Sans titre 110

Mon premier voyage aux lieux saints de l’Islam

___________________________________________

Mekka

Depuis longtemps, J’ai effectué de nombreux voyages dans neuf pays étrangers, mais celui qui m’a marqué reste la visite des lieux saints de l’Islam pour ne pas dire l’Arabie saoudite. C‘est la meilleure destination. Je vais vous relater les différentes étapes de ce long et merveilleux voyage.

 En ce matin frileux du 19 Décembre 2017, j’ai embarqué d’Alger à bord d’un Boeing 747 de la compagnie aérienne saoudienne. L’avion est peuplé de passagers qui somnolent sur leurs sièges. Le service est parfait, repas, boissons. Après cinq heures de vol, l’avion atterrit à l’aéroport Fahd Ben Abdelaziz de Médine. Les passagers algériens, hommes, femmes, enfants trimbalant leurs lourds bagages se bousculent devant les guichets pour tamponner leurs passeports. Les policiers saoudiens au lieu de mettre de l’ordre, regardent indifféremment la cohue.

  Arrivée à Médine

Médine est la première étape de notre voyage. Cette ancienne cité qui nous fait rappeler le lieu d’exil de notre prophète Mohamed Sala Allah Alih Ou Salam. Il fait déjà nuit quand les premières lumières de la ville jaillissent partout c’est comme pour nous souhaiter la bienvenue. Arrivés à l’hôtel situé en plein centre-ville, je me suis installé avec mon épouse dans une chambre au 6 ème étage. Elle est bien équipée, salle de bain, télé, climatiseur. Médine est une ville très moderne et attrayante aux grands et larges artères bordés de hauts immeubles. Des magasins ouverts jour et nuit achalandés vous offrent leurs produits de toutes sortes.

 Le lendemain au petit matin la voix mélodieuse du muezzin, nous fait arracher de notre   sommeil. Dehors des flots de prieurs bravant la fraicheur matinale se ruent vers la grande mosquée. Cet édifice religieux surmonté de superbes minarets illuminés, présente un joyau architectural remarquable. Les plafonds de la salle de prière sont majestueusement ornés de lustres et d’arcades, soutenues par d’énormes piliers en marbre .On trouve à chaque coin le long des allées, des futs pleins d’eau Zemzem ou les fidèles viennent s’abreuver. A l’extérieur, la mosquée s’ouvre sur une grande esplanade plantée de gigantesques parasols. Ici l’heure de la prière est sacrée, tout le monde doit abandonner son travail pour accomplir son devoir religieux.

 Durant notre séjour à Medine, notre voyagiste nous a organisé une visite guidée à la mosquée de Kpibaa, première mosquée de l’Islam puis la montagne Ouhoud ou l’armée musulmane avait essuyé une défaite la fameuse Ghazaouet Ouhoud.

Le dernier jour avant de quitter Médine, j’ai décidé d’aller visiter la Raouda, ou le tombeau de notre prophète Mohamed Sala Allah alih ou salam. En ce haut lieu de pèlerinage, des centaines de visiteurs s’agglutinent sur le catafalque et prient d’une grande ferveur. Je suis parvenu malgré la foule dense des visiteurs à frayer un chemin et m’approcher de ce lieu saint...

  Départ à la Mecque

 Le 5 ème jour, nous quittons Médine pour aller à la Mecque ou les pratiques de la Omra nous attendent. Au lieu-dit Biar Ali soit à10 km environ de Médine, nous descendons pour se préparer à El Ihram qui consiste à prendre un bain sans savon ni shampoing ensuite mettre l’habit d’El Ihram, composé de deux grandes serviettes « foutates ». Ceci vous fait penser au linceul de notre mort « el kfen ». Dans cette situation, il est interdit de couper les cheveux, ongles, toucher son conjoint selon le rite usuel musulman. Dès que nous remontons dans le bus, on commence à réciter « la telbiya » et cela durant tout le trajet (400 km) jusqu’à l’arrivée à la Mecque. Le paysage parait aride ensablé et rocailleux, aucun espace de verdure .Quelques caravanes de chameaux se montrent à l’horizon sous un magnifique coucher de soleil.

 Une fois arrivés à l’hôtel, tous les pèlerins se pressent pour aller accomplir leurs pratiques de la Omra. Répartis en petits groupes, nous suivons notre guide qui nous conduit directement au Haram.

 Quand l’image de la Kaaba apparait devant moi, une forte émotion m’envahit. Je suis ébloui de voir sa forme majestueuse. Elle est   recouverte d’étoffes noires, brodées de fils d’or. Nous commençons déjà « Etawaf », sept fois autour de la Kaaba en récitant des versets coraniques et des louanges. On se tient fortement par la main pour ne pas risquer de se perdre dans cette vague humaine. Nous faisons ensuite une prière derrière Makam Ibrahim, puis nous buvons l’eau bénite de Zemzem qui coule à flots, avant de se diriger vers un autre lieu sacré qui est « Safa wa el marwa ». Ce sont de larges galeries bien aménagées, ou le pèlerin doit faire 7 fois le parcours, avec une cadence très particulière suivant la tradition religieuse Là, on peut croiser différentes nationalités venues  nombreuses  des pays de l’Asie,  de l’Europe oriental, marchant et priant en groupe dans une grande discipline, contrairement à nous les algériens. Une fois terminées ces pratiques les hommes passent chez le coiffeur pour couper les cheveux, quant aux femmes, elles doivent couper juste un cheveu de deux doigts. Après tout cela, on enlève l’habit d’el ihram et on revient à la vie normale.

  Les températures sont très clémentes en cette saison à la Mecque. Cette ville présente une topographie assez particulière par rapport à Médine. On peut constater de grands chantiers installés sur les hauteurs des montagnes entourant la ville, qui exécutent des travaux de démolition des flancs de roc en vue d’extensionnel la superficie .C est pour cela qu’on trouve à la Mecque de nombreux tunnels et pentes.

  Durant notre séjour, une autre visite nous a été organisée au mont Arafa, lieu du grand pèlerinage et à Mozdarifa ou une vague de tentes est installée à perte de vue pour les hadjis.

 Le dernier jour avant de quitter la Mecque est un instant très émouvant. Je regarde longuement la Kaaba, les yeux mouillés, le cœur serré :

« O Kaaba la majestueuse,

« Je vais te quitter en pleurs,

« J’en aurai une pensée pieuse,

« Tu resteras blottie dans mon cœur.

Benyoucef ABBAS-KEBIR

Commentaires (10)

Chantal
Bonsoir Benyoucef,

Si j'ai souvent eu l'occasion d'entendre évoquer par mes amis musulmans leur voyage à La Mecque, je dois avouer que ce qui me frappe toujours c'est cet éblouissement que je remarque dans leurs yeux au souvenir de ce voyage et ce, même s'il s'agit d'un voyage qu'ils ont effectué depuis de nombreuses années.

En ce qui te concerne, en lisant ton article, même si je perçois la même joie que j'ai pu constater sur les visages de mes autres amis, j'ai apprécié l'aspect "didactique" de ton article qui apprend à la lectrice totalement ignorante que je suis l'essentiel des rituels d'un séjour en terre sainte.

Merci de nous avoir fait partager ton fabuleux voyage.

Bonne fin de journée à tous.
Meskellil
  • 2. Meskellil | 20/01/2018
Bonjour à tous,
Bonjour Ahmed,

Je vais te faire une réponse très courte, un mot, qui pour moi répond à ta question du recours au parler populaire pour exprimer certaines choses. Mon élan se trouve dans ce tout premier mot prononcé dans ma vie "yema" et non maman. Pour la chanson de Aderhmane Aziz, je préfère, et de loin, la version originale en langue populaire Algérienne, qui me parle davantage, même si ta traduction la reflète bien. Certains thèmes, sujets... résonnent plus profondément en moi en langue populaire.
ahmed LABDI
  • 3. ahmed LABDI (site web) | 18/01/2018
Benyoucef merci pour ce récit de ton petit pèlerinage (Omra) qu'on souhaite indubitablement le faire un jour, selon la volonté divine, bien sur. Pour préparer son Hadj (pèlerinage), il faut toujours faire une Omra. Cela aide, en Hadj de savoir où aller, où on se trouve dans la marée humaine du Hadj. En tout les cas, c'est ce qui me semble nécessaire et le mieux pour moi.
Je profite de cette occasion pour révéler, sommairement, certaines caractéristiques de ce lieu saint. On a montré que la Mecque est le centre des surfaces immergées des terres. C'est à dire des cinq continents. C'est une précaution divine pour que tous les humains du monde soient à égalité de parcourir la même distance, avoir la même chance pour accomplir ce formidable cultuel. On dit qu'elle est le centre de gravité (grosso modo). Mathématiquement, le centre de gravité est le centre d'une figure géométrique à égale distance des cotés. Le centre du cercle, le point de concours des diagonales d'un carré ou d'un rectangle sont des centres de gravités pour ces figures. A ne pas confondre avec le centre de gravité où s'attache le poids d'un objet. Le centre de gravité de la Terre se trouve au centre du globe terrestre qu'on appelle (NiFe*). Mais on parle du centre de gravité de la surface terrestre. Nuance.
[*Notre vieille bonne Terre bleue dans le noir du cosmos a, donc, belle et bien, du nif et à en revendre ! Et qu'est-ce que vous croyez ? La mer à boire ? J'allais dire les océans à boire ]
La rotation des hadjis pour le tawaf se fait dans le sens contraire des aiguilles d'une montre. C'est le même sens des planètes de notre système solaire, des galaxies. La pierre noire quoique qu'elle est géologiquement une météorite ne prouve pas le contraire de son statut que lui donne Dieu d'être parvenue du Paradis.
Il y a beaucoup de chose à dire sur ce sujet mais je me contente de ça.
Mon point de vue sur les commentaires de 6 à 1:
6) Pour Keryma :Trouves-tu de la difficulté à écrire en français ce que tu as écrit en arabe ? Ce n'est pas une boutade de ma part, ni une critique mal placée. Ce n'est qu'une petite curiosité. Juste parce qu'on est poussé naturellement à les prononcer en arabe pour bien préciser nos prières. Est-ce une chose très difficile en la langue de Victor Hugo ? J'aimerai avoir l'opinion des autres, c'est tout. Quant à ton petit poème, il est beau et... joliment joli.
5) Meskellil est allée bien au but. Elle relate les sentiments profonds qu'on ressent lors de ce voyage. Un voyage qui touche, plus l'esprit que le corps. Ceci n'empêche pas qu'elle fait ses douaa (requêtes) en arabes en lettres latines. Peux-tu en expliquer l'élan ? La langue française peut les expliciter. C'est juste un petit questionnement qui me traverse l'esprit, rien de plus.
4) C'est notre grand ami Bradaï Mohammed toujours en problèmes avec sa GM que je la imagine, ça va de soi, telle Tartine la vielle dame au poing de fer qui vient au secours des petites gens en difficulté.Cette reine des BD de notre adolescence que Benyoucef notre BDiste, en a, je ne m'en doute pas, une bonne idée. Il faut préciser que monsieur Bradaï est déjà un hadji. Je dirai un hadji-I. On lui souhaiterai de tout coeur un Hadji-II. On fait une requête à Allah pour que ce cultuel soit accepté et honoré par notre Créateur à toi fils de GM, à toi Benyoucef pour ta Omra et tous les hadjis et les omaris de cette année et de tout moment.
3) Deghrar Djillali, il y a longtemps que je ne t'ai pas lu. Je m'excuse je ne suis pas à la page car je n'ai pas de PC. C'est une des rares occasion de me trouver devant un micro avec Internet. Je n'ai même pas le temps de visiter ton coin. Je l'ai pour quelque moment. Toi aussi tu écris directement en arabe tes douaa, tes requêtes. Phénomène explicable ou non ? Merci Djillali.
2) Keryma: Pas de piston tu as ta part en 2). Mais, tout-de-même, qui ce GP ? Eclaîre-nous ! On a tendance à le confondre avec le mari de GM.
1) Cher frère Benyouvef, Profondément du coeur : Une quête vers Allah remerciée, péchés pardonnés et petit pèlerinage agréé par Allah. Mes vives souhaits pour un Hadj accompli dans les meilleurs performances.
A moi de reprendre le refrain d'une chanson merveilleuse de Abderahmane Aziz (qu'Allah le couvre dans sa grande miséricorde) :
O ! Kaaba, maison de Dieu comme tu es merveilleuse.
Quelle paix ! Pour Ibrahim qui t'a construite.
Si Allah le veut, je la visiterai
Allah est grand !
Et je sentirai son encens.
Allah est grand !
Ahmed le bourlingueur qui vous estime tout un chacun.
Benabdellah Mohammed
  • 4. Benabdellah Mohammed (site web) | 18/01/2018
Essalem Omra makboula in chaAllah ouelaakiba lelhedja.
Benyoucef
  • 5. Benyoucef | 17/01/2018
Je n'ai pas aperçu GM et Fiston au milieu de cette marée humaine qui tournait autour de la Kaaba.Mais soyez sur qu'on a bien compté les 7 tours grâce à la vigilance et l expérience de notre vaillant moutawef qui a su bien faire son boulot sans chapelet.
Par contre je vous raconte l'anecdote suivante:
En arrivant au makite de biar Ali distant de 10 km de Médine ,ou on devait se préparer pour el ihram,un pauvre pèlerin complétement déboussolé se presse hâtivement de descendre du bus, trimbalant ses bagages.Pour lui ,il croyait qu'on est est arrivé déjà à... la Mecque.
Enfin je vous souhaite à vous tous et à vous toutes d'accomplir un jour inchallah ce merveilleux voyage .'Lahla yahrem menha moumene' comme on dit chez nous
keryma
  • 6. keryma | 17/01/2018
Je te suis un peu partout sur ce site ya Mohamed!!!
Même Benyoucef a eu droit à l 'intervention de GM ! Hadi m'liha! Est-ce GM était là quand GP a doublé la mise?
Meskine elle a dû le secouer avant de lui remettre le fameux chapelet!

Amitiés non sans oublier de rire..,
Kéryma,
deghrar djilali
  • 7. deghrar djilali | 17/01/2018
Cher Benyoucef, bonsoir

Allah yadjaalha ziara makboula in chaallah

Djilali
G.M et Fiston
  • 8. G.M et Fiston | 17/01/2018
Est-ce que le compte y est Fiston ?
Je crois que oui GM ,nous avons terminé le septieme tour. Nous sommes à mi chemin de notre Omra.
GM !!!GM !!! là ! là devant nous ;est ce que tu vois bien ce bonhomme qui tient un livret à la main .c’est Benyoucef Abbas GM , même sans son béret noir je le reconnais entre mille.
C’était bien Benyoucef ;
, il ne nous a pas vu avec tout ce monde. A sa grande surprise et à notre vue ,il etait tout emerveillé , il n’en croyait pas ses yeux que GM était bien là.et que nous soyons tous là pres de la Kaaba tous ensemble.
A la vue de sa chevelure encore en tête comme nous , GM constata tres vite que Benyoucef n’a pas encore accompli sa Omra.
IL nous dit si on a terminé les sept tours. GM lui repond ,que nous venions à peine d’en terminer le dernier chaout et que nous allions prier les deux rakaat .
Abbas nous dit c'est notre premier pelerinage aux lieux saints , je suis là depuis bientôt cinq heures si ce n’est plus et à chaque fois mon epouse que vous voyez à coté me dit que nous nous sommes trompés de compte et depuis on ne fait que recommencer nos tours autour de la Kaaba sans pour cela terminer nos sept tours . GM s’en est bien étonné qu’un homme comme Abbas Benyoucef puisse se tromper mais a bien vite compris, que Benyoucef n’utilisait pas le chapelet à sept pierres pour compter le nombres de tours . c’était cela son erreur .
Ecoute mon bon Benyoucef je vais te tirer de cet embarras lui dira GM , puisque avec Fiston nous avons terminé nos sept tours nous te remettons notre chapelet essaie de bien compter avec le nombre de tours que tu as effectués. A chaque tour tu eloignes une pierre des autres jusqu’à la fin.
Et c’est ainsi que Benyoucef Abbas a pu completer les sept tours exigés pour continuer sa omra sans se tromper mais il lui resta les sept autres entre safa oil marwa . GM a bien dit qu’elle va le surveiller de pres pour qu’il ne fasse pas les quatorze comme l’a bien fait GP dans le temps de son hadj.
Et par moment je me suis bien demandé et si je n'avais pas vu Benyoucef parmi ces milliers de gens et si GM encore ne lui avait pas remis notre chapelet le pauvre Benyoucef serait encore à tourner autour de la Kaaba en comptant et recomptant les tours.
On ne saurait quand est ce qu'il reviendra pour nous avoir ci bien decrit son premier voyage aux lieux saints. .
Meskellil
  • 9. Meskellil | 16/01/2018
Bonsoir Benyoucef,

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt et grand plaisir votre voyage aux lieux saints de l’Islam, un voyage si minutieusement et superbement décrit. On est avec vous, on voit à travers vos yeux, on ressent à travers votre âme l’émotion de chaque instant. Un écrit attentif, curieux au sens noble bien sûr, et riche de détails inédits, une belle découverte. J’aime beaucoup !

Je comprends bien que vos yeux, votre cœur, votre âme aient été en réceptivité, en ouverture, en disponibilité maximales pour absorber tout, vous nourrir de tout ce que ces lieux saints historiques sacrés et hautement spirituels offrent aux pèlerins assoiffés de spiritualité, désireux de se détacher du monde matériel et de ses contingences pour s’élever, atteindre ce bien-être intérieur, cette profonde communion, cette plénitude, cet état de grâce si difficile à atteindre comme à maintenir. L’effleurer, c’est déjà beaucoup. Très souvent, les personnes qui accomplissent la Omra ou le Hadj reviennent transformées, le regard illuminé, le visage rayonnant. Une paix et une sérénité profondes se dégagent d’elles, et se communiquent aux autres, ce sont des bienheureux.

Benyoucef Allah Yedj3alha Omra maqboula et wahd el Hadja nchallah à vous et votre épouse comme disaient nos anciennes. Merci beaucoup Benyoucef pour cette élévation spirituelle, pour toutes les émotions intenses que vous avez si généreusement partagées avec nous.
kéryma
  • 10. kéryma | 16/01/2018
Cher Benyoucef,

,InchAllah la prochaine fois vous y retournerez ton épouse et toi pour une hadja. Allah la yenh'rem men'ha mouemen.
3oumra mabrourah wa da3awette maqboulah inchAllah.

Qui, ne souhaite visiter cet endroit divin?
Médine, la Qaaba, et le tombeau saint,
C'est vrai que tous ceux qui y sont allés
En sont repartis en larmes, le coeur serré.
Un pèlerinage une seule fois accompli
Nous procure les joies intenses de la vie!

Kéryma,

Ajouter un commentaire