un petit casier de ma table à l'ecole.je n'osais meme pas ouvrir ma bouche pour le leur dire.
Le lendemain la meme éleve apporta avec elle ma pauvre chechia rouge et que mes parents s'empresserent de l'ajuster sur ma tete pour que le remede du coq puisse faire son effet. ;
ça me rappelle cette enfance à l'ecole où on etait fier de porter cette chechia rouge à la sortie de l'ecole et aux jours des fetes de l'Aid .

Ajouter un commentaire