Blog

Serge Lama / Les Glycines

_________________________________

Lire la suite

Sidi Valentin / Idées Cadeau

_______________________________________

Sidi - Valentine / Idée de Fête

 


Ce n'est pas a vous Algemilianaute incorrigible, qu'on ressasse les vertus de ... l'amour, pour qui c'est 364 jours l'an bien sûr.
Célébrez alors le saint Sidi, en passant fièrement a la caisse!


La tunique Hélice

http://www.eecomedia.com/wp-content/uploads/2019/02/sv02.jpg
Avec vous elle ne "S'envoie pas assez en l'air!" et vous l'a dis, avec ce modèle hélice plus rien ne la retiéndra de traverser même le 7 éme ciel! en aller simple bien sûr... bien moins cher qu'un avocat même stagiaire! faites lui alors bye bye pendant qu'elle répète comme une c... colombe
"Caaa plane poour moiiii!!!" vous souriez déjà...

Complét Epaulard

http://www.eecomedia.com/wp-content/uploads/2019/02/sv04.jpg
Vous avez tout fait pour lui redonner des formes, sans sucés devant son seul complet gris qui défrisais vos mèches (marron cramé N°6), Baraquez le avec ce costume qui l’empêchera d'hausser les épaules plus haut que son ... cou, histoire de le fixer dans les yeux a votre prochain "et ce SMS c'est Tata Linda aussi, bien sur!!"

Robe "Poupée de Hadjout"

http://www.eecomedia.com/wp-content/uploads/2019/02/sv03.jpg
Z'avez même plus honte en gueulant "même pas un jean a me mettre!!", "Mes chaussettes, mes chaussetttttes...", nos campagnes (...6,7...) nous nourrissent d'abord en BEAU, en DOUX, en TENDRE et en ...ravioli frites (aussi), Redonnez plein de couleurs a votre moitié (bon c'est vrai elle vous en fait voir!! et toujours avant 23h en plus) avec cette Robe "Poupée de Hadjout" très "arc en ciel"! de préférence la lui offrir en plein... noir!

Kit Mains attentionnées

http://www.eecomedia.com/wp-content/uploads/2019/02/sv01.jpg
Vous avés ratés l'éducation de vos 2 premiers bambins, leur adolescence ... et bientôt leurs petits enfants! pas de panique, avec ce kit "Mains attentionnées thérmostatées" épanouissez vous dans l'irresponsabilité totale et abîmez vous dans l'essentiel : foot, cafés, rencard, ballade, et laissez votre 3éme mioche vous échapper tranquillement ...!

Costume DARKIE

http://www.eecomedia.com/wp-content/uploads/2019/02/sv05.jpg
Il est très sérieux bien sûr (rame, ramène la bouffe, les sous, les carreleurs, les ... stagiairettes!!!) ton mec à toi, et toi tu crois tout c'qui t'dis! réjouis le grave, le pauv', en lui offrant le gravissime costume "Darkie", pour qu'il puisse suivre sans sourire Wikileaks, lire d'aplomb les factures de rêve que vous lui concoctez pendant que vous (insouciante et démissionnaire!!) épluchez les commentaires d'Algemiliana.com

Pour les 56289 autres merveilleuses autre idées de cadeaux nous vous faisons entièrement confiance Bande de fêtards, bénis de sidi-Beloua, Benyahia et Abdelkader el Djilani réunis...


http://www.eecomedia.com/wp-content/uploads/2019/02/sv06.jpg

Lire la suite

La glaise qui fait les Grands Hommes

_______________________________________

 Je suis comme secoué par un besoin de raviver un souvenir qui raconte une histoire des plus édifiantes, bourrée de sagesse et de sagacité, appartenant à ces hommes dont toute leur grandeur avait été pétrie d’humilité. A vouloir connaitre le secret qui élève au rang des nobles, on le trouve chez ces hommes qui s’abreuvent de modestie, de gratitude et de bien ; fait dans le silence et contraire à tout écho . Les choses que nous connaissons sur les hommes ne font que leurs noms ; c’est peut-être ce que nous ignorons d’eux qui fait beaucoup plus leur grandeur.

En 1978, me trouvant au service national, en qualité d’aspirant chargé des prérogatives de chef de service comptabilité, j’étais appelé, entre autres, à remettre les paies mensuelles au Personnel civil que comprenait notre administration.
Mon attention était particulièrement attirée par une seule personne ; un gardien pas comme les autres. Un homme dépassant de loin l’âge de la retraite, vivait seul dans un centre de colonies de vacances et jugeant lui être utile, je lui ai proposé mes services pour l’aider à partir en retraite.
Souriant, il m’a répondu par un refus qui m’intrigua du fait que c’était le contraire à quoi je m’y attendais. Voulant conforter ma bonne intention, il m’invita à m’asseoir près de lui et, comprenant toute la beauté du geste ; se résumant dans un sourire de sage qui ne le quittait pas, il va me conduire dans une pérégrination, dans le temps, pour me raconter son histoire… et quelle histoire !!!

Chaque famille Algérienne, racontant en film ce qu’elle a vécu pendant la guerre de libération nationale, décroche inévitablement un « Oscar » au festival de Cannes.
Il me conduisit à Béchar où il naquit et vivait pour me faire part de son histoire insolite.
Un soir, quand tomba la nuit dans un douar à la périphérie de Béchar, les habitants furent alertés par des aboiements de chiens. Dans ces conditions de guerre, tout le monde était aux aguets et on s’attendait bien sur au pire ; raison pour laquelle on ne fermait pas totalement l’œil.
Ils ont su tout de suite que c’étaient les Moudjahiddine qui passaient, à leur mot d’ordre : « nous sommes el Khaoua », voulant dire : nous sommes vos frères.
Ils furent vite reconnus et pris en charge avec tout ce qu’on pouvait offrir de mieux aux invités. Le vieil homme qui était en face de moi était bel et bien la personne qui a pris soin de ces maquisards ; leur offrant une chèvre au souper, sa maison, sa literie et tout ce dont ils avaient besoin. Tôt le matin, ils prirent le café et continuèrent leur mission.
Quelques années après l’indépendance, un colonel, en la personne de Si Abdellah Belhouchet , partit en mission à Béchar, dans le cadre de ses fonctions d’officier supérieur de l’A.N.P .

Arrivé sur les lieux et après sa mission, il demanda à être dirigé vers le douar qui l’a si bien accueilli, nourri et logé en ces moments difficiles de guerre. Si je me rappelle bien de la narration du vieil homme, le colonel avait été conduit par hélicoptère.
Son arrivée au douar ne pouvait passer inaperçue, c’était un événement criard, rassemblant tous les habitants ; venus nombreux émousser leur curiosité …Dire que les invités sont bien reçus dans notre bled, surtout au Sud, serait un grossier pléonasme.
Après une entrevue des plus conviviales, le rideau est tombé sur le secret de cette visite si inattendue dans un coin perdu, pour susciter une euphorie mêlée de nostalgie et de confusion…des moments difficiles à contenir ; aux états d’âmes graves.

Au moment du retour, le colonel avait demandé à voir, seul, l’homme généreux et hospitalier qui leur avait fait don de tout ce qui était en sa possession en ces moments pénibles que fut la guerre et, tête à tête, ils avaient parlé de tant de choses.
Informé de la situation et des conditions de vie déplorables que menait cet homme après avoir tout perdu pendant la guerre, Si Abdellah Belhouche lui demanda de faire sa valise pour le suivre et aller vivre avec lui pour le restant de sa vie sans qu’il ne manque de rien. L’homme qui n’avait personne et rien à prendre avec lui s’était certainement contenté d’un regard d’au revoir ou d’adieu pour partir et ne plus revenir à cet océan de sable.

Ce jour là et étant très jeune, j’avais situé - COMME UN EVEREST- ce petit homme (Colonel,son grade à mon époque) qui avait refusé un jour, de se peser devant nous ; tellement chétif ( sur une bascule de la coopérative militaire de Blida) ; qu’aucun Général au monde ne peut égaler…Allah irahmou.
Sous le sceau de la reconnaissance, je rends un vibrant hommage et galvanise la mémoire de ce si grand homme des Aurès qui a marqué indélébilement l’histoire de notre révolution ; cet homme qui a toujours trouvé une place pour ranger avec ses armes, la caméra de René Vautier et la plume de l’intellectuel. Chapeau bas à ce Grand Homme qui payait ses factures d’eau et d’électricité, qui considérait le soldat chargé de ses commissions comme son propre fils et qui prenait en voiture des auto stoppeurs, croyant qu’ils sont des appelés manquant d’argent pour rentrer chez eux.

Omar Bashir/ To my Mother/ Al Hambra

__________________________________

Munir Bashir, le maître légendaire du oud, aura plusieurs élèves mais un seul disciple, son fils Omar auquel il enseignera son art dès l’âge de cinq ans. Munir Bashir rentrera en Irak avec sa femme hongroise et leurs deux enfants, Saad né en 1966 et Omar né en 1970, après avoir obtenu son doctorat en Hongrie. Après quelques années passées au Liban, Munir Bashir entamera une carrière internationale. Désireux de transmettre ce patrimoine culturel musical à ses enfants, et notamment à Omar dont le potentiel se révélera très tôt, il consacrera à ce dernier parfois jusqu’à cinq heures d’enseignement de cet art par jour. Naturellement Omar entrera à l’école de musique et de danse de Bagdad à sept ans, donnera son premier concert de oud à neuf ans en solo au conservatoire de Bagdad., et jouera avec son père dès l’âge de treize ans. Quelques années plus tard, il accompagnera son père régulièrement.

En 1991, la famille quitte l’Irak pour s’installer en Hongrie. Omar étudiera, à l’Université Liszt, le piano, le chant et la direction chorale, et participera à plusieurs concerts avec son père dans le monde arabe, aux Etats-Unis, au Canada, en Europe, et notamment à Paris.

La disparition de Munir Bashir en 1997 marquera un tournant important dans la carrière de Omar qui cherchera alors sa propre identité musicale en expérimentant différents instruments et techniques, et en explorant des styles musicaux qui lui sont proches, qu’ils soient ceux des tziganes hongrois ou des gitans. Les Gypsy King l’autoriseront même à utiliser l’une de leurs chansons. Il collaborera avec plusieurs artistes internationaux, recevra distinctions et prix dans le monde arabe, aux Etats-Unis et en Europe où il effectuera plusieurs tournées de concerts et enregistrements de CD.

À partir de ses improvisations sur quelques-uns des maqams arabes les plus importants, Omar cherchera à mettre en avant leur relation avec d’autres cultures. Tout en s’appuyant sur l’héritage musical transmis par son père, Omar Bashir ouvrira en permanence sa musique à des influences autres, cherchant à trouver des liens, des affinités entre la musique de son pays natal et celles du reste du monde, des influences allant de l’Inde à l’Andalousie en passant par l’Irak et la Turquie. Omar saura être à la hauteur de son double et lourd héritage, celui de la renommée de son père et celui de la tradition musicale, pour devenir à son tour non plus le « fils de », mais un grand artiste qui aura contribué à vivifier la musique arabe, à lui garder son cachet traditionnel tout en la nourrissant d’autres styles musicaux.

Je vous propose d’écouter deux très belles pièces musicales :

La première intitulée « To my Mother » dont la ligne mélodique riche est agrémentée d’ornementations belles, raffinées et harmonieuses, et c’est toute la magie de cet instrument noble le oud que d’exprimer avec beaucoup de sensibilité amour, tendresse, douceur, joie ou tristesse, nostalgie aussi, une composition au flux dense de l’amour maternel exprimé, légère, aérée, aérienne même. La fin du morceau se dessine comme une étreinte pleine de tendresse qui semble ne pas vouloir se terminer, qui se prolonge encore et encore. Sublime de sensibilité, de profondeur, d’amour. Une deuxième composition magnifique de ses nuits andalouses ensorcelantes, chantantes, riantes et nostalgiques à souhait intitulée « Al Hambra »

Bonne écoute!

Lire la suite

Le. Maghreb. de. mes. Rêves.

__________________________________________________

Je suis un Algerien ,
Mais étant frontalier ,
Le Parler tunisien
M'est plus que familier .

Des deux côtés de la frontière ,
Notre tenue traditionnelle
Est faite de même matière ,
ÉT selon le même modèle .

Les goûts et l'art à la cuisine
Sont en tous les points identiques
Chez l'Algerienne ét sa voisine
Qui use des mêmes pratiques .

Quand je me concentre et j'écoute
Chanter les chanteurs de ces lieux ,
Un immense plaisir m'envoûte .
Je me sens planer dans les cieux .

Lire la suite

I believe I can do it.. hhhhh! Pour toi mon ami, M2K

_____________________________________


Lire la suite

Un personnage désarmant

____________________________________

Un personnage désarmant

 

  Comme en témoignent tous ceux qui l’ont côtoyé de près, c’est quelqu’un d’une simplicité désarmante et humble. De contact et d’abord commodes, il gagne naturellement la sympathie des gens et sait la préserver dans le temps et dans l’espace : ses relations sont durables et de tout horizon. D’une mobilité étonnante, il est capable de sillonner le pays en toutes circonstances pour saluer des amis et discuter avec eux autour de thèmes variés et passionnants !

 Si vous voulez vraiment lui faire plaisir, invitez-le à prendre le thé à la menthe de l’après-midi accompagné de chaudes galettes aromatisées au sanouj, cuites au feu languissant d’une bonne vieille cheminée, le tout rehaussé de ce succulent « robb* » et attendez-vous à d’intarissables discussions tant sur le « profane que sur le sacré » ! Pour vous détendre, il irait jusqu’à vous raconter de burlesques anecdotes vécues dont il détient le secret et la manière de les narrer. Le coté « bon vivant » qu’il a, nul doute insoupçonnable pour beaucoup de gens parce qu’il le cache si bien, vous surprend et avec le temps vous vous rendez compte de votre carence à cerner les facettes encore inexplorées de ce personnage impromptu ! Modeste jusqu’à l’effacement, pudique tel un adolescent introverti découvrant ses premiers fantasmes, il n’a jamais voulu voir grand, se contentant de ce qui est à portée de main et tout consacré qu’il est au moment présent, s’est peu préoccupé de ce que sera demain !

Robb : une sorte de confiture préparée à base de beurre de brebis et de dattes.

 Sa disponibilité d’esprit fait de lui un homme de communication, son savoir, un homme apprécié et recherché. Sa maison désemplit rarement : il n’y a presque pas un jour qui passe sans qu’il y ait des invités rencontrés parfois au hasard d’une discussion ou d’une entrevue fortuite ! Et le moindre prétexte crée chez lui ce besoin de faire la fête, il aime bien s’entourer de gens et de victuailles. Cet homme adore partager avec les gens ce qui appartient à Dieu ! Plusieurs anecdotes sur lui m’ont été rapportées, je vous en confierai deux qui pourraient contribuer à mettre un peu de lumière sur ce personnage ombragé et fuyant.

 Du temps de l’occupation, alors que le soir tombait, lui et son frère aîné de retour au village en carrosse, ils ont été interceptés par un groupe de soldats français à la recherche de « fellagas », il commença à louer les mérites de la France et de son génie ! Cela leur valut leur libération. Une fois loin du barrage, son frère, manifestement en colère lui reprochait cette façon de se comporter et celui-là de lui lancer cette répartie : « Mon pays est dans mon essence, le reste n’est qu’apparence ! » Un peu plus tard, on découvrit que cet homme faisait partie du réseau qui s’activait à collecter de l’argent et des biens pour aider le front de résistance !

 Quant à la deuxième anecdote, elle est plus récente. Un notable du village qui avait organisé un somptueux déjeuner et l’ayant invité, lui demanda en fin de repas, d’invoquer Allah à dessein de lui accorder ses grâces. La réplique ne se fit pas attendre : « Je le ferai volontiers pour un pauvre malheureux, quant à vous, contentez-vous de remercier le bon Dieu en distribuant un peu de sa richesse à ceux qui en manquent terriblement ! »

 

 J’ai vécu vingt-sept ans de ma vie avec cet homme. Et bientôt quarante ans après qu’il eût rejoint l’Eternel, je reste toujours convaincu qu’il est demeuré pour moi une énigme. Loin de vous le cacher, bien que vivant tous les jours sous le même toit, il a fallu que je décèle des échos me parvenant de l’extérieur pour sonder la richesse intérieure qui le motivait ! C’est vous dire à quel point on peut passer à coté de ce qui vous côtoie, si près de l’essentiel ! Sans doute parce qu’il était naturellement là, le plus normalement du monde à faire son devoir de chef de famille et moi d’user de mon droit légitime d’être un enfant…Et entre temps le reste, tout le reste s’accomplissait imperceptiblement dehors ! Alors lui de son coté, pris dans l’engrenage des relations externes, abusivement sollicité, accaparé par tant d’égards, il s’est donné corps et âme à cet élan d’attente sociale ! Moi, pendant ce temps, comme tous les enfants qui grandissent, je mûrissais…mais encore insuffisamment prêt pour comprendre que la mission de cet homme devançait largement le seuil de sa maison et qu’ailleurs, il fallait qu’il portât secours à une humanité quoique savourant enfin les premières allégresses légitimes de l’indépendance mais en majorité encore sous le joug de l’ignorance et de l’obscurantisme.

 Beaucoup de choses scindées restaient à ressouder. D’innombrables insuffisances, héritées de l’histoire éprouvante d’un peuple lacéré par tant d’envahissements incisifs, se devaient d’être comblées afin d’accéder au droit du savoir et ainsi rendre justice à la connaissance en s’astreignant au devoir de connaître…En fait, il y avait trop de pain sur la planche ! J’embrassais alors, avec l’âge et la fierté toute contenue d’un fils envers son père, l’étendue de l’intérêt sacro-saint qu’il assignait à l’instruction et à la formation ! Et lorsque je le compris franchement, il me fut éventuel de mesurer la passion et l’emportement qui animaient cet homme, habituellement tranquille et serein !

 On lui concède le mérite incontestable d’avoir laissé une œuvre indélébile, authentique legs qui se mesure au nombre de demandeurs de savoir venus par vagues incessantes le solliciter tout au long de sa vie ! Ai-je besoin, à présent, de vous dire à quel point je déplore mes nombreuses années d’égarements et d’errements pseudo-existentiels à la recherche d’une lueur illusoire et lointaine alors que la lumière était là, toute rayonnante, à ma portée ? Il me suffisait, afin de m’en imprégner, de tendre l’oreille…et la main pour l’intercepter de cet homme si humble qu’était mon père ! Chose que malheureusement je ne fis que trop tard,…à son chevet de mort. Ma main moite et tremblante cherchait sa main immobile et sans vie. Je l’ai tenue, je l’ai caressée, je l’avais enfin pour moi tout seul, je l’ai couverte de baisers et de larmes chaudes dans un fol espoir de la rendre à la vie mais elle demeurait froide ! J’ai pu rester ainsi à l’observer à ma guise, cette main qui a tant prié Allah, tant séché mes larmes d’enfant et guidé avec sagesse mes premiers pas dans la vie !

 Je ne saurai vous dire qu’elles fussent les vraies raisons d’un tel agissement !…Mais une soudaine quiétude envahit mon cœur quand je vis mon père étendu là devant moi, les yeux fermés, le visage impassible : La paix avait recouvré nos deux âmes ! J’étais heureux dans ce tête à tête et j’ai parlé pour moi, pour lui, pour deux. Je lui ai parlé comme je ne l’ai jamais fait, calmement, sereinement et sincèrement ; j’ai donné libre cours à mon effusion longtemps punie du syndrome du mâle qui, toujours fort, doit endiguer ses déficiences. Je me suis laissé aller à caresser tout son corps de ma main, la tête tapie à son cœur, un réflexe si réconfortant dans la relation père/enfant que je retrouve enfin. Hélas j’avais fortement préféré que mon père, revenu à la vie, pût apprécier l’infini élan de tendresse que j’ai tout le temps éprouvé pour lui ! Je le serrais contre moi de toute la force de ma culpabilité. Je l’aimais, je le chérissais et l’admirais, cet homme ! Et j’ai amèrement regretté de ne pas avoir manifesté plus tôt mon affection à cet être que tout le monde voulait approcher. En un temps éclair, je revoyais toute ma vie se défiler puis s’écrouler en château de cartes…

 Je me revoyais enfant, accompagnant mon père quand souvent il lui arrivait d’être invité. Et comme d’habitude, malgré sa réticence du début, il cédait à la fin devant l’expression infaillible de mon air abattu de chien battu. Il grognait des mots sourds, me regardant avec ses deux yeux d’azur d’un air qu’il voulait grave mais je parvenais à percevoir au coin de ses lèvres, enfouie sous sa barbe noire, une imperceptible esquisse de sourire. Il finissait toujours par m’ordonner d’aller me laver la figure et d’enfiler des habits plus convenables. Je détalais comme un levraut et revenais blanchi et fin prêt ! Souvent, après le dîner, pour remercier celui qui les a rassemblés autour de ce savoureux couscous bien garni de viande de mouton et de légumes variés, mon père et les autres invités se mettaient à psalmodier de larges extraits du saint Coran. J’appréciais beaucoup l'inflexion de leurs voix qui récitaient les paroles sacrées et bientôt, mes paupières ne tenant plus, je m’assoupissais, m’engouffrant dans le monde magique de Morphée, encore à l’oreille leur harmonie mélodique qui déclamait des sourates sans trêve !

 El hadj Tayeb, un ami à mon père me rappelait plus tard quand je devins adulte l’anecdote du couscous que j’aimais sucrer excessivement le mélangeant à la sauce de viande ! Il en riait de toutes ses dents et en évoquant le bon vieux temps et tous ses amis qui ont disparu, une pointe de tristesse dans son regard laissait parfois s’échapper une larme qu’il tentait maladroitement de camoufler en s’essuyant avec grand bruit le nez à l’aide d’un gros mouchoir pendu à son gilet…

 Ma colère s’éleva contre mon père, contre moi, contre l’absurdité de la vie ! Il gisait là et je m’accrochais à cet impossible espoir de croire qu’il vivrait un instant encore pour m’écouter. Je parlais. Inlassablement je parlais…Cette conversation d’un vivant à un mort dura des minutes éternelles durant lesquelles moi je mourrais dans ma détresse et lui, il renaissait dans son intense sommeil ! Se dégageait alors de ce corps raidi par la mort une lueur d’exaltation qui vous prend exceptionnellement quand les allées de l’éden, vous accueillant, s’offrent à vos pieds !

 L’âme de mon père avait entamé son voyage de l’au-delà, escortée des anges du ciel qui lui souriaient ! 

HeureuScope 2019

______________________________________

Vous pensiez échapper a votre destin... et Pif il est la!
Couurage juste une (Nouvelle) Année a tirer !!

Tatatada Voilà l'HeureuScope 2019

 


Une grande avancée que vous ne trouveréz sur aucun autre Horo/HeureuScope est la Genrification (si si ca existe) masculin/féminin !
Sauf pour certains signes qui obéissent a la loi de l'universalité de la co... Bétise
Ce qui est un petit pas sur Algermiliana.com est un grand pas pour l'humanitéee (la je suis moins sûr).


http://www.eecomedia.com/wp-content/uploads/2019/02/z1.png

Bélier/re
De caprin tendre, voir mouton de foule, vous avez beaucoup changé, crevé d’être tondu et de peur d’être confondu avec un Gilet Blanc pure laine, vous profiterez du premier décan (évitez par contre le 1er des cons croisé...) de 2019 pour une nouvelle rencontre ! Arrêtez par contre d’être collé a TF1 et a la saison 3354 de « Cœurs sur braise » pour ne pas perdre vos … entre-cotes. Noria est Bélier et regardez la resplendir (quoi !? Son genre c'est Eddy Mercury sans moustache!?).
Enfin essayez l'aquaplaning sur sable entre Biskra et Bechar … mal barré la aussi y'a Boussaada au milieu je sais !

Taurreau
La encore carapace d'acier pour cœur tendre, vous restez un éternel incompris, aidez donc l'inconscient collectif en arrêtant de vous empiffrer de pâtes, chips et autres Kelbelouz glucidique acheté a Boufarik, suivez le régime de Chantal (elle s'habille encore aux rayon ADO, sauf pour les robes kabyles!). Séduisez votre moitié en réflexions fines (...mais parfaitement vides), en place de la Loubia aux abats que vous déposés a la cuisine chaque mercredi.
Ahhh un truc Super sur vous que je devrais citer… mais bon je dois m'taper 10 autres signes, a plus !

Gémeaux/ Gémelle
Ahhh Votre dualité, vous laissera dans une indécision éternelle, mais comme vous avez déjà foutu en l'air les 3/4 de votre vie, calmez vous et ne pensez … plus pour ÊTRE. 2019 vous apportera quiétude, OGM et la légalisation du Chanvre des hauts plateaux pour vous rendre le sourire. Si vous n'avez pas encore croisé l’Âme sœur, n'insistez pas et pensez à l'environnement ! Devenez bonze Zen à 25 roupie/jour pour garder intactes vos chances de réincarnation en Panda du Gansu (avec nos excuses aux Pandas Sichuan)..

Cancer
Ahhhh Heureux veinard, vous raflez les marchés, les chances et les… amis sur le carreau, sinistre, maintenant vous l’êtes avec le rire, incapable même d’être démoralisé, pareil a l'époque, vos pinces coupent raides et red ! 2019 Redoublera d' UV sur votre carapace, pour mieux cacher une pensée (que vous n'avez pas!), sauf qu'avec la montée des eaux vous risquez d’être oublié sur une pointe … et c'est pas vos yeux enfoncés qui retiendrons les mouettes !



http://www.eecomedia.com/wp-content/uploads/2019/02/z2.png

Lion/nte
Ehh le (feu) roi, on se magne la crinière, socialisez, socialisez, sire, votre CV est épatant mais les lionnes ont toutes Istagram et ne se marrent plus pour Madagascar … et pis c'est quoi cette horrible criniére-Tarzan ! Relooke toi, une paire de Sketchers et à toi la Namibie sur FrancAfrique, de l'humilité de l'humilité, un pas de danse Kéryma, radical pour les sourires ravageurs ! Allez on ne rate pas la station vénus, plus que 6 heures pour descendre vers le … peuple ! I get to Moove it moove it

Vierge/eee
Ce n'est plus un scoop, encore moins du spam, même M2K est vierge,donc haut les Cœurs, respirez un bon coup et a vous la Rue ! Les astres vous veillent, a la prochaine lune affûtez votre sourire, et place à vos talents cachés (faites comme si …) ! la tendresse est a chaque coin de réverbère, évitez les bas quartiers, les Burka Cartier ! Les débutants/tes Restez sur les blondes de plus de 1m70/ les minets de moins de 22 ans …

Balance
2019 sera toujours propice a votre balançoire, mais ne glissez pas trop de votre rocking-chair ! Révisez votre caractère et votre… budget chaussures-sac ! Votre conjoint mérite mieux (il est toujours la au fait!?), donc adoucissez vos plats au curry, votre voix a partir de 18h30 et votre doux logis par un vocabulaire plus soft ! La encore la technologie n'arrive pas à dépasser Chantal Vincent en résilience low-cost … Faites imprimer en HD les toiles de Ferhaoui pour votre hall ! Ca déstresse

Scorpion/nne
Hoola Hombre !c'est pas pour vous démoraliser mais la Santé a acheté un stock Anti-venin pour 5 ans… faites vous une raison et ne faites pas cette Pince ! Les déserts c'est l'avenir, recyclez vous en arroseur d'Aloe Vera ambulant, hein !? Les océans en ont pour 5 siècles, c'est rien ça ! Non ?!
Ca vous apprendra a glander pendant 5 Milliards d'années ...



http://www.eecomedia.com/wp-content/uploads/2019/02/z3.png

Sagittaire/ Sagittrice
Philosophe et esprit éclairé, ça va jouer serré pour cette année, mais comme nous n'avez honte de rien vous n'aurez même pas peur du ridicule ! Vous pourriez même faire mieux que Macron ou BHL, Osez ! Assumez les idées que vous n'avez même pas et rêvez d'aventure (entre 12h20 et 13h50) … Révisez votre Khouya Kada assidûment ! Rien ne vous retiendra que votre budget (déjà limite) et les remises a l'ordre de votre Ex au téléphone (ne rougissez pas, vous n’êtes pas seul)

Capricorne
C'est vrai vous êtes timide, mais la avec le Net tout l'monde va savoirer (ou savoiriser!?) votre vide sidéral ! Ne vous découragez pas : votre moitié existe (David Vincent l'a vue!!)! Ne vous excusez pas, restez plus longtemps dans El Djnina de Miliana, please ne sortez pas vos films préférés et partez voir son père avec des tranches de confiture de coing (pas trop sucrées)… pour que votre tronche passe mieux ! Et ne pas rater votre Dulcinée ! Et arrêter d'appeler notre service après vente qui n'est la que pour le fisc...

Verseau
Vous n'avez plus grand-chose a verser, depuis wikileaks et FilleDeCasbah.com, trouver une adorable épouse/epous est devenu … trop facile, sauf que personne n'en est revenu (encore) !!
Virez toute votre garde robe et passez au Fluo et aux lunettes larges … vous n'y croyez plus … euuh moi non plus ! Alors rehaussez votre niveaux en potassant les coms de MeskEllil.

Poisson / Poissante
Sortez de cette marre au canards, a torturer les sympa (et idiots) poissons rouges ! Voyez large, passez a l'aquaparc azur et osez les coraux pennatula (pompé sur Wiki…), rattrapez votre intellect de dauphin domestique par le Gris requin pour plaire a Zahia la fille du scaphandrier des belles-sources! Sa mère par contre zougalienne de mère en grand mère exigera votre fiche de paie … la encore, pas de panique, www.pixelr.com fais des miracles.

 

 

Lire la suite

Too much snow with too much glow!

__________________________________________


Pour vous mes ami(e)s!
Une chanson qui revient et qui revient et revient encore dans les esprits dès qu'il neige!




Lire la suite