Facebook the green dressing 3 Images 4

Gifasm uuwrpoesbptd1104

Notre professeur de Mathématiques nous a quitté subitement...

Par Djilali DEGHRAR

Sans titre 139

La vie nous a toujours réservé des surprises, celles qui sont plus au moins surmontables et envisageables par contre d’autres provoquent en nous un étonnement voire une stupéfaction qui laissent perplexes plus d’un.               

HJ  La mort de Abderrahmane Mokaddem, ce mathématicien hors pairs, fut émouvante et inattendue, on savait qu’il était malade, néanmoins notre cher professeur tenait bon et donnait l’impression qu’il était debout et en bonne santé, on savait aussi également qu’il était de la trempe de ces hommes qui résistent. Cependant, il avait déjà prouvé par le passé, que c’était un homme qui s’accrochait vaillamment à la vie, il l’aimait beaucoup. Si comme il voulait prouver et dévoiler qu’il avait toujours quelque chose à inculquer surtout à transmettre à ses chers bambins (qui actuellement devenus adultes et certains d’entre-eux des retraités).Nous, on acceptait tout de lui, la notion du complexe de supériorité était totalement absente.

 Il insistait beaucoup sur la simplicité, il voulait que ses enfants et ses élèves deviennent des exemples de la simplicité tout en réussissant dans leurs études et dans leurs vies professionnelles, tout en restant très humble, ce message fut transmis à l’ensemble des générations qu’il avait lui-même enseigné.

Toujours, égal à lui-même, il s’habillait modestement, il aimait régulièrement boire son café avec sa petite cigarette, c’était ce caprice qui l’avait emporté définitivement, On connaissait son cœur tendre, son amour pour sa famille et pour sa ville, sa manière de partager et son sens de l’humour digne des grands mathématiciens,

Il avait toujours cette manie de prouver et à expliquer quoique ce soit par une équation ou bien par une démonstration mathématique pour donner la (ou les) solution(s) aux nombreuses questions posées par ses anciens élèves. Il aimait beaucoup ce chaleureux attroupement entre lui et ses élèves. Cet attroupement faisait renaitre en lui son passé, sa vie de jeunesse et surtout son amour pour la vie. Il était aussi de surcroît un grand philosophe, d’ailleurs la majorité des mathématiciens étaient de véritables philosophes.

Avant l’indépendance, il avait obtenu, une licence en sport au Creps de Reims (France) avec la spécialité des jeux de barres et de la gymnastique, Il était prédestiné pour faire une carrière en France et dans le domaine sportif. Mais l’appel du pays, et sa conscience l’avaient interpelé encore une fois pour enseigner le sport en question au niveau du lycée Ferroukhi Mustapha de Miliana. Ensuite, il a enseigné cette fois-ci les mathématiques au CEM Ibn-Sina et au niveau du lycée Allili, après avoir, bien entendu, obtenu le diplôme de référence.

Issu d’une famille composée d’intellectuels que ce soit en médecine et surtout en mathématiques, Si El Djillali, le père qui avait fait lui aussi l’école normale de Bouzaréah en 1918, a enseigné à Tablat en 1924 et puis nommé titulaire par l’inspecteur Hazan, durant toute sa vie, il avait eu 8 enfants et 3 filles ; et qui se résument ainsi :

Le second frère, en l’occurrence Abdallah, gynécologue–Abdelkader imminent chercheur avec le doctorat d’état en mathématiques et en statistiques, enseignant au CHAIR au niveau de la faculté de Versailles (France). Mohamed également enseignant puis avait travaillé à l’hôpital ensuite il s’est reconverti dans le commerce. Yahia en tant que chef de service de réanimation et également président de l’union des médecins de Paris. Benyoucef ex : enseignant formé en URSS en sciences économiques. Les deux jumeaux, Djamel spécialiste en ophtalmologie (France), et Khaled médecin généraliste à Ain Defla.

Quant aux sœurs de Abderrahmane, Ninette : Inspectrice d’académie d’Alger (retraitée). Louisa : doctorat en physique & chimie puis en chirurgie dentaire également (retraitée). Anissa : spécialiste en ophtalmologie vit actuellement en France.

Feu Abderrahmane était toujours égal à lui-même, intraitable et correcte, il nous orientait et nous donnait toujours les bons conseils, En un mot, il nous couvait toujours, ceux qui travaillaient en dehors de la ville, venaient souvent le voir et partager avec lui un bon café ou bien un bon thé tout en faisant revivre les souvenirs du passé.

Feu Abderrahmane, fut durant sa jeunesse un excellent joueur de football, également une famille de sportifs, occupant le poste d’avant centre, possédant une petite taille, il était trapu et musclé, doté d’une frappe de balle sèche et puissante qui avait fait des ravages.

Il faisait les beaux jours du club local qui était le SCD (Sporting Club de Duperré) avec les Rachid Rezkallah, Mohamed Zidouk, Ahmed Kaddoun dit Pata, Daoudi Abdelkader, Djaballah Mohamed, Djellit Mayo dit Mahded, Djillali Attafi, Aek Attafi dit Ritchi, Youcef Garni, Kamel Kebab dit Bilbil, et Dahmane Benghenzet etc…,et sans oublier les autres qui ont eux aussi contribué et fait le bonheur de la ville de Ain-Defla.Le football lui a donné un sens à sa vie et lui a crée beaucoup de plaisir et de bonheur. Puis, redevenu l’entraineur de club.

Quant à ses fils, ils se présentent comme suit : Zouheir diplômé en sport et travaille actuellement au niveau d’un grand centre commercial (France) une grande polyvalence, Hakim : Sciences commerciales PTIC Ain-Defla, Baya Amel : gynécologue, Djamel : commerçant, Sara : Prof à l’ENS de Kouba et le petit Omar encore lycéen.

En gros, cette famille d’intellectuels vivait d’une manière très simple, et adorait apporter de la joie autour d’elle.

Les amis intimes de feu Abderrahmane furent Madani Mohamed, Lahlah Ghobrini et feu Bessekri Hachemi, Dahmane c’est comme cela qu’il aimait être appelé, toute sa vie fut ponctuée par des citations philosophiques parce qu’il aimait abondamment ce talent et adorait beaucoup tout ce qui se rapportait et reflétait la science et détestait énormément la médiocrité.

Nous espérons fermement que Dieu lui réservera une place dans son vaste paradis pour rejoindre son ami intime qui est feu Hachemi.

Commentaires (15)

CHENGABKHALED
  • 1. CHENGABKHALED | 25/10/2013

Merci Mr Bradai,voila ce que l'on appelle un regard scrutateur...averti.

CHENGABKHALED
  • 2. CHENGABKHALED | 25/10/2013

Mon ami Aziz,
Les produits bien de chez nous que tu cites et bien d'autres,exception faite pour le khourchef et le lefte qui font leur apparition de temps en temps chez l'un des deux epiciers Marocains ici a frankfurt,relevent du mirage qu'on tu as l'impression de les voir sur les etals.D'aileurs lors des dernieres elections a la chancelerie Allemande, j'ai demandé aux instances du parti au sein duquel je milite,d'integrer dans son programme l'importation massive de ces produits de facon a ce que je n'ai plus a utiliser na3na3 pour faire ma batata flyou.Ma doleance a été prise en compte comme une cause nationale,dés lors que le pouliot (flyou pour les intimes) a des vertus therapeutiques contre le ciel gris.
En attendant que cette promesse electorale se realise(mais lá je commence a avoir des doutes,ici aussi les promesses n'engagent que ceux qui y croient)je continue a me consoler avec la menthe.C'est en sirotant un verre de thé il y a tres longtemps que j'ai eu cette revelation de la batata a la menthe.Qu'est ce que tu veux,il y en a a qui la Sainte vierge se revele ou d'autres saints musulmans,moi je n'ai eu droit qu'a une revelation culinaire,........mais salvatrice.God save Queen of the chtitha.

bradai
  • 3. bradai | 25/10/2013

A notre ami du site Khaled

J’ai vu celui qui dort
J’ai vu celui qui marche
J’ai vu celui qui regarde
Et j’ai vu pour eux la vie qui n’attend pas
Elle marche à sa guise libre là où elle désire
J’ai vu le désespéré
J’ai vu le deprimé
J’ai vu l’enchainé
J’ai vu pour eux la joie qui n’attend pas
Elle passe sans faire attendre là où elle va
Là où tu y es heureux ou chagriné, n’oublie point l’inspiration divine
Tu jouiras d’un moment d’une lumière là où tu la vois
Et tu n’auras aucun anathème d’avoir passé un instant dans ce monde

aziz
  • 4. aziz | 25/10/2013

Ya Si Khaled,

Yarham Babek, ouine tsib fliou fi Germany. Haouesst alih fi hadhi breman, massat la fliou, la guernina, la khorcheff.
Oui tu as raison, il fait un climat execrable ces jours ci à Amsterdam et en Europe du Nord. Je crois qu'on est passé de l'été, à savoir quelques jours ensoleillés à l'hiver, sans transition.

CHENGABKHALED
  • 5. CHENGABKHALED | 25/10/2013

Bonjour Amar.
Mon ami on rentre tous a un moment de notre vie par necessité de prudence et plus ou moins.......a reculant je l'avoue en phase de privation volontaire des bonnes choses (ce qui n'exclut pas de ceder a la tentation quelques fois),de petits pêchés de gourmandise que le corps saura excuser.
Je suis ravi de te savoir en forme et te remercie pour cet amical intêret que tu portes a nous les expats.Ici une chape de nuages gris accompagnée d'un crachin breton nous plombe le moral,heureusement qu'il y a la batata flyou mais á la menthe (l'une des clés de la reussite a l'etranger) pour debarbouiller tout ca.....dans la tête lol.C'est un peu comme dit Fellag "un jus d'orange.......de fraise".

lounici
  • 6. lounici | 25/10/2013

Mon cher Amar,
je suis bien ici,j'ai essayé labas cela ne m'à pas réussi.
Comme disait l'une de mes connaissances dans les anneés 60 j'ai gardé
l'ancienne(de nationalité).
Mes amitiés à tous les anciens
A bientot.
A. Lounici

Amar Ayadi
  • 7. Amar Ayadi | 25/10/2013

Bonjour Aziz

Merci de t'inquiéter pour ma santé........Je me maintiens sauf que je m'interdis beaucoup de bonnes choses.......aucun excès ……surtout pas de Hamoud et ce qui va avec………
Ceux d'ici veulent être là-bas et ceux de là-bas veulent être ici.........toi tu es de ceux qui veulent être à Teniet, alors décide toi...
Un coucou d’ici à nos amis de là-bas, Lounici, Chengab, Zerizef, Daoudi, Hanane, les Cherchali,les Benguerine, Bouchama, Farah qui j’espère s’est un peu remise ……,et bien d’autres qui se reconnaîtront…….
A plus..
Amicalement

aziz
  • 8. aziz | 24/10/2013

Mes chers Amar et Mohamed Saadi

J'espere et souhaite que vous allez bien tous les deux et que vos ennuis de sante ne sont plus que souvenirs. Prenez bien soin de vous, en attendant de vous revoir bientot Inchallah en grande forme. Pour ma part, je continue a bourlinguer et je viens juste de rentrer d'Afique du Sud. Les gens revent de plages et de cocotiers mais moi je reve de mon Ouarsenis natal et de mon village, bien entendu le plus beau village du monde, a savoir vous l'avez devine, Teniei El Haad. Portez vous bien et a bientot.

lounici
  • 9. lounici | 24/10/2013

Bonsoir à tous,
je viens d'apprendre le décès de dahmane Mokaddem allah yarhmou.
je présente mes sincères condoléances à sa famille et à ses amis.
A.Lounici

Farah
  • 10. Farah | 11/10/2013

Bonsoir tout le monde.
Je vous espère tous en très bonne santé inchallah, je suis venue sur le site jeter un coup d'oeil parcequ'il me manque beaucoup ,malheureusement je ne peux m'y attarder car je suis continuellement en contact avec ma famille à Miliana pour partager avec elle toute nouvelle info concernant ma mère. J'ai des journées de boulot chargées et lorsque je rentre en fin de journée léddar la première chose que je fais après mes salates bien-sûr, c'est contacter Miliana et le milieu médical.
Allah ichaffi Siham, Dalila, Mahfoudh, si Mohamed,Djahida,ma mère et tous ceux qui subissent ibtila'e Allah, . Echaffi houwallah , le médecin ou les médicaments ne sont que pretexte.

selim  souneia
  • 11. selim souneia | 11/10/2013

En tant qu'une ancienne élève, je n'ai pas connu Monsieur Abderahmen Mokkadem ,ellah yerhmou , néanmoins je présente mes sincéres condoléances à sa famille , ses proches et à tous les anciens élèves du lycée .
INA LI ELLAHI WA INA ILLAYHI RADJIOUN .

Amar Ayadi
  • 12. Amar Ayadi | 09/10/2013

Bonsoir la famille

Bonsoir Djillali,

J'ai eu la chance de connaître el Marhoume Abderrahmane,
ainsi que son jeune frère Abdellah "cuvée" Octobre 1957, avec les Moualek, Mahmoudi,Keddar, Daoudi, Kouache,Hadj Sadok, Khelassi, Fellah,Lounici,.........

Une pensée à mes amis Allah Yerhamehoum
Daoudi Bouabdellah, Keddar Berreka3e, Hadj Sadok Ahmed, Laghouati Mustapha, Benslimane Ahmed et Berki que j'avais retrouvé à Mostaganem alors qu'il était Directeur de la Sonelgaz ( les années 80 ).

J'ai fait le déplacement aux retrouvailles d'Ain Defla et il n'y avait pratiquement personne de ma génération.

Et merci pour cet hommage, car tu as tout dit.

Amicalement

Amar Ayadi

deghrar djillali
  • 13. deghrar djillali | 06/10/2013

Chantal.
Apropos de votre message, tout le plaisir est pour moi. félicitation pour votre ancrage dans le site des retrouvailles des A E du LMF. Djilali Deghrar.et merci et bonne continuation.

Chantal
  • 14. Chantal | 06/10/2013

Bonsoir Djillali,

Je n’ai pas connu Monsieur Abderrahmane Mokaddem, professeur de mathématiques. Néanmoins, lorsque j’ai commencé à lire ce que vous disiez de lui, dans un premier temps, j’ai eu envie de poursuivre cette lecture. Dans un deuxième temps, j’ai regretté de ne pas l’avoir connu ! Je vous félicite pour votre PARFAITE maîtrise de la langue de Molière. C’est un réel plaisir de vous lire. Bonne journée.

Benrabah Mohamed
  • 15. Benrabah Mohamed | 05/10/2013

Allah yerhmek Si Abderhmane

J'étais son élève au Lycée Ferroukhi où il exerça en qualité de Prof de sport.Il nous a appris les prémices du Rugby. Un homme d'une très grande simplicité et d'une extrème gentillesse. Je garde de lui le meilleur souvenir. Rabi yerhmek Cheikh.
A sa famille , a ses proches , a ses anciens élèves, mes sincères condoléances.

M. Benrabah

Ajouter un commentaire