Retour dans mes Souvenirs

De Bab-El-Oued @ Miliana

Souvenirs d'une élève

De Yvette THIERY/1945-49

Ma grand-mère Mélina Morard née en 1873 dans la Drôme est arrivée en Algérie en 1885. D’abord élève du cours dit « Supérieur » ou « complémentaire » de l’Arba où elle passe son brevet simple, elle devient élève de l’école normale de Miliana vers 1890. Elle passe son brevet supérieur en 3 ans, je pense. Tout au long de leur scolarité, les élèves avaient une ou deux semaines de stage par mois d’enseignement à l’école annexe dirigée alors par Mr Albisson (qui devint un ami de la famille). Les cours devaient être recopiés et appris malgré pendant les absences dues aux séjours à l’école annexe.

232  Quant à moi Yvette Thiéry, j’ai intégré l’école normale de Miliana à la rentrée 1945. Nous étions une promotion de 13 élèves car deux ou trois reçues étaient filles de militaires repartis en France après la guerre. A Miliana, nous étions deux promotions ( la mienne et celle des 4èmes années qui avaient fait trois ans au lycée Fromentin d’Alger pendant la guerre, l’Ecole Normale de Miliana ne fonctionnant pas).

C’était pratiquement la même école que celle où ma grand-mère avait fait ses études, seul le grand dortoir avait été aménagé avec des boxs et il me semble des lavabos individuels. Le réfectoire n’avait pas changé, en 1945, on y mangeait surtout des pois cassés dans des assiettes de fer ou d’aluminium, quelquefois des petits pois que nous écossions après le repas du soir en cherchant celui qui contiendrait huit grains (promesse de rencontrer le « prince charmant »). Nous étions libres de sortir après le déjeuner jusqu’à l’heure des cours. C’est là que j’ai découvert la neige « comme en France » !

La directrice était Melle Martin et avait deux chats siamois qui nous effrayaient un peu.

Au mois de Mai 1946, deux ou trois élèves eurent les oreillons. Nous prétendîmes alors presque toutes souffrir de la gorge et des oreilles et, le docteur et la directrice décidèrent de nous renvoyer dans nos foyers, ce qui arrangeait peut-être la direction de l’école pour effectuer le déménagement.

La rentrée 1946 se fit donc au château Douïeb, une grande maison de style mauresque avec un très beau parc. Pas de dortoir mais des chambres de quatre ou cinq élèves.

Là nous rejoignîmes la promo reçue en 1946. La discipline était plus sévère qu’à Miliana. Nous n’avions même pas le droit d’aller jusqu’à la route car disait la directrice : « ce sont les filles de la Casbah qui s’offrent ainsi » ou « quand vous l’aurez, vous le garderez ».

Elle nous accompagnait pourtant à des concerts ou à l’Opéra. J’ai quitté l’école normale en 1949 sans connaître la nouvelle école.

68

  De haut en bas et de gauche à droite:

Paulette Rollin- Yvette Thiéry- Jacqueline Heintz- Paule Pomier- Elyette Perret.
Fatma Zorha (Tita) Fellague- Nicole Penthus- Gisèle Bessaguet- Djouher Ouksel- Gisèle Decrécanzo.

Commentaires (2)

djilali deghrar
  • 1. djilali deghrar | 17/12/2016
Monsieur Lotfi,

Merci pour cet écrit concernant Dhouher ou (Djouher Ouksel Amhis)sur son passage à Miliana .

Djilali et encore merci.
khouatmi lotfi
  • 2. khouatmi lotfi | 15/12/2016
j ai un enregistrement de dhouher ouksel amhis sur son passage à miliana en 1945 ,elle nous a parlé de mlle martin ,elle disait qu elle était trés sévère .

Ajouter un commentaire