S 5Retour dans mes Souvenirs

                               De Bab-El-Oued @ Miliana

Près de la vieille cheminée

De Benyoucef ABBAS-KEBIR

Parchemin jpg123 1

Commentaires (9)

L'Amiye
  • 1. L'Amiye | 27/11/2013
Bonsoir Mourad,
La souffrance qui se dégage de ce poème est très ... vertueuse, le désespoir tue nos coeurs et nous affaiblit!
Amitiés,
L'Amiye,
ferhaoui
  • 2. ferhaoui | 26/11/2013
bonjour au poete zouaoui mourad, décidément c' est le réveil du grand volcan ! la poesie est a l' honneur ...le mystère reste entier ne me demandez pas que j'entre ici dans le moindre détail!. de tout coeur bravo!. l'ami ferhaoui, oran.
ZOUAOUI mourad
  • 3. ZOUAOUI mourad | 26/11/2013
MON DESESPOIR,

LA NUIT SE PROFILE TITUBANTE DE NOIRCEUR EN ABANDONCE
SUR LA FISSURE INTEMPORELLE D UN MUR ABIME DE VIOLENCE
JE NE SUIS QU ABANDON SUR LA TERRE INFERTILE DE L ABSENCE
UNE CARESSE OUBLIEE SUR LES PAVES DU COEUR EN SILENCE.

UN TEMPS LOURD ENTRAVE MES PAS ,PROFONDE BLESSURE
DANS MA BOUCHE CE GOUT DE SANG QUI DEVIENT BRULURE
DELAVE LES COULOIRS DE MON AME SOUDAIN A LA TORTURE
DU HAUT DES CIMES ASSASSINEES NAIT LA MEURTRISSURE.

UNE SAISON D HIVER SE POSE SUR LA TERRE TOUT EN FRISSONS
LE JOUR EN LAMBEAUX SE COURBE SOUS UN TRAIT D HORIZON
LES MOTS SE SONT ENFOUIS DANS LES NUAGES SANS RAISON
JE SUIS LASSE D AVOIR UN SOUVENIR COMME UN COMPAGNON.

AU FOND DE MOI EXPLOSE LA BRAISE DES TOURMENTS
QUI S ALLONGENT IMPUDIQUES DANS LE LIT DU TEMPS
CETTE SOUFFRANCE BOIT JUSQU A LA LIE DE MON SANG
SCELLE SON SARCASME SUR MES DESIRS INCANDESCENTS.

JE CREVE SUR LA TERRE ARIDE Où TU M AS LAISSEE
PRIS AU PIEGE DE TES LEVRES Où DORT MON ETERNITE
A MEME LE ROUGE DE MA PLUME ECRITURE INACHEVEE
JE TE CHERCHE POUR TE DIRE COMBIEN JE SAIS T AIMER .

AMICALEMENT.
Chantal
  • 4. Chantal | 24/11/2013
Merci Benyoucef pour ce joli poème qui me donne un sentiment de bien-être et de plénitude partagés. La chaleur n’est pas seulement dans l’âtre de la cheminée, elle pénètre aussi les cœurs.
benyoucef
  • 5. benyoucef | 24/11/2013
Bonjour à tous
Tout d'abord je tiens à remercier notre chere amie Noria pour avoir publié et mis en valeur mon poeme qui vient rechauffer tous les coeurs de nos amis lecteurs et lectrices du site.
Merci aussi à l'amiye et à Mr Ferhaoui pour la lecture et leurs commentaires qui m'ont fait plaisir.
Il est vrai que la cheminée ,malheureusement disparue à nos jours pour etre échangée par le chauffage, reste un endroit ideal qui nous fait rappeler nos bons souvenirs de famille.
Avec mes amitiés chaleureuses
L'Amiye
  • 6. L'Amiye | 24/11/2013
Mon cher lecteur,

Ton commentaire est poignant, à la fin de sa lecture je suis restée un long moment à méditer sur la mort qui nous guette, et des flammes il ne reste que des cendres...
Avec mes amitiés,
L'Amiye,
ferhaoui
  • 7. ferhaoui | 24/11/2013
bonjour benyoucef, bravo et merci de nous faire revivre a travers ce parchemin de la nostalgie je me reconnais parfaitement dans tous ces instants que vous decriver d'une main d'artiste avec justesse et detail quel beau tableau!! l'ami ferhaoui, oran.
un lecteur
  • 8. un lecteur | 24/11/2013
La vie de famille est comme l'ardeur d’une cheminée,
Au début, on croit que son beau brasié ne s’éteindra jamais
Et, on voit de son feu qui dure 'illumine et réchauffe les corps
Mais avec le temps, on voit que tout fini pour partir en fumée..
pour laisser sur les parois de ses briques noircies , cette suie qui reste temoin de passage d'une vie .
L'Amiye
  • 9. L'Amiye | 24/11/2013
Benyoucef Le feu de la cheminée que je connais est d'une telle chaleur! Et ton poème me fait vivre ce moment où seul le crépitement des flammes s'entend, quel agréable vie que celle au pied d'une cheminée à l'abri du froid glacial qui nous menace dehors, merci en tous les cas ton poème est doux et nous préserve de la froideur de l'hiver.
Je l'ai lu et relu comme je fais à chaque fois qu'un écrit me plait ....
Vite je veux une cheminée!
Amitiés,
L'Amiye,

Ajouter un commentaire