Facebook the green dressing 3 Images 4

Gifasm uuwrpoesbptd1104

Mahfoudh TOUAHRI

G bmprr« Mahfoud Touahri », de son vrai nom Tahari Abdelhafed, né le 09/08/1944 à Miliana, fils de " Mohamed et de Aouaouche ABDENOUR " Son père était mineur jusqu'en 1952, puis commerçant.Il meurt en 1958. Cependant, Mahfoud, l'orphelin vivait très heureux auprès de sa mère qu'il aimait tant. Cette femme luttait tant bien que mal pour subvenir aux besoins de ces neuf (09) enfants et pensant surtout à leur éducation. Elle était aussi une source d'inspiration artistique à son fils Mahfoud qui brillait dans l'art en général et le théâtre en particulier. Mahfoud a fait ses études primaires à l'école Léon Manbourget, l'actuelle école « Larbi Tebessi » de Miliana. A l'indépendance, en juillet 1962, lors d'un grand chantier international de volontariat à El Karimia (wilaya de Chlef) ex El Asnam, invité par le Chef du gouvernement Monsieur Ahmed Ben Bella, Mahfoud Touahri qui figurait parmi les centaines de volontaires, a brillé par ses qualités d'animateur et de comédien, au point où il fût félicité par Mr Ben Bella, lors de sa viste à El Karimia, auprès des volontaires algériens et étrangers. A l'issue de cet important chantier international de volontariat, la direction de la jeunesse de Chlef (ex- El Asnam), a sollicité Mahfoud Touahri pour assurer l'animation au sein du foyer de la jeunesse de Miliana. Alors,il se spécialisait dans l'action théâtrale,dont il était très doué, ce qui lui valut de participer à plusieurs stages de théâtre à Alger où il a côtoyé quelques célèbres comédiens dans la capitale. Dans le cadre de sa formation, il eût la chance de connaître René Louis Laforde, célèbre homme de théâtre, résidant à cette époque à Alger. Il lui enseigna la culture théâtrale, devenu alors un réel comédien, Mahfoud Touahri créa le premier groupe de théâtre à Miliana, au sein du foyer de la jeunesse, il était composé de jeunes lycéens. Plusieurs spectacles fûrent programmés dans la ville et au sein du foyer de la jeunesse. Le groupe de théâtre était également sollicité par la direction de la jeunesse pour donner des spectacles à Chlef. En effet, il pratiquait le théâtre comme comédien et réalisait de temps à autre des pièces. Il était considéré comme un leadership par son animation à toutes les manifestations culturelles qui se déroulaient dans la ville. Mahfoud 196823 jpgreEn 1968, ayant l'esprit très nationaliste, et en prévision de la célébration des festivités du 14ème anniversaire du 1er novembre 1954, ayant été sollicité par les autorités locales, Mahfoud Touahri a conçu une célèbre pièce théâtrale intitulée « L'apartied », allusion faite au racisme dont étaient victimes les noirs d'Afrique du sud. D'ailleurs ce thème, sur le plan politique, était d'actualité. Cette pièce théâtrale fût jouée au cinéma « variétés » la vielle du 1er novembre 1968. La salle était inondée de spectateurs, elle était archi-comble. Elle connût un très grand succès, en présence des autorités. Cette soirée était malheureusement fatale pour lui. Et dire qu'à la salle de cinéma "les variétés", la mort était au rendez-vous, tantôt sur scène où il jouait le rôle d'un colon américain tué par des Noirs, tantôt sur les monts du Zaccar embrasé par un vaste incendie quelques heures plus tard. Après la fin du spectacle, Mahfoud Touahri et bien d'autres citoyens se rendirent à la place des Martyrs de la ville pour assister à minuit à la levée des couleurs nationales. Juste après cette cérémonie commémorative, Mahfoud regagna son foyer pour dormir et pour se lever tôt le lendemain afin d'assister à la cérémonie de recueillement au carré des « Martyrs », comme à son habitude. Il fût réveillé par la sirène de la ville et pour cause « un grand foyer d'incendie de forêt fût signalé dans le Zaccar ». Parmi les premiers volontaires qui ont rejoint la montagne pour éteindre le feu qui menaçait sérieusement l'important stock de dynamite des mines de Zaccar, situé non loin du foyer de feu, Mahfoud Touahri était présent, et ce, pour éviter une véritable tragédie à la population de Miliana. On éteignait le feu, à l'aide de petites branches d'arbres. Malheureusement, au lever du jour, la tragique nouvelle se répandit. Parmi les dizaines de volontaires, 23 jeunes ont péri, parmi eux « Mahfoud Touahri ». Ils sont morts en héros en combattant le gigantesque feu de forêt : A l'occasion du 14ème anniversaire du 1er novembre 1954. Monsieur Le Président de la république, à l'issue du défilé militaire des troupes de l'ANP à Alger, en prononçant son discours télévisé, apprit la tragique nouvelle. Monsieur Houari Boumediene (rahimahou allah), déclara que ces jeunes qui sont morts, en éteignant le feu, sont considérés comme des « Martyrs du Devoir National », et une importante délégation gouvernementale fût dépêchée à Miliana présidée par le Ministre de l'industrie, pour s'enquérir de la situation. Miliana pleura ses 23 martyrs calcinés dans le feu et 10 disparus. « Mahfoud » en faisait partie mais il restera à tout jamais gravé dans la mémoire des milianais.

Commentaires (33)

Farah
  • 1. Farah | 16/02/2013
Bonjour à tous.

Je viens de lire la triste nouvelle qui t'a touchée Farida, je te présente mes sincères condoléances ainsi qu'à toute ta famille. Ina lillah wa ina illaïhi raji3oun.
Chantal
  • 2. Chantal | 16/02/2013
Bonjour Farida. Merci pour ta confiance. Tu peux me contacter quand tu veux soit par téléphone (01 40 96 93 09 si tu arrives à m’attraper - lol - soit par mail : chantal.vincent@neuf.fr). Je n’ai pas de free box et des moyens modestes (je travaille mais … en tant que bénévole à 90 % de mon temps dans une association dans laquelle j’apprends aux chômeurs à gérer leur stress afin de leur faciliter le retour à l’emploi) et, comme tu l’imagines, je suis très « sollicitée ». Courage à toi. Tu connais certainement ce proverbe arabe qui dit : « les épreuves qui ne nous anéantissent pas nous fortifient ! ». Bonne journée.
noria
Bonsoir tout le monde
bonsoir Farida H, mes condoléances les plus sincères et mon soutien dans cette terrible épreuve que vous traversez, que Dieu accueille le défunt en son vaste paradis et vous aide à surmonter ces moments difficiles. Ina Lillah Oua Ina Illeyhi Rajioûne.
Farida, pour les photos j'ai désactivé celles des abdounates car je prépare quelque chose pour le 1er Mai mais si tu y tiens je peux remettre la photo que tu souhaites y a pas de souci. Merci Farida et bonne fin de soirée
Farida H
Bonsoir à toutes et à tous .
Bonsoir Chantal.
Sans commentaire.
Si ça te dit: 0620781406 mon portable.
0478953190 mon fixe avec la free-box.
Bonne soirée.
L'oubliée
  • 5. L'oubliée | 15/02/2013
Bonsoir à vous,
A Mr Ferhaoui:
D'après mes connaissances(et sans etre IBN SERINE)la chute dans le vide
serait un manque d'affection?
A B.f/z:
Il me reste bcp à faire pour devenir yogi,je ne suis qu'une initiée .
Avoir l'esprit combatif est mon but.
mes amitiés à tous.
Chantal
  • 6. Chantal | 15/02/2013
Bonjour Farida. De la discussion jaillit la lumière … Merci pour la précision que tu m’as apportée car, j’avoue, je ne comprenais pas le message me concernant. A propos des femmes de la génération des années 60, nous avions eu une « discussion » très intéressante à ce sujet (via ce site) à la fin du mois de novembre dernier. Je comprends au travers de tes messages ton ardent désir de retrouver les anciennes copines (tout comme moi d’ailleurs) mais, si je puis me permettre, j’aimerais t’apporter un « éclairage » personnel. Sans revenir sur ce que je t’ai déjà dit en novembre dernier … Pourquoi ces femmes ne se manifestent-elles pas ? Soit, le site ne les intéresse pas … J’exclus d’emblée cette possibilité car tous les « visiteurs » connaissent l’immense richesse de ce site ; soit des raisons personnelles leur font garder une certaine « distance », voire l’anonymat … Nous n’avons pas à juger de ces raisons qui leur appartiennent. Par contre, je reste convaincue qu’elles auraient certainement TOUTES cette envie, au fond d’elles-mêmes, de « renouer » avec cette partie de leur histoire. Je crains, par contre, que de les nommer ne les fasse fuir plutôt que de leur donner envie de « participer ». Mais, je peux me tromper. Si je me suis permis de te donner mon avis c’est que je comprends que tu vis actuellement un moment personnel extrêmement douloureux et éprouvant et que cet aspect des choses pourrait t’avoir échappé. Je te souhaite bon courage.
P.S. Concernant le site, je me suis aperçue récemment qu’il existait une fonction bien pratique : « Recherche sur le site ». Je ne sais pas si cette fonction existe depuis très longtemps. En tout cas, personnellement, je ne m’en étais pas aperçue avant et je la trouve bien pratique. Je ne trouve pas « tout » du premier coup (je n’ai pas la facilité des jeunes générations et j’ai encore bien des lacunes en matière informatique …) mais, avec un peu de pratique et de patience …
Farida H
Bonsoir Chantal
Effectivement ,je pense qu'il y a eu une autre interprétation de mon texte.
J'avoue qu'il tend légèrement à l'ambiguité si on n'y prête pas attention.
Je te rassure tout de suite , tu n'es nullement la muette de la génération des années 60,et je te trouve plutôt expressive et c'est tout à ton avantage.
J'ai cité particulièrement une ancienne abdouna avec laquelle j.entretenais à l'époque une complicité particulière et qui ne se manifeste pas hélas ! Malika T
Passons sur cet état de fait car elle n'est pas l'une des rares d'ailleurs. J'ai l'amère sentiment qu'elles se sont donné le mot.
Et pourtant.......baya ? Fadela B et Fadela A ? Benyoucef yamina? Embarek? Bellabès Nabi H,F,D,S....Doudja ? Et mon inoubliable Karima....Toutes des abeilles....et j'ai même retenu le nom de marie-ange Casanova,la Bruschini (terrible directrice du lycée jusqu'en 1962)? Mme bloch la secrétaire.
Pour ce qui est de la photo que je n'arrive pas à retrouver sur le site ,il s'agit d'une de tes camarades de classe ,Baba khelil Malika mais je ne t'en dirai pas plus .
Je compte sur Noria ( que je salue),pour nous permettre d'avoir sous les yeux toutes ces anciennes photos. Son dévouement et sa bravoure sont inégalables!
Alors sois sage et surtout ne te tais pas.
Bonne soirée.
Farida H
Bonsoir à toutes et à tous.
À Khaled, Samia, Amar, l'oubliée, Fazin, Hadja, Abdekader Daoudi et Boualem.
Profondément touchée de la sympathie dont vous avez fait preuve à la suite du deuil qui vient de nous affecter ma famille et moi,je vous présente toute ma reconnaissance émue.
Abdelkader Daoudi
  • 9. Abdelkader Daoudi | 14/02/2013
Bonjour très chère L’oubliée,

Grâce à tes fréquentes visites sur ce site tu ne seras jamais plus oubliée. Ta présence réconforte les frères et sœurs qui te connaissent à travers ce site. Je suis ravi de constater d’autres personnes sont venues augmenter le rang de ces frères et sœurs. Je salue particulièrement Chantal et Fazin qui, par le biais de leurs écrits, t’ont fait parvenir de gros câlins chaleureux, pleins de tendresse et d’amitié. Je prie Dieu pour nous donner à tous l’espoir et le courage dont on a besoin pour affronter les écueils de nos vies. En attendant de voir plus souvent dans ce salon fraternel et convivial, je te fais part de mes meilleurs vœux et de toute mon amitié.

Abdelkader Daoudi
Chantal
  • 10. Chantal | 14/02/2013
Bonjour l’oubliée. Peu importe les mots. L’important est qu’ils nous libèrent des « maux ». A la lecture de votre message de ce jour, je peux « lire » que vous avez tout compris non seulement intellectuellement mais émotionnellement. C’est « l’authenticité » de votre message précédent qui m’avait fait « réagir » et vous laisser ce commentaire que vous avez apprécié. Mais c’est en fait VOUS qui, par la sincérité de vos propos, avez suscité la mienne. « L’autre » n’est que le révélateur de ce que vous portez en vous. Apparemment, une porte s’est ouverte … osez la franchir et aller plus loin pour « grandir ».
Abdelkader Daoudi
  • 11. Abdelkader Daoudi | 14/02/2013
Bonjour Farida,

Permettez-moi de vous faire part ainsi qu’à votre famille de mes condoléances les plus attristées. Puisse Dieu accorder la miséricorde au défunt et donner la force aux membres de sa famille pour surmonter ces douloureuses circonstances. Allah Yarhmou Birahmatihi oua kaoui sberkoum.

Abdelkader Daoudi
L'oubliée
  • 12. L'oubliée | 14/02/2013
Bonjour à tous,
Chantal votre message me parvient comme un grand bol d'air frais et parfumé de sincérité me ravigoter,MERCI à vous.
Je n'aurai pas su expliqué aussi bien la "philosophie"que je connais ainsi:
"tout est fait pour le mieux dans le meilleur des mondes"(JJRousseau)
La devise des yogis c'est braver tout contre temps et surmonter tout
obstacle(etre le vainqueur dans toute situation).
Aussi tout musulman devrait s'armer de patience durant toute sa vie,on peut disserter des heures la dessus ce qui peut ennuyer .

Fazin:Je te vois sympa,honnete,altruiste,par intuition et les messages que tu m'adresses me donnent du tonus,me font du bien ,je te remercie.

Un certain lecteur m'a soutenue(il y a un temps)pour que je ne me
sente pas seule,et à qui je n'ai pas répondu par inadvertance ,
certainement pas par mépris(hacha).Je remédie illico,MERCI.

Une citation de Jean luc DION semble etre la devise des visiteurs du site: L'empathie est une vertu obligée et l'indifférence un vice caché.

Mes amitiés à tous.
Djabellaoui boualem
  • 13. Djabellaoui boualem (site web) | 14/02/2013
ESSALEM à tous. Farida,ce n'est qu'aujourd'hui,que j'ai appris sur le site,que tu n'avais plus ton frére cadet(Fouad Rahimeh ALLAH)Toutes mes condoléances.Fasse que RABBI t'accorde courage et patience,en cette pénible épreuve.
ikhlef_hadja
  • 14. ikhlef_hadja | 14/02/2013
mon dieu farida quelle triste nouvelle je partage avec toi la douleur de cette perte si proche et si lointaine qu'on soit, mes condoleances les plus sinceres et surtout beaucoup de SBARR a vous tous freres soeurs a cette famille si unie qui surmontera cette tragedie inchallah
fazin
  • 15. fazin | 14/02/2013
Bonjour à tous ,
bonjour Farida ,
Mes condoleances les plus attristees suite au deces de ton frere.Qu'Allah l'accueille dans son vaste paradis et vous donne , à tous, la force pour supporter votre peine et prendre soin d'Elhadja.Allah yar7mou wi wèssa3ha 3liih.Ina lilah wa ina ileyhi radji3oun .Allah ikoun fi 3awnkoum.
TALBI Samia
  • 16. TALBI Samia | 14/02/2013
Bonjour à tous,mes condoléances les plus attristées Farida!Sur Facebook,aucune précision n'a été apportée,c'est pour cela que ma compassion vient un peu en retard ,tu m'en excuseras.Allah yerhmou wa ybèdèl mhèbtou bésbèr,rabi yehfèdh el hadja et l'arme de beaucoup de courage!Courage Farida ,la vie est ainsi faite,personne n'échappe à son destin!
Amar AYADI
  • 17. Amar AYADI | 13/02/2013
Bonsoir Farida

Mes sincères condoléances.

Inna Li Allah Oua Ina Ilihe Radji3oune.

Amicalement

Amar AYADI
Chantal
  • 18. Chantal | 13/02/2013
Bonsoir Farida. Je suis surprise que tu m’aies inscrite dans la liste de celles qui restent muettes ! A moins que je n’ai mal interprété la lecture de ton commentaire ? Car s’il est vrai que pendant la préparation de mon marathon (de juillet à octobre), j’avais peu de temps libre pour venir sur le site, après mon marathon du 28 octobre dernier, je suis venue très régulièrement consulter le site et y laisser des messages. Si mes souvenirs sont bons, nous avons échangé sur ce site (au mois de décembre) à propos d’une photo que j’avais publiée et au sujet de laquelle tu me disais le 7 décembre 2012 : « s’agissant de la 5ème du lycée Alphonse Daudet année 1960, la personne concernée est au 2ème rang et c’est la 10ème à partir de la gauche. Je te dirai son nom et prénom plus tard ». A ce jour, 13 février 2013, tu ne m’as toujours pas révélé ce nom et ce prénom. Mais peut-être attends-tu le 1er mai ? Bonne soirée.
L'oubliée
  • 19. L'oubliée | 13/02/2013
Bonsoir Farida,
ainsi va la vie(une palissade),il y a de la joie,du bonheur,de la peine et des coups durs qui blessent profondément.
Toutes mes pensées vont vers toi.
CHENGAB KHALED
  • 20. CHENGAB KHALED | 13/02/2013
BONSOIR TOUT LE MONDE.
MES SINCERES CONDOLEANCES FARIDA.J'AI LU IL Y A QUELQUES JOURS SUR FACEBOOK UN ECHANGE DE MESSAGES DE CONDOLÉANCES ADRESSÉS A UN AMI FACEBOOKER FAISANT ETAT DE LA DISPARITION DE SON BEAU FRERE SANS AUTRES PRECISIONS. JE DOIS AVOUER QUE JE SUIS RESTÉ BETEMENT DANS L'EXPECTATIVE CONSTATANT QUE LA PERSONNE EN QUESTION N'AIT FOURNI AUCUNE INFORMATION DANS CE SENS.ALLAH YARHMOU OU YBADAL MHABTOU BESSBAR.TOUTE MA COMPASSION ET MA SYMPATHIE POUR EL HADJA SA MAMAN.
FaridaH
Bonsoir à toutes et à tous .
Bonsoir Samia, Chantal. L'oubliée ,Amar, Khaled,Michelle ,El hadja ,Louisa et tant d'autres que j.aurais aimé apercevoir sur ce site ,en l.occurrence Malika Touahri avec laquelle nous avions passé de très bons moments au lycée Abdou.Force est de constater que cette génération reste muette complètement. Que faut-il en déduire ?
Quant à Mahfoudh Touahri(Allah yerhamou). Il est et restera toujours dans nos pensées.
Tout comme toi Samia je l.ai connu par le biais de sa sœur Malika qui était la grande sportive du lycée Abdou .
Nous avions gagné elle et moi ,le cross régional de tout le département d'el asnam et qui regroupait toutes les villes et tous les villages avoisinants(la wilayas de Ain défla me semble bien restreinte à présent ,bien que très peuplée,par rapport à ce département)
Merci de lui rendre hommage, cela ne sera jamais assez pour louer le courage de ces 23 milianais qui ont bravé le feu au péril de leurs vies.
J'ai perdu aussi un de mes frères récemment(le cadet )et ma maman qui est très âgée ne sait rien.Alors tu peux comprendre mon état d'âme.
Mais je souhaiterais toutes et tous vous retrouver le 1er mai si Dieu veut .
Bonne soirée .
Farida H
TALBI  Samia
  • 22. TALBI Samia | 13/02/2013
Salut à tous ,je tenais à rendre hommage à Mahfoudh TOUAHRI Allah yerhmou,à cet animateur hors pair que j'ai eu l'occasion de voir "aux Variétés"lors des festivités organisées par les deux lycées :Abdou et Ferroukhi!Il donnait à cette salle des fetes une autre dimension,une dimension féerique que lui seul savait en donner.J'ai eu heureusement l'occasion de le voir ,de l'entendre et c'est le souvenir que je garde de ce grand,martyr d'un autre temps Allah yerhmou ou yerhème ga3 li matou m3ah!
BALIT
  • 23. BALIT | 13/02/2013
Bonjour Djilali.
Je suis fasciné par l'histoire de cette noble famille qui est la votre.
Juste pour vous dire que la mienne BALIT, du village Timesririne, commune d'Amalou sidi yahia, d'ath aidel,a partagé et partage encore un long périple d'histoire avec des FOURNANE, en bonne entente de voisinage et de respect des traditions ancestrales.
Des SADKI aussi, de l'autre côté du ravin ( ighzer l'jir), du village IKHERCHOUCHEN.

Salutations amicales.
BALIT
  • 24. BALIT | 13/02/2013
Bonjour Djilali,
je suis fasciné par l'histoire de cette noble famille, qui est la votre.
Juste pour vous dire que la mienne, famille BALIT, de Timesririne, commune d'Amalou sidi yahia, d'ath aidel, partage un long parcours d'histoire avec les FOURNANE de notre village.
Salutations amicales.
Hamza
  • 25. Hamza | 25/11/2012
Bonjour,
Est ce que Sidi Taher de Takaatz et le fils de sidi hand ousaid ?
car il ya des familles à seddouk on les apelle ath taher ,,,
Niéce de Mahfoud Touahri
  • 26. Niéce de Mahfoud Touahri | 12/01/2012
Je n'ai jamais eu la chance de Voir mon cher oncle AbdelHafid , j'aurais bien aimé le voir ... on ma tant parler de lui ... Je remercie challeuresement l'écrivain de cette biographie
OUNISSA
  • 27. OUNISSA | 04/01/2012
je vous remircie pour cet article tres intéréssant ,djilali souvient tu de moi??
AYADI
  • 28. AYADI | 13/11/2011
J'étais de ceux qui ont été touchés par cette catastrophe.
Nous avions fait à l'époque la tournée pour présenter nos condoléances en compagnie de Saadi Maamar - Rouabah Mohamed - Benrabah - El foul - Boumaza Med - Zouggar Mahmoud - Benguerine Fodhil et bien d'autres qui se reconnaitront

J'aurai souhaité vous voir reprendre le nom de tous les morts sans exception.

Touahria - El Foul - etc........

Amicalement

Amar AYADI
massinissa
  • 29. massinissa | 23/01/2011
bjr
je vous remercie pour ces articles intéressants
je suis intéressé par ces histoires;par histoire d'ouzellaguen et sa culture populaire; mais j ai besoin d'une source fiable(k7;vidéo) car je prépare une recherche sur la culture populaire à ouzellaguen
contactez moi si c est possible
mus
touahri ourigine ou fournane
ould said djaffer
  • 31. ould said djaffer | 11/11/2010
bonjour je voulez vouz voir la famille du coté de mon pére je vous remerci a tous
lien utile
  • 32. lien utile | 21/02/2010
ouzellaguen.blog4ever.com
TOUAHRI
  • 33. TOUAHRI | 08/02/2010
Bonsoir a tous,
les TOUAHRI sont tous des enfants de sidi hend oussaid qui se repose depuis des siécles dans le village fournane sur les hauteurs d'Ouzellaguen a Bejaia.

Vous savez les TOUAHRI sont partout, a alger, a Bougaa wilaya de Setif, dans le village Tazrout, a ath Mansour, a Djelfa, et meme ou maroc et on as un cousin parti en syrie dans les années 1930, donc en syrie nous avons un ancien ministre syrien il se prenom Azzedine qui est d'origine de sidi hend oussaid. je vous raconte un apercu de l'histoire de sidi hend oussaid une histoire en vas dire a 90% est véridique selon les anciens de ma famille.

Donc je vous juste vous dire que tous les TOUAHRI sont les enfants de Sidi Hend Oussaid, malheureusement ou heureusement pour certains sont parti vivre dans d autre ville d'algérie, la preuve on as toujours des liens avec les TOUAHRI de Amalou qui sont devenu FOUNANE et avec les TOUAHRI de Bougaa a setif.

le monde est petit !!

voila un apercu :

Le noble (Lawlaya) Sidi Hend Oussaïd, ou pour certains Sidi Ahmed Ou Saïd, de son vrai nom, Sidi Ahmed Ould Saïd, (fils de Saïd), est probablement originaire d'une famille de Chorfa de Tizi Ouzou, est le frère direct de Sidi Lahlou, se dernier se repose actuellement dans le village d'Isugan.

Il est issu d'une famille de berbères Soufis de la tribu Sanhadja, originaire de Séguia El-Hamra, "le fleuve rouge" dans l'actuel Sahara Occidental. En fuyant la reconquista Espagnole, ils se sont fixés pour des raisons sociolinguistiques en Kabylie et dans l'Algérois, et selon les historiens s'est le lieu d'origine de tous les nobles qui peuplèrent l'Algérie vers le XVe siècle.

L'ancêtre serait Amar Ibn Idriss qui en 888 tenait en son pouvoir les tribus Sanhadjiennes. Cette branche des Idrissides surnommée les Banu El Kadi vint s'installer en Kabylie, et commencèrent à construire des Forts "Ribats en arabe" ainsi que des Zaouïas en plein montagnes pour enseigner le @!#$, on les appelle M'rabtin ou Imrabten.

Selon la légende :

«Cet article n'a aucune valeur historique mais juste pour raconter une légende telle qu'elle m'a été transmise par les anciens. Il se peut que des anachronismes flagrants s'y soient glissés. Loin de moi toute polémique entre les deux Aarchs mais juste la joie et le plaisir de faire connaître cette histoire.

- Un groupe d'Ouzellaguen se rendant à la forêt d'Akfadou, traversent un village du Aarch des Ath waghlis. N'ayant pas fait attention, un des Ouzellaguen a écrasé une poule qui traversait le chemin avec ses petits poussins. La propriétaire, sans chercher à avoir des explications ni même demandé des dédommagements, a pris les poussins dans un tamis et a été voir Cheikh el hadj Hassaine ; alors saint patron de la région des Ath waghlis.

Arrivée dans la Zaouïa, elle prît un air triste montra les poussins au généreux cheikh en lui disant: Oh grand et respectable cheikh, regarde ce que ces brutes d'Ouzellaguen ont fait pour ces misérables petits poussins. Comment feraient-ils pour survivre sans leur mère? Oh toi grand cheikh, si encore tu es notre représentant, oh valeureux Waghlis, fasse que ces awzellagen soient punis pour leur crime. Fais saigner leur cœur comme ils ont fait saigner le mien en voyant ces petits poussins désormais sans mère.

La bonne femme a joué sur les sentiments du cheikh au point ou celui-ci, pris par l'émotion, par un pouvoir, fait tomber une brume, un brouillard très épais sur tout le territoire des Ouzellaguen. Tous las awzellagen restèrent ainsi sous un brouillard ce qui provoqua la dispersion de nos anciens à travers toute la Kabylie pour fuir la situation dans laquelle ils se retrouvaient.

On a beau implorer le Cheikh Hadj hassaine, celui -ci ne voulait rien savoir ou tout simplement ne voulait pas revenir sur sa décision. Voyant que la situation perdure, Ouzellaguen se retournèrent et allèrent voir un autre grand saint de la région : Sidi Hend Oussaid, représentant des Ouzellaguen.

Celui-ci par courtoisie et élégance se rendit chez son homologue pour le dissuader de mettre fin à cette ridicule situation. Cheikh el Hadj hassaine se sentant offensé par la visite de Sidi Hend Oussaid, campa sur sa position et s'entêta à maintenir le brouillard sur toute la contrée des Ouzellaguen .

Sidi Hend Oussaid, respect des traditions oblige supplia le cheikh pour mettre fin à sa Daâwa en lui énumérant tous les dégâts causés par cette calamité qui dure depuis 7 ans, chose à quoi El hadj Hassaine opposa un refus net et catégorique.On a beau être un saint et généreux religieux, quand le ridicule dépasse les limites on reprend ses réactions d'homme.

Ce qui arriva à notre Sidi Hend Oussaid : Dans un élan de mécontentement et de rage, opposa son pouvoir à celui de El Hadj Hassaine, et je ne sais par quel miracle, il commença à donner des coups avec sa canne sur le brouillard et celui-ci se dissipa à fur-et-à-mesure.

Après la dissipation complète du brouillard, on s'aperçoit de la disparition de pas mal d'habitants de l'aarch Ouzellaguen pour fuir la calamité à laquelle El hadj Hassaine les a contraints. C'est pour ça qu'aujourd'hui on retrouve des personnes originaires d'Ouzellaguen installées un peu partout en Kabylie.

Depuis on parle de THAGOUT N SVAA SNIN ou le brouillard des 7 ans. Et si Sidi Hend Oussaid n'etait pas intervenu on y serait encore sous le brouillard.......

"Autrefois à Ouzellageun, il y avait beaucoup plus de villages sur les hauteurs, qu'aujourd'hui, la plus part d'autre eux sont disparus pendant les années de ce fameux.........".

(Depuis "la légende"), Sidi hend Oussaïd a conquis le cœur des habitants des villages de la région, et ces derniers ont un respect sans limite pour cet homme Amravedh (Almoravide).

Sidi hend Oussaïd, reprendra plus tard le chemin des études supérieures, en partant étudier dans la Zaouïa de Sidi Abderrahmane, une école par excellence du @!#$, et des sciences religieuses.

La Zaouïa de Sidi Abderrahmane (actuellement connue partout en Algérie), fut un véritable Ribat Almoravide (gîte pour les voyageurs mais aussi refuge pour les mystiques) on y apprenait le @!#$, la science du hadith (terme arabe qui désigne les paroles du prophète Mohammed s.s.p.), ), et les préceptes de l'Islam, c'est à partir de ces concepts que s'est formé le nom en Arabe de « Mrabet » ou en kabyle «Amravedh» que les Français désignent sous le nom incorrect et péjoratif de «marabout».

Sidi hend Oussaïd était un savant religieux mais aussi un sage qui savait régler les différends entre la population, il s'est impliqué dans la vie quotidienne, les gens venaient de loin pour le consulter, et il assuré pendant tout son existence une cohésion religieuse et sociale au sein de la population locale à Ouzellageun.

Sidi hend Oussaïd, avait pris durant sa vie deux épouses issues de la région d'Ouzellageun, de nom inconnu. Il mourut on laissant derrière lui quatre Garçons :

Un Garçon de sa première femme, Tahar et trois autres garçons de sa deuxième femme : Sadek, Ali et Amrane.

• • Tahar = devient TOUAHRI

• • Sadek = devient SADKI

• • Amrane = devient SADKI

• • Ali = devient SADKI

NB. Ali et Amrane, gardent le nom de leur frère aîné Sadek et ils devient SADKI.

"Deux noms de familles sont issus du noble Sidi hend Oussaïd, les SADKI et les TOUAHRI et ses derniers sont les plus nombreux".

Les TOUAHRI sont composés de :

• Ath Mohand

• Ath Tahar

• Ath Larbi

• Ath Belkacem

• Ath Moussa (devenus MOUSAOUI, ils sont exclus du village Fournane depuis ......................)

• Les noms de familles FOURNANE et SAIBI qui ce trouve actuellement de l'autre coté de l'Oued Soummam (Ath Aidel), sont descendent direct de TOUAHRI.

Les SADKI sont composés de :

• Ath Sadek

• Ath Amrane

• Ath Ali (sont complément disparus)

Sidi hend Oussaïd respecté de son vivant, et au-delà dans sa mort, est enterré dans le village de Fournane, son mausolée (qobat) entouré de légendes, est devenu un lieu de pèlerinage. Au sujet des mythes, des miracles et des pouvoirs du Saint (Lawlaya), il faut surtout retenir qu'il a été un homme simple, ordinaire, son seul vrais miracle est d'avoir su conquérir le cœur des gens à travers les siècles, et d'avoir consacré toute sont existence à la lutte par le bien contre le mal, par le savoir contre l'obscurantisme mais aussi par sa baraka qui souffle la quiétude et la lumière dans les esprits des gens en quête de la foi sur le chemin de @!#$.

Les descendants de Sidi hend Oussaïd conservèrent le même prestige et jouèrent un rôle important dans la vie politique du pays et dans le combat pour la libération et l'indépendance de l'Algérie. Leur foi, leur sens de la justice et de l'honneur, leur courage sur le champ de bataille, leurs hauts faits d'arme et leurs sacrifices sont restés gravés dans nos esprits.

Le village Fournane a payé, faut-il le rappeler, un lourd tribut de 45 martyrs pour que vivre l'Algérie ».


NB: «l'Origine du mot Fournane : du kabyle Fernane « foret stérile et buissière», et ainsi appelées fournane pour les gens de la région».

à vous de juger !

Par Djilali TOUAHRI

Ajouter un commentaire