3 35

Blog

La rumeur…

________________________________

La rumeur

De nos jours, nos villes et nos villages sont devenus des localités calmes, peu agités sauf dans les endroits habituels comme les marchés, les aires de jeux ou les cafés maures. Sinon une tranquillité modérée et palpable avec un calme serein. De ces groupes voire de ces attroupements surgissent alors une sorte de camouflet et une sorte d’outrage à l’intelligence humaine. Ce sont les rumeurs qui sont émises et formulées, depuis la nuit des temps, à l’égard d’autres personnes. Des rumeurs colportées sur des individus de surcroit gratuitement du fait qu’elles ne peuvent être ni vérifiées ni confirmées. Elles surgissent, planent et se propagent comme l’éclair et parviendront à détracter et détruire les personnes susvisées.

La rumeur est devenue comme une monnaie courante. Elle alimente et nourrit, tous les jours, les coins et recoins de la ville comme ceux du village ou des quartiers avoisinants.

Lire la suite

Le temps d’une ivresse de jeunesse

______________________________________

Sans titssre

Il s’en est allé vite, bien vite depuis longtemps ce temps de nos 10 ans à15 ans emportant avec, nos souvenirs pour que chacun essaie de s’en rappeler. Il est resté à jamais comme l’éternel temps qu’on doit évoquer et qu’avec lui parfois l’amertume de notre passé où jadis ses airs de chanson si joyeux sortis de notre souffle vaguaient dans l’air comme ces complaintes "ya Moustafa "« «, si tu vas à Rio ...»… » Et d’où se comptent parmi eux aussi tant d’autres que nous n’avions cessé à notre âge de fredonner leurs paroles comme des ménestrels.

C’était pour nous ce temps là qu’on pense maintenant, à celui d’une enfance enjouée. Nous étions jeunes…. Bien jeunes et insouciants pour connaitre ou comprendre la vie qui nous voyait grandir avec la folâtre d’humeur qui en nous ne nous fait pas rater une occasion propice pour rigoler tout le temps et à faire des blagues entre nous à longueurs de journées, si ce n’est surtout qu’il arrive, qu’on se consacre toute une semaine après l’école à grignoter quelques douros ou 20 frs dans la vente d’une B.D, déjà lue et ce pour la demi journée d’un Dimanche à un spectacle d’un film du 7ème art aux portes de la plus splendide et petite salle de cinéma de notre village d’antan qu’on appelait dans notre jargon villageois foyer rural. Il arrive qu’on se contentait parfois par manque d’un deuxième douro (5frs) du parterre cou tordu à l’arrière tête levée pour voir mieux une partie de l’écran juste au dessus de nos têtes.

A ce temps que nous voyons aussi loin de nous, rappelle ces passages incessants de véhicules et engins militaires dans les rues de notre tout petit village. Des fois on voit l’arrivée d’une jeep, d’un Dodge GMC ou celle d’un half track pointant à l’avant sa lourde mitrailleuse suivis une patrouille de soldats venant de la campagne feront leur entrée à la caserne du centre village et que nous nous trouvions à courir après chaque soldat juste pour un morceau de biscuit qu’on désirait tant ou un bâtonnet de ce chocolat noir. On évitait surtout ceux qui avaient leurs képis blancs, leur passage faisait toujours peur. C’était ce temps de jeunesse qui nous a vu grandir.

Et si on se rapporte aux jours des années que nous avions oubliés c’est à des photos jaunies par le temps mais qui elles ne vieillissent jamais qu’on sort des tiroirs et à nous rappeler en détails ce que comment vraiment nous étions jeunes.

Nos histoires de jeunesse enfantine regorgent de belles balades mais qui nous mènent aussi et toujours aux seuls endroits où nous nous sentions loin de la luminosité des deux garde-champêtres du village. Cette époque vécue par nous gosses fut dans ce temps vécue dans la jouissance comme dans la tourmente et la frayeur et pour nous en faire ces insouciants à courir partout dans une rue ou un chemin caillouteux à la recherche d’une histoire.

Voici ce que j'ai reçu dans mon mail ce matin!

___________________________________

Allah yerhamana dès maintenant, mais c'est une bonne lecture, mon côté un peu morbide du jour!
Ne vous inquiétez pas, nous irons tous au paradis inchAllah .

10 signes que la mort approche

Chère lectrice, cher lecteur,

La lettre d'aujourd'hui est particulière.

Elle traite d'un sujet grave, douloureux, auquel nous sommes pratiquement tous appelés à être confrontés : les dernières heures d'un être aimé.

La mort, autrefois omniprésente, est aujourd'hui cachée. Plus de 80 % des décès ont lieu à l'hôpital. Elle est loin l'époque où l'on veillait les morts chez soi, où tous les proches, voire tous les habitants du quartier, étaient invités à venir lui rendre un dernier hommage et où l'on voyait régulièrement passer dans les rues la procession de personnes endeuillées suivant un corbillard.

La conséquence est que la plupart d'entre nous n'avons plus aucune familiarité avec la mort. Nous ne savons plus à quoi elle ressemble. Nous ne savons plus comment nous comporter.

C'est la raison pour laquelle j'ai décidé de préparer cette lettre, qui peut paraître terrible.

Nul ne connaît le jour, ni l'heure de la mort, et c'est la raison pour laquelle mieux vaut se tenir prêt.

Cette lettre est donc à conserver précieusement. Car le jour où elle arrive, je peux vous dire d'expérience que le simple fait de connaître les gestes à faire permet de mieux dominer le bouleversement et la douleur terribles qui peuvent s'emparer de vous.

Alors voici les dix signes que la mort approche, et ce qu'il convient alors de faire. Je me suis efforcé de rester très factuel, car, suivant les rapports que chacun avait avec la personne à l'agonie (parent, enfant, conjoint, frère ou sœur, grand-parents...) les émotions sont particulières et doivent être considérées au cas par cas.

1. Perte d'appétit

Lorsque la mort approche, les besoins énergétiques diminuent. La personne commence à résister ou refuser de manger et de boire, et n'accepte que de petites quantités de nourritures fades (bouillie de céréales par exemple). La viande, difficile à digérer, est refusée en premier. A l'approche de la mort, la personne peut devenir incapable d'avaler.

Comment réagir : ne pas nourrir de force, respecter les signes donnés par la personne, même si vous pouvez être bouleversé et inquiet de cette perte d'intérêt pour la nourriture. Proposer régulièrement des petits bouts de sorbet ou de glace, ou une gorgée d'eau. Passez une serviette humidifiée et chaude autour de la bouche et appliquez un baume pour les lèvres pour qu'elles restent humides et ne fassent pas mal.

2. Fatigue et sommeil excessifs

La personne dort la plupart du jour et de la nuit tandis que son métabolisme ralentit, et que la faible prise de nourriture et de boisson contribuent à la déshydratation. Il devient difficile de la réveiller. La fatigue et si forte que la personne n'arrive plus à suivre ce qui se passe directement autour d'elle.

Comment réagir : laissez la personne dormir. Evitez de la réveiller brutalement. Partez du principe que tout ce que vous dites peut être entendu, car l'ouïe continue à fonctionner, même lorsque la personne est inconsciente, et même dans le coma.

3. Affaiblissement

Le manque de nourriture et la fatigue affaiblissent la personne au point qu'elle peut devenir incapable de lever la tête, ou même d'aspirer dans une paille.

Comment réagir : concentrez-vous sur le confort de la personne.

4. Confusion mentale

Les organes commencent à ne plus fonctionner, y compris le cerveau. Peu de maladies provoquent une hyper-acuité (niveau élevé de conscience) lorsque la fin approche. En général, les mourants ne savent plus précisément où ils sont ni qui est dans la pièce, parlent et répondent moins souvent, s'adressent à des personnes que les autres ne voient pas, peuvent paraître dire des choses insensées, s'agiter et fouiller dans leurs draps.

Comment réagir : restez calme et rassurant. Parlez à la personne doucement et expliquez-lui qui vous êtes lorsque vous approchez.

5. Respiration laborieuse

La respiration devient irrégulière, difficile. Vous pouvez entendre une forme distinctive de respiration appelée respiration de Cheyne-Stokes (RCS) : une forte et profonde inspiration suivie d'une pause qui peut durer de cinq secondes à une minute complète, avant une forte reprise de la respiration puis de nouveau un épuisement. C'est ce qu'on appelle aussi « l'apnée du sommeil », qui est provoquée par des variations de pression artérielle et de concentration du sang en dioxyde de carbone. Les poumons et la gorge peuvent aussi produire des sécrétions excessives qui créent de forts bruits d'inspirations et d'expirations qu'on appelle le « râle ».

Comment réagir : l'apnée et le râle peuvent être inquiétants pour les personnes présentes, mais le mourant n'est pas conscient de ces modifications de sa respiration. Encore une fois, concentrez-vous sur le confort de la personne. Les positions qui peuvent aider sont : la tête légèrement relevée sur un oreiller, assoir la personne en la tenant bien avec des coussins et un dossier solide, ou la coucher légèrement inclinée sur le flanc. Humectez la bouche avec une serviette humide, éventuellement un brumisateur et mettez du baume sur les lèvres. S'il y a beaucoup d'écoulements de la bouche et du nez, essuyez délicatement sans chercher à moucher la personne. Restez calmement auprès de la personne, tenez-lui la main ou parlez-lui doucement.

6. Isolement social

Au fur et à mesure que le corps s'arrête de fonctionner, la personne mourante perd de l'intérêt pour les personnes qui l'entourent. Elle peut arrêter de parler, marmonner de façon inintelligible, arrêter de répondre aux questions, ou simplement tourner le dos. Quelques jours avant de se couper de son environnement, la personne peut parfois surprendre ses proches par une dernière effusion de joie et d'affection, qui peut durer moins d'une heure et jusqu'à une journée entière.

Comment réagir : soyez conscient qu'il s'agit d'une partie normale du processus de mort, qui n'a rien à voir avec la relation que vous aviez avec la personne. Maintenez une présence physique en touchant la personne et en continuant à parler, si vous vous sentez de le faire, sans demander quoi que ce soit en retour. Profitez immédiatement d'un moment de lucidité s'il se produit, parce qu'il s'évanouira rapidement.

7. Ralentissement des mictions (urine)

Le faible volume de boisson et la baisse de la pression sanguine contribue à réduire l'activité des reins. L'urine devient très concentrée, brunâtre, rougeâtre ou couleur de thé. Il peut aussi y avoir une perte de contrôle des sphincters à l'approche de la mort.

Comment réagir : le personnel hospitalier peut parfois décider qu'un cathéter (une sonde) est nécessaire, sauf dans les dernières heures de la vie. L'arrêt de la fonction rénale augmente les toxines dans le sang et peut contribuer à provoquer un coma paisible avant la mort. Mettez une alèse sur le matelas en changeant les draps.

8. Pieds et chevilles qui enflent

Lorsque le fonctionnement des reins ralentit, les liquides peuvent s'accumuler dans le corps, en particulier dans les zones éloignées du cœur comme les pieds et les chevilles. Ces zones, ainsi que les mains et le visage, peuvent gonfler.

Comment réagir : en général, aucun traitement particulier (comme des diurétiques) n'est donné lorsque ces gonflements sont liés à l'agonie. Il s'agit d'une conséquence, et non d'une cause, de l'approche de la mort.

9. Extrémités froides

Dans les heures ou les minutes avant la mort, la circulation sanguine se retire de la périphérie du corps pour se concentrer sur les organes vitaux. Pendant que cela se produit, les mains, les doigts, les pieds et les orteils deviennent froids. Les ongles peuvent paraître pâles ou bleutés.

Comment réagir : une couverture chaude peut maintenir le confort de la personne, et la maintenir consciente. La personne peut se plaindre du poids de ce qui la couvre donc ne la serrez pas trop.

10. Veines marbrées

La peau qui avait été uniformément pâle ou cendrée développe un modèle distinctif de marbrures violacées/rouges bleue, qui est l'un des signes que la mort est imminente. C'est le résultat du ralentissement de la circulation sanguine. On voit d'abord ces marbrures apparaître sur la plante des pieds.

Comment réagir : il n'y a rien de particulier à faire.

NB : Les signes de la mort énumérés ci-dessus décrivent un processus de mort naturelle. Ils peuvent varier d'une personne à l'autre. Si une personne est maintenue en vie artificiellement (respirateur, tube d'alimentation), le processus de la mort peut être différent.

Connaître ces différents signes peut aider à traverser ce douloureux moment sans être plus désemparé encore qu'on ne l'est déjà. Et si vous n'êtes pas « concerné » par cette lettre, réjouissez-vous et, surtout, profitez de chaque instant où les personnes que vous aimez sont encore bien vivantes et en pleine santé auprès de vous.

A votre santé !

Lire la suite

J. Feliciano / Rain

_______________________________________________________

.. Sur le même "mood" ...
de la pluie qui délivre, qui lave
de la bonne mélancolie
comme une ablution
une renaissance
loin des pays "imbéciles" ou jamais il ne pleut

 

Lire la suite

Valentine's day!

_________________________

Bonjour à tout le monde,
A tous ceux qui fêtent ce jour, ou pas!

 

Lire la suite

Pour la Saint Valentin, ce sonnet de l'Amour

___________________________________

 

Saint valentin

L'an se rajeunissait en sa verte jouvence,
Quand je m'epris de vous, ma Sinope cruelle.
Seize ans étaient la fleur de votre âge nouvelle,
ET votre teint sentait encore son enfance.

Vous avez,d'une infante encor la contenance,
La parole et les pas, votre bouche était belle,
Votre front ét vos mains dignes d'une immortelle,
ÉT votre œil qui me fait trépasser quand j'y pense.

Amour qui,ce jour-là, si grandes beautés vit,
Dans un marbré,en mon cœur,d'un trait les écrivit
ÉT si,pour le jour d'hui, vos beautés si parfaites,

Ne sont,comme autrefois, je n'en suis moins ravi,
Car je n'ai pas égard à cela que vous êtes,
Mais ÀUx doux souvenirs des beautés que je vis .

Pierre. De. Ronsard.
XVl eme siècle

 

Lire la suite

L'érosion

___________________________

Sans titre 89

L'érosion se produit lorsque la couche supérieure du sol est balayée par une force naturelle ou humaine, ce qui rend la pousse de nouveaux végétaux sur le site plus difficile. L'érosion peut transformer une terre riche et saine en un terrain aride et sans vie cela peut même provoquer des glissements de terrain et des coulées de boue. L'érosion se produit souvent sur les chantiers et sur les zones où le sol a été manipulé. Il existe différentes façons de contrôler l'érosion selon le type de terrain et la gravité de l'érosion.

L'érosion est un phénomène naturel qui peut s'avérer désastreuse lorsqu'elle est provoquée par l'homme. Pouvant avoir pour cause certaines techniques d'agriculture comme :

  • La monoculture.
  • L'agriculture intensive ou l'irrigation sur certains types de sols.
  • Des techniques d'élevage comme le surpâturage.
  • La déforestation (les racines contribuent souvent à stabiliser le sol et à empêcher l'érosion).

Elle peut également avoir comme effet des glissements de terrain, favoriser la désertification, l'aridification ou des menaces pour la biodiversité.

Lire la suite

Musique les tendres années "BEATLES"

______________________________________

Lire la suite

Mustapha CHERIF, la voix du juste milieu

_________________________

Mustapha Cherif, la voix du juste milieu

► Entretien réalisé par Rachid Ezziane

Avec amabilité et un sens de l’écoute digne d’un philosophe que le professeur Mustapha Chérif nous a accordé un entretien pour nous parler de l’idée de la « wassatia » en Islam, idée qui lui est si chère en tant qu’intellectuel engagé pour la paix et le vivre-ensemble, aussi, pour expliquer, à l’Occident et au monde, que la voix, (et la voie) du juste milieu, principe fondamental de l’Islam, peut devenir, pour le bien-être des hommes, une conviction universelle.

Ci-après, l’intégralité de l’entretien accordé à notre journal.

Mustafa cherife interieur 1

Lire la suite

LA TENDRESSE

____________________________________

La tendresse

Deux pigeons s'aimaient d'amour tendre ,
ÉT l'un d'eux a quitté le toit ,
Que sont longs les jours de l'attente ,
ÉT longues sont les nuits sans toi.


Un pigeon regrettait son frère ,
Moi,je regrette mon bel amour ,
Comme lui,j'attends un bruit d'ailes,
Le doux bruit d'ailes de son retour.


J'ai laissé partir avec elle ,
Le bonheur qui nous etait du ,
Sur le chemin du temps perdu ,
Amants,heureux amants,redites-le souvent.


Une absence est toujours longue ,
Rien ne sert de courir le monde ,
L'amour passe ét les feuilles tombent,
Quand tourne la rose des vents .


Deux pigeons s'aimaient d'amour tendre ,
ÉT l'un d'eux a quitté le toi ,
Que sont longs les jours de l'attente ,
ÉT longues sont les nuits sans toi .


_____Charles AZNAVOUR_____

 

 

Lire la suite