Facebook the green dressing 3 Images 4

Gifasm uuwrpoesbptd1104

Ahmed ARBOUCHE

Le chemin le plus long

11088203 669565299816620 185524500 n  Ma vie d’artiste a commencé le jour où je voyais un ami de classe, en 1°année primaire, dessiner un cow-boy affrontant une armée d’indiens, à l’âge où on nous faisait croire que l’homme blanc était le héros qui nous débarrassait des peaux rouges sauvages. J’étais aussitôt subjugué par les fantasmes et la magie que pouvait donner un crayon sur une simple feuille de papier, cette feuille qui, comme je l’avais décrite dans une émission – portait que ma consacrée la télévision nationale est si petite mais combien vaste est son monde lorsqu’on s’arme d’une plume, d’un pinceau ou d’un crayon ; elle vous permet de voyager sans visa ni passeport, gratuitement, jusqu’aux plus lointains ailleurs et faire des pérégrinations au plus profond de votre âme.

 J’ai aussitôt été inspiré et avec une telle avidité que je lisais tous ces « livres de cinéma » tels que : Nevada, Akim, Zembla ,Bleck le roc et les Mickeys en couleurs , comportant des histoires dessinées à la main et  suscitant un grand engouement aux dessinateurs débutants comme moi. Cet émerveillement et l’enchantement ressentis ont vite donné des fruits probants du fait qu’à l’âge de 15 ans je vendais des dessins et des tableaux, nécessité oblige face à ma situation sociale.

Etant orphelin de père depuis les premières années de la révolution et garçon le plus âgé, je me suis vu endosser cette lourde responsabilité de soutien de famille très jeune et malgré moi, mais j’aimais le faire pour rassurer ma mère (Allah yarhamha) qu’elle a un fils dégourdi, un forcené qui se bat inlassablement pour elle et la famille.

Parmi les tournants les plus décisifs de ma vie fut l’année scolaire durant laquelle je me suis retrouvé en cours fin d’études, cette classe fatidique qui met fin à la citadelle d’ambitions que peuvent construire vos rêves ; cette orientation n’est que l’impact conséquent des résultats médiocres motivés par plusieurs raisons, surtout à caractère social.

Une judicieuse et géniale idée m’est venue en tête, pour éviter de quitter l’école par le petite porte et faisant appel à ma dextérité et au tact de l’artiste de 14 ans ,j’ai dérobé notre carnet de famille et avec une précision chirurgicale j’ai trafiqué ma date de naissance pour  me rajeunir  d’une année. De cette façon et à l’appui des pièces d’état civiles délivrées par la mairie je pouvais fustiger mon orientation, faite soit disant à tort, et revendiquer ce droit de bénéficier d’une chance en allant passer Mon examen de 6°.

Une fois en possession de ces pièces d’état- civil, je me suis rendu au bureau du directeur en parfait comédien, le cœur battant la chamade, mais avec une telle volonté de gagner le pari, car, comme on dit : « qui ne tente rien n’a rien ».

Quelques jours après le secrétaire du directeur s’est présenté dans ma classe demandant à l’instituteur de me libérer pour être  transféré vers la classe de C.M 2 m’ouvrant la porte de la 6°comme je l’avais planifié ,ce drible m’a permis de continuer mes études et me voir en haut de l’escalier…Ouf comme cette acrobatie et pénible et périlleuse.

Mon engouement à la peinture et au dessin étaient grandissants et je ne pouvais accepter d’être loin de l’art et du sport qui ont toujours constitué pour moi deux grandes satisfactions dans ma vie, ils m’ont comblé et auréolé de succès…Dieu merci.

Le sport, en plus de ses vertus prometteuses tels que le bien-être et l’épanouissement, m’a permis d’évoluer dans la cour des grands et pour ne parler que du lycée Mustapha Ferroukhi, j’ai participé à 3 finales nationales scolaires (record non égalé par d’autres établissements).

Cette situation de soutien de famille a fait que je devais quitter mes études supérieures en quête d’un travail me permettant de subvenir aux besoins de ma famille, aux ressources limitées à la pension de ma mère, femme de Chahid, percevant à l’époque des brindilles. Parlant matériellement, pour rattraper le temps perdu et satisfaire ma mère, je travaillais, peignais et jouais au basket ; c’était éreintant mais il le fallait comme je l’ai fait enfant, vendant des poireaux et des épinards, faisant du porte à porte ou portant les couffins et les filets des Françaises après leurs emplettes au marché. Cette vie semée d’embuches, je la prenais toujours comme on tient un bouquet de fleurs, les tiges porteuses d’épines sont enfoncées dans le vase qui ne laisse apparaitre que les belles roses .Dieu merci l’objectif était atteint. 

Revenons au lycée, me trouvant dans le besoin, une idée m’est spontanément venue en tête consistant à gagner de l’argent en dessinant des enveloppes que les élèves envoyaient à leurs parents au prix de 25 centimes l’une ; le parcours de la lettre attirait l’attention de tout le monde le service postier, le facteur et le destinataire. J’ai participé, en 1972, au concours de l’enveloppe décorée, organisé par R.M.C (Radio Monté Carlo) où je me suis vu remettre une récompense après que mon nom ait voyagé à travers les ondes de cette radio ; à l’époque c’était quelque chose et je n’arrêtais de me plastronner avec une telle participation.

L’argent de ces enveloppes faisait que j’avais toujours les poches pleines, évitant d’en demander à ma mère les frais de mes déplacements et de mes besoins allant jusqu’à me permettre des jus après chaque entrainement de basket et développer les pellicules de mon appareil photo.

Une fois marié, je me suis vu buté au problème de logement .Il n’y a rien de plus pénible que de vivre dans l’exigüité surtout quand les enfants grandissaient. Désespérément, j’ai lutté face à ce système corrompu, une nébuleuse, une pieuvre aux tentacules néfastes et voyant ma situation sans issue pour mes principes immuables et mon esprit rebelle dénonçant l’insensé, l’immoral et l’amoral. J’ai préconisé l’aventure de la fonction libérale pour me consacrer, malgré moi, à la peinture et au juste à la calligraphie que je ne maitrisais pas bien à cette époque, sachant que toutes les institutions de l’état, les commerçants et le secteur privé me sollicitaient pour les différents travaux (banderoles, enseignes, et indications diverses).

J’ai exercé cette activité pendant 35 ans, avec ses hauts et ses bas j’ai toujours conjugué ses péripéties avec les mots : optimisme, succès et réussite qui sont venus au terme de cette carrière auréoler ma vie, arrivant au but que je me suis fixé pour me retrouver, Dieu merci, à l’abri du besoin et de la crise de logement.

Bien sûr, ce long chemin est  parsemé d’embuches ,mais le plaisir est au bout de la peine surtout après ces efforts de  l’extrême qui  sont une épreuve d’émulation qui ne me  procurais  que du bien :expérience de la vie et sagacité .Cette expérience m’a fait  dire ,un jour ,qu’il faut  amasser  les pierres qu’on jetait  sur moi  ;elles me permettront  de construire une grande citadelle du haut de  laquelle je  surplomberai   ceux qui m’ ont fait du mal …Doctrine dont je suis l’adepte.

L’irremplaçable fortune, tout au long de mon parcours, est pour moi cette immense satisfaction d’avoir connu beaucoup de monde et après tout compte fait je me plastronne d’être l’ami de gens humbles regorgeant de bonté .L’argent qu’ils vous tendent hume la terre et la sueur de leur front que je n’échangerai contre rien au monde. Au passage, Je voue un respect sans bornes à certains

hommes, les jugeant pauvres, je leur proposais gratuitement mes services qu’ils refusaient par fierté et me payaient doublement : l’argent et le sourire qui émane de l’intrinsèquement profond.

Ma vie, cet arbre que j’ai arrosé et vu grandir me sourit, me protège de son ombre contre toute chaleur torride et me tend des fruits délectables, succulents et suaves. Cette ébauche de ma vie n’est qu’une petite  panoplie ,très limitée ,de ces nombreux passages  qui ont marqué mon existence et qui constituent pour moi une expérience et une richesse, inestimables, que je ne cesse de léguer à mes enfants, car aucune école au monde ne les leur enseignera sauf  celle qui m’a  nourri de ces précieuses leçons si instructives et édifiantes.

 

Mes quelques oeuvres :

11093197 669565849816565 2074623133 n11100168 669563946483422 73955620 n11137700 669562936483523 1198237606 o 1 

11118442 669565173149966 755968236 n11130717 669565283149955 1266145925 n11084516 669564913149992 1246159827 n

11139664 669564966483320 694905264 n

13672498 851337171633670 662590013 n

11101480 669572249815925 2084766586 n

11137011 669563656483451 181399229 n

11127732 669565106483306 971347086 n

Commentaires (21)

Zouaoua

Que de fois ai je veillé pour attendre mon tour et lire Blek le roc. Que de fois ai je eu peur pour le petit Rody et aussi pour le professeur occultus .Que de souvenirs doux as tu réveillé en moi mon brave Ahmed , un parcours presque similaire car moi aussi mon père est chahid que de similitudes aussi dans cette soif de peindre de lire e d ecrire .sauf que toi ton talent est avéré et que moi j imite toujours les grands comme toi comme Hamri Il va sans dire que reste admiratif devant ton esprit inventif , ton génie créateur , merci d'émerveiller mes yeux avides de tes belles œuvres picturales. merci aussi d'être mon ami , mon vis à vis mon confident et mon frère devant dieu !

Ahmed Arbouche
  • 2. Ahmed Arbouche | 19/09/2016

Mon ami Ahmed (qui a la chance d'etre un secrétaire- bourlingueur ),bonsoir. Je suis content de t'avoir fait découvrir Cherchell , pas avec des esquisses mais à l'aide de toiles ou de dessins finis et ce ,pour te donner toute la considération d'un invité;sI je t'accueille avec des ébauches tu risques de ne plus y mettre les pieds. Ahmed.

Ahmed LABDI
  • 3. Ahmed LABDI (site web) | 19/09/2016

J'ai vu Cherchel à travers tes esquiises. Quoi à dire de plus! Ahmed Secrétaire-Bourlingueur.

Floranda Abbas
  • 4. Floranda Abbas | 17/09/2016

Bonsoir Ahmed,
Quand on cherche l’excellence on trouve la perfection!
Avec la persévérance , la patience , la volonté et la foi , on finit toujours par aboutir, malgré tous les embûches de la vie sociale , familiale...
Aujourd’hui, tu continues avec amour et respect a promouvoir les nobles valeurs a travers des toiles aussi belles les unes comme les autres , qui émanent d'une âme sensible et crédible digne d'un grand homme!
Bravo et bonne continuation.

Ahmed Arbouche
  • 5. Ahmed Arbouche | 10/09/2016

Cette hâte de formuler mes excuses, suite au retard enregistré pour vous remercier pour vos commentaires épatants, m'a fait oublier le devoir d'exprimer ma profonde gratitude à Noria qui m'a admis par la grande porte, à ce site et à ce titre je lui adresse mes remerciements les plus sincères.
Réalisons ensemble que le travail que Noria entreprend,loin de nos yeux,est colossal et digne d'un grand intérêt pour la pérennité et la réputation de nos deux lycées qui ont vu notre jeunesse en haut de l'escalier.
Ce travail est semblable à un patchwork de couleurs ,conçues harmonieusement,où chacune complémente l'autre .C'est un véritable carrefour où confluent tant de générations de Abdounates et Ferroukhéens venus de tous azimuts...Tel un lieu de pèlerinage de "papillons monarques.Merci Noria.

Ahmed Arbouche
  • 6. Ahmed Arbouche | 07/09/2016

Mes chers amis,je m'excuse de ce grand retard qu'il m'a fallu pour répondre à vos éloquents et charmants commentaires qui m'ont procuré un grand baume au coeur et m'enthousiasment à jamais.Vous avez grandi à mes yeux ,voyant que vous avez donné tout le sens et la dimension à une tranche de ma vie que j'ai résumée en si peu de mots.L'extrapolation et le sens ,par extension, que vous avez réservés à la présente description de ma vie témoignent de votre grande sagacité.Vos commentaires,l'un après l'autre, viennent ériger comme des briques un mur qui se veut idéel,satisfait de sa raison d’être.
Cela m'incite à travailler davantage et essayer de réaliser tant d’œuvres sublimes qui subjuguent par leurs fantasmes...Grâce à vous. MERCI

noria

Une biographie très bien élaborée et très touchante. Des œuvres pleines de finesse. Très difficile de préférer une plus qu’une autre
J’ai eu le plaisir de rencontre Mr ARBOUCHE, lors de la dernière rencontre Ferroukhienne, un homme débordant de gentillesse, de bonté et d'humilité.
Merci Mr ARBOUCHE d’avoir choisi cet espace pour nous faire partager ton talent.

C'est aussi un honneur pour le site de réunir toute cette pléiade d'artistes Ferroukhiens et Milianais sur ses pages...
Chapeau bas !!!

mohamed ziriat
  • 8. mohamed ziriat | 14/08/2016

bonjour cheikh, ton talent est égal a ta gentillesse et ta bonté, amitiés

GHESSAB Abdelkader
  • 9. GHESSAB Abdelkader | 14/08/2016

Bonjour mon cher ami Ahmed , le grand Ahmed

Franchement je ne connaissait pas ce coté de ton passé qui te rend encore plus grand à mes yeux , une biographie très riche .
Reçois Mes chaleureuses salutations de Prague

Miliani2Keur
  • 10. Miliani2Keur | 13/08/2016

Si Arbouche

Votre peinture remplis d'une belle emotion, directe et simple et j'avoue que vous etes egal dans les divers styles, ce qui n'est pas evident, et c'est la plus belle traduction de ce que vous expliquiez sur votre vecu, comme un 'El Anka' qui a arrache tout son art avec pour seul enseignant 'la faim et le pave' ... C'est le propre des self-made Men: aller au dela des ecoles !
Si certaines de vos oeuvres sont attendrissantes, d'autres sont superbes et si profondes! Merci de nous ouvrir chez-toi Ahmed...

Hamri

Un livre ouvert retraçant une vie pleine de réussites malgré les difficultés au cours de route , cette présentation faite majestueusement par un ami de longue date qui Allah ibarek a été un basketteur de haut niveau et un artiste peintre talentueux et il l'est toujours ( l'art et le sport) en plus d'avoir été toujours aux côtés de ses amis peintres , je me rappelle très bien que pour mes premiers tableaux c'est toi qui me guidais ( tu insistais sur l'ombre et la lumière et tu es très pointu côté perspective même jusqu'à aujourd'hui ), pour moi tu as été et tu es toujours un modèle ( même en dehors du sport et de l'art) car tu es de ceux qui ne caressent pas au sens du poil et qui dis toujours avec courage tout haut ce que beaucoup pensent tous bas , l'art et la manière ! Allah yahafdhek khouya Ahmed et bonne continuation dans ce magnifique domaine des couleurs et des émotions ,cette riche passion que Allah nous a donné la peinture qui nous donne du plaisir tout en savourant notre retraite , mon rêve c'est de nous retrouver tous comme la première fois ( au nouveau musée) pour une exposition collective juste pour nous rappeler le bon vieux temps où peindre était un plaisir avant tout mais aussi un "partage" .

Mme Ammari
  • 12. Mme Ammari | 08/08/2016

Mr.Arbouche je vous ai toujours appelé grand homme, je le confirme en lisant votre courte biographie ... comme-ci je lis les contes du passé de mon père; misère, faim, souffrance, orphelin très jeune ... sauf que mon père est devenu artiste en comptabilité et vous un vrai artiste/peintre ... je n'ai qu'à commenté par cette citation japonaise :" la vraie valeur de tout homme réside dans ce qu'il sait bien faire." très honorée par votre connaissance.
Longue vie et bonne continuation.

Nasr-Eddine
  • 13. Nasr-Eddine | 07/08/2016

Salam, votre texte, khouya Ahmed, est une leçon de persévérance et d'humilité, forgé par un parcours de vie dure. J'ai toujours connu en vous, bonté, sincérité, justice et persistance sur les principes. Que dieu vous protège

ferhaoui
  • 14. ferhaoui | 07/08/2016

bonjour tout le monde en vous lisant vous m'avez fait rajeunir de plus de quarante années oui mon cher ahmed à commencer par la bibliothèque, le journal du lycée et surtout les esquisses portraits, ustensiles, paysages, phare de tipaza et surtout de jolies caricatures etc que vous me faites toujours l'honneur de montrer à chaque occasion et je ne voudrais pas oublier l'admiration que je portais pour votre envie de toujours apprendre les techniques de l'art...voilà le temps est passé et je crois c'était l' essentiel la preuve votre palette en témoigne je découvre un artist passionnant et un pinceau en or! et je suis très flatté voire joliment flatté d'avoir partager avec vous des moments très artistiques...heureux vraiment de vous retrouver et retrouver votre belle collection de toiles elles sont toutes belles sur notre site "alger miliana.. et bravo à noria comme toujours pour la présentation! ( carnet de souvenirs 1969 lycée ferrouhi milianah.) l'ami, ferhaoui abdelkader oran

keryma
  • 15. keryma | 07/08/2016

Essalem Mr Arbouche,

J'aime beaucoup ce qui est étalé sur cette page, vos tableaux sont magnifiques, et comme j'adore l'arbre je vous laisse deviner les peintures que je mets dans mes premiers choix!
Merci,
Kéryma Kaouah,

Khadidja feriel
  • 16. Khadidja feriel | 07/08/2016

Bravo ton ton , très beaux tableaux c'est un plaisir de lire votre histoire avec l art et de contempler ce genre de tableaux

fatiha
  • 17. fatiha | 07/08/2016

Très belles toiles, belle expression. Des talents cachés il en existe.
Très réussi. BRAVO

seddik
  • 18. seddik | 07/08/2016

bravo mon pere chapeau

Benabdellah Mohammed
  • 19. Benabdellah Mohammed (site web) | 06/08/2016

ESSALEM à toutes et à tous; l'artiste qu'est mister Arbouche Ahmed n'a d'égal que sa bonté,sa disponibilité et son éternel sourire,je l'ai connu pour l'avoir cotoyé durant une année scolaire en 1973 ou nous étions maitres d'internat au lycée Mustapha Ferroukhi:il avait une allure imposante 'il était sportif d'élite Allah ibarek"mais il avait un coeur tendre surtout avec les élèves issus de milieux défavorisés car lui meme a connu et vécu les affres de la pauvreté surtout après la mort de son paternel(Allah yerhmou)Très jeune il a fréquenté le monde du travail pour subvenir aux besoins de la famille et il a été le témoin vivant de l'injustice du colonialisme;Plus tard il a connu le sacre après son passage en équipe nationale de basket-ball en compagnie du non moins célèbre ammi Tayeb Zenati;Ses oeuvres artistiques témoignent d'une rigueur sans faille;Il a mis un terme à sa carrière artistique et il se consacre entièrement à sa sympathique famille;Il est de temps à autre sollicité pour un quelconque travail de calligraphie,il repousse gentiment les offres mais parfois il cède devant une insistance:Il est ainsi Ahmed et il le sera toujours;Salut le gentleman:

Chantal

Bonjour Ahmed,

Cela a été un réel plaisir pour moi de lire votre histoire si touchante mais également pleine de sincérité et de vérité.

Votre pugnacité n'a d'égal que votre authenticité !

Cela m'a rappelé une phrase lue dans un livre de P. Coelho : "Il n'y a qu'une chose qui puisse rendre un rêve impossible, c'est la peur d'échouer".

Vous en êtes une parfaite illustration. Quel bel exemple pour les jeunes générations.

Quant à l'artiste que vous êtes .... chapeau bas !

Merci infiniment pour ce partage qui fait chaud au coeur.

Bonne journée à tous.

Hakim
  • 21. Hakim | 05/08/2016

belle biographie, tres beaux tableaux, couleurs harmonieuses, un vrai plaisir pour les yeux.Bravo

Ajouter un commentaire