3 35

Ce 1er Mai/Aek SAHRAOUI

De Abdelkader SAHRAOUI

C’est, je pense, les émotions et les sentiments que ressentent les élèves à l’heure fatidique de quitter leur lycée, chacun vers sa propre destinée, la gorge nouée, les yeux embués et l’amertume se lisant sur leurs visages d’adolescents.
Le 1er mai est traditionnellement la fête mondiale des travailleurs qui sent bon le muguet.
Mais ce 1er mai 2012 avait une autre senteur tout aussi agréable pour tous les élèves qui ont usé leurs culottes sur les bancs du lycée Ferroukhi Mustapha de Miliana.
C’était l’occasion des premières retrouvailles des anciens potaches et cela depuis l’aube de l’indépendance ; que d’années sont passées et malgré le poids des ans, les cheveux grisonnants ou tout simplement absents sur les têtes de cette honorable communauté, on décelait sur leurs lèvres leur sourire vermeil et leur éternelle jeunesse qui brillait dans leurs yeux. Toutes et tous étaient particulièrement heureux de se revoir après tant d’années de séparation ; que d’embrassades, d’accolades, de mains serrées de manière sincère et naturelle, et les vieux souvenirs qui refont surface, les anecdotes ressassées entre anciens copains et camarades de classe.
En cette journée mémorable, même la nature était clémente : un beau soleil de Mai, mois de tous les Amours, brillait de toute sa splendeur dans un ciel azuré. Des airs andalous et de musique populaire y ajoutaient une ambiance douce et remplie de tendresse. On s’est parlés, en s’apostrophant sur ceux qui n’ont pu venir à ce grand rendez-vous a cause d’éventuels empêchements. La journée fut bien remplie sans oublier les interminables prises de vue pour immortaliser l’événement.
Non sans avoir eu une pieuse pensée à tous les anciens élèves qui nous ont quitté prématurément et qui ne sont plus de ce monde.
« Paix à leurs âmes et que le Seigneur les accueille en son vaste Paradis ».
Nous ne devons pas omettre de tirer la révérence aux initiateurs et pionniers de ces indélébiles retrouvailles qui ont eu lieu dans un lycée chargé de symbolique en qui porte le glorieux nom d’un de ses enfants martyr de la révolution « Ferroukhi Mustapha ».


Bravo à tous et à l’année prochaine.

Commentaires (1)

Abdelkader Daoudi
  • 1. Abdelkader Daoudi | 17/05/2012

Une belle et unique coïncidence qui probablement n’arrive que dans des circonstances pareilles ; des retrouvailles fabuleuses, un article qui regorge d’émotions et une embrassade émouvante entre deux cousins. L’auteur de cet admirable article et les deux cousins portent tous les trois le même prénom Abdelkader.
Bien amicalement,
Abdelkader

Ajouter un commentaire