Retour dans mes Souvenirs

De Bab-El-Oued @ Miliana

*Man ghachchana leyssa minna*

J'étais en classe de 6ème (1ère Année Moyenne) lorsqu' on arabisa les cours d'Histoire au deuxième trimestre.

Cette matière fut confiée à un Palestinien.

Les manuels d'Histoire en arabe n'étant pas prêts cette année là, notre nouvel enseignant écrivait  toujours les cours à l'avance sur le tableau puis il cachait le tout avec les deux battants latéraux.

Il consacrait la première demie-heure à nous raconter ce que l'on devait copier du tableau pendant la deuxième demie-heure jusqu'à en avoir des crampes! 
   
Fort heureusement, notre pouvoir d'adaptation nous permit de vite nous mettre au diapason!

Sauf qu'il nous prit au dépourvu le jour de la composition puisque au lieu des questions d'identification, d'association ou de justification auxquelles nous étions habituées, il nous donna le titre d'une des leçons et nous fûmes appelées à carrément la réciter par écrit mais littéralement par coeur et à la virgule près!

Le seul commentaire auquel nous eûmes droit de sa part en début d'épreuve fut la devise: "Oua man ghachchana leyssa minna."!
Je ne vous dis pas l'atmosphère apocalytique qui reigna dans la salle ce jour là mais pire encore le jour de la remise des notes!

Mes camarades trouvèrent rapidement la parade. 
Elles se mirent à copier chaque leçon sur des double-feuilles distinctes. Elles sortaient la bonne à la fin de la composition et la remettaient au professeur. Au diable la devise du prof!

Par incapacité d'apprendre par coeur, par manque de courage ou par esprit de rigueur, je ne fis pas comme les autres. J'essayais de retenir les grandes lignes des leçons et de les lui aligner sur ma feuille sous forme de tirets.

Ma copie ne valait pas grand chose à ses yeux, mais cela m'évitait le "Sifroun Moukaaboun"!**

Bien évidemment, je détestai la matière et le prof d'autant que les notes d'Histoire me baissaient ma moyenne d'une manière vertigineuse! 

Mon divorce avec l'Histoire était bel et bien consommé!...

La torture dura deux années...


123327070829110216 3751544  Et puis  nous vint un nouvel enseignant, de Syrie cette fois là.

Sa méthode différait totalement. Il n'encourageait pas le parcoeurisme même s'il le tolérait en guise de réponses à ses questions.

Il insistait sur le fait qu'il fallait que nous maitrisions les tenants et aboutissants de tous les évènements étudiés. 

Il apprécia mes réponses avec tirets à leur juste valeur. Il m'encouragea cependant à les étoffer par deux ou trois phrases selon les questions qu'il nous posait.

Même si je n'atteignis pas l'excellence en Histoire, mes résultats s'améliorèrent remarquablement! De plus,

Sa disponobilité m'aida à développer mon esprit de synthèse, stratégie tellement efficace et ce dans toutes les matières!


Je ne me souviens malheureusement pas de son nom mais je peux dire que grâce à lui ,...

                         ...j'ai repris confiance en moi et me suis mise à aimer la matière...

On avait donné le surnom de "Boubboule" au premier (vous devinez surement pourquoi!), et je ne me souviens pas du nom du second.


              * Expression qui peut se traduire par " Qui triche nous trahit *

Commentaires (6)

zohra z
  • 1. zohra z | 09/01/2016
salut Safia!
je me rappelle très bien de toi
et aussi du prof palestinien on l'appelait bouboul!!
benyoucef
  • 2. benyoucef | 27/04/2015
Bonjour ç tous
En effet,je me souviens de Abou Ghaliba,un prof d histoire trés compétent.Ses cours étaent un vrai plaisir..Une mine de connaissances.Un savoir fort étendu.Une pédagogie exemplaire.C est grace à lui que j'ai aimé cette discipline et que j'ai optée pour mes études universitaires.Il était un ami fidele de Mr Ferhaoui.Il aimait l"art et le jeu de carte au café de la renaissance .Dommage que je l avais eu comme prof une seule année au lycée.
Qu il reçoive mes sinceres salutations
Amicalement
belhocine safia
  • 3. belhocine safia | 27/04/2015
Bonsoir Mr ferhaoui,
Merci de m'avoir raffraichi la mémoire concernant le nom de mon professeur d'histoire! Effectivement, il s'appelait bien ainsi. Il a fini par épouser une fille de Miliana dont les parents habitaient sur la place de la sous préfecture, à l'angle avec l'ex rue Saint Jean.
Merci encore!
ferhaoui
  • 4. ferhaoui | 27/04/2015
bonjour tout le monde, bonjour safia, eh! bien je vais droit au but ce professeur c'est sur! j'en suis sur c'est mon ami abou ghliba oui,! palestinien et j'ai partagé avec lui une chambre d'hotel la renaissance un personnage charmant pour sa sa gentillesse et sa bonhomie...... carnet de souvenirs miliana année69, 70,... l'ami ferhaoui,oran
belhocine safia
  • 5. belhocine safia | 26/04/2015
Bonsoir Ahmed,
Effectivement, au lycée Abdou, et à la même période que les Cuzeniers, nous eûmes ce prof d'histoire venu de Palestine. En fait, il a pris la matière que Mme Cuzenier nous faisait en français jusque là.
Lui aussi était petit et bien rond, avec des joues bien pleines.
LABDI Ahmed
  • 6. LABDI Ahmed (site web) | 26/04/2015
Dans le cas où vous étiez au lycée Ferroukhi les années 1970 à 74, le seul surnom de Boouboule fut un professeur de physique français du nom de Cuzenier. Son surnom est, plutôt du à sa taille d'un type gros et court comme une dame-jeanne ou bonbonne de gaz. Mot transformé en bouboule. Y avait-il un autre boubboule? Merci. Ahmed le bourlingueur.

Ajouter un commentaire