3 35

La femme du charbonnier

Par Mohamed B

  Dans les années sombres où il faisait bon de chauffer au charbon, il y avait un air de germinal dans les foyers. Les bordelaises coupées en deux récupérés en contre bas de Sanctuaire de Sidi Abdelkader le tonnelier (Moul Btati) faisait fonction de baignoire pour accueillir la gueule noire qu’était le charbonnier du quartier.521f7d1e65624e511a940c4f01a0758a 1

Khalti Hlima, Keltoum, Fatma Zohra ou autres étaient promptes à voler au secours de leurs maris meurtris par l’anthracite. A chaque fin de journée, la gorge nouée, la respiration difficile, assombris par la poussière de charbon les revoilà entre de bonnes mains pour se refaire une santé.

Dans la rue des Maugrebins, sur les hauteurs de la casbah se révéla dans son plus beau «séroual» celle qu’on appelait «Lalahoum». Son mari, marchand de charbon, rentre chez lui dans un état avancé de dégradation. En un tour de magie, une séance de baignade à l’ancienne et tout est comme avant face au pot de basilic et un café encore fumant. La maîtresse de maison à qui on accorde mille et un respects se profile au quotidien derrière son mari pour mettre au goût du jour une senteur de jasmin.
Elles étaient toutes convoitées dans les cours de maison pour égayer les fêtes, apporter du baume dans le voisinage. Il ne se passait pas de discussion sans l’incontournable femme du charbonnier. L’hiver venu, très sollicité par la force des choses, elle alliait tâches domestiques avec soins intensifs apportés à sa progéniture pour les prémunir de tous risques.
Cette femme de l’ombre longtemps cachée derrière ce voile d’anthracite est sortie de son anonymat forcé pour s’imposer au premier rang dans la gentry féminine. Même Zola n’a rien inventé pour en parler dans son roman. Avec un brin de souvenance, on ne peut se départir de ces moments forts qui ont marqué la femme. Elle fut de tous les combats.

Aujourd’hui, si ce clin d’œil est parti à l’endroit d’une bohème prisé dans une baignoire de fortune, il demeure que derrière chaque histoire il y a une femme.

Ajouter un commentaire