Facebook the green dressing 3 Images 4

Gifasm uuwrpoesbptd1104

Dar Khedaoudj El-Amia, miroir enchanteur d'une belle époque

Visite du Palais en compagnie de Chantal VINCENT, Lundi 22 Septembre 2014

Sam 2040
Le palais de la princesse Khadidja, "Dar el Bakri" ou encore "Palais de Khedaoudj el Amia", autant de noms donnés à ce monument historique planté au coeur de la médina d'Alger, est un incontournable lieu de souvenirs et de méditation qui s'ajoute aux nombreux sites que compte le patrimoine culturel matériel de l'Algérie.
 
Niché dans une venelle de la basse Casbah, ce palais qui abrite le musée national des arts et traditions populaires, refuse d'abdiquer et livre un combat têtu à son pire ennemi, le temps. Il se dresse dans toute sa splendeur pour rappeler une époque révolue mais ô combien dense et intense. Un rappel lancinant pour les générations qui se succèdent.
 

La belle princesse et le miroir

La légende raconte que la princesse Khadidja ou Khedaoudj el amia (l'aveugle) était d'une rare beauté. Elle passait le plus clair de son temps devant sa glace se contemplant et admirant son charme que l'on disait hors du commun. Elle changeait de tenue et de coiffure plusieurs fois par jour, corrigeant une imperfection ou redressant une mèche rebelle qui ferait offense à cette apparence qu'elle voulait unique.

Le maquillage était, de toute évidence, trié et savamment choisi pour rehausser encore plus ses traits. Son narcissisme allait grandissant tant elle se trouvait belle au-delà de ce que l'on peut décrire. Son souci du détail, qui la maintient rivée à son miroir, lui fit perdre la vue, dit-on. Une autre version impute la cécité de la princesse au khôl (tracé des yeux) qu'elle utilisait pour souligner ses yeux. L’excès de ce fard aurait, été la cause de ce drame, selon certains.

Edifiée en 1570 sur le site appelé Souk El Djemaâ dans la basse Casbah, sur les ruines de la zaouia et du mausolée de sidi Ahmed Ben Ali par un officier de la marine ottomane en l'occurrence Rais Yahia, la maison n'avait pas l'allure d'un palais mais simplement d'une grande demeure.

Elle avait été acquise par Khaznadji Hassan Pacha, trésorier du roi ottoman sous l'ère du Dey Mohamed Ben Othmane qui a introduit des modifications et des extensions, lui conférant l'aspect d'un palais qu'il a offert a sa fille Khadidja El Amia.

Et Napoléon usurpa la demeure

Après l'invasion de l'Algérie par les français, en 1830, les propriétaires des lieux ont été délogés, moyennant une somme modique, et le palais est devenu le siège de la première mairie française d'Alger. Mais devant la magnificence des lieux le roi de France de l'époque, Napoléon III et sa femme Eugénie, ont décidé d'y élire domicile à partir de 1860. Chaque fois que le roi venait à Alger il se rendait directement à ce palais.

Le palais conserve jusqu'à nos jours, son cachet architectural authentique. Un portail imposant de bois sculpté s'ouvre sur l'entrée principale qui mène à un long vestibule appelé "skifa" adossée à des colonnes en marbre torsadées. Quatre arcades sont alignées sur le côté gauche séparées par trois colonnes torsadées. Deux arcades longent le côté droit du mur de la skifa (vestibule) orné de faïences aux couleurs gaies appelées "Zelaidj".

A l'étage, se trouvent les chambres aux murs richement décorés laissant transparaître l'art mauresque dans ses formes les plus raffinées et qui renseigne sur le niveau artistique et le faste qui a caractérisé l'époque ottomane.

Un connaisseur s'apercevrait vite des modifications purement européennes introduites sur les pièces du haut, et ce, à partir de 1860, date de la prise du palais par Napoléon III et son épouse Eugénie.


  Pour accéder aux étages supérieurs, le visiteur doit emprunter un escalier lui aussi surmonté d'une coupole. Au dernier étage, se trouve le Menzah (terrasse) qui donne sur la façade maritime qui permettait aux occupants des lieux de respirer l'air revigorant de la mer, et aux femmes d'échapper à l'enfermement que proposent les pièces du palais.

  Comme dans toute maison, le palais renferme les cuisines où se trouve un puits pour les travaux quotidiens, les bains et les salles d'eau. Transformé en 1947 en un service de conservation de l'artisanat, le palais est devenu en 1961 musée des arts traditionnels et un salon permanent pour les ateliers d'artisanat et des métiers anciens. En 1987, il devient le siège du musée national des arts et traditions populaires.

20140922 125732

L'édifice refuse d'abdiquer

Les chercheurs dans domaine du patrimoine, les sociologues, les architectes et les fonctionnaires du musée se sont attelés à récupérer les pièces de musée soit en les rachetant soit au moyen de dons de pièces effectués par des citoyens ou des institutions.

Des pièces anciennes très précieuses, des meubles, des travaux de tissage, de dinanderie, de cuir et de bois représentant les différentes régions du pays sont exposés dans cette somptueuse demeure. On y trouve des produits d'artisanat targuis et kabyles, des meubles algérois, des bijoux de Tlemcen, des tapis d'Adrar, des tissus d'ameublement tissés en fils de soie du M'zab et des pièces des Aurès.

La pièce centrale du musée est dédiée aux miroirs d'époque savamment travaillés et finement ornés notamment celui qui aurait causé la cécité de la princesse.

Entre la légende et la réalité qui ont entouré ce site majestueux, la maison "El Bakri", comme il plait aux Algérois de l'appeler, est là et bien là, remplissant sa mission historique, celle de rester avant tout ce lien d'authenticité qui unit les générations.

20140922 125934

20140922 125916

Sam 2039

Sam 1969

Sam 1974

Sam 2052

Sam 2050

20140922 125939

20140922 125105

Sam 2044

Sam 2049

Sam 1988

Sam 1989

Sam 2051

Sam 1964

Sam 1975

Sam 1976

Sam 1983

Sam 1984

Sam 1990

Sam 1992

Sam 2014

Sam 1995

20140922 125056

Sam 2001

Sam 2002

Sam 2005

Sam 2007

Sam 2008

Sam 2012

Sam 1961

Sam 1967

Sam 1979

Sam 1982

Sam 1986

Sam 1991

Sam 1997

Sam 1994

Sam 1993

Sam 2000

Sam 2004

Sam 2003

Sam 2006

Sam 2010

Sam 2009

Sam 2013

Sam 2043

20140922 125713

Sam 2054

20140922 125632

Sam 2038

20140922 125534

20140922 125549

20140922 125650

Sam 2033

Commentaires (3)

BRAHIM-DJELLOUL Sadek
  • 1. BRAHIM-DJELLOUL Sadek | 17/10/2014

Bonjour mon cher BENYOUCEF.Cette journée a été mémorable.Outre le fait d'avoir rendu un vivrant hommage à un grand de la révolution et de la bataille d'ALGER plus précisemment, elle nous a permis de visiter la haute Casbah que je ne connaissais que superficiellement.Ce site est merveilleux et chaque maison,chaque coin de rue relatent l'histoire de notre belle capitale.Le clou de la journée a été cette belle prestation de notre orchestre chaabi andalous sous la houlette de notre ami Youcef AZAÏZIA qui a charmé toute l'assistance.Prends soin de toi.

Chantal

Bonjour Benyoucef,

Quel beau souvenir que celui de cette visite du Palais en septembre dernier et quelle bonne idée Noria a eue de créer cette rubrique ! Ces nombreuses photos me remettent en mémoire cette visite féerique et inoubliable. Ecouter un concert dans un lieu aussi prestigieux, j'imagine que cela doit être sublimissime ! Dommage, je n'étais pas là le 11 octobre ! Ce sera peut-être pour l'année prochaine ! Sait-on jamais ...

benyoucef
  • 3. benyoucef | 14/10/2014

Bonjour tout le monde
Quelle coïncidence!...Le samedi 11 octobre 2014,l'association Ziria El Andalossia de Miliana a donné un concert musical andalou dans ce merveilleux palais de Khadaoudj El Amia situé dans la basse Casbah.Les fans de Ziriab,inspiré par la splendeur de ces lieux, ont charmé le public algérois d'un récital tiré de notre patrimoine musical .
Avant ce concert,les jeunes musiciens de l'association ont eu le privilège de visiter le vieux quartier de la casbah
Notre amie Chantal a donc bien fait de visiter ce magnifique palais qui cache une légende et révélè une richesse architecturale et historique
Amicalement

Ajouter un commentaire