S 5Retour dans mes Souvenirs

                               De Bab-El-Oued @ Miliana

Lettre aux amis (ies)

De Djamel TOUAT

LETTRE Aux ami(e)s internautes:

Abbas.B, Benabdellah.M, Bradai, Chantal, Djeblaoui.B, Farah, Aek.Ferhaoui, Hortense, Keryma, Meskellil, Midjou, Milianai2keur, Aziz, Chengueb, Zoom, Lecteur, Ayadi, l'Amie et tout ceux qui fréquentent assidument ce site et dont à l'instant ils ne me viennent pas à l'esprit .

140331054514173820

Commentaires (18)

Chantal
Chers Amar et Kada (toujours « las » … lol!). Quel bonheur à chaque fois que je parcours les méandres de vos pensées ! A tel point que je les relis deux ou trois fois pour mieux les savourer !

Kéryma … même si tu n'es pas une abdounate … on t'aime quand même ! Na !
Meskellil
  • 2. Meskellil | 30/05/2014
Bonsoir cher ami et grand frère Ferhaoui, ça fait plaisir de retrouver les amis du site, merci pour le clin d'œil et le souhait de bienvenue
Amitiés
ferhaoui
  • 3. ferhaoui | 30/05/2014
Bonjour à toutes et à tous bienvenus aux absentéistes ? sacrée kéryma !non seulement vous etes une plume magique... mais aussi une sacrée femme pétillante de joie et d'humour! alors restez-y!!!! surtout ne changer pas votre registre. un clin-d'oeil à ptite soeur meskellil. l'ami ferhaoui, oran.
Hortense
  • 4. Hortense | 30/05/2014
Salam,
Le sérieux du sérieux côtoie l'humour haute gamme sans s'écorcher,ni se manquer de respect.
Il arrive que l'on soit marqué au fer rouge,et que l'on traine la cicatrise pour le restant de sa vie.
Et le bonheur est fait de toutes petites choses amassées Quotidiennement, parmi rire en toute occasion.
Amitiés.
Meskellil
  • 5. Meskellil | 30/05/2014
M. Amar/Kada bonjour,
Que du plaisir à vous lire! Je suis contente de vous retrouver à nouveau sur le site, vraiment. Votre présence est très agréable et votre humour très précieux.

Cette page rappelle aussi M. Djamel à nos souvenirs. Mes salutations amicales et sincères à vous M. Djamel, en espérant vous revoir bientôt sur le site avec ou sans projet finalisé!
keryma
  • 6. keryma | 30/05/2014
Bonsoir tout le monde,

Ya khouya Amar,
OUI! Et un mille milliard de milliard et à + l'infini : OUI! Tout ce que tu as évoqué est très juste et sage, quelqu'un a dit ( je crois que c'est moi, j'ai oublié) soyons heureux et vivons notre bonheur tant qu'il existe, après n'ayons pas peur que cela s'arrête un jour, tant pis nous aurions passé et vécu des moments inoubliables! Le bonheur est périssable comme les fleurs,(ou peut-être comme euh.... un yaourt) le malheur a tendance à nous coller un peu plus longtemps!
Soit, toujours est-il que je suis heuseuse de te lire, tu vois le bonheur arrive vite, il suffit d'une lecture.
Merci, ce que je regrette ya khouya la3ziz c'est que je ne serai pas là avec les amis : ni à Cherchel ni en septembre, je précise par ailleurs et encore une fois que je ne suis ni une Abdounette ni une Ferroukhienne juste une plume qui se promène ici et là sur le site de notre Noria "l'Abeille", essayant d'atteindre les coeurs et les esprits (qu'est-ce que je parle bien!!!),
j'aurais tellement aimé vous connaître toutes et tous
ma3lich mazal el khir lelqouddem inchAllah.

Votre amie à tous,
Kéryma,
Ouah Ya Khouya Kada
  • 7. Ouah Ya Khouya Kada | 30/05/2014
Bonjour la famille

Hi Chantal, Keryma

Ouah Ya Khouya Kada, on est toujours là
Kada, et jamais las.

Un seul soleil et chacun son ombre.

Ouah Ya Khouya Kada, on dénonce quelque chose qu’on cautionne
Kada, et nul n’est parfait.

Et s'il y a une chose impardonnable, c'est de ne pas pardonner.

Ouah Ya Khouya Kada, écrire c’est crier en silence, c’est cuisiner avec des lettres.
Et on croit écrire seulement pour soi.
Kada, et pourtant elles sont attentives et nous assurent que c'est aussi pour elles.

Et il faut bien reconnaître qu’aujourd’hui l’existence du portable et du mail tient une grande place dans le bonheur ou la souffrance de la vie.

Ouah Ya Khouya Kada, Il n'y a jamais de pourquoi à un souvenir. Il arrive comme ça, à l'improviste, sans demander la permission.
Kada, et tu ne sais jamais quand il repartira. Et la seule chose dont tu peux être sûr, c'est que de toute façon il reviendra.

Et ce souvenir lointain, c’est plutôt envie de rien, besoin de toi.

Ouah Ya Khouya Kada, Il y a une chose qui ne s'explique plus
Kada, et Il y a des mots qui ne sortent plus.

Et il se trouve que parfois, une personne très particulière est étrangement irremplaçable.

Ouah Ya El Kebida, une partie de nous, nous appartient pour toujours.
Kada, et c'est comme ça que l'histoire s'est achevée.

Et alors pourquoi garder une parcelle de nous en souvenir ?

Ouah Ya Khouya Kada, Il nous reste tout à apprendre
Kada, et je crois qu'il suffit juste d'être au bon endroit , au bon moment et avec la bonne personne.

Et même les sentiments ont une date de péremption, c'est dommage, tout est périssable.

Ouah Ya Khouya Kada, c’était ma tasse de thé et depuis je bois du café
Kada, et les souvenirs, ça fait mal les bons souvenirs.

Et à notre âge, changer c’est peut-être aussi grandir.

Ouah Ya Khouya Kada, c’est quoi préférer une autre personne à soi-même.
Kada, et elle aura fait trop de bien pour en dire du mal.

Et si les yeux sont aveugles, il faut chercher avec le cœur.

Ouah Ya Khouya Kada, on est toujours persuadé qu'il n'y a qu'une seule personne.
Kada, et on en trouve une autre pourtant un jour.

Et ça a l'air dingue de s'être autant inquiété pour ça au début, en ne sachant jamais ce qu'on aurait pu devenir.
.
Ouah Ya Khouya Kada, espérer c’est déjà être heureux.
Kada, et le vrai bonheur ne dépend que de nous.

Et puis à un moment, tu arrêtes de chercher le bonheur. Tout simplement parce que tu te rends compte qu'il était juste sous tes yeux, depuis le début.
Meskellil
  • 8. Meskellil | 05/04/2014
Bonjour à toutes et tous

M.Bradai bonjour,

Je me suis relue aujourd'hui et j'ai trouvé mon histoire, du moins la première partie, complètement confuse et décousue, et j'en ai bien ri et ma fille aussi. Elle m'a dit que vous aviez peut-être été vexé par mes propos? J'espère que non parce que justement mon propos était de vous taquiner et de continuer un peu sur le même registre: dire beaucoup pour ne pas dire grand chose finalement, le but étant juste de s'amuser à construire une petite histoire surréaliste. Et je vous promets que votre histoire improbable m'a beaucoup amusée, tout comme la mienne même si décousue. On pourrait à ce propos faire avec tous ceux qui veulent y participer un "Cadavre exquis" ce serait très amusant d'avoir une production collective, mais comment s'y prendre pour ne pas connaitre ce qu'écrit l'un ou l'autre jusqu'au résultat final avec un texte complètement surréaliste. Il faudrait en fait que chacun (e) envoie une phrase à Noria qui classera selon l'ordre d'arrivée, tout cela sur un temps défini mettons 2 semaines. Noria assemblera les phrases des uns et des autres et nous présentera le texte que cela aura donné. Alors?...Si ça n'intéresse personne, et encore moins M. Bradai, ce n'est pas grave, je ne serai pas vexée
Meskellil
  • 9. Meskellil | 04/04/2014
M. Bradai,

C'est une histoire extravagante que vous me racontez là! C'est un conte des livres d'enfance qui me revient en mémoire: c'est un lapin qui faisait une sieste sous un chêne. Il dormait profondément et paisiblement lorsqu'un gland lui est tombé sur la tête, et l'a réveillé en sursaut. Ne comprenant rien à ce qui lui est arrivé, le lapin s'est mis à courir comme s'il avait vu le diable en personne. Il était complètement défait lorsqu'il a rencontré, je ne me rappelle plus quoi, mais disons qu'il a rencontré un renard à qui il a donné une version toute autre de ce qui était réellement arrivé, ensuite c'est le renard tout bouleversé qui a rencontré un hibou (en fait je ne me rappelle plus des animaux à part le lièvre), mais continuons notre récit, il lui a raconté une version des faits qui différait sensiblement de celle du hibou. Bon, je ne vais pas passer en revue tous les animaux de la forêt, mais chacun y allait de sa version. Au fur et à mesure des déplacements de ces animaux et de leurs rencontres, la rumeur s'amplifiait jusqu'à devenir un incendie gigantesque qui ravageait tout sur son passage. Ce sont alors des hordes et des hordes d'animaux qui se sont mises à courir dans la même direction pour fuir ce feu qui n'épargnait rien sur son passage! Ainsi un simple gland est devenu un énorme incendie!
Vous me direz: "quel rapport avec mon histoire?", ben, rien aucun rapport. Votre histoire m'a fait bien rire, et j'ai pensé à mon histoire. Mais il doit quand même y avoir des similitudes tout compte fait, voyons voir! Le chat par exemple au pas très léger qui casse les lunettes extra, une simple balade qui devient aventure périlleuse, une djnina que je connais bien qui devient un labyrinthe duquel on risque de ne jamais sortir, une simple référence au temps qui devient un ultimatum, ledit artiste qui se cache derrière des masques et qui multiplie les fausses pistes, et pour couronner le tout vous perdez le nord sans vos lunettes "cassées" écrasée par le chat bien sûr!Une rencontre à el Djenina plus qu'improbable, voire utopique! Il est plus probable de voir "el melh inouar"que d'espérer voir l'artiste!!! Merci pour ces moments bien drôles!
bradai
  • 10. bradai | 04/04/2014
Bonsoir Meskellil.
Pour toute aventure périlleuse il faudrait dés son début prendre précaution des risques à encourir. Le plus grand risque est cette peur de se perdre quand on suit un chemin inconnu et qu'on se trouve à tourner en rond , à revenir au même endroit comme dans un labyrinthe . Notre bonhomme qu'on doit chercher et le retrouver a prit ses devants en changeant carrément de masque. IL m'est bien difficile de le retrouver et pour ça je vous le garantie en homme ayant * vécu déjà cette petite expérience avec lui . Il vient même m'annoncer à l'instant pour brouiller toute trace de recherche son ultimatum qu'au delà de la mi-printemps il jettera en l'air le seul indice qui puisse me rapprocher de lui. Le comble aussi c'est qu' en lisant l'annonce ma stupeur fut plus grande que j'ai fait tomber mes lunettes et qu'un malheureux chat a marché dessus .Sans ces lunettes "extra " je suis sensé ne connaitre personne en dehors de moi même que parfois je confonds ma main gauche avec la droite. Mais on a une chance si on arrive à nous rencontrer avant l'expiration de l'ultimatum sois en sûre Meskellil que je manquerai pas de te présenter notre bonhomme .Mais de là il faudrait faire un exploit pour que mes yeux puissent trouver leurs verres "extra" et là j'en doute que cette chance de nous rencontrer tous les trois ensembles en même temps se réalise .
Elle est bien minime ne trouves -tu pas ?. Sauf si la caquette de la tête de notre bonhomme ne puise pas sauter pas en l'air .
Tout ce que je peux te dire ne désespère surtout pas pour tout probleme il y a sa solution.
Fraternellement.
Meskellil
  • 11. Meskellil | 04/04/2014
Bonsoir M. Bradai,
Si un jour nos pas nous menaient à Miliana et plus précisément lel djenina, wine natlaqaw bl'artiste hadha li rak tahder 3alih. Wach men djiha fel djenina? Comme vous avez vous-même tatonné avant de le repérer, pourriez-vous nous donner quelques indications et repères si jamais errih idjibna mennek?
DTouat
  • 12. DTouat | 04/04/2014
Bjr mon ami BRADAI
voilà plus d'une semaine qu'on s'est vu au jardin.J'avais senti que toi aussi tu voulai jeter un regard sur ce jardin,l'appréhender à ta façon,avec ton verbe que les algermilianautes ont adopté dès les premièrs jours sur ce site.
J'ne te jeterai pas des fleures si je te dis que tu cumules le plus d'écrits et de coms sur ce site.Nos amis sont là pour en témoigner.
oui tu as bien fait de ne pas révèler l'information.Taire un secret, suscite de la curiosité,des interrogations ,des questionnements.En fait ca réveille de l'intéret qui fait patie de la stratégie de la communication.Mais j'le dis a moi meme avant tout ,c'est une arme à double tranchant,si le secret dévoilé à la fin, n'est pas à la mesure de l'attente dont font patience nos amis qui nous suivent sur ce site.Oui la déception est un leitmotiv que je voudrai qu'il soit banni de ce site.
Mon p'tit travail avance,peut etre pas comme j'le veux, mais il avance.
AH un p'tit détail,la casquette marine,j'l'enlèverai à la mi-printemps.Alors si vous appercevez quelqu'un au jardin ,à partir d cette date là,hé bien croyez moi ,ce ne sera pas moi.
au plaisir de te lire.ton ami Djamal
bradai
  • 13. bradai | 04/04/2014
Ma rencontre avec un ami ...
Ce jour là, même avec le soleil bien haut au ciel en ces prémices de printemps, le temps monotone couvrait la ville .Etant donné que j’y étais de passage dans ce fief d’un ami, j’ai décidé d’en profiter de l’aubaine et le voir un moment .Quelques instants plus au moins longs à prendre de son temps libre nous feront à tous deux plaisir. L’endroit étant connu de tous, et pour arriver à lui la marche pour moi était l’idéale. De là où j’étais, il ne m’a fallu que quelques enjambées à réaliser sans peine pour me trouver devant le portail à large éventail .Parfois dans les jours de semaine on le voit fermer, en cette matinée là il était bien grand ouvert.
A part trois bonhommes âgés rencontrés assis sur un banc à l’entrée à discuter entre eux, ça parait bien calme à l’intérieur et désert. Mais j'étais sûr et confiant en pénétrant au lieu de voir l’ami assis quelque part dans un endroit tranquille. Arrivé au niveau de l’esplanade, je me suis trouvé à contempler un quasiment sans âme d’une placette de distraction pleine d’ambiance autrefois. C’était vide, et cette vacuité en ce moment là je crois qu’on la ressent instantanément.
En ce moment matinal On y voyait deux petits enfants seulement en bas âges jouant là dans l’aire de jeux au regard d’une mère qui les laissait faire. Pas le moindre monde malgré les vacances scolaires battant leur plein .On dirait que dans la charmante ville d’antan Les temps ont bien changé pour elle maintenant. Et le simulacre vous oblige à le percevoir à contre cœur.
Mon regard qui ne s’arrêta pas là, tout en marchant et scrutant au plus loin eut à voir que trois jeunes assis sur un banc à se réchauffer aux rayons d’une rareté d’un soleil qu’ils espéraient voir arriver à eux en travers des énormes branches d’arbres de platanes dénudées de feuillages. Ils étaient là Sereins, fumant leurs bouts de sèches, se passant un gobelet de café entre eux. Je me suis dit, voilà à leurs allures ces trois jeunes sont bien de la ville, peut être qu'ils m’aideront à me dire où pourrais-je trouver l’ami facilement sans chercher dans d’autres allées plus loin.
Je me suis rapproché d'eux...Et, après le traditionnel salut passé entre nous … leur ai demandé … peut –on s’il vous plait vous demander où trouver un "jeune" portant casquette marin qui aime s'assoir pas loin de ces grands arbres que vous voyez là. Gentiment ils m’ont répondu et demander, si je connaissais au moins le nom de l’ami.
Oui, bien sûr leur ai-je dit!...
Voilà comment qu'il s'appelle de nom, et pour vous dire davantage même étant tout vieux comme moi il parait en âge encore plus jeune que vous trois ensemble. Ne comprenant que bien ma question ils ont bien voulu en ce sens me le dire par un sourire et chacun m’a montré quelques dents manquants à son dentier .Voulant par là prouver que l’oisiveté a eu raison de leurs âges. C’était facile pour moi de comprendre aussi que le message fut passé entre nous.
Alors, Je leur ai aussi expliqué que l’ami que je cherche à voir est bien connu en cet endroit. Ils m'ont répondu après bien réflexion entre eux que vraiment ’ils regrettent de ne pouvoir le connaitre d’après le signalement que je leur ai donné :.
Tout en remerciant les trois godelureaux de cette peine énergétique consentie de leur part pour moi, je me suis dit en moi-même que ce ne sont peut être pas des habitués des lieux sinon ils auraient pu le savoir et me renseigner.
Cet ami est un peu spécial dans le coin et il doit être bien connu; il fait partie prenante de l’endroit.
N’ayant pas du tout perdu espoir j’ai repris ma démarche de recherche.
Je me suis souvenu que l’ami travaillait le plus longtemps avec sa tête et non pas avec une casquette comme que je ne cesse de le décrire à qui veut l’entendre. Oui !..Sa tête créative pleine d’inspiration doit être là bien là quelque part absorbée sur un sujet. Pas loin d’une idée de son imagination à dépeindre pour ses amis sur une nouvelle feuille blanche,.
A l’endroit où j’étais la tête en l’air à me demander vers quel lieu m’orienter pour me diriger, j’ai posé mes pieds là où j’ai senti sans m’en rendre compte que j’étais sur une surface mouillée entrain d’être arrosée et nettoyée. Tout prés derrière moi une personne se donnait une peine depuis un temps à jeter de l’eau ici et là à l’aide d’un sceau. Son cri d’appel vers moi pour lui dégager sa piste me fit sursauter soudainement. C’est tout bonnement le garçon du cafeteria qui nettoie sa plate- forme de travail pour en donner à une clientèle prochaine la belle vue de l’endroit. Le voyant dans cet air diligent, J’ai vite pensé qu’il n’y a que Lui, qui doit connaitre au moindre détail tous les gens habitués à prendre un café dans le périmètre. Et l’ami en question devait dans les circonstances d’occupation de ses œuvres ai pu prendre au besoin un café chez lui.
A son cri vif et soudain ,J’ai dû m’écarter aussitôt d’ un peu de sa trajectoire de tir afin de ne point le gêner davantage. Je l’ai laissé mener à bonne fin sa besogne ensuite j’ai balbutiée aussi vite ma question de peur qu’il s’excusera que son travail ne fait que débuter que le temps de discussion pour lui est à plus tard.
A ma question, Le garçon de café fut attentif mais finira lui aussi à me répondre qu’il ne connait aucun homme au signalement donné.
Et puis voyant mon air si effaré devant lui en me regardant attentivement partir , qu’il revient sur ses propos et m’appelle. Ah ! attends … mais je connais ce bonhomme là me dira-t –il ; ajoutant pour ne pas se donner tort que j’aurais pu lui dire le dessinateur…. Et tout un monde ici connait le dessinateur … Les habitués à cet endroit le connaissent de ce nom…. je vais te le montrer. IL me désigne du doigt l’endroit. Tu vois là, il est déjà là …. Et toujours à sa même place..
Dans ce coin tranquille loin des regards curieux L’Ami tant recherché était là. Assis sur son banc de toujours.
Me voyant de loin arriver vers lui , sa surprise fut bien grande autant que moi que pour me faire plaisir il quitta vite sa place pour venir jusqu’à moi .L’ami m’invita même à partager son siège. Il en avait ramené avec lui pour des amis de l’improviste quelques coussins douilleux qu’on ne trouve pas facilement au marché, très agréables à se reposer dessus. J’ai vu alors que c’est un type qui prévoit tout dans sa vie.
(Un conseil que je te donne cher ami . m’a -t-il dit …Si tu arrives à boucler l’âge de tes soixante ,et que tu sais en outre en sortant de chez toi que tu vas tarder un peu longtemps dehors, prends en soin pour ta santé . Pour sa sécurité n’oublie jamais de mettre sous ton bras un petit coussin en sortant de chez toi .Il parait que ça aide le sol à ne pas être trop dur quand on s’assoie) . Apres justes quelques minutes prés de lui J’ai trouvé qu’il avait tout à fait raison .L’expérience a donné son effet immédiate.
Notre discussion a duré un temps où des explications sur ses projets d’avenir, son passe temps, ses ambitions dans son travail. J’étais là à l’écouter sans ajouter un mot, le laissant m’émerveiller encore plus dans ce décor nouveau pour moi qui entoure pleinement sa vie. Un petit sac qu’il trimbale avec lui est tout son atelier. Il me montre une ardoise … non deux !…Tu sais avec ça…
Mais qu’est ce que je dis là ? …, parfois j’ai du mal à retenir ma langue qui ne sait pas tenir un secret. J’allais vous dire ce que je ne devrais pas vous le dire maintenant.
je dois me taire et ne rien ajouter sinon je vais tout dévoiler ce qu’il m’a raconté en projet de faire dans les jours qui viennent pour les amis(es) du site .
Fort heureusement que parfois je sais retenir ma langue à temps…..
Meskellil
  • 14. Meskellil | 02/04/2014
Bonsoir à toutes et tous
Bonsoir M. Djamel
Je parlais d'enthousiasme, mais c’est plutôt de passion qu’il s’agit! Ces moments de fébrilité, d’effervescence, d'impatience qui se saisissent de nous quand l'idée est là, qu'elle s'impose à nous, qu'elle frappe par son évidence! Il devient alors impérieux de s'en emparer, de lui donner forme et de la faire vivre. A la lecture de votre lettre, on comprend le travail de titan que votre projet exige, ça va vite, très vite parfois, on est comme happé dans un tourbillon d’idées, d’émotions... Je suis juste restée là, à "regarder" et "écouter" l’artiste en pleine dynamique créative pour une création dynamique originale. On attend la suite… Merci beaucoup.
Meskellil
  • 15. Meskellil | 02/04/2014
Bonjour Chère Noria,
Je t'espère en forme, et te souhaite une journée paisible et sereine. Tu manques au site et ton absence se fait ressentir. La citation du jour donne l'impression d'un enlisement...Donne-nous de tes nouvelles chère amie
Avec ma sincère amitié
keryma
  • 16. keryma | 01/04/2014
Cher Djamel,

Un grand merci pour la lettre (j'adore recevoir des lettres), celle-ci longue et pleine de sincérité de charme oui un charme que je qualifierai d'artistique, une gentillesse de celui qui veut toujours faire plaisir sans retour. Merci pour tes explications très claires et nettes!
Alors à quand une bonne bande dessinée très animée et en 3D? Au boulot l'artiste!
Kéryma,
Benabdellah Mohammed
  • 17. Benabdellah Mohammed (site web) | 01/04/2014
@Djamel: je suis impatient de découvrir la dernière.Tu nous a habitué à des choses très intéressantes à tout point de vue aussi je me joins à nos amis (es) pour t'encourager à réaliser ce dernier né.Bravo Djamel.
Chantal
  • 18. Chantal | 31/03/2014
Merci Djamel pour vos explications extrêmement intéressantes. En fait, lorsque j’ai vu « votre envoi expérimental », je me suis réjouie car je me suis dit que, enfin, j’allais pouvoir lire vos BD sur mon ordinateur. Je vous en explique la raison : je n’ai pas pu prendre connaissance de vos BD sur le site car ma vue n’est plus assez bonne pour lire des « bulles » sur mon « petit » écran d’ordinateur. Néanmoins, maintenant que je vous ai parlé de mes petits problèmes de « vieille » (lol !), je serais ravie de pouvoir vous lire sur une animation telle que celle que vous nous avez présentée car là, je me rends compte que je pourrais lire les textes (sans doute aussi parce qu’il y a un meilleur contraste ?) et même si celui-ci défilait un peu vite … Mais, en ce qui concerne la vitesse de défilement des textes, j’ai remarqué que Meskellil avait fait le même constat que moi. Au plaisir de vous lire Djamel !

Ajouter un commentaire