Facebook the green dressing 3 Images 4

Gifasm uuwrpoesbptd1104

L' IMZAD

H 11

L'IMZAD: Vieil instrument de musique à une seule corde, joué uniquement  par les femmes touaregs dans le désert. Il vient d'être inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO.

Commentaires (7)

Kéryma,
  • 1. Kéryma, | 10/01/2014

Bonsoir mon ami Mourad,

Ce que tu rajoutes sur l'imzad est si doux si raffiné, agréable à lire.
N'oublie pas que tu es aussi un poète et un homme qui écrit en dégageant une subtilité représentée pas des lettres majuscules,
Merci,
Avec mes amitiés,
Kéryma,

fazin
  • 2. fazin | 09/01/2014

Bonsoir tout le monde ,
Merci Benyoucef pour ce magnifique poeme qui ,en le lisant, nous transporte bien loin dans le desert et nous laisse assoiffés ,haletants ,mais en tendant l'oreille on ecoute un air triste et voluptueux qui nous enlace et nous seduit ,nous faisant oublier notre existence morose. Continuez ,vous les poetes et poetesses , à nous abreuvoir de cette poesie si ensorcelante par la magie et la musique de ses mots doux et penetrants . Merci et bonne soiree à tous et toutes .

ferhaoui
  • 3. ferhaoui | 09/01/2014

remarque :lire cet immense désert merci.

ferhaoui
  • 4. ferhaoui | 09/01/2014

bonjour benyoucef, c'est une année qui commence bien la poesie est à l'honneur très beau poeme a lire et relire! ces instruments l'imzad , elguebari karkabou,cet héritage qui véhicule un message relayé, à travers les siecles,par les musiciens et les poètes de cette immense désert...;un message qui porte, sans aucun doute,les elements qui nous permettront de récupérer des pans enfuis de notre mémoire porteur des spécificités de notre véritable identité algérienne et de notre culture nationale. l'ami ferhaoui ,oran.

ZOUAOUI mourad
  • 5. ZOUAOUI mourad | 09/01/2014

BONJOUR SI BENYOUCEF ABBAS-KEBIR,
MERCI POUR CE BEAU POEME !
J AJOUTERAI AUSSI QUE L IMZAD EST UN INSTRUMENT DU DESERT QUI SE NOURRIT DE L ABSENCE . L ABSENCE, CE REFLET TROUBLE D UN HORIZON
QUI S ECHAPPE. LA FUITE HEUREUSE D UN ECHO QUI RESONNE...
C EST AUSSI UN SOUFFLE PUISSANT QUI PEUPLE LE DESERT....
C EST LA VIRTUOSITE DU SILENCE QUI S ERIGE EN MURMURE ET
C EST AUSSI L APPEL LOINTAIN QUI CHARME TOUS LES COEURS.....
MERCI POUR CE PARTAGE .
AMICALEMENT.
MOURAD Z.

Kéryma,
  • 6. Kéryma, | 09/01/2014

Bonjour Benyoucef,

J'avais 19 ans, quand je suis allée à Ouargla, et les gens chez qui j'étais invitée, m'ont emmenée dans une casbah où habitait une petite mémé que tout le monde appelait affectueusement " ' mma Messaouda" , et elle jouait admirablement bien de cet instrument l'imzad! Et pour continuer un peu l'histoire, j'ai mangé un pain farci avec du piment et autres choses (ma mémoire bas de l'aile) mais je me souviens que c'était très bon!

Merci Benyoucef, ta poésie m'a fait tournoyer tel un grain de sable par dessus le désert, et une fois retombée sur une merveilleuse dune j'avais fini de lire ton écrit.
J'en suis ravie, bravo!

Avec mes amitiés bien poétiques,
Kéryma,

Chantal
  • 7. Chantal | 09/01/2014

Magnifique poème ! J’oserais dire "comme d’habitude" Benyoucef ! Mais, passionnée de musique, peut-être suis-je davantage sensible à celui-ci qui nous fait découvrir cet instrument de musique qu’est l’imzad. Je suis absolument fascinée et admirative par tous les poètes (et poétesses !) de ce site.

Ajouter un commentaire