Le Coin de Ahmed ARBOUCHE

La glaise qui fait les Grands Hommes

_______________________________________

 Je suis comme secoué par un besoin de raviver un souvenir qui raconte une histoire des plus édifiantes, bourrée de sagesse et de sagacité, appartenant à ces hommes dont toute leur grandeur avait été pétrie d’humilité. A vouloir connaitre le secret qui élève au rang des nobles, on le trouve chez ces hommes qui s’abreuvent de modestie, de gratitude et de bien ; fait dans le silence et contraire à tout écho . Les choses que nous connaissons sur les hommes ne font que leurs noms ; c’est peut-être ce que nous ignorons d’eux qui fait beaucoup plus leur grandeur.

En 1978, me trouvant au service national, en qualité d’aspirant chargé des prérogatives de chef de service comptabilité, j’étais appelé, entre autres, à remettre les paies mensuelles au Personnel civil que comprenait notre administration.
Mon attention était particulièrement attirée par une seule personne ; un gardien pas comme les autres. Un homme dépassant de loin l’âge de la retraite, vivait seul dans un centre de colonies de vacances et jugeant lui être utile, je lui ai proposé mes services pour l’aider à partir en retraite.
Souriant, il m’a répondu par un refus qui m’intrigua du fait que c’était le contraire à quoi je m’y attendais. Voulant conforter ma bonne intention, il m’invita à m’asseoir près de lui et, comprenant toute la beauté du geste ; se résumant dans un sourire de sage qui ne le quittait pas, il va me conduire dans une pérégrination, dans le temps, pour me raconter son histoire… et quelle histoire !!!

Chaque famille Algérienne, racontant en film ce qu’elle a vécu pendant la guerre de libération nationale, décroche inévitablement un « Oscar » au festival de Cannes.
Il me conduisit à Béchar où il naquit et vivait pour me faire part de son histoire insolite.
Un soir, quand tomba la nuit dans un douar à la périphérie de Béchar, les habitants furent alertés par des aboiements de chiens. Dans ces conditions de guerre, tout le monde était aux aguets et on s’attendait bien sur au pire ; raison pour laquelle on ne fermait pas totalement l’œil.
Ils ont su tout de suite que c’étaient les Moudjahiddine qui passaient, à leur mot d’ordre : « nous sommes el Khaoua », voulant dire : nous sommes vos frères.
Ils furent vite reconnus et pris en charge avec tout ce qu’on pouvait offrir de mieux aux invités. Le vieil homme qui était en face de moi était bel et bien la personne qui a pris soin de ces maquisards ; leur offrant une chèvre au souper, sa maison, sa literie et tout ce dont ils avaient besoin. Tôt le matin, ils prirent le café et continuèrent leur mission.
Quelques années après l’indépendance, un colonel, en la personne de Si Abdellah Belhouchet , partit en mission à Béchar, dans le cadre de ses fonctions d’officier supérieur de l’A.N.P .

Arrivé sur les lieux et après sa mission, il demanda à être dirigé vers le douar qui l’a si bien accueilli, nourri et logé en ces moments difficiles de guerre. Si je me rappelle bien de la narration du vieil homme, le colonel avait été conduit par hélicoptère.
Son arrivée au douar ne pouvait passer inaperçue, c’était un événement criard, rassemblant tous les habitants ; venus nombreux émousser leur curiosité …Dire que les invités sont bien reçus dans notre bled, surtout au Sud, serait un grossier pléonasme.
Après une entrevue des plus conviviales, le rideau est tombé sur le secret de cette visite si inattendue dans un coin perdu, pour susciter une euphorie mêlée de nostalgie et de confusion…des moments difficiles à contenir ; aux états d’âmes graves.

Au moment du retour, le colonel avait demandé à voir, seul, l’homme généreux et hospitalier qui leur avait fait don de tout ce qui était en sa possession en ces moments pénibles que fut la guerre et, tête à tête, ils avaient parlé de tant de choses.
Informé de la situation et des conditions de vie déplorables que menait cet homme après avoir tout perdu pendant la guerre, Si Abdellah Belhouche lui demanda de faire sa valise pour le suivre et aller vivre avec lui pour le restant de sa vie sans qu’il ne manque de rien. L’homme qui n’avait personne et rien à prendre avec lui s’était certainement contenté d’un regard d’au revoir ou d’adieu pour partir et ne plus revenir à cet océan de sable.

Ce jour là et étant très jeune, j’avais situé - COMME UN EVEREST- ce petit homme (Colonel,son grade à mon époque) qui avait refusé un jour, de se peser devant nous ; tellement chétif ( sur une bascule de la coopérative militaire de Blida) ; qu’aucun Général au monde ne peut égaler…Allah irahmou.
Sous le sceau de la reconnaissance, je rends un vibrant hommage et galvanise la mémoire de ce si grand homme des Aurès qui a marqué indélébilement l’histoire de notre révolution ; cet homme qui a toujours trouvé une place pour ranger avec ses armes, la caméra de René Vautier et la plume de l’intellectuel. Chapeau bas à ce Grand Homme qui payait ses factures d’eau et d’électricité, qui considérait le soldat chargé de ses commissions comme son propre fils et qui prenait en voiture des auto stoppeurs, croyant qu’ils sont des appelés manquant d’argent pour rentrer chez eux.

Qu’avons nous donné « aux tisserands de la Planète » ?

_____________________________________


La prédation reste l’attribut qui colle au dos de l’homme ; il demeure sans égal et sans rival dans l’étiolement de l’équilibre écologique. Entre l’animal qui œuvre et l’homme qui désœuvre le Globe terrestre ressemble à un ballon suspendu et qui vacille entre la vie et la mort . La question qui se pose est de savoir quelle est la santé du fil sur lequel tient notre écho système après ces anarchiques et irrationnels épandages de produits chimiques ; aux impacts dévastateurs pour l’homme, la terre, le monde animal et ces bestioles qui jouent un rôle prépondérant et régulateur dans notre environnement ?

Pour ne parler que d’abeilles seulement ; imaginons qu’elles disparaissent et imaginons l’apocalyptique impact qui s’ensuit. Sans l’activité de cette précieuse bestiole, la pollinisation ne se fera pas , voulant dire que tout l’engrenage du mécanisme s’arrête de fonctionner ce qui condamne ,l’arbre , sa fructuosité , la prolifération des plantes, certaines récoltes etc…à une disparition certaine.

Ce dysfonctionnement paralysant mettra inévitablement FIN à tout le mécanisme qui maintient en vie notre paradis terrestre et les magies dont nous sommes comblés.
Mon message est un S.O.S ( save our souls ,voulant dire sauvons nos âmes ) qui est synonyme de sauvons aussi nos abeilles, nos pigeons, nos oiseaux et tous les héritiers de la terre QUI JOUISSENT DES MÊMES DROITS QUE NOUS.

Ces photos qui s’expriment d’elles-mêmes traduisent toute la responsabilité de l’homme envers le monde animal. Je félicite particulièrement ces jeunes de Cherchell qui se font une Culture et un Devoir d’assister ces pigeons en se situant à la hauteur de la symbiose voulue. Un jour, j’ai assisté à une scène à procurer du baume au cœur en voyant des sapeurs-pompiers intervenir au quartier où j’habite, pour libérer un pigeon coincé à un sèche-linge au 3° étage ; alors que le propriétaire était absent.
Il y’a toujours des gestes qui nous rassurent et dans ce duel qui se livre entre le bien et le mal il est indéniable que le sublime supplante le mal POUR FINIR EN TRIOMPHATEUR.

Lire la suite

Le sang qui assouvit la rose

______________________________________

Le sang qui assouvir la rose

Lire la suite

SAGESSE D'ORIENT : Inspirée de la PIERRE

________________________________

Un jeune homme, cherchant comment et pourquoi les hommes sont-ils classés dans des rangs différents dans cette immense société où s’établit une échelle de valeurs qui distribue des grades à tout un chacun;en fonction et en considération de quel mérite ?
Le père ne répondit pas sitôt ,le lendemain il demanda à son fils de mettre dans une brouette un amas de pierres se trouvant à proximité de sa demeure et d’aller les vendre le jour de marché, insistant auprès de lui pour ne pas fixer le prix verbalement ,mais de lever deux doigts, indiquant la somme à payer.
Le jour du marché, le jeune homme s’y dirigea et installa sa brouette attendant un quelconque client, une dame ,intéressée par ces pierres pour le décor de son jardin s’approcha et demanda le prix, le jeune homme lèva ses deux doigts ;la cliente lui tendit 2.000 DA. Il repartit chez lui remettant la somme d’argent à son père mais attendant toujours la réponse à sa pertinente question que le père tarda à donner.

Pour le prochain jour de marché le père demande à son fils de vendre un autre tas de pierres, lesquelles sont différentes des premières, tout en levant, comme d'habitude, deux doigts pour fixer le prix . Une fois au marché, un client s’approcha et demanda le prix, le jeune homme ,comme à la fois précédente lèva ses deux doigts ;le client lui tendit 20.000 DA contre ces pierres présentant une valeur et un intérêt ,archéologiques (10 fois plus). Avec un grand étonnement ,le jeune rentra chez lui, remit la somme d’argent à son père et chercha à comprendre le secret de cette énigme ;le père toujours taciturne ne répondit pas, promet à son fils de lui élucider cette situation au terme de la troisième et dernière vente.
L’enfant, se trouvant au marché pour la troisième fois ,comme à l’accoutumé avec sa brouette de pierres d’une autre configuration géologique;attendit un preneur. Quelqu’un s’approcha, scruta avec insistance ces pierres et demanda le prix, l’enfant leva ses deux doigts, l’homme temporisa pour compter son argent et lui tendit la coquette somme de 200.000 DA contre ces pierres renfermant de l’or (100 fois plus que la première vente). Son étonnement grandit davantage, l’enfant rentra chez lui, remit l’argent à son père, impatient de lui élucider cette embarrassante énigme.

Le père expliqua à son fils le mystère qui l’a hanté, que les hommes sont semblables à ces pierres et que chacun appartient à une certaine « configuration »; nous sommes tous porteurs d'un caractère, d'une personnalité, d'une foi, d'une vertu, d'une idéologie et de tant d’autres valeurs ou défauts qui font que sur la balance nous ne pouvons être identiques. Chaque profil s'identifie en fonction de quoi il a nourrit sa personnalité intrinsèque.

L’Algérie se disloque et s’étiole à vue d’œil...

_____________________________

L’Algérie se disloque et s’étiole à vue d’œil par un sérail de nababs et d’absentéistes au seul souci d’amasser des fortunes leur assurant la magnificence à l’étranger .Nous sommes comme des poissons dans un lac qui se dessèche de son eau par des braconniers qui dévient ,mal à propos ,son cours .Oui l’Algérie se meurt entre les mains de ceux qui la froissent et l’infestent de tous les maux, ces " cholériques " qui barbouillent notre ciel et notre air de leur Choléra .Où sont ces charismatiques dignitaires qui nous ont promis monts et merveilles ,nous assurant qu’avec notre légendaire cagnotte de 1000 milliards de dollars nous serons, à jamais, à l’abri de tout besoin et que le paradis est à portée de nos mains ;à pouvoir le caresser ?

C’est honteux ! les mirages que vous avez semés vous feront voir des spectres qui n’engloutiront que vous-mêmes .Une Algérie entre les griffes du choléra relève de la fiction ; se trouvant en proie aussi à la pauvreté frisant la précarité où des millions d’Algériens tendent la main en quête du couffin de Ramadan, au chômage incitateur au mouvement « harraga »,à la corruption ,à l’inégalité des chances (service national ,études ,logements etc…).Devant cette apocalyptique chute libre ,on se demande que reste t-il de positif dans ce système défaillant ?

On dit que les océans et les mers ,malgré leur immensité, ne peuvent contenir les charognes et leurs impuretés ;elles sont alors jetées dans les rivages de tout bord .Le cœur de l’Algérie, si petit pourtant, est vaste, généreux ,tolérant ;il accepte avec amour et stoïcisme tous ceux que mère patrie a vus naitre ,grandir et nourris d’une sève plus suave que le nectar des calices ;mais viendra le jour où elle châtiera les fils ingrats.

Émouvante histoire d'amour

______________________________

Je vous raconte une histoire d’amour bouleversante et émouvante, un amour d’une pureté et d’une blancheur cristallines ; au point de le cataloguer d’inouï, d’insolite relevant de la fiction.

Un ami m’appelle au téléphone voyant en moi la personne qui atténue sa détresse, en qui il peut déverser son trop plein d’amertume et de marasme et capable d’éteindre les flammes qui exacerbent son malheur. Avec une grande douleur il m’annonce la mort de sa femme, « la perle du Sahara » me dit il, une femme noire au cœur blanc pouvant éclairer tout un monde enseveli dans les ténèbres. Nous connaissons tous ces histoires parlant de Juliette, Cendrillon, Hizia de chez nous et tant d’autres princesses et fées habitant les plus somptueuses citadelles où l’amour règne en roi, si haut, à le loger au firmament.

Pour mon ami Bachir, Tombessa perle du Sahara dépasse Juliette, Cendrillon et toutes les autres et sa perte cruelle fait de lui l’homme le plus malheureux qui porte une blessure que nul remède ne pourra panser. Il ne se lasse jamais de faire les 1600 kms pour aller se recueillir auprès de sa tombe pour lui parler longuement, comme si elle est vivante et l’écoutait. Il me dit que ce trajet le détache du réel et le met en trans et comme emporté par une ubiquité envoutante, il traverse le désert sans fatigue et sans ressentir la chaleur ;le trajet, paraissant long, n’est pour lui que quelques kilomètres qui se succèdent, qu’il grignote comme on se donne du plaisir à croquer des arachides ; mais dur sera le retour, l’aurevoir au regard envieux d’avoir laissé derrière un si précieux joyau dans un écrin, sous terre. Arrivé au panthéon de sa reine, il s’oublie, il oublie le monde et il oublie presque qu’elle est morte au point de la voir ressuscitée et c’est pour cela qu’il lui parle. Sa profonde émotion laisse défiler des témoignages louant les qualités et le mérite d’une femme regorgeant de bonté, de tendresse et de profonde compréhension de la vie, avec tous ses coins et ses recoins. Étant sa 2° femme et sentant sa mort prochaine, suite à sa maladie, elle n’arrêtait pas d’insister, me dit- il, sur le bon traitement, l’éducation, l’orientation etc… de ses enfants, issus de la 1° femme.

Le long trajet de mon ami Bachir et son dialogue avec la défunte n’est qu’une sensation de rétablir le maillon qui fait défaut, de renouer avec le passé proche et faire en sorte que le lien n’est pas interrompu, feignant que le trait d’union est toujours là, qu’il ne sera jamais gommé. Il me rappelle avec une déconcertante similitude un vieil homme aux cheveux blancs de Gouraya devenu un grand ami par la relation professionnelle et les nombreux conseils qu’il me prodiguait ; me voyant jeune et candide, comme il me rappelle cet acteur qui a incarné le rôle du « vieil homme et la mer » de Hemingway. Oui, il est étonnant que ces hommes parlent seuls; peut être parce qu’ils ont tous des cheveux blancs et que ces cheveux blancs recèlent des langages secrets.

Mes deux amis parlent à leurs fidèles épouses, dans leurs tombes, qui les ont si longtemps accompagnés dans ces sinueux chemins de la vie et l’autre parle à un requin qui lui fait mener la vie dure. Mon ami Bachir m’a demandé de publier cette émouvante histoire pour que tous mes amies (is) prient Dieu pour elle, pour que ces supplications et ces vœux pieux-agrées par Allah lui procurent une place en son vaste paradis ...AMINE.

LA FABULEUSE LÉGENDE DU ROCHER DE LA FOURMI (GOURAYA)

_______________________________________________

10525958 835250216493839 7433061341579732166 n 1

Ah ! Comme il est doux de revivre le temps de ces grand- mères qui furent le maillon fort de la chaîne familiale, ces bibliothèques, virtuelles, ambulantes qui véhiculaient tout un patrimoine culturel, sans livre aucun, que par des narrations qui constituaient, alors, un moyen cognitif avéré très concluant.

Nous devons vouer à ces actrices principales le grand respect pour le rôle prépondérant qu'elles avaient joué pour perpétuer, tout au long des siècles lointains, nos valeurs immatérielles, nos rites, nos légendes nos fables et nos contes qu'elles narraient aux enfants, aux lits, avant de dormir...à ces actrices que nous devons réhabiliter, nous décernons des médailles de grand mérite.

Parmi ces contes miraculés que peu de gens connaissent, je vous raconte la fabuleuse histoire du rocher de la fourmi de Gouraya (près de Cherchell), que les grands-mères de la région appellent "Tokeith intiche " intonation berbère.

Cet îlot, situé à près de 3 km du rivage du lieudit "Sidi Braham Khouas " à la sortie Ouest de Gouraya, faisait partie intégrante de la terre ferme et faisait falaise limitrophe à la mer, selon le conte.
Sur cette terre fertile aux vergers, forets et prairies, exubérants ; prospéraient divers arbres fruitiers et là paissaient allègrement le bétail des autochtones .Une vieille et méchante bergère, habituée des lieux, se rendait depuis belle lurette avec son troupeau pour passer toute la journée sans se rendre compte du temps qui passait, tellement il faisait bon y être ; oubliant souvent de prendre ses repas.

Un jour en allant paître son troupeau, elle décida de ne prendre avec elle que quelques noix, tellement le lieu abondait de fruits de bois où myrtilles, mûres framboises etc...Faisaient son bonheur.
Voulant consommer ses noix, la vieille mégère se servit d'une pierre pour les casser sur un rocher à proximité duquel se trouvait une fourmilière .Après quelques coups de pierre, la reine des fourmis sortit du nid pour signifier à la bergère qu'elle venait de tuer quelques fourmis effrayant, du même, toute la colonie.

Sensible et susceptible à la remarque, la bergère s'opiniâtrait à casser ses noix faisant ainsi abstraction aux doléances de reine fourmi. Cette dernière, désespérée, n’a trouvé d'issue que la voie du Ciel, ainsi elle invoqua Dieu pour que justice soit faite.

Au prochain coup de pierre ,le rocher se fissura et Dieu fit jaillir un immense jet d'eau qui entraîna la méchante bergère, comme par une crue, vers la mer .Alertés ,les fourmis et le troupeau quittèrent les lieux; envahis puis engloutis par le déluge ne laissant que le rocher apparaître en guise de leçon de morale ,d'hyperbole ... que nos grands-mères s'efforçaient d'inculquer à leurs générations naissantes.

Jadis, toutes les leçons et les enseignements qui régentent la morale, la raison et le noble caractère étaient véhiculés par le biais de sages narrateurs qui faisaient office de grandes écoles.

Lire la suite

La légende du logo

__________________________________________

598726 285839971522490 1601301089 n

Sans titre 88

Une histoire insolite

______________________________

15826641 1021986714574475 2553372982795718618 n

Une histoire insolite, très rare en son genre, inspirée de faits réels, nous conduit aux abysses d’une affreuse et horrible prison de l’armée Française durant la guerre de libération nationale, où excelle l’art des tortures, des supplices et des exécutions.

Avant d’entamer le récit de cette émouvante histoire, truffée d’émotions endeuillant nos cœurs, je me dois d’abord d’exprimer ma profonde gratitude et mes sincères remerciements aux responsables de l’exposition affichant les œuvres de certains de nos Chouhada, Artistes (à la Bibliothèque municipale-Cherchell 2008), et pour les précieuses informations recueillies, inhérentes à l’histoire d’un Chahid et de son mouchoir. Ayant saisi et compris l’intérêt et la portée profonde que je vouais à de telles œuvres, ces responsables m’ont confié et permis de trimballer, jusque chez le photographe, une œuvre historique qui vaut des centaines de millions, vue sa valeur emblématique…Merci infiniment pour cette grande marque de confiance à mon égard.


L’histoire relate les faits d’un mouchoir de poche, fugace et sans grand intérêt qui a intimement accompagné un condamné à mort pour faire chemin ensemble et se quitter un jour, l’un exécuté et l’autre, un mouchoir miraculé, un témoin qui en dit long sur la révolution Algérienne et les profondes meurtrissures qu’a connues le peuple. Mais en vérité, ils (le condamné et le mouchoir) font toujours route ensemble sur les pages de l’histoire, cette histoire où confluent, malheureusement, le vrai et le faux, elle nous a mentis en nous enseignant que la France est une grande civilisation où a été promulguée la déclaration des droits de l’homme; le libérant de l’esclavagisme et du vampirisme, comme elle nous a mentis en culpabilisant Oswald dans l’assassinat de Kennedy et les deux tours de la W.T.C et l’Irak etc…
Un mouchoir qui nous fait éclater en sanglots mais, comble du paradoxe, n’essuie aucune larme, se trouvant dans la poche du condamné, a servi de toile à un artiste qui n’a comme paysage que les murs de cette prison où finit la vie, les portes métalliques des cellules ténébreuses et une cour intérieure servant de « récréation » aux prisonniers.
Sans tact, ni adresse et loin du respect des proportions et des perspectives auxquelles sont astreints les artistes, le condamné donne libre cours à sa spontanéité pour estomper ce lugubre et morbide paysage que vous voyez sur la photo en essayant de faire éclore d’un cauchemar, un rêve et des abysses des ténèbres, une éclaircie d’espoir en parlant d’indépendance, de liberté et d’amour. Comme métaphore, je ne trouve pas autre que de comparer ce sentiment d’espoir à une bulle d’air qui se libère du fond d’une mer, qui se débat désespérément jusqu’à faire surface et voir la lumière du jour.
Sentant sa mort prochaine, notre ami confie son mouchoir, son œuvre inestimable, à l’un de ses compagnons de prison en incombant à tous la responsabilité de faire de ce mouchoir un miraculé qui survivra jusqu’au jour de l’indépendance. Après son exécution et à chaque fois qu’arrive l’heure fatidique et fatale de celui qui le détient, le mouchoir est confié au suivant.
Il arrive que le prochain se retrouve avec deux mouchoirs, celui-ci qui le fait pleurer et le sien qui essuie ses larmes.
Ainsi, de poche en poche, notre miraculé mouchoir est devenu le rescapé de ces prisons où finit la vie, où le mot pitié est interdit d’accès à ces arènes de terreur et d’horreur. Comme le monde est petit et la vie courte, je me retrouve, un jour, en compagnie de deux anciens combattants à qui je racontais, triste et endeuillé, cette émouvante histoire. Ils m’ont prêté oreille et écoutaient attentivement le cours du captivant et tragique récit qui les a, à leur tour, secoués au plus profond, au paroxysme. Un effet surprise m’a bouleversé lorsque le deuxième Moudjahid que je ne connaissais pas m’a fait part du fait QU’IL ÉTAIT L’UN DES CONDAMNES A MORT.

________ALLAH YARHAM ECH-CHOUHADA________

La lettre qui a failli m‘emprisonner

______________________________________

La lettre qui a failli m‘emprisonner (Histoire insolite relatant des faits réels)

Tout le monde sait à quel rythme et à quelle intensité se déroulent les campagnes électorales, véritable branle bas ne sachant où se donner de la tête ; tous les antagonistes déploient toutes voiles dehors là où il est permis de croire à un vent en poupe et au sacre.

Quant-à moi (calligraphe ), en de telles occasions, il m’est très difficile de définir un programme de travail pouvant satisfaire tout le monde et je suis toujours chamboulé par des commandes inopinées venant perturber mon rythme de travail…éreintant en ces moments .

Un soir, aux environs de 22 heures, le Maire me téléphone pour me demander, dans l’extrême urgence, deux banderoles de soutien au Président sortant (Bouteflika) et candidat aux prochaines élections présidentielles (2004, je crois) ; je prends note en ces moments de fatigue morale où presque toutes les lettres de l’alphabet me paraissent comme des fourmis l’une à coté de l’autre et je me mets au travail.

14463218 940598452713302 1430786334011124302 nJe devais écrire « Votez pour l’homme de la concorde Nationale », en langue Arabe. Ici commence l’histoire insolite, rare en son genre, ressemblant à celle où on rapporte qu’une virgule, mal placée, a tué un soldat Allemand.

La transcription du verbe " votez " change complètement de sens en l’écrivant avec la lettre « ط » au lieu de « ت, «Malencontreusement, je l’ai écrite avec la lettre « ط » au sens de fouetter le Président plutôt que de voter pour lui.
Le lendemain matin, ces banderoles mesurant 6 mètres de long chacune, écrites en grand caractère, accrochées aux artères de la ville ont forcément inversé le message, faisant le malheur du parti du Président et le bonheur des partis opposants.

Le Maire me retéléphone pour me signifier que je venais de commettre une colossale erreur ayant provoqué un déluge, j’ai répondu en ponctuant que je ne suis qu’un humain assujetti à tout moment à l’erreur et il n’y a pas lieu de dramatiser sachant que des tirages entiers de livres du Saint Coran et d’illustres écrivains ont connu dans leur contenu des erreurs ; qui signifient que nous appartenons au rang de l’humain.

Bien sûr, la nouvelle s’est vite propagée à travers la ville et les autorités se voyaient dans une situation ambiguë, sans précédent, où la question : que faut-il faire ?, s’imposait. Certains me voyaient comme le déclencheur d’un séisme, voulant hâtivement me mettre au banc des accusés dans cette histoire où la montagne a accouché d’une souris, les autres me connaissant bien ont pris ma défense avec des témoignages favorables, me disculpant pour mon dévouement à mes longues années de travail fait avec assiduité et application; imputant donc cette maladroite transcription à l’inattention au lieu de me voir jugé pour un procès d’intention…Merci messieurs, je vous exprime ma profonde gratitude pour ces témoignages élogieux et vous promets de ne jamais fouetter quiconque à l’avenir.