Facebook the green dressing 3 Images 4

Gifasm uuwrpoesbptd1104

La maison (hantée) de Raïs Hamidou,

Ce beau bâtiment en ruine a été construit dans les années 1930 par Mr Grandval , dans un style Florentin pour en faire une maison de convalescence, c’est pourquoi il a de très grandes fenêtres afin que le soleil puisse entrer généreusement et bénéficier aux personnes notamment en soins pulmonaires.
Mr Grandval décéda peu de temps après la fin du chantier à l’âge de 57 ans, la famille résolue à mettre en vente le bâtiment on l’appelait alors la villa Florentine ou encore le château Grandval. Pendant la guerre 39-45 il fut occupé par les troupes alliées puis acquis par la mairie de Saint-Eugène pour en faire une école primaire mixte.
Le Directeur de l’école Mr Séguret vivait dans l’école avec sa famille au dernier étage où se trouvait l’appartement.
Malheureusement, un jour de l’année 1962, quelque temps avant l’indépendance, l’école a été plastiquée par l’OAS pendant la nuit, cependant, la charge de plastic déposée par l’organisation armée secrète a provoqué une explosion qui n’a abîmé qu’une partie du bâtiment, ce qui explique que plusieurs familles s’y soient installées dix ans plus tard. C’est à cette époque-là que la bâtisse a commencé à se dégrader, à cause de l’usure, du non-entretien mais surtout des actes de vandalisme.

Aujourd'hui, les rumeurs qui courent sur le bâtiment et ses fantômes proviennent surtout d’une tragique histoire de suicide d’un malade mental qui est venu se pendre dans la maison...

____Relevé d'internet____

Commentaires (2)

Chantal
Et ! ben ! moi ! Kéryma, j'opte ni pour les fantômes, ni pour le film d'épouvante mais pour un bon bouquin ... dans mon lit ! hihihihihi !

Bonne soirée à tous.
keryma
  • 2. keryma | 02/11/2015
Bonsoir tout le monde,

Il faut y aller la nuit caméra en mains et ouuuuuuh rencontrer des fantômes, les amis courageux, une bonne rokia et le tour est joué! Pas la peine de m'inviter je préfère regarder un bon film d'épouvante recroquevillée au fond de mon lit!

Kéryma,

Ajouter un commentaire