Retour dans mes Souvenirs

De Bab-El-Oued @ Miliana

Le Puits de l’oubli/ A la mémoire d'un brave intellectuel

Par Med MIDJOU

   De son chant fluté et en parfait séducteur  le merle annonce le beau temps, l’éclosion, l’évasion et l’entame des conquêtes, les yeux braqués sur le majestueux Zaccar, les amateurs des randonnées pédestres scrutent de loin les chemins escarpés et les pistes caillouteuses à emprunter pour cette nouvelle saison printanière de grande marche. Meublé de galeries, de crevasses, de pentes abruptes, le Mont peut parfois surprendre les imprudents, il est alors vivement recommandé un maximum de précaution afin d’éviter ce gouffre et tant d’autres offrant un relief accidenté et des plus dangereux.

   Juillet 2012, en vacances sur la magnifique cote de Stora et ses atouts touristiques captivants, une triste nouvelle freina aussitôt notre plaisir, notre joie familiale noyée dans la douceur et les sensations maritimes. Décampement accéléré et un retour précipité à deux heures du matin  pour rejoindre un monde plongé dans la consternation par la nature de l'acte abominable. Notre ami Boualem Mayouf fit une mauvaise rencontre avec la bête immonde qui une fois assassiné, son bourreau le balança dans cette cavité à une profondeur de trente mètres dans les entrailles du Zaccar. Connaissant la topographie, le criminel n’eut aucune peine, encore moins de la pitié pour transporter sa victime (piste carrossable) et la renverser dans les abimes. C’est par ses propres aveux que les recherches aboutissent une semaine après au lieu et ressortirent le cadavre dont la maison est située à cent mètres plus bas. Effet de surprise, il fut dégagé de ce trou, une brebis encore en vie mais toute détournée par l’inhospitalité souterraine et l'obscurité. Selon certaines avances, l’animal aurait subi le même sort dans le seul but de masquer le forfait accompli sur l’être humain en faisant croire à un accident mortel du quadrupède, leur décomposition répandrait les odeurs infectes mêlées des deux corps.  

Boualem 2   Pour rappel le Sieur Boualem était un excellent prof d’université, double Magister, Econométrie et Marketing. Au printemps de la même année et dans le cadre des avantages accordés à la corporation des universitaires, il a séjourné un mois à Paris pour préparer son doctorat. Le 11 Juillet, son âme rejoint le ciel dans les circonstances décrites ci-dessus pour une histoire de quelques millions économisés pour acquérir un véhicule neuf à la mesure de son statut respectable, le mobile de son agression.  Quelques temps après, nous apprîmes le suicide de son exécuteur, résolu à en finir avec le supplice moral hérité depuis le délit macabre. Les tombes distantes d’un mètre tout au plus au cimetière de Sidi Braham, les occupants n’ont pas connu la même fin mais,  entre les mains du seigneur des deux  mondes, chacun y est devant ses propres actes. Quelle monstruosité que de donner la mort avant de la réserver à soi même???      

   Un bel après midi ensoleillé, nous y sommes retournés en promenade pour redynamiser nos articulations  ankylosées par la rigueur hivernale, l’organisme et les yeux retrouvant du tonus en hauteur. Toisant craintifs ce gouffre minier de passage avec un pincement au coeur, le souvenir du triste sort occupa un instant notre esprit au point de penser, n’étaient les aveux de l’auteur, le défunt aurait sombré totalement dans l’oubli. Clémence et miséricorde divine.

40 8

Une vue imprenable sur la cité millénaire

A 9

La Génisse s'initie à l'escalade des parois rocheuses.

Dscf8949 1

Personne ne se soucie de sa fermeture malgré l'abondance de la pierraille.

Dscf8952 1

Les enfants pétrifiés par la cruauté des adultes.

Commentaires (1)

djilali deghrar
  • 1. djilali deghrar | 07/03/2017
Med Midjou

Le Zaccar dans ses fresques d'antan. n'a point d'égal ailleurs
Merci de cet écrit , c'est super

Ajouter un commentaire