Facebook the green dressing 3 Images 4

Gifasm uuwrpoesbptd1104

Le devoir de ressusciter l’Histoire

Par Slemnia Bendaoud

SEUne petite souris, très distraite, qui part furtivement en ballade dans le grand désert de son immense univers. Et c’est, déjà, une bien merveilleuse page électronique, qui apparait  soudainement grande ouverte sous vos yeux éberlués !

D’une trituration faite à la va-vite, dépend donc cette autre destination qui vous tend bien haut le bras pour vous accueillir au sein de votre nouveau monde et son jardin de prédilection, très fleuri et bien parfumé, même en hors-saison .

Au final, c’est tout un monde nouveau, mélange du fait réel et de celui très virtuel, qui vous kidnappe pour un bon bout de temps, le temps consacré à pouvoir profondément le déchiffrer, vous traçant un tout autre itinéraire.

En conclusion: c’est désormais votre ordinateur qui guide décidément vos pas, éclaire vos idées et  lanternes, et vous trace la trajectoire du chemin à suivre, vous accompagnant sérieusement dans votre projet, à l’effet de mieux vous assister dans vos nombreuses tentatives entreprises dans ce sens.

A effet  très répétitif, ce geste, au  début tout inventif, devient donc très mécanique, sporadique, chimérique, et parfois même très laconique. A tel point qu’il guide les esprits et conduit manifestement à cette démarche qui convoque le passé afin de nous faire revisiter l’Histoire, grâce à l’apport de ce présent très pressent d’où fusent à la vitesse du son toutes ces nombreuses flèches de ces trajectoires qui nous tracent les véritables contours de notre futur immédiat.

Quant à en user à bon escient du mobile si subtil de ressusciter avec l’Histoire, en provoquant, au passage, cette mémoire restée encore active à sa moindre introspection ou même très furtive évocation, tout le mérite de faire ce lien utile avec l’Histoire (le passé du lycée  Mustapha Ferroukhi ou celui de Mohamed Abdou de Miliana) est à mettre à l’actif de ces deux braves personnes, en l’occurrence Noria, celle qui eut cette idée géniale de créer le site, et le père de l’association  répondant au nom de Djelloul Benameur, cet ancien ferroukhien.

A ces deux personnes dévouées pour la cause de ces deux lycées suscités, il y a lieu d’évoquer également le désormais très relevé  niveau  de la science des techniques de la communication, laquelle aura, dans l’intervalle de ce temps imparti, réussi à rapprocher tout ce beau monde, en défiant donc à la  fois l’oubli, les trous  de mémoire, les distances, les espaces, les contraintes liées au transport, à l’affranchissement , à la sélection des réseaux, des médias, des contacts et des nombreuses approches liées à ce genre de relations humaines…

Offrir un cadre aussi approprié et si bien organisé à l’effet de pouvoir revivre, avec ce long recul ces autres évènements de jeunesse, dans toutes leur  tendresse mais aussi hardiesse, à un âge où ces anciens lycéens sont tous désormais en proie ou même otage d’une vieillesse qui tape chaque matin à l’heure du lever du jour, encore et un peu plus fort, au pied de leur lit ou de celui de l’immeuble qui leur tient lieu de refuge, révèle toute cette dépense d’énergie au service  de la communauté dont sont vraiment bien rares ceux qui peuvent ou surtout désirent vraiment en postuler.

Ces deux ex lycéens (chacun pour celui où il était pensionnaire) l’ont donc bien fait, admirablement réussi aussi. La moindre des choses à leur reconnaitre n’est autre que de les saluer pour ce devoir de mémoire brillamment accompli !

Parvenir à rassembler très rapidement tout ces gens de différentes contrées, tendances et surtout parfois très lointains horizons n’est pas une mince affaire, dans la mesure où la gymnastique effectuée prouve à elle seule tout cet effort mis à contribution afin de tout juste de nouveau, et comme autrefois, réunir sous le même toit ces mêmes élèves de ces  temps désormais bien révolus que la nostalgie de les revivre nous semble plus pressante que jamais.

Mais, au demeurant, que de larmes ont coulé sur des joues plutôt roses de joie, dans ces fous-rires que seules pareilles retrouvailles, longtemps espérées, sont à même de susciter ou de finalement provoquer !

Que de scènes de grande liesse et d’indescriptible allégresse devions-nous depuis enregistrer  presque quotidiennement, menés par le suc ou le fil de cette terrible nostalgie pour nous conduire jusque sur les lieux même de cette première rencontre, de laquelle est donc née cette flamme sans cesse ravivée de revoir au plus vite ses copains d’avant, amis d’enfance ou juste de simples camarades de lycée !

Que de souvenirs ont de vive voix été évoqués, pourtant si longtemps conservés, pour être de nouveau remis sur le tapis ou à l’ordre du jour, astucieusement enveloppés dans ces sourires malicieux qui défient toutes les grandes scènes de la réputée renommée comédie !

Que de doctes anecdotes ont été si savamment déterrées, si promptement réinventées, si intelligemment  dépoussiérées, à l’effet de servir à nouveau comme prélude à l’animation de ces cycles de rencontres entre anciens lycéens qui tiennent toujours le haut du pavé dans l’évocation ou le rappel de toute sorte d’évènements marquants de  leur vie au sein de leur établissement.

Que d’anciens univers ont de nouveau été si savamment explorés !  Que de piste, entre temps obstruées, ont été empruntées ! Que de  passerelles, autrefois totalement abandonnées, ont vite  été visitées ! Que d’images, totalement effacées de notre mémoire, reprennent désormais tous leurs droits ! Que de choses de la vie réapparaissent dans leurs somptueuses formes et très beaux costumes ou élégants  apparats !  Que de terrains  désertés ont été défrichés !  Et que de secrets bien gardés ont été  révélés ! Que de cahiers-journaux sont, depuis, devenus très fonctionnels !  Bien opérationnels … !

Réinventer de nouveau cette ancienne atmosphère lycéenne a de quoi susciter toutes ces émotions fantastiques de se retrouver dans la peau de cet écolier d’autrefois en faisant actionner ce miroir du passé, effaçant au passage toutes ces rides héritées à travers  le  temps qui s’est depuis écoulé !

Ayant tous pris goût à ce jeu très séduisant de recomposer les fragments de notre vie commune, nous nous trouvons, de fait donc, tous impliqués dans cette entreprise de  partager nos meilleurs souvenirs avec le groupe, de nouveau convoqué, dans l’attente de son imminente réaction ou même parfois relance du débat évoqué.

Tous mus par ce terrible désir de ce devoir de mémoire de ressusciter à nouveau l’Histoire, nous ne faisons qu’écrire encore quelques pages de ce livre, laissé autrefois inachevé.  Mieux  vaut tard que jamais !  Car, à présent, l’expérience y est !

Au travers de ce modeste témoignage, je tiens à remercier ces deux personnes pour le grand  mérite d’avoir réuni –via cette utile souris et son gadget auquel elle reste attachée- tout ce monde ayant fréquenté ces deux temples du Savoir qui auront façonné leur destin  et marqué leur vie.

Commentaires (8)

Rabea
  • 1. Rabea | 11/06/2016
Ce site est une grande réussite, un veritable chef d'œuvre. Bravo pour ses belles découvertes.
Youcef09
  • 2. Youcef09 | 13/10/2015
salam a tous les milianais et milianaises je suis ému très heureux de vous rejoindre dans ce ln j’étais au lycée mustapha dans les années 73, amis de classe halfaoui mohamed, bouchama med et autres ...et le s g mohamed randi .j ai bien aime la vidéo, espère que des amis qui me reconnaissent me fasse signe a bientôt.
hafide
  • 3. hafide | 28/04/2015
Un grand bonjour a tous les milianais et milianaises, j'ai frequenté l'ecole Kadi Miliani de 1964-1969, et puis j'etais pendant 3 mois aulycee Mustapha Ferroukhi par la suite je me suis deplace a Alger Lycee Emir Abdelkader.
keryma
  • 4. keryma | 20/10/2014
Bonjour à tout le monde sur ce site d'amitié et de partage,

Je n'arrête pas de dire que je ne suis pas une Abdounate et sûrement pas une Ferroukhienne, les garçons s'en seraient souvenus! (rire étouffé par ma main ce qui donne: pffffffffff), je n'ai pas de souvenirs précis avec les uns et les autres dans les deux lycées, mais tout ce que je possède ici et maintenant est une brassée d'ami(es) qui m'ont acceptée parmi eux et que j'estime et que j'aime de toute mon âme, moi qui ne m'amuserais pas à poser ma main sur une souris pour me promener et glisser partout dans cet univers (virtuel) qui m'emmène tantôt chez l'un tantôt chez l'autre , eh bien pour une fois cette souris je ne peux m'en passer car sa douceur, sa sensibilité ont su unir et réunir dans la joie et la bonne humeur les amis du site de Noria, bravo Djelloul Benameur c'est du bon boulot et continuez tous les deux je vous dis merci!

Kéryma,
noria
Mr Slemnia Bendaoud,vous me faites là un bel hommage, et j’aimerais vous remercier chaleureusement pour votre gentillesse et votre soutien, ça fait chaud au coeur et me donne encore plus envie de continuer. Encore Merci pour ces émotions profondes.
Mes chers amis (ies), vous m'êtes toutes et tous précieux. Je vous ADORE.
ferhaoui
  • 6. ferhaoui | 03/09/2014
bonjour tout le monde.ma chère chantal suite a votre message sachez que vous serez malgré tout, de tout coeur avec nous de par la pensée! au reste revener vite, vite!!! l'ami ferhaoui, oran
ZOUM
  • 7. ZOUM | 03/09/2014
Bonjour MR/ SLEMNIA,
Oui c est exact ! le développement du numérique est devenu un grand défi pour la presse écrite.L essor prodigieux ces dernières années de l Internet a profondément transformé l économie de la presse écrite et menace également la survie des quotidiens ....
Les services du Web ont drainé ces dernières années des ressources publicitaires importantes à travers le monde....
Les réseaux sociaux notamment facebook et Twitter ont aussi modifié le paysage des médias à travers le monde et le " journalisme citoyen" se développe de plus en plus ......
Je remercie NORIA et BENAMEUR pour leur travail génial de nous avoir donne cette occasion de nous connaitre et d échanger c est un service de qualité qu ils nous procurent !!!!
mourad
Chantal
Bonjour à tous,

Très bel hommage, largement mérité, aux deux personnes qui sont à l’origine de ce site : Djelloul Benameur et Noria !

Nous vivons dans un monde de conflits permanents à travers le monde entier et lorsque nous venons sur ce site qui a été créé, entre autres, pour rassembler, il apparaît comme une évidence qu’il n’a pas failli à son objectif.

Il nous apporte tout à la fois de la joie, du bonheur, de l’émotion, de la nostalgie et cette impression d’appartenir à une grande famille au sein de laquelle on a vraiment plaisir à tous se retrouver.

Merci Slemnia Bendaoud d’avoir su trouver les mots pour le dire !

Je saisis cette occasion pour un message personnel :

A partir de demain, jeudi 4 septembre, je n’aurai plus d’ordinateur jusqu’au jeudi 25 septembre. Pendant trois semaines, je n’aurai donc pas le plaisir de parcourir ce site comme je le fais, en règle générale, chaque jour mais je me rattraperai à partir du 26 ! Inch'Allah !

Ajouter un commentaire