Facebook the green dressing 3 Images 4

Le coin de Benyoucef A.KEBIR

Débat et Vente Dédicace

___________________________________

Ptit omar

Lire la suite

Mon premier voyage aux lieux saints de l’Islam

___________________________________________

Mekka

Depuis longtemps, J’ai effectué de nombreux voyages dans neuf pays étrangers, mais celui qui m’a marqué reste la visite des lieux saints de l’Islam pour ne pas dire l’Arabie saoudite. C‘est la meilleure destination. Je vais vous relater les différentes étapes de ce long et merveilleux voyage.

 En ce matin frileux du 19 Décembre 2017, j’ai embarqué d’Alger à bord d’un Boeing 747 de la compagnie aérienne saoudienne. L’avion est peuplé de passagers qui somnolent sur leurs sièges. Le service est parfait, repas, boissons. Après cinq heures de vol, l’avion atterrit à l’aéroport Fahd Ben Abdelaziz de Médine. Les passagers algériens, hommes, femmes, enfants trimbalant leurs lourds bagages se bousculent devant les guichets pour tamponner leurs passeports. Les policiers saoudiens au lieu de mettre de l’ordre, regardent indifféremment la cohue.

  Arrivée à Médine

Médine est la première étape de notre voyage. Cette ancienne cité qui nous fait rappeler le lieu d’exil de notre prophète Mohamed Sala Allah Alih Ou Salam. Il fait déjà nuit quand les premières lumières de la ville jaillissent partout c’est comme pour nous souhaiter la bienvenue. Arrivés à l’hôtel situé en plein centre-ville, je me suis installé avec mon épouse dans une chambre au 6 ème étage. Elle est bien équipée, salle de bain, télé, climatiseur. Médine est une ville très moderne et attrayante aux grands et larges artères bordés de hauts immeubles. Des magasins ouverts jour et nuit achalandés vous offrent leurs produits de toutes sortes.

 Le lendemain au petit matin la voix mélodieuse du muezzin, nous fait arracher de notre   sommeil. Dehors des flots de prieurs bravant la fraicheur matinale se ruent vers la grande mosquée. Cet édifice religieux surmonté de superbes minarets illuminés, présente un joyau architectural remarquable. Les plafonds de la salle de prière sont majestueusement ornés de lustres et d’arcades, soutenues par d’énormes piliers en marbre .On trouve à chaque coin le long des allées, des futs pleins d’eau Zemzem ou les fidèles viennent s’abreuver. A l’extérieur, la mosquée s’ouvre sur une grande esplanade plantée de gigantesques parasols. Ici l’heure de la prière est sacrée, tout le monde doit abandonner son travail pour accomplir son devoir religieux.

 Durant notre séjour à Medine, notre voyagiste nous a organisé une visite guidée à la mosquée de Kpibaa, première mosquée de l’Islam puis la montagne Ouhoud ou l’armée musulmane avait essuyé une défaite la fameuse Ghazaouet Ouhoud.

Le dernier jour avant de quitter Médine, j’ai décidé d’aller visiter la Raouda, ou le tombeau de notre prophète Mohamed Sala Allah alih ou salam. En ce haut lieu de pèlerinage, des centaines de visiteurs s’agglutinent sur le catafalque et prient d’une grande ferveur. Je suis parvenu malgré la foule dense des visiteurs à frayer un chemin et m’approcher de ce lieu saint...

  Départ à la Mecque

 Le 5 ème jour, nous quittons Médine pour aller à la Mecque ou les pratiques de la Omra nous attendent. Au lieu-dit Biar Ali soit à10 km environ de Médine, nous descendons pour se préparer à El Ihram qui consiste à prendre un bain sans savon ni shampoing ensuite mettre l’habit d’El Ihram, composé de deux grandes serviettes « foutates ». Ceci vous fait penser au linceul de notre mort « el kfen ». Dans cette situation, il est interdit de couper les cheveux, ongles, toucher son conjoint selon le rite usuel musulman. Dès que nous remontons dans le bus, on commence à réciter « la telbiya » et cela durant tout le trajet (400 km) jusqu’à l’arrivée à la Mecque. Le paysage parait aride ensablé et rocailleux, aucun espace de verdure .Quelques caravanes de chameaux se montrent à l’horizon sous un magnifique coucher de soleil.

 Une fois arrivés à l’hôtel, tous les pèlerins se pressent pour aller accomplir leurs pratiques de la Omra. Répartis en petits groupes, nous suivons notre guide qui nous conduit directement au Haram.

 Quand l’image de la Kaaba apparait devant moi, une forte émotion m’envahit. Je suis ébloui de voir sa forme majestueuse. Elle est   recouverte d’étoffes noires, brodées de fils d’or. Nous commençons déjà « Etawaf », sept fois autour de la Kaaba en récitant des versets coraniques et des louanges. On se tient fortement par la main pour ne pas risquer de se perdre dans cette vague humaine. Nous faisons ensuite une prière derrière Makam Ibrahim, puis nous buvons l’eau bénite de Zemzem qui coule à flots, avant de se diriger vers un autre lieu sacré qui est « Safa wa el marwa ». Ce sont de larges galeries bien aménagées, ou le pèlerin doit faire 7 fois le parcours, avec une cadence très particulière suivant la tradition religieuse Là, on peut croiser différentes nationalités venues  nombreuses  des pays de l’Asie,  de l’Europe oriental, marchant et priant en groupe dans une grande discipline, contrairement à nous les algériens. Une fois terminées ces pratiques les hommes passent chez le coiffeur pour couper les cheveux, quant aux femmes, elles doivent couper juste un cheveu de deux doigts. Après tout cela, on enlève l’habit d’el ihram et on revient à la vie normale.

  Les températures sont très clémentes en cette saison à la Mecque. Cette ville présente une topographie assez particulière par rapport à Médine. On peut constater de grands chantiers installés sur les hauteurs des montagnes entourant la ville, qui exécutent des travaux de démolition des flancs de roc en vue d’extensionnel la superficie .C est pour cela qu’on trouve à la Mecque de nombreux tunnels et pentes.

  Durant notre séjour, une autre visite nous a été organisée au mont Arafa, lieu du grand pèlerinage et à Mozdarifa ou une vague de tentes est installée à perte de vue pour les hadjis.

 Le dernier jour avant de quitter la Mecque est un instant très émouvant. Je regarde longuement la Kaaba, les yeux mouillés, le cœur serré :

« O Kaaba la majestueuse,

« Je vais te quitter en pleurs,

« J’en aurai une pensée pieuse,

« Tu resteras blottie dans mon cœur.

Rencontre et vente dédicace

______________________________________

Thumbnail dedicace03

 Rencontre et vente dédicace de la nouvelle BD
" P'tit Omar, la révolution dans le cartable" d'aprés l'ouvrage de Souhila Amirat
présentée par le bédéiste Benyoucef ABBAS-KEBIR.
  - Samedi 9 Décembre 2017
      Au Bastion 23, Alger à 14.00.

  - Lundi 11 Décembre 2017
      Au musée de la manufacture d'armes de l’Émir Abdelkader Miliana à 09.00

 "P'tit Omar, la révolution dans le cartable" Édtions Ingese 2017
          48 pages 400 DA.

P'TIT OMAR/ Suite

______________________________________

A la demande de Meskellil, voici deux pages de l'album 

Lire la suite

P'TIT OMAR

_______________________________

Ptit omar

Lire la suite

Les enquêtes de l'inspecteur Adel

___________________________

Dernière production BD policière, jeux d’énigmes de Benyoucef ABBAS-KEBIR

Thumbnail bd10

Auteur : Benyoucef Abbas Kebir
Titre : Les enquêtes de l'inspecteur Adel
Type : BD policière ,jeux d’énigmes
Éditions Ingese 2017
32 pages
Prix : 300 DA

Quand mes bulles s'envolent vers Bruxelles

____________________________

Expobelg002

 Une   exposition de bandes dessinées de l'artiste bédéiste Benyoucef Abbas Kebir initiée par l’association des toiles du Maghreb avec l'aide du consulat général d'Algérie à Bruxelles en Belgique, a été organisée du 02 au 07 Novembre 2016 respectivement au niveau du siège du consulat et à la mosquée de Col-fontaine non loin de la ville de Mons.

 Cette exposition qui s'inscrit dans le cadre de la célébration du 62 eme anniversaire du déclenchement de la révolution du 1er novembre 19854 a suscité un intérêt majeur auprès de notre communauté algérienne installée en Belgique venue nombreuse à cet évènement culturel.

  L'exposition, composée de plus de 30 planches BD est divisée en deux grands volets ayant pour thèmes suivants :

  1. L'histoire de l'Algérie de 1830 à 1954
  2. Les massacres du 17 octobre 1961à paris

 Cette exposition a été suivie par la tenue d'une conférence dans laquelle l'auteur a donné un aperçu sur la BD algérienne tout en mettant en exergue son parcours artistique de 30 ans de   productions BD.

 Durant cette rencontre culturelle avec le public algéro belge, il a été programmé également une vente dédicace de l'auteur qui a signé son dernier album BD «17 octobre 1961,17 bulles ou tragédie -sur-Seine».

 Avant de quitter Bruxelles et pour laisser ses traces au siège de notre consulat ;Benyoucef Abbas Kebir a eu l'honneur de  signé une œuvre artistique qui représente le portrait de l'Emir Abdelkader; fondateur de l’état algérien moderne.

LA CITHARE DU BONHEUR (Conte soufi)

Cithare du bonheur 2411 contesUn homme vint voir un maitre soufi vénérable,
Qui l’accueillit dans sa tente d’un air très aimable.
Il lui demanda alors le chemin du vrai bonheur
Qu’il cherchait avec tout son esprit et son cœur.

Le maitre lui révéla aussitôt l’itinéraire tant espéré
« Tu suivras le chemin du village sans l’égarer
Ou tu trouveras trois échoppes peu en retrait,
Et là, te sera révélé le bonheur et ses secrets ».

Le chercheur d'absolu passa maints cols et rivières,
Jusqu'à ce qu'il arriva en vue d’un village, bien fier.
Hélas ! Dans chacune des trois petites boutiques,
Il ne trouva que des marchandises très modiques.

 

L’une d’elles, contenait des rouleaux de fils d’acier,
Les autres, des bouts de bois et de métal entassés.
Découragé, il sortit du village et alla vers une clairière
Et se reposa sous la douceur de la lune et sa lumière.

Lorsque soudain, une mélodie sublime se fit entendre,
Près de lui, qui faisait renaitre le feu de ses cendres.
Stupéfait, il vit que c’était une cithare résonnante

 

Lire la suite

Play-BAC

______Planche 1______

Bac01

Lire la suite

"LES HISTOIRES DRÔLES DE BRAKA LE CANARD"

Quelques pages de BD de style humour, pour divertir un peu nos enfants en ces vacances de Printemps.

  • Textes et dessins de: Benyoucef ABBAS
  • Couleurs de: Djamel TOUAT
Bonne lecture

Lire la suite