Facebook the green dressing 3 Images 4

Si belle est la vie, plus cruelle est la mort/ Par Mohammed MIDJOU

Avion militaire

A l’aube des essais aériens aux moyens limités, les pionniers inspirés des volatiles s’en aperçurent tôt de la complexité

L’Aéronautique rimant avec le risque, conscients alors du danger,  ils en atténuèrent les effets de leurs mésaventures

Longue réflexion et réassemblage en consolidant les éléments à l’épreuve du vol, il y a urgence en matière de sécurité

Ils ne seront pas plus avancés, la valse des incidents continue, de moindre mal, mais offerts  tout de même en pâture

 

Un immense pays aux vifs contrastes naturels saisissants, des avions de ligne et cargos mènent le bal dans les cieux   

Survolant aussi, nuit et jour un vaste territoire, la flotte interne s’exécute résolument engagée au dessus de nos têtes

Passagers sur courte ou longue distance, affairistes ou touristes, au gré des humeurs, par temps clément ou capricieux 

Contingent du devoir national ou de courtois visiteurs aux amis, à la famille, ils s’y confient au rythme des navettes

 

Les uns comme les autres, de fidèles clients ou occasionnels, partageant les mêmes sensations, de l’image, du haut vol

Economique ou choyés en première, tous heureux de prendre place près des hublots pour admirer la terre, la vie ici bas

Aux fortes accélérations à propulser l’appareil, timorés, accrochés à leur siège, souvent très inquiets en quittant le sol

Une force à transpercer les nuages en rejoignant l’espace, muets, leur estomac déjà dans les pieds, ni photos, ni débats

 

Le transport par mer ou terre équivaut par sa densité, celui des couloirs n’est pas moins loti, honneur vif aux aiguilleurs

Des mastodontes de métal,  teintés, en l’air filant, les pilotes aux remous, dans leur cockpit très sereins au demi-volant  

Stewards hardis et hôtesses élancées, au service affichant ardeur, disponibles aux besoins, aux consignes avec rigueur 

 Les minutes s’égrènent, une trajectoire calme, parfois tumultueuse,  l’information à bord soulagea les brinquebalants

 

L’industrie boostée, les compagnies prolifèrent, la démographie au galop, concurrence effrénée, avide des parts du marché

La science au confort et luxe opère par magie, réduire les distances, défier le temps, le bon choix devient vite une obsession

Face aux craintes du ciel, la techno apaise les consciences, un matériel new look, canaux tv et wifi pour les gens branchés

Flair des coûts, diminution des charges, tonnage amplifié, rentabilité optimale, tels sont les indices majeurs de construction

 

Les marques  affluent, Boeing, AirBus, Foker, Tupolev, Cessna, Douglas et bien d’autres à la ronde, un flux de commandes

Mouvement permanent de masses, s’ensuit l’extension ou le bâti de grands aéroports, Sir Erdogan signe pour le plus huppé

Trafic dense, intense, la vie plus chère que des outils de performance,  ils vous assurent une confiance au bout du monde

A l’assaut des découvertes, les recettes font bon ménage et génèrent autres formules  low cost sur des lignes à sigle drapé

 

Toute médaille a son revers, bien consternant quelquefois hélas, ennui mécanique, négligence, une défaillance quelconque

La joie subit le coup, le cœur palpitant, la panique s’invita, l’électronique refuse d’émettre, liaison coupée avec le contrôle

Confronté à bien des situations exceptionnelles, à la gestion du stress, le commandant vit des instants cauchemardesques

Sans signal de la base, le copilote n’est d’aucun secours, l’équipage appréhende le pire, des sensations  pas du tout drôles

 

À l'appel céleste de l'âme, souvent des témoins virent le tangage, le roulis, réacteurs en feu et perte d’altitude avant le crash

Pour différentes causes accidentelles, le bilan plutôt lourd de conséquences se conclue par des pertes cruelles des humains

Triste souvenir de M.Ferroukhi se rendant en Chine en Iliouchine, la nouvelle répandue via la radio Sawt El Arab en flash

Les martyrs de ce jour empruntaient le même engin, piquant du nez dans les vergers voisins, des adultes et autres chérubins

 

La même scène terrifiante à la vue de l’armature dépiécée, fumante, les corps déchiquetés, cramés dans des endroits isolés

Erreur, fatalité, on  n’arrête pas le progrès, on n’en finit pas de compter  les morts non plus, si impuissants devant le destin

Oui, parce qu’il faut s’en remettre au puissant, personne ne pouvait prédire les faits, des amis et proches meurtris à consoler

Courageux comme tout croyant devant le sort, prions pour eux et que pareille hécatombe  puisse connaitre un jour, une fin.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Hommage aux martyrs du crash de Boufarik en nous associant à la douleur de leurs proches avec nos affectueuses condoléances, Allah Yarham Echouhada.

Commentaires (3)

Alfred
  • 1. Alfred | 28/04/2018
Que de gens sont partis plein de vie !!!
aziz
  • 2. aziz | 22/04/2018
Ce drame nous a brise le coeur, 257 Algeriennes et Algeriens decedes, des innocents qui se sont trouves au mauvais endroit et au mauvais endroit, mais c'est la volonte de Dieu qui les a rappeles. Allah Yarhamhoum oui Ouissagh Alihoum Inchallah. Merci Mohamed pour ce bel hommage et cette pensee, ces pauvres malheureux sont tous des notres et on partage tous le chagrin de leurs familles.
Chantal
Un bel hommage à ces martyrs Med Midjou !

Ajouter un commentaire