3 35

L'histoire du ravin de la femme sauvage (Ruisseau) à Alger

Le ravin de la femme sauvage, destin tragique...

4b ravin femme sauvage168 Au quartier de Ruisseau, à Alger, vivait au XIXe siècle une jeune veuve avec deux enfants. Par une journée printanière, la petite famille décide de faire un pique-nique dans la forêt, située du côté de Oued Kniss comme on l’appelle aujourd’hui.

Cette forêt fortement boisée est traversée par des pentes abruptes, des sentiers étroits et des ravins dangereux. Il faut être vigilant pour éviter de glisser dans l’une des nombreuses crevasses. La partie de cache-cache vire au drame. Après le repas, les enfants s'élancent dans le bois, encore insouciants et heureux. Sourds aux recommandations de leur mère qui leur crie de ne pas s’éloigner et de rester prudents, ils «gambadent» partout, laissant libre cours à leur envie de jouer et de se dépenser. La maman se détend sous un arbre, mais, au bout d’un moment, elle s’inquiète de ne plus entendre ses enfants.

Elle se lève et va à leur recherche. Au début, elle pense que les deux farceurs lui font une blague : « Sortez de votre cachette ! Où êtes-vous ? » leur crie-t-elle. Au bout d’une heure, la veuve se rend à l’évidence. Ces enfants ont dû tomber dans l’un de ces dangereux ravins.

Elle les cherche désespérément puis court prévenir ses voisins. La forêt est passée au peigne fin, mais sans résultat. La nuit tombe. Les voisins lui suggèrent de rentrer chez elle, mais la mère, éplorée, hurle qu’elle n’ira nulle part avant d’avoir retrouvé la prunelle de ses yeux. Jamais sans mes enfants. Les semaines ne s’égrènent, puis les mois et les années.

La malheureuse femme erre en haillons comme une âme en peine. Elle a complètement perdu la raison et n’ouvre la bouche que pour pousser un cri d’animal blessé. De temps en temps, les promeneurs surprennent une ombre furtive. La silhouette se dissimule derrière les buissons dès qu’elle sent une présence.

Elle vit en marge de la société, se nourrit de fruits sauvages et dort entre les buissons. Un jour, on découvre son cadavre au milieu de la forêt. Depuis, cet endroit est désigné par «Le ravin de la femme sauvage ».

Commentaires (1)

fatiha
  • 1. fatiha | 06/12/2016

Emouvante histoire et tres touchante

Ajouter un commentaire