Facebook the green dressing 3 Images 4

  Retour dans mes Souvenirs

De Bab-El-Oued @ Miliana

Hammam SIDNA

Qui d’entre les Algérois n’a entendu parler de cette belle construction, érigée par le Pacha pour un usage utilitaire et en même temps en un style recherché, digne des princes et autres hommes à la tête d’El Djazair... Hammam Sidna, ce bain dont la mémoire s’enchevêtre avec les réminiscences de la Casbah d’Alger. Ya Bahdjati !


Dscn3374  Hammam SIDNA ou le bain du Dey Hassan Pacha est le plus ancien de la Casbah encore en activité, datant du 16ème siècle et qui porte le nom du fils de Barberousse. Un peu plus haut, se trouve le plus beau spécimen de la demeure algéroise, malheureusement dans un état déplorable.

Ce bain maure est formé de voûtes très solides, entièrement revêtues de marbre poli et faïences, il se divise en deux salles carrées, longues, larges et spacieuses.

Dans la première où l’on se déshabille (Bit El-Barda), les effets vestimentaires sont fidèlement gardés.

S’envelopper d’une fouta (sorte de paréo) est de mise pour accéder à la seconde pièce à vapeur que l’on appelle communément «Bit S’khoun», autour de laquelle se trouvent plusieurs cabines appelées «Bouitet» pouvant contenir dix à douze  personnes.

Chacune de ces pièces dispose de sa fontaine jaillissant du mur même du bain, par des tuyaux de bronze qui font le tour des murailles de cette seconde salle, dans laquelle arrive en grande quantité l’eau chaude provenant d’une arrière salle appelée «Borma», où l’on chauffe le bain continuellement.

Ce ne sont pas des thermes naturels, mais bien des eaux chauffées artificiellement. Une vasque de marbre placée à l’issue du tuyau de chaque chambre reçoit l’eau que chacun vient prendre à son gré avec un récipient en cuivre «Mahbess», richement ciselé pour jeter sur soi ou se faire laver par les étuveurs.

Belkacem Babaci

The hammam 1

Pour rappel : Les femmes du quartier  l'appelaient aussi Hammam Halouma, jusqu'à la fin des années 70.

64744498 1

Commentaires (1)

Chantal
Une visite très intéressante, agréable à lire et à « découvrir » ... entre autres ... pour qui n’est jamais entré dans un bain maure (moi !). Merci à B. Babaci !

Ajouter un commentaire