S 5Retour dans mes Souvenirs

                               De Bab-El-Oued @ Miliana

Le Matelassier

Mvc 212f 1 

 Il arrivait avec  son matériel  entassé dans une charrette : cadre monté sur des tréteaux pour tendre la toile, cardeuse, pour remettre en état la laine du vieux matelas à refaire... 
En général, il venait après avoir pris rendez-vous, ce qui permettait à la ménagère, de laver la toile et la laine du matelas à refaire...

Commentaires (2)

kéryma
  • 1. kéryma | 20/05/2015
Bonsoir Noria,

Là vraiment tu as atteint le top des tops de mes souvenirs,

Ma mère ne se montrait (el hdjeb oblige) ni au vitrier ni au laitier ni à tous ces messieurs que mon père envoyait à la maison pour toutes sortes de réparations, et bien sûr le jardinier,etc. Par contre c'était ma grand-mère (maternelle qui vivait chez nous Allah yerhamaha) qui sortait devant la porte d'entrée de notre maison pour recevoir tout ce beau monde, et.... Arriva le matelassier et' terrah, le cardeur ah et en effet c'était soit el marek soit el meteqba (besses) qui accompagnaient son café, et il aura mangé le midi cela va sans dire! Et puis je ne te raconte pas la machine qui teb'chem essouf, une carde un truc qui se balance avant-arrière pour rendre la laine plus belle et facile à "farcir" le matelas propre étincelant, d'ailleurs un tissu unique à rayures blanches et grises (je crois) Et que l'on appelait el qech'ra, et le matelas est placé sur un tréteau et avec grâce et dextérité le monsieur à l'aide du "meftah" la grande aiguille avec un chas large comme un oeil de titan, il commence à faire les fameux bourrelets tout autour du matelas.... ouuhh je suis toute tourneboulée!!!!

Merci pour ce retour dans mes souvenirs,

Kéryma,
Bradai
  • 2. Bradai | 25/06/2011
Dans les villages d'autrefois et surtout à
l'approhe des mariages
Un ou deux matelas figuraient parmi le lot de dote de la mariée une tradition bien connue chez certains .
La famile de la mariée faisait donc appel au matelassier du village ,en general c'etait des gens qui ont acquis cette expérience aupres des colons agriculteurs et des bourreliers de l'epoque .
Le matelassier arrivait tôt le matin à cause de la chaleur d'ete et sous l'ombre d'un arbre du jardin pour ceux qui en possedent pour d'autres une petite chambre à l'ecart suffisait.
Comme l'hospitalité l'exige le cafe avec cequ'on appelle chez nous " bessas" (semoule cuite en forme de losange sur un
tadjine)et accompagnés d' une petite galette bien chaude feront l'affaire en attendant le repas copieux de midi.
Il repartira le soir laissant la mere admirait ce travail bien fini du matelassier au plaisir de sa fille .

Ajouter un commentaire