3 35

Le coin de AladinZin

Fête Internationale De La Femme

_________________________________________

A. Mon Épouse, à mes Filles et belles Filles et à toutes les Dames d'Algerie ét du Monde, je souhaite un joyeux 8 Mars.

Lire la suite

ooo. CONSOLATION. ooo

______________________________

Ta douleur, mon ami , sera donc éternelle,
Et les tristes discours,
Que te met à l'esprit l'amitié paternelle,
L'augmenteront toujours.

Le malheur de ta fille, ÀU tombeau descendue,
Par un commun trépas,
Est-ce quelque dédale , ou la raison perdue,
Ne se retrouve pas.

Mais elle était du monde ou les plus belles choses
Ont le pire destin,
Et rose, elle a vécu comme vivent les roses
L'espace d'un matin.

La Mort a des rigueurs a nulle autre pareilles
On a beau la prier,
La cruelle qu'elle est se bouche les oreilles
Et nous laisse crier.

Le Pauvre,en sa cabane,ou le chaume le couvre,
Est sujet à ses Lois,
Et Le Garde qui veille aux barrières du Louvre
N'en défend point nos Rois.

De murmurer contre elle et de perdre patience,
Il est mal à propos,
Vouloir ce que DIEU veut est la meilleure science
Qui nous met en repos .

François de Malherbe
XVI ème siècle


♦  ♦  ♦  ♦

 

Lire la suite

Pour la Saint Valentin, ce sonnet de l'Amour

___________________________________

 

Saint valentin

L'an se rajeunissait en sa verte jouvence,
Quand je m'epris de vous, ma Sinope cruelle.
Seize ans étaient la fleur de votre âge nouvelle,
ET votre teint sentait encore son enfance.

Vous avez,d'une infante encor la contenance,
La parole et les pas, votre bouche était belle,
Votre front ét vos mains dignes d'une immortelle,
ÉT votre œil qui me fait trépasser quand j'y pense.

Amour qui,ce jour-là, si grandes beautés vit,
Dans un marbré,en mon cœur,d'un trait les écrivit
ÉT si,pour le jour d'hui, vos beautés si parfaites,

Ne sont,comme autrefois, je n'en suis moins ravi,
Car je n'ai pas égard à cela que vous êtes,
Mais ÀUx doux souvenirs des beautés que je vis .

Pierre. De. Ronsard.
XVl eme siècle

 

Lire la suite

LA TENDRESSE

____________________________________

La tendresse

Deux pigeons s'aimaient d'amour tendre ,
ÉT l'un d'eux a quitté le toit ,
Que sont longs les jours de l'attente ,
ÉT longues sont les nuits sans toi.


Un pigeon regrettait son frère ,
Moi,je regrette mon bel amour ,
Comme lui,j'attends un bruit d'ailes,
Le doux bruit d'ailes de son retour.


J'ai laissé partir avec elle ,
Le bonheur qui nous etait du ,
Sur le chemin du temps perdu ,
Amants,heureux amants,redites-le souvent.


Une absence est toujours longue ,
Rien ne sert de courir le monde ,
L'amour passe ét les feuilles tombent,
Quand tourne la rose des vents .


Deux pigeons s'aimaient d'amour tendre ,
ÉT l'un d'eux a quitté le toi ,
Que sont longs les jours de l'attente ,
ÉT longues sont les nuits sans toi .


_____Charles AZNAVOUR_____

 

 

Lire la suite

Lettre ouverte au Donneur d'Ordre et à ceux de l'extrême droite israélienne...

___________________________________

Suite au feu vert définitif donne à la construction de 566 logements, quartier de colonisation juive à Jerusalem-Est...Lettre ouverte au Donneur d'Ordre et à ceux de l'extrême droite israélienne qui l'ont élu.

 La France coloniale, appuyée par ses Coalisés de l'OTAN, Turquie comprise, nous faisait la guerre chez nous, en nous appelant Rebelles, Fellagas, Hors-La-Loi, Terroristes, etc... Nous n'en étions pas moins des NATIONALISTES, que la Même France a fini, dans son propre intérêt, par reconnaître comme les réels ayant-droits sur nos terres et par nous les restituer entières.
   Détromper-vous, ni votre suprématie militaire,
   Ni votre arme nucléaire,
   Et encore moins le PRESIDENT TRUMP et ses Partenaires
   Dont le soutien à votre non-droit n'est que temporaire et éphémère,
   Ne vous permettront de sortir de la guerre
   Ou de goûter à la paix sur des terres
   Dont les propriétaires
   Ne sont, de vous, qu'à un jet de pierre.

   Pour toutes ces raisons, ceux de la Diaspora
   Refuseront toujours de faire leur ALIA.
   ET celui qui l'a faite,
   Déjà, il le regrette.

Lire la suite

)@(. - TOUS. POUR. LA. PATRIE - )@(

 

Bonjour... Sans attendre votre retour, j'envoie à l'attention des amies et amis du Site cet extrait d'un poème rédigé par Louis ARAGON, parlant de sa France bien aimée, qui était sous occupation allemande.
J'ai choisi ce poème de portée universelle, et ce mois de Mars symbolique en souvenir du cessez-le-feu conclu à Evian et par lequel furent scellées la réconciliation et l'amitié entre les peuples d'Algérie et de France.

___________________________________
)@(. - TOUS. POUR. LA. PATRIE. - )@(

Celui qui croyait au ciel, celui qui n'y croyait pas,
Tous d'eux adoraient la belle, prisonnière des soldats,
Lequel montait à l'échelle, et lequel guettait en bas,

Celui qui croyait au ciel, celui qui n'y croyait pas,
Tous les deux étaient fidèles, des lèvres, du cœur, des bras,
Et tous les deux disaient qu'elle vive, et qui vivra verra.

Celui qui croyait au ciel, celui qui n'y croyait pas,
Quand les blés sont sous la grêle, fou qui fait le délicat,
Fou qui songe à ses querelles au cours du commun combat.

Celui qui croyait au ciel, celui qui n'y croyait pas,
Un rebelle est un rebelle, deux sanglots font un seul glas,
Et quand vient l'ombre cruelle, passe de vie à trépas.

Celui qui croyait au ciel, celui qui n'y croyait pas,
Répétant le nom de celle, qu'auccun des deux ne trompa,
Et leur sang rouge ruisselle, même couleur, même éclat.

Celui qui croyait au ciel, celui qui n'y croyait pas,
Il coule, il coule, il se mêle, à la terre qu'il aima,
Pour qu'à la saison nouvelle, mûrisse un raisin muscat..


_____ Louis. ARAGON
_____

Lire la suite

La Fidélité

 

________________________________________

)@(. LA. FIDÉLITÉ. )@(

J'accepte l'âpre exil. )@( N'eut-il ni fin ni terme
Sans chercher à savoir. )@( Et Sans considérer
Si quelqu'un a plié, )@( Qu'on aurait cru plus ferme
Et si plusieurs s'en vont. )@( Qui devraient demeurer.

Si l'on n'est plus que mille)@( Eh bien, j'en suis. Si même
Ils ne sont plus que cent, )@( Je brave encore Sylla.
S'il en, demeure. dix, )@( Je serai le dixième,
Et s'il n'en reste qu'un, )@( Je serai. celui-la.

_____ Victor. Hugo contre Napoléon III
_____

Lire la suite

P R I N T E M P S

Pour le Printemps qui s'annonce ( 23-03-2016 ) , j'offre aux amies et aux amis du Site ce poème d'Alphonse de Lamartine .

 

-----P R I N T E M P S-----

Le chaume et la mousse. )@(. Verdissent les toits,
La colombe y glousse, )@(. L'hirondelle y boit.


Le bras d'un platane, )@(. Et le lierre épais,
Couvrent la cabane, )@(. D'une ombre de paix.


La rosée en pluie, )@(. Brille a tout rameau,
Le rayon essuie, )@(. La poussière d'eau.


Le vent qui secoue, )@( Les vergers flottants,
Fait , sur notre joue, )@(. Neiger le printemps.

►►►►►►►►►


 

Lire la suite

J'écris ton nom , MILIANA

 

J'offre à ceux qui ont connu et aimé MILIANA, et qui l'aiment toujours, l'extrait adapté d'un poème que Paul Eluard avait composé en 1942.


************************************************************************************************

Sur mes cahiers d'écolier,
Sur mon pupitre, et les arbres,
Sur le sable, sur la neige,

J'écris ton nom.

Sur la jungle et le désert,
Sur les nids, sur les genêts,
Sur l'écho de mon enfance,

J'écris ton nom.

Sur la mousse des nuages,
Sur la sueur des orages,
Sur la pluie épaisse et fade,

J'écris ton nom.

Et pour le pouvoir d'un mot,
Je recommence ma vie,
Je suis ne pour te connaître,
Pour te nommer


N  A

 

Lire la suite