Facebook the green dressing 3 Images 4

Le jardin public de la ville de Miliana, entre dégradation et abandon !!!/ Par Djillali DEGHRAR

Sans titre 106

La saison brûlante approche à grands pas dans la wilaya d’Ain Defla où les périodes d’étés sont généralement embrasées. A Miliana, heureusement, il y a le jardin public avec ses abondantes espèces végétales, rares et exceptionnelles qui n’existent nulle part ailleurs. A l’exception de celles qui existent au Jardin d’essai du Hamma. Cet espace est le seul qui, ordinairement, envoûte et charme des familles entières et de nombreux visiteurs, en quête de fraicheur, durant les journées de grande chaleur. Établi et réalisé en plein centre de la ville, à quelques encablures des locaux de la police. L’emplacement offre et présente à ses visiteurs, la confiance et la quiétude dont tout le monde  en a besoin.

A noter  que les citoyens de la région d’Ain Defla sont privés de sites de cette envergure et devront subir encore d’autres étés avant de voir des éventuels projets se concrétiser dans ce domaine. Les responsables locaux  souhaitent que des fortunés placent leurs capitaux capable de changer les aspects de la ville. Mais, hélas, rien ne se profile à l’horizon. Les années passent et les citoyens doivent toujours aller ailleurs à la recherche de moments de détentes à des prix exorbitants. A Khemis Miliana, la ville la plus habitée et la plus fréquentée de la wilaya, les gens sont complètement désorientés par le retard pris dans la mise en service de certains projets qui allaient donner à la ville sa dimension réelle. L’ouverture  de ces lieux permettra d’amoindrir ces journées de canicule très chaudes. Pour rappel, l’insuffisance de ces espaces de détente et de loisirs, encouragent, chaque été, des jeunes à se hasarder au niveau de nombreux points d’eau  que compte la wilaya

8 20  Le jardin public, qui était en réalité un jardin botanique, était également un parc de toute beauté. C’était exclusivement une annexe du jardin d’Essai d’Alger (Hamma). Des arbres centenaires, d’essences rares, dont il ne reste presque rien, diffusaient une pénombre et une fraîcheur agréable et succulente, très appréciées par les visiteurs en été. Des carrés en fleurs et aux plantes aussi rares que les arbres égayaient le paysage de leurs couleurs convenables. Un enchantement pour les yeux. Au centre de ce parc, un bassin, aux eaux claires et éclatantes, protégeait des poissons importés qui se faufilaient gracieusement entre les tiges qui dépassent l’eau et autres plantes exotiques. Ils faisaient la satisfaction des enfants qui suivaient leurs agissements d’un regard très intéressé et complètement ravi. Le Climat favorisait beaucoup l’épanouissement de ces plantes.

Réalisé et conçu, il y a de cela très longtemps. Les gens qui l’avaient accompli n’avaient qu’une idée en tête, c’était de le réussir et surtout d’en construire d’autres encore plus beaux dans la région. L’idée était là, il fallait la fructifier dans d’autres endroits. Si Mohamed Ben Allèl, descendant direct de Sidi Ali Embarek, avait avec le concours de L’Emir Abdelkader ont permis la construction de la manufacture et permis également aux citoyens de la ville de réaliser les mines à ciel ouvert sur le mont du Zaccar sur d’autres endroits ainsi que dans d’autres appoints. Alors, où est cette continuité. On n’a pas avancé, on en a drôlement rétrogradé. Pourquoi cela ?

Le jardin public de la ville de Miliana est devenu malgré la force des choses, un endroit ou disons plutôt le sanctuaire de la peur à cause des individus qui le fréquentent. Ces individus s’adonnent à tout  rendant la quiétude et la tranquillité des citoyens effrayés et alarmés. D’ailleurs toutes les bonnes choses furent saccagées et dévastées. Les gens n’osent pas s’aventure dedans. S’ils le font, ils pourraient être accostés et être brutalisés à cause de quelques sous. Les vieux, en quête d’endroits (calme, pénombre). Propices à leurs mouvements nonchalants pénètrent juste à quelques mètres de la porte principale. 

Pouvons-nous dire, alors, que nous possédons vraiment un jardin public dans notre ville ? Avec toutes ses commodités ? Une personne, précisément un membre du conseil municipal, lors d’une réunion, avait préconisé de raser complètement le jardin et d’en construire à sa place un bâtiment  répondant aux normes actuelles !!!

S’il vous plait, ne touchez pas à la ville ni aux jardins et forêts. Il y a déjà eu beaucoup de dommages, et de dégâts. Irréparables : tant sur la route d’Alger, sur la route de Arioua, sur la route de Khemis, sur les sources Boutektounes, sur Louz Beni M’zab, sur le flanc du Zaccar… une véritable hécatombe ! Édifices anarchiques. De hautes bâtisses débordant sur les routes étroites avec des balcons qui donnent directement sur la route. Etre joyeux et gai à l’idée de posséder un véhicule neuf.  Mais où et comment conduire ? Comment s’y prendre ? Allons-nous les laisser détruire tout ce qui reste ? Personne n’y songe. Chacun se croit détenir les ficèles et les clés, néanmoins rien ne se fait pour essayer du moins pour arranger la situation. Pour Miliana, la situation est dramatique. Qui va arranger tout cela ? Et comment ? Existe-t-il, au moins, un plan qui va permettre de procéder à des changements encore plus meilleurs que ceux qui ont déjà existé par le passé ?

Par contre, la ville de Miliana continue de voguer sur des récifs qui n’arrêtent pas de la meurtrir et l’écorcher davantage. Miliana ! Que Dieu parvienne à te sauver du naufrage. On rapporte un dicton de Sidi Ahmed Ben Youcef qui dit : « Quand le malheur arrivera aux gens jusqu’au cou, il ne dépassera pas la cheville pour les Milianais.» Espérons que cela se réalise, et que Miliana retrouve son aura. La ville de Miliana et de surcroît son jardin mériteraient beaucoup de considération et ne point la laisser se dégrader davantage. Avec plus de propreté, plus de poissons de différentes couleurs. Soigner (ses blessures) ses arbres et les bichonner de tel façon à avoir une pénombre continuelle et fraîche. Entretenir ses allées et les arbustes qui les entourent. Agrandir certains passages et surtout redonner à la placette du centre sa vraie dimension.

Voici un poème écrit sur la ville de Miliana, par Moufdi Zakaria, traduit de l’arabe par le professeur Tahar Bouchouchi :

Eclair de la majesté du droit divin, don de la nature, Ibn Youcef(1) a propagé en toi la vertu mais la beauté a orné tes collines ravissantes Le Nid d’aigle(2) est-ce toi ou le Djebel Zaccar ? Le fils de l’aigle t ‘a-t-il emprunté ses côtes ? L’amoureux passionné a-t-il donc fait couler ses larmes aux sources des anassers ?
La passion a-t-elle eu pitié du fou de Leïla au point que pour lui rendre la raison, elle l’ait aspergé d’eau d’Aïn N’ Sour ?

(3) Est-ce l’Empereur Pompée qui t’a construite ou Bologhine qui fut ton maître d’œuvre ?(4)
Nombreux furent ceux qui te convoitèrent mais pour eux tu ne fus pas une proie facile.(5)
Les Banou Hendel(6) ne trouvèrent aucune quiétude en toi, tandis que Ibn Aïcha connu une fin tragique(7) Tes assemblées comme ton fleuve firent couler les flots de la science et donnèrent la primauté à Ahmed(8)
C’est pourquoi Yakoub lui offrit le domaine d’Aghmat Certes la générosité est une nature chez les Béni Mérine.

(1)  Sidi Ahmed Ben Youcef, saint patron de Miliana
(2)  Le Nid d’Aigle est le surnom de Miliana, comme l’a écrit le docteur Belhamici dans la revue El Açala : Zaccar est la montagne qui domine Miliana.
(3)  Le voyageur Abdari compare l’eau de Miliana à des larmes, (tant elle est limpide) et ses cailloux à des parcelles d’or. «Si, dit-il, on en aspergeait un homme qui a perdu ses facultés, il les retrouverait aussitôt»
(4)  Les historiens sont d’accord pour dire que Miliana est une ville romaine, fondée depuis une époque immémoriale, sur les vestiges d’une ancienne cité grecque. Le général romain Pompée y serait enterré, au côté de son neveu, d’après certaines inscriptions.
(5)  Les Almohades, les Banou Ghania, les Zianides, les Sanhadjites, les Mérinides, les Banou Handal, les Almoravides et les Hafcides se sont longtemps disputé la possession de Miliana.
(6)  Les gens de Miliana seraient originaires des Banou Handal (qui se sont ensuite installés à Warlennes)
(7)  Baqr Ibn Aïcha était le gouverneur de Miliana, nommé par Ali ibn Ishaq. compagnon de Abou Youcef. Mais les gens de Miliana, hostiles à Ipn Aïcha, le combattirent et le firent prisonnier. A la suite de son évasion, ils le tuèrent.
(8)  Abou Abas Ahmed Ibn Ali fut une gloire de Miliana. Savant, juriste, grand poète, il fut honoré par le sultan Yacoub le Mérinide qui lui fit don de la province d’Aghmat au Maroc.

 

Ne démolissons pas ! Rétablissons ! Sauvegardons et essayons de rendre encore meilleurs, comme partout ailleurs. C’est notre patrimoine, notre culture. Défendons nos vestiges qui sont nos véritables sentinelles. La ville s’étrangle. Il faut penser à l’accroître et l’agrandir sans toucher au charme de la ville. Développer de nouveaux quartiers, en allant vers Oued Errihane où il n’y a pratiquement pas de terres agricoles. Les visionnaires, assistés par les notables de la ville sauraient réaliser des merveilles. Pour terminer, une ville coquette de cette envergure, de surcroît millénaire, rassemblant les meilleurs traits de la jouvence, et de la beauté. Elle se voit continuellement déchiquetée et morcelée par ses propres enfants, ou bien des responsables inconscients, ne connaissant point les rudiments de la vie, acceptent, sans bouger, à ces dérives incontrôlées qui se dessinent à travers le temps.

Jardin

Jardin

Jardin

Commentaires (9)

Deghrar Djilali
  • 1. Deghrar Djilali | 13/01/2018
Cher Miliani 2 EURS, bonsoir

Je te remercie de m"avoir fait écouter ce morceau de Georges Brassens, C'était fabuleux et merci.

Je vois que tu t'inquiètes beaucoup pour l'avenir du jardin de la Magenta. Le seul moyen d'y remédier c'est de créer une association pour la préservation du patrimoine. Il faut inclure dedans des gens qui aiment se battre et qui adorent beaucoup la nature, les juristes, des ingénieurs, des architectes des gens qui ont fait des études sur la botanique etc... tout ce beau servira l'association et cela pour diverses raisons. et merci

Djilali à bientôt
Miliani2Keur
  • 2. Miliani2Keur | 08/01/2018
Un trés énergique Merci a Noria d'avoir remis en vitrine cet article de l'Ami Djillali a qui nous souhaitons une trés heureuse et prochaine Année et qui confirme sa qualité de chroniqueur de fond de l'espace immédiat de l'ouarsenis physique et de l'ouarsenis symbolique, à ce titre il est seul champion dans son couloir.
Chapeau bas et humilité devant toi l'école, le fellah discret et méthodique qui a trainé son microphone au ras de la terre et des voix quotidiennes de cette région d'Algérie sans se perdre dans des géneralités et generosités verbales peu couteuses.

Aprés la devastation de la végetation, c'est le bassin a poissons qui est ASSECHE DEPUIS PLUSIEURS MOIS dans une assourdissante passivité communale et milianaise :
OU SONT LES AMIS ET INTIMES de Miliana !? ou sont les lamentins mécaniques sur la piéraille Islamo-Romaine !?
Ou sont les ReDrapeurs en boucle et Rentiers chromosomiques de Abou El-Abbas, Ahmed Benyoucef!?

Que faut-il faire :
- Faire signer une pétition; citoyens, sociéte civile !?
- Engager une réflexion sur l'action/les actions a entreprendre, avec le contact de la commune
- Faire un appel au medias assorti d'une propositions...

je ne sais pas, a vous de réagir!!

Je te dédie Djillali ce poéme d'un autre Fellah, citoyen du monde comme toi:
ferhaoui
  • 3. ferhaoui | 04/07/2015
bonjour tout le monde . comme toujours ya mon ami djillali toujours des textes utiles et j'espère q'il va faire tilte au prés des responsables locaux pas seulement de miliana mais à l'ensemble du pays...le notre l'algérie!! que voulez-vous!! oui!, klawha ( ils l'ont completement bouffée!!! au reste, on ne vous remerciera jamais assez ya si djillali. l'ami ferhaoui, oran.
fazin
  • 4. fazin | 03/07/2015
Tout en Algérie que ce soient les jardins publics ,les espaces verts ,les monuments ,les stèles etc tombent en désuétude et en décadence suprêmes .Quelle en est la cause ? La perte de civisme ? Le manque de sensibilité des citoyens et / ou des autorités locales? Un laisser aller monstre qui ne dit pas son nom ? Et nous en tant que contemplateurs désabusés bien qu’étant concernés mais sans force réelle pour intervenir et réglementer tout cet abus !!!! Que les consciences se réveillent et se mettent en marche ,que les bras se meuvent pour y remédier afin de rendre cet environnement vivable et que chacun y mette du sien pour le bien de tous .
kéryma
  • 5. kéryma | 03/07/2015
Bonjour cher Djilali et à vous toutes & tous,

Je pense que cela doit concerner tous les jardins publics et espaces verts et bien d'autres infrastructures dans notre pays, seulement pour que cela se sache et se répercute dans toutes les âmes du pays et qu'il y est une vraie prise de conscience, les sites internet sont très importants par exemple, j'entends que si Monsieur le Maire de Miliana daignait faire un tour sur ce site par exemple il en saurait beaucoup sur sa ville et les doléances de ses électeurs concitoyens.
Merci Djilali tes sujets sont très intéressants comme à chaque fois.

Saha ftourkoum,

Kéryma,
Safia Belhocine
  • 6. Safia Belhocine | 03/07/2015
Bonjour aux amoureux du Jardin Public,

Oui, c'est bien dommage qu'un joyau pareil tombe en désuétude!
Cependant, il n'est pas le seul, et Miliana n'est malheureusement pas la seule ville où les traces du passé, les merveilles architecturales ou autres et même les coutumes sont en voie de disparition.
A quel moment y a-t'il eu cassure?
Sommes nous à ce point ignorants du beau, de la valeur des choses ainsi que de leur âme?
Sommes nous à ce point liés au néant dans lequel nous semblons heureux et qui a remplacé nos origines?

Safia
benyoucef
  • 7. benyoucef | 03/07/2015
Merci cher ami Djilali de traiter ce sujet qui est le jardin public ,appelé à l'époque jardin Magenta,qui nous tient tous à coeur .
En effet, ce merveilleux site naturel est un vrai musée de la nature avec ses arbres centenaires,un parc de loisirs avec son bassin,sa statue d'egyptienne, son cinema plein air ,un bon coin de repos et de meditation avec ses allées ombragées ,ses bancs en bois ou on venait en tant que lycéens reviser nos leçons pour préparer le bac.
Le jardin public de Miliana reste un lieu privilegié de reconnaissance collectif ,un coin plein de souvenirs,qu'on doit se mobiliser pour sa preservation et sa valorisation
Benyoucef
Meskellil
  • 8. Meskellil | 03/07/2015
Bonjour à tous,

L’absence de linéarité, le défaut de lien effectif entre les différentes composantes historiques, sociales, spirituelles, culturelles, architecturales de Miliana participent selon moi du chaos dans lequel Miliana n’en finit pas de sombrer. Les différents îlots d’initiatives et d’actions existants viennent principalement de la société civile, citoyenne. Ces îlots sont dispersés, isolés, sans moyens, et sans soutien qu’il soit politique ou civil. C'est si décourageant, si démobilisant!

Ces îlots que sont les différentes associations constituent pourtant la force vive de Miliana, un potentiel, une énergie formidable à rassembler pour agir tous azimuts pour sensibiliser, éduquer, responsabiliser, impliquer les enfants, les jeunes et moins jeunes aussi, dans et à travers des projets citoyens pour la ville. Développer le sentiment d’appartenance, d’identification, de participation au groupe, redonner du sens à cette revendication d’appartenance que l’on soit originaire de Miliana ou pas. Miliana a su par le passé intégrer pleinement les vagues d’immigration qu’elle a connues. Le sentiment d’appartenance de tous y compris des nouveaux arrivants était fort, solide, signifiant parce que sous tendu par une cohérence, une harmonie, un sens puisés dans une histoire collective riche de toutes ses composantes et porté par tous, même partiellement. Rétablir ces liens, cette linéarité c’est retrouver une estime de soi collective pour appréhender l’avenir avec confiance et foi.

Il est vrai que le mal est déjà fait. Mais il devient urgent, vital d’arrêter l’hémorragie, la passivité, la fatalité, les décisions ponctuelles, à court terme et par à-coups déconnectées du contexte général, dépourvu d'une vue d'ensemble cohérente. C'est une attitude irresponsable, nuisible, suicidaire. Agir est un travail de longue haleine, de fourmi, une politique des petits pas. Chaque avancée aussi minime soit-elle est une victoire sur l’oubli de qui nous sommes, qui est ,(selon moi), toujours un préalable à, qui est Miliana, qui représente-t-elle, que représente-t-elle, et où veut-elle aller.

Je ne m'érige pas en moralisatrice, donneuse de leçons. Je serais très mal placée pour cela. C'est juste que ça remue de voir Miliana sombrer encore davantage et de tomber définitivement dans un trou noir de l'histoire.

Merci M. Djillali

Bonne journée à tous
Miliani2Keur
  • 9. Miliani2Keur | 03/07/2015
Cri du coeur Deghrar

oui nous devrions penser a des actions simples et concrétes pour réveiller la sensibilité citoyenne!

des propositions?

Ajouter un commentaire