3 35

El qadha oul quadar

Par Med BRADAI

 

  Symbole colombe

 Je ne peux que verser quelques larmes en souvenir d'un collègue que le destin a ravi à ses enfants en compagnie de sa femme.

Je l’ai connu depuis bien longtemps entre ces dunes de sable où le vent du sud se confond avec le bruit puissant des moteurs que seule la joie de la relève nous rapporte ce bien être, d'être enfin chez soi goutter les délices de la vie familiale.

En ce mois de juillet à l'annonce des résultats du Bac, il fut tout heureux. La fille ainée a obtenu son Bac. Pour la circonstance, il offrit à chacune de ses deux filles un portable. Il lui restait une dernière semaine pour rejoindre son poste.

En ce jour du Lundi 18 juillet 2011 la famille réunie était bien heureuse, le soir, animés par le désir de sortir faire une randonnée au bord de la mer, ils choisissent le coté Est de la région côtière d'Oran, le destin qui frappât cette famille en décida que ce soit une plage déserte, non gardée, une plage où toute famille fuyant la ville n'hésiterait pas à camper ne serait ce que quelques temps. Une plage entre Petit Port et Mostaganem et c'est là qu'ils s'installèrent en cette soirée d'après midi.

Une bouée se trouvait dans la malle de la voiture et la plus grande des deux filles eut la permission de goutter à cette joie de la mer. La fille jouait au regard de ses parents. Une joie immense. Inconscients, personne ne s'est douté que le courant emportait petit à petit la fillette au large loin de la côte. Aux premiers cris de la fille, la mère se jeta en mer et fit tout son possible pour récupérer sa fille chérie, suivi du père qui est aussi prés d'eux.

La fille a pu rejoindre le rivage, la mère épuisée et fatiguée n'en pouvait plus, elle s'accrocha au père ne lui laissant aucun mouvement. On retira les deux corps sans vie.

Ils ont quitté ce monde ensemble à la même heure d'une journée à 18h30 ils ont été enterrés le lendemain à 18h30, dû aux tracas d'une administration. Peut être que le destin en a décidé ainsi. La fille ainée est toujours sous le choc, peut être qu'un réconfort de ses oncles paternels la soulagera de cette souffrance.

Il fut pour moi un grand ami que je ne pourrais facilement oublier sa disparition et les circonstances de sa disparition.

15 15

 

Commentaires (2)

mami
  • 1. mami | 05/04/2012

Un témoignage bouleversant. Beaucoup de courage pour ceux qui sont restés.

Farah
  • 2. Farah | 27/07/2011

Je suis toute émue en lisant ce triste témoignage,je vous souhaite beaucoup de courage et mes sincères condoléances à la famille du couple.Leur fille n'y est pour rien en fait leur heure était arrivée, le tout puissant les a rappelés à lui à cet instant -là et cet endroit- là.Il n'y a qu'une seule mort pour tous mais les causes en sont differents pour chaqu'un de nous.ina lillah wa ina ilaïhi rajioun!

Ajouter un commentaire