3 35

Le coin de Med BRADAI

Musique les tendres années "BEATLES"

______________________________________

Lire la suite

Visite à notre cher Ami et Photographe MohaKhouya

________________________________________

Depuis bientôt une semaine que le ciel n’en a pas fini à faire déverser son eau pluviale pour une nature susceptible l’intercepter, battant aussi fort en outre toute surface construite à l’exemple du pavé des chaussées pour au mieux balayer et nettoyer ce qui reste des dernières traces d'une poussière d'été. C’était aussi une pluie bien froide, abondante obligeant chacun bon gré mal gré à garder le lit ou à rester tout près d’un feu.
Et c’est au cours de cette semaine pluvieuse, qu’un ami fort bien aimé de nous tous s’en est sorti indemne d’un bloc opératoire. IL est bien sorti de la clinique, et qu'actuellement au repos il est bien chez lui pour une convalescence.
Saviez-vous qu’il a eu ce mérite et le courage d’affronter à lui seul toute une équipe professionnelle de mécaniciens et d’électriciens pour tout simplement lui changer une conduite d’huile défectueuse dans son mécanisme. Ce n’est qu’après avoir endormi sa batterie qu’ils ont pu l’approcher et puis après âpres interventions, ils ont pu aboutir à confectionner au mieux sa force motrice qui lui sert dorénavant à entrainer sa charge.
Pour nous ses amis plus proches, avertis de cette panne subite qui l’a clouée au sol, il ne nous revenait qu’à lui apporter notre soutien moral et qu’il n’en sera qu’à lui seul à surmonter les conséquences de la réparation, il acceptait avec courage son sort. Il savait bien au début que c’était cette seule voie qui lui permettrait à bien faire fonctionner et tourner de nouveau les rouages de sa motrice.
Alors comme des spectateurs, nous étions là dans des gradins comme dans une arène à admirer dans une corrida un taureau blessé à mort à affronter la dernière charge du toréador.
A attendre aussi la fin du combat de ce duel final de la vie et de la mort d’un brave taureau dans une arène que le salut du taureau à sortir de l’arène en vie comme cette belle histoire qui s’illustre dans de belles pages d’un beau livre « les clameurs se sont tues » où un garçon sauve un taureau de la mort dans l’arène en demandant sa grâce au président. Pour notre ami elle n’est qu’à la grâce de Dieu.
A cette bonne nouvelle la moindre des choses pour nous ses amis, c’était d’y d’aller le voir et le réconforter pour toute sa bravoure à cette rude épreuve, lui rendre visite comme à tout malade et à lui souhaiter toute une bonne santé et prompte guérison.

Et voilà que par un mot passé entre nous « salamou alaikoum, comment va la santé, ça ne te dit rien si on rend visite à ce cher Djebbour dans un jour proche, il parait qu’il s’en est sorti et qu’il est déjà chez lui ? »
Cette visite eut lieu par ce temps très pluvieux et sitôt dit sitôt fait, nous étions prêts à prendre nos parapluies et décidés par un temps monotone qui comme des pèlerins à faire le chemin du philanthrope à ce cher ami Moha KHOUYA.
En bon hôte hospitalier, il nous ouvrit toute grande sa porte, et de notre nombre qui excédait la vingtaine, il en était tellement content. La bonne chaleur à l'intérieur ne manquait pas, qu’en cette circonstance Mohakhouya tout souriant n’arrêtait pas de nous dire « Al hamdou lillah » "Al hamdou lillah" louage et remerciements à Dieu. Il ne cessait de dire cela aussi à nos questions en ajoutant « je peux même marcher maintenant, et je me sens encore mieux qu’avant ». C’était un bon signe de santé alors pour nous de le voir déjà marcher.
En quittant Moha khouya, celui-ci remercia fort bien tout ce monde présent venu lui rendre cette aimable visite tout en recommandant à chacun qu'il sera le bienvenu chez lui chaque fois qu'il désire prendre un café.

Avide un mot qui veut tant dire pour G.M

____________________________________________

En arrivant devant la porte je savais que G.M était comme toujours impatiente à m’attendre et que malgré ma fatigue du long chemin parcouru de l’école jusqu’à la maison, elle va me refaire emprunter pour sa dernière commission ce même chemin qui me mènera encore jusqu’au village.
Alors avec tout un air grincheux, poussant le battant de la porte et entrant malgré tout, je voyais qu’à l’intérieur tout était calme mais qu’ Il faisait bien froid en cette fin d’automne, et là où l’on ne peut être pas plus loin en temps froid G.M s’y trouvait dans son coin, arc-boutant son dos au mur de l’âtre. Une buche et Les quelques brindilles allumées se consommaient à petit feu devant elle faisant le peu de lumière à l’intérieur où, tout près de son petit feu, elle épluchait calmement ce qui en restait d’une dernière pomme de terre qui fera tout un festin de roi à notre maigre repas du soir.
A travers mon cache-nez retourné sur mes pauvres oreilles entourant et couvrant tout le reste de mon visage ce qui ne me laissait que les yeux pour voir, Je la voyais ainsi, ce qui ne m’empêchait du tout en entrant de l’entendre m’appeler son appel cette fois sera pour moi, pour la dernière corvée de la journée. Tu poses d’abord ton cartable m’a-t-elle dit et viens boire vite ton café pendant qu’il est encore chaud, ensuite tu iras droit au marché m’acheter 1 kg d’oignons verts et fais en sorte cette fois ci que c’est comme si tu vas acheter une vache, assure-toi que la queue est comprise dans le marché. G.M voulait me dire par là de faire attention à ce que le vendeur doit me laisser le tout de la marchandise qu’il a pesée et que j’ai acheté, y compris les tiges.
Une méthode de vente qui a pris partout son ampleur de légalité, quand tu achètes on te fait peser la quantité que tu veux des oignons verts au marché, le «vendeur» pèse les oignons, te fais payer le prix de toute la pesée mais qu’ensuite sans te proposer il coupe court tout ce qui n’est pas comestible pour toi et bon pour lui qu’il garde pour afin de le revendre ou l’utilise ensuite à ses fins.


692 001 G.M disait vrai c’est ainsi qu’avec tous les marchands que ça se passe toujours quand je lui achète aussi les carottes. Quant aux choux fleurs pour G.M c’est une catastrophe. Elle jette aux ordures plus qu’elle n’en a gardé pour la cuisson. G.M, me dit pour ce légume qu’au moment de sa récolte on le coupe à ras du sol avec toute sa tige et ses fleurs qu’elles deviennent plus pesantes que sa tête, tout ça est de la malhonnêteté pour gagner plus de poids de ceux qu’ils veulent gagner en argent sale. Si ce n’est pour ta santé je ne l’achèterai pas. L’artichaut me dit elle ne se vendait autrefois qu’avec la tige que le poing de la main peut en fermer, maintenant c’est toute une longueur de tige d’un bras qu’on nous fait peser et payer et puis qu’on laisse au vendeur qui s’en réjouit avec pour le revendre encore.
Elle enchaina pour exprimer toute sa colère envers ces marchands malhonnêtes et avides gain qu’ on est bien dans un monde fou d’argent qu’ il n’y a que chez nous en ce Bled que ça se passe.
G.M tu me disais à l’instant « autrefois ». Est-ce que maintenant c’est différent à cet autrefois. Oh ! bien sûr, je dois te dire qu’un jour de marché autrefois on voyait les gendarmes qui contrôlaient tout ce qui se vendait et ce qui n’était pas dans les normes pour la vente. Ces moments-là le client était très satisfait de toute la marchandise qu’il achetait. Il était de même, mon garçon, pour les pauvres bêtes qui saignent du sang de leurs corps à cause de la charge, où à cet aiguillon très pointu qu’on utilise pour piquer ces bêtes et les faire marcher.
Et je te fais savoir aussi que pour la sardine que je n’achète plus de peur qu’elle soit d’hier et qu’on jette sur elle de la glace pour la rendre fraiche ne se vendait pas au-delà de 10h. Les vendeurs redoutaient les garde-champêtres qui s’emmenaient avec leur bouteille de grésil et asperger tout ce qui restait dans les cageots au-delà de l’heure prévue pour la vente de la sardine.

Sitôt que j’ai bu ma tasse de café au lait et sortant sans tarder, j’entendais encore G.M parler de son vieux « Autrefois » en me recommandant à ne pas oublier de bien refermer la porte derrière moi.

Le Meddah du Souk

___________________________________________

Au temps où le Meddah du Souk, à l’insu de l’autorité occupante du pays, tanguait d’un lieu à un autre de la contrée pour des nouvelles à apporter à une population.
C’était ce temps des Souks d’antan. Ces Souks du village qui ouvrent grandes leurs portes une fois le jour la semaine avec tout un mélange qui pénètre en toutes sortes de marchandises , en denrées alimentaire et légumes de saison , en bêtes domestiques et en cette friperie très convoitée ces temps-ci allant jusqu’au bric- à- brac des pièces et objets où tout se vend et s’achète de gré à gré.

3006455223 1 3 iwqbyi3y  Ce jour de marché est un événement de rassemblement pas comme les autres jours de la semaine qui de surcroit sera un cheminement pour les connaissances de la vie courante où les gens de la région surtout les campagnards s’amenaient qui à dos d’ânes ou mulets qui en marche à pied d’un peu partout pour vendre ou acheter et vivre aussi un véritable engouement dans un moment de détente animé par l’affable et débonnaire Meddah.
 Leur joie trouvée en lui n’en sera qu’un moment de leur temps mais qu’ils consacreront à leur faire oublier les quotidiens de leur vie coutumière.
 Par des paroles qui des fois seront dites et chantées au rythme du bendir du Meddah que tantôt en récits narrés en légendes fascinantes d’anciens temps .Ces gens simples et humbles qui écoutent seront, tellement absorbés par les beaux récits qu’ils en oublient parfois même le temps qui passe . Pour renouveler l’air ambiant de temps à autre le Meddah par son humour fort, plaisant et drôle les fera rire qu’Ils y perdent parfois à leurs dépens bien des affaires de valeur qu’ils laisseront en instance.
 Notre Meddah y venait à la coutume vers sa placette bien connue au Souk du village, trimbalant avec lui toujours son bendir, par quoi il égayait l’esprit des gens curieux qui de nature en veulent bien entendre ce que l’histoire cachait pour eux. De lui on avait bien des choses à apprendre et comprendre de la vie d’autrefois que parfois les gens tout autour assis ou debout, restaient attentifs, immobiles même comme des momies pour saisir et mieux comprendre ses paroles.
Dans les périodes fresques et tendues vécues à l’époque le Meddah était tantôt à divertir les gens tantôt à leur passer un message à travers des récits où seuls les personnes sensées connaitre le sens peuvent déchiffrer le prix des paroles prononcées.
C’était le temps de la mystification, à berner et tromper l’occupant par la déformation des paroles de recits et blagues tout en ayant l’air d’amuser les gens naïfs.
Et voilà qu’un beau jour comme tant d’autres plus curieux que moi d’ailleurs étions de bonne heure de ceux qui autour de lui seront à attendre pour tout savoir encore d’un récit légendaire enfouie dans le temps.

Ce jour-là , comme à ses habitudes Il était là au beau milieu d’une foule, à taper et à retaper de ses mains miraculeuses son bendir pour attirer beaucoup plus de gens
Notre Meddah paraissait aussi dans une nature magnificence qu’à cela je me suis permis sans attendre qu’il en fasse résonner d’autres coups de Tam –Tam de son bendir à l’interrompre pour lui rendre la pareille par une gratitude due à son rang de bienfaiteur pour nous tous.

 Ô Meddah ! Toi, qui dans les Souks la voix plait, charme et, serine des récits fabuleux pleins de merveilles, je te salut.
Bien surpris par ma voix enfantine, je le voyais scruter l’assistance tout autour pour me retrouver et dire.

 Ô Toi mon enfant qui s’est permis d’élever la voix, que mon salut te revient. Je t’en remercie Toi qui viens vers moi tendre l’oreille, c’est en quoi ton vœux souhaité à ce désir ardent de tout connaitre de moi du passé de tes aïeux que je puisse t’en dire plus. Par ces paroles d’oracle, Il répondit à ma langue obséquieuse, que sitôt il s’en est suivi entre nous une suite de paroles :
Raconte nous donc Ô Meddah, raconte-nous…. De tout ce qui en tes contes inouïs pour nous, nous met en peine à les déchiffrer.
Dis-moi Alors Ô--toi qui m’écoute, ce qui peut bien t’éblouir le plus de mes contes anciens pour que je puisse réfléchir à t’en dire plus, sur les plus écoutés d’entre eux.

  Ô ! Rien d’autres, rien d’autres seulement que ce que tout Meddah comme toi radote
Mais moi, je ne sais dire d’autres que des contes populaires et d’anciennes ’épopées légendaires qu’ici et là on raconte en ces temps.
Alors, pourrais-tu m’en raconter encore quelques traits pour autant qui retracent notre vrai passé glorieux.
Si je t’en fais dire ce que je- ne- sais- quoi, les sages en vous en seraient fortement curieux et auront envie de tout savoir et d’apprendre de moi sur leur futur.
Soit, donne nous alors ce peu de ce passé d’hier qui se rapproche un peu du présent sans qu’on veut bien l’admettre.
 Ô Toi qui m’écoute ainsi que tes autres je ne suis ni chroniqueur d’autrefois, ni acariâtre à chanter des histoires d’hier.
Alors c’est quoi cette humeur changeante qui vient tant vanter toute ta bravoure dans des contes et récits parmi la foule dans les souks.
Je ne fais que passer pour dire Ce qu’on disait sur hier, et ce qu’on ne peut prononcer pour demain en l’accommodant pour le présent.
Alors pour toi Ô Meddah, on ne doit être ni folichon ni encore moins narrant de dire en toute liberté toute pensée qui vogue en l’air.
Penses toujours Ô toi qui m’écoute, que lorsqu’on essuie la bouche pour la fermer c’est pour mieux protéger sa langue qu’elle ne puisse faire sortir trop de salive inutile.
 Ô Meddah j’apprends de toi aujourd’hui que je dois me taire des fois comme toi, que de dire ces choses anciennes, qui me laisseront à réfléchir longtemps pour les comprendre.
 Ô toi qui m’écoute, c’est ce que je fais que parfois je dois me taire.si je sais qu’on ne m'écoute pas, mais je dois écouter, pour comprendras peut-être pourquoi on ne m’écoute pas.
C’est une leçon de G.M que j’ai essayé d’en décrire ses caractéristiques dans un contexte historique et fictif en empruntant pour mon histoire un temps commun que certains l’ont vécu et un personnage typique pour avoir encouru au péril de sa vie les risques du métier de la vie.

Merlusse

________________________________________

Lire la suite

La patience est l’art d’espérer

E 11

____________________________________________

Dis-moi G.M pourquoi la poule voit le jour aussi, mais elle laisse le coq chanter à l’aube.
C’est tout aussi simple fiston, La poule connait l’aube, mais elle attend toujours le chant du coq
Alors G.M ce n'est pas parce qu’on ne l’entend pas à l’aube que la poule ne sait pas chanter
Ça a été toujours dicté depuis les temps fiston, que celui qui mène la danse est celui qui sait chanter
Alors, G.M c’est vrai ce qu’on dit sur le coq qu’il est vraiment le maitre de la basse-cour pour que la poule se voit obliger à ne pas chanter.
Fiston il faut que tu saches, si un jour tu vois dans la basse-cour que la poule s’adonne à chanter tu sauras aussi qu’elle ne va pas tarder à danser
Si je crois comprendre aussi G.M, que celui qui comme la poule a un œuf dans son sac, ne danse nullement que s’il éprouve l’envie de chanter.
Là je te fais connaitre fiston, que pour la poule c’est à la manière d’usages de danser que cela lui fait ressentir toute la bienséance du désir de chanter
Depuis le temps que je suis là à attendre GM, je vois que la poule n’a même pas fait semblant de chanter pour enfin danser.
Mais dis-moi, Tu m’intrigues des fois fiston, pourquoi me poses-tu toutes ces questions ?
Parce que G.M celui qui pose une question restera bête un moment seulement mais celui qui ne pose pas de question restera bête toute sa vie
Qu’elle est bien cette question qui t’ennuie vraiment au point à devenir pour moi bête éternellement.
A l’école, Le maitre nous a demandé de lui apporter la preuve que la poule donne son œuf tout frais après avoir chanté et voilà que depuis l’aube comme tu me vois j’attends que ta poule crie son chant de gloire pour une danse qui permettrait à moi aussi de chanter ma joie pour danser.
Alors pour avoir ton œuf frais tu diras à ton maitre, si quelqu'un veut manger des œufs de la poule il doit savoir que celle-ci en fait bien du temps et en a bien du mal à chanter avant de pouvoir danser et dans ton cas si elle ne fait même pas semblant de chanter il faut lui faire au moins ce geste qui donne semblant d’applaudir.
GM, tu me fais savoir que si on sait ce qu’on veut et si on tient à ce qu’on veut, alors on doit être très patient.
C'est ce qu'on refuse d'apprendre dans l’attente du calme, la vie nous l'apprendra dans les larmes mon fiston
Alors G.M, Le savoir sans patience est comme une bougie sans lumière.
G.M et moi étions là à discuter encore que soudain on entendit le son qui évoque aussi bien par intermittence le chant d’une poule qui attend un œuf
Cot…Cot…Cot …coot !!!… cot … Cot cot !!!
G .M !!! G.M !!! Tu entends ce chant magnifique qui se répète ! Je crois fort bien que c’est ta poule qui chante …
Alors Fiston, je te dis qu’il ne te reste maintenant qu’à attendre et espérer pour la voir danser et t'offrir son œuf et que la patience est l’art d’espérer.

S'hab la cave/ Suite et Fin

S 3

  Le lever du jour pour Shab la cave
Dans cette rue du quartier, pour arriver à voir que le jour s’est bien levé tôt que d’habitude, on n’avait qu’à regarder le chemin poussiéreux qu’ont pris quotidiennement les premiers troupeaux de bêtes des deux bergers du voisinage « Besayla » et « Tyba ». Les traces de bouse de vaches et les scybales de moutons laissées toutes fraiches nous donnaient la certitude que les bêtes sont bien loin dans les pâtures et que le soleil est bien haut dans le ciel. Par la suite viendra le passage des robustes chevaux bretons. Attelés à un tombereau aux deux roues hautes et pesantes tout en fer. Ces chevaux qu’on sortait tôt le matin et qui appartiennent à un colon sont d’une race qu’on utilise à leur capacité traction pour le travail de la terre. Bien massifs et musclés ils font le travail là où un tracteur à chenilles ne peut rafraichir la terre entre deux rangée étroites des pieds de vigne. Et chaque jour de notre enfance on voyait le vieux guide chapeau de paille sur sa tête tenant la bride du premier cheval prenant le chemin des champs et que le tombereau bien derrière tiré par les autres chevaux de trait suivaient le pas du vieux éclaireur.

La télévision cette inconnue qui apparait
Comme la plus part d’entre nous n’avaient en ce temps même pas chez eux l’électricité, qu’on n’avait même pas idée que la télévision existe si ce n’est l’antenne qui s’élevait à plus de 30m en hauteur dans notre rue de quartier. C’était l’innovation du premier relais dans la région peut être encore plus dans le pays. Ce relais recevait ses ondes à partir du deuxième émetteur de Chrea (Blida) après celui de Cap Matifou, (Bordj el Bahri actuellement). Le relais fut conçu par un très dynamique ingénieur et fils d’un colon qui eut l’idée de l’implanter à proximité et tout proche de sa maison. C’était un grand et haut pylône de communications qui s’élevait au ciel, plus haute encore que celle des lignes électriques de haute tension.
Et il fut en ce temps, chez lui que la première télévision ait vu le jour pour un foyer familial dans toute la région. Ce qui rappelle aussi, que dès l’installation quelques jours après, la grande fenêtre de sa maison fut grande ouverte non pas pour les beaux yeux des curieux mais à cause de la grande chaleur d’été qui régnait. Pour nous gamins du voisinage on a eu ce jour-là cette aubaine de voir de plus près une boite à images qui parle et une joie inouïe de regarder pour un temps un film « Cow boy ».
Du titre je ne m’en rappelle absolument pas, mais Victor Mature en était bien l’acteur de ce film, qui bien reconnu à son visage particulier était bien celui qu’on avait vu incarner et jouer le rôle de Samson dans ce film de »Samson et Dalila ». Dans nos jeux nous n’avions cessé d’imiter sa force incroyable.

Le foyer rural qu’on voyait comme salle de cinéma
Et c’est à nos rencontres matinales du Lundi qu’on se contentait alors de raconter seulement à notre coin le dernier film qu’on a eu le plaisir de voir au foyer rural du village. Le foyer n’était toute autre qu’une vieille bâtisse aménagée en salle de cinéma pour deux séances de projection dans la semaine le jour d’un Dimanche après-midi.
Le foyer est tout aussi réservé un jeudi après-midi pour les écoliers chanceux d’avoir eu des bons points en classe pour une place à un film du cinéma muet. On se rappelle de ses moments comme je me rappelle encore de ce film « Jody et le faon »
L’affiche d’un film jouait son rôle à nos yeux avec ses couleurs et les personnages du film qui vont jouer. Tôt le matin de sa sortie on sera là nombreux à l’endroit du coin habituel de la rue où elle est exposée. Parfois on restera des heures à la contempler sans se lasser que parfois on refera mille fois le chemin pour la revoir à nouveau.
Avec 20 frs en poche on pouvait obtenir un ticket d’entrée et voir tout au début de la séance ce film burlesque qui nous faisait tant éclater de rire, les actualités qui passent, puis enfin le film qu’on devra suivre dans tous ses actions pour le raconter.

A notre âge, le rêve d’aller dans une ville plus proche voir en spectacle un film comme celui « des dix commandements » dans une de ces grandes salles de ciné reflétait pour nous l’Eden à atteindre.
Au jour du Dimanche, La première séance projetée était l’exclusivité pour tous les gamins et à 20frs et moins le ticket d’une place mise à part les quelques adultes qui veulent encore rester petits pour rire qui paient un prix fort, la seconde est pour les familles et militaires pour 100frs la place de confort sur une chaise et 50frs la place pour un banc.
Et c’est à notre coin, quand on sera là par la suite qu’on commence à affiner nos racontars d’un film, l’acuité sensorielle avait toute son importance dans notre communication Quand le titre d’un film à l’exemple de « l’homme traqué » « le passage de santa fée » « jack Slade le damné » avait sa grande intensité ,on le prononçait avec toute une vivacité que ceux qui n’ont pas eu ce plaisir de le voir auront le regret au cœur de n’avoir pas voler un œuf pour avoir leurs 20frs.
Ceux qui n’ont aucun sou en poche attendront l’entracte, ils profiteront de la clémence de l’opérateur qui laissera la porte grande ouverte et sans être priés ils viendront se faufilant en douceur se caler en premières loges assis par terre, tètes levées pour voir la dernière bobine du film qui reste.

Les illustrés ces B.D qui nous fascinaient
C’était aussi le temps des B.D .Ces illustrés fascinants qui faisaient rêver notre génération. Mon père me disait d’eux les « chwadas « pour lui c’était des figures de guignols qui occupaient inutilement mon temps au lieu de me consacrer à réviser mes leçons, pour cela il n’aimait pas que je les lise. Parfois à l’entrée de la maison je le trouvais là à m’attendre si je n’ai pas en mains quelques-uns. L’astuce pour les cacher à ses yeux pour moi était de les mettre juste derrière mon dos et pour ne pas qu’ils glissent en serrant un peu plus sur la ceinture.
Le terrain de jeu
Si ce n’est le lieu favori des espiègleries de temps à autre, il en demeure aussi le terrain propre pour les parties de ballon. Une balle en nylon pas plus grosse qu’une tête de chat achetée à 10frs. Pour en posséder une il fallait cotiser la somme où chacun y mettra du sien .Les plus avares sont ceux qui ne savent pas jouer et préfèrent à l’évidence voir un film ou acheter un B.D de Pim Pam Poum.
Nous étions en ce temps-là des enfants insouciants du temps, seul le jeu préoccupait nos idées. Les parties de jeu comme la pelote fumée, le jeu de billes et ceux des noyaux avec leurs petits sacs en étoffe que nos mères cousaient au moment des fruits d’abricots, le jeu du gendarme et voleurs. Haut les mains et ce jeu de cow boy et d’indiens où il fallait avoir un revolver en bois et un arc avec des flèches portant un morceau de fil de fer bien pointu au bout. Mais le Jeu infatigable était celui des roulements qui prenaient tout notre temps pour les confectionner .IL fallait tout d’abord se procurer les trois indispensables roues de roulement et le fameux boulon du guidon avec sa longue et solide planche qui servira de colonne vertébrale, les clous et les autres planches sont faciles à trouver .La plus remarquable planche de l’assise était celle qu’on allait mendier chez un marchand des fruits et légumes. Elle représentait le fond d’un cageot ovale de pommes et était très solide et confortable. Je me rappelle que j’en ai eu pleinement l’idée de modifier la carlingue que tous les gars ont suivi par la suite mon label de constructeur.
L’atelier de construction n’était qu’une cache en forme de couloir entre deux maisons là où nos deux gardes champêtres n’ont jamais eu l’idée de voir de plus prés. Les rues qui faisaient notre circuit de jeu étaient quasiment désertes de voitures où seuls nos bolides à trois roues roulaient à plein gaz. Le seul obstacle qui faisait peur à nos petits bolides était la fameuse jeep d’un méchant colon que tout le village détestait.
Au jeu de la mitraillette, que de fois on se tuaient comme ce qui se fait dans une guerre mais des fois celui qui ne veut pas mourir et rester en vie est toujours celui qui ment et triche à son adversaire.

Cela me rappelle aussi que pendant la période de glands, on choisissait le gland qu’on divisait en deux et qu’on prenait sa moitié la plus pointue à l’une de ses extrémités, on y plaçait ensuite un brin d’allumettes au beau milieu de la partie coupée et au meilleur de nous par le pouce et le majeur de le faire tourner le plus longtemps possible. Le plaisir était de voir danser notre jouet le plus longtemps possible .Quand le jeu prendra fin il sera mis entre nos dents et croquer
En temps froid l’oisiveté nous mènera dans les champs boueux et labourés à la capture d’oiseaux à l’aide de piège rond piège à grive malgré la pluie le froid et la neige. Et le tout de nos jeux se jouait en fonction des saisons de l’année où chaque jeu avait sa périodicité.
Les anges gardiens du village et les Shab la cave
Un jour comme tant d’autres, alors que c’était le moment d’un repos forcé après une époustouflante course nous nous sommes trouvés tous regroupés là au grand complet .Nous étions aussi nombreux que les doigts des deux mains .Chacun étaient sur ses gardes. On savait qu’à tout moment, nos deux gardes champêtres n’allaient pas tarder à se faire voir. Ils étaient décidés après ce qu’on avait fait devant l’Eglise n’était cette fois pas catholique du tout aux yeux de la loi. Et nos deux lascars étaient décidés d’en finir avec nous une fois pour toute
ce jour-là, au moment de la messe on avait pris les jolis vélos des petits messieurs du village pour en faire notre propriété et à faire des tours de circuit autour du Monument aux Morts. Cela déplaisait à nos deux gentilshommes de loi qui voulaient bien faire respecter un ordre public entravé par des gamins.
Et nos anges comme un Laurel et un Hardy L’un mince vêtu en noir au képi de gendarme, l’autre plus gros vêtu en kaki portant un chapeau de brousse que même leurs pistolets en différaient l’un de l’autre. Au Français, un pistolet pas plus long qu’une main lui collait à la ceinture, l’arabe lui avait un revolver plus long que son bras qui lui pendait de la ceinture au genou. Et parfois le malheur les prenait à courir après nous, c’est toujours l’arabe qui trainait derrière, bien gros il ne pouvait courir comme le français, celui-ci devait toujours l’attendre. De loin on voyait toujours notre dernier sprinteur à la traine à tenir l’étui contenant son arme pour qu’elle ne lui fasse pas mal en retombant sur sa jambe. Nos rires de loin les faisaient rougir de colère.
Si bien que notre joie et leur peine n’en finissaient toujours qu’au premier jour de cette rentrée scolaire ou nous étions tous faits beaux pour ne pas être reconnues à la porte de l’entrée pour payer nos méfaits.
Mais nos deux anges gardiens de la rue avaient bien cet ’œil du maitre pour ne pas nous reconnaitre pour nous laisser impunis.

L’Oued ce grand cours d’eau de fraicheur d’été
Aux grandes chaleurs de l’été , les eaux glacées de l’Oued tout proche nous faisaient fuir cet endroit pour toute une plénitude .Nager et rester sous l’eau le plus longtemps possible ou faire une traversée périlleuse des eaux dans leurs endroits les plus profonds ou bien ces exploits de plongeon les plus fous en sautant du haut d’un rocher utilisé comme un plongeoir de fortune. Le plongeon est le seul jeu plaisant et fait de lui la distraction qui attire le plus d’inexpérimenté pour réaliser un exploit fantastique.
Ces attractions dans l’eau nous éloignaient un peu d’une sieste forcée de l’après-midi que nous imposait les parents toujours soucieux de bien vouloir se préoccuper de notre bien-être et d’une éducation. La désobéissance nous entraine chaque fois à des corrections corporelles que rien ne peut les éviter que la prière d’ El Asr .Notre retour à la maison ne se faisait qu’au moment de cette prière, et les parents bien obligés d’aller à leur devoir quotidien qu’ils nous laisseront la voie libre pour rentrer sans crainte . Le soir la colère du jour sera un peu dissipé pour un lendemain si on doit recommencer. Mais pour un plaisir d’un plongeon on sacrifiait un peu notre dos chaque jour pour une douleur passagère qui ne peut durer et c’était ça qui étonnait et acharner le plus nos pauvres parents.

L’insouciance dans notre train de vie
Nous étions des enfants insouciants du temps où seul le jeu préoccupait nos idées. Ce qui était formidable en nous c’est qu’on ne cherchait pas midi à quatorze heures pour nos parents. Que de fois on sortait le matin à l’appel des copains de la rue sans se laver même le visage si ce n’est pas comme le fait le chat par peur d’approcher l’eau .Que même barbouillis on était beau à voir , qu’on ne cherchait ni peigne ni brosse propre à nous pour nos cheveux. Ni ce miroir qui est bien nécessaire aujourd’hui ‘hui pour se voir et sortir beau dans la rue. Le peigne en corne à deux rangées de la mère suffisait à lui seul d’enlever les quelques poux SDF qui ont trouvé refuge pour un certain temps en nous. La seule chemise qu’on avait sera lavé constamment sur notre corps par les eaux de notre Oued avec notre pantalon « très souple » achetés de la friperie au Souk qui des fois sera rapiécé aux genoux et au derrière comme des feux de position, que s’ajoute la fameuse sandale en caoutchouc ou à défaut une chaussure de tennis en bâche de couleur bleue et voilà qu’on se retrouve bien habillé comme un prince pour sortir gambader dans la rue.

Le temps d’un gout de malice avec « Deering Tchao Tchao »
Parfois en martelant de nos pas le pavé de cette rue de « S hab la cave » que l’on se rappelle et on se dit que nous avons vraiment passé ici un âge enfantin et cela nous fait penser pour revivre l’épopée de ces chères années. Et chaque détail d’un souvenir se retrace dans les yeux.
Où ,comme il fut que par un matin bien frais, un de nos petits copains eut tout un plaisir à sortir folâtrer devant nous et d’avoir sur lui un manteau non pas de la fripe comme c’était usuel mais tout neuf qui lui allait si bien à nos yeux jaloux. Car bien rares parmi nous pouvaient se permettre de se revêtir d’un manteau pareil, vu que pour bien d’entre nous ,les parents avaient du mal à nous acheter un cahier Rola graphe avec sa table de multiplication .Et devant nous d’un mauvais œil , on le voyait ainsi s’agiter. Le parrain à lui qu’on voyait si grassement habillés traditionnellement tout en blanc avec son tarbouche de Mekhezni était un de ces gros fellahs qui de surcroit de ceux qui fréquentaient largement les colons du village. C’est à ce fait bien voyant que nous en ce quartier des » S’hab la cave « l’estimions fort bien et qu’un surnom lui a été choisi et donner. Nous « l’appelions par respect Da.Chiki' le surnom lui allait si bien au vu de sa fierté et d’une hautaine exemplaire de sa classe.
Ce jour-là, si pour ce copain c’était pour lui bien une aubaine, pour nous par contre il fut le cataclysme bouleversant tous nos sentiments de camaraderie. Et à voir la joie infinie aux yeux de notre copain qui en était tellement content de nous le montrer en ce jour bien frais qu’on a décidé tous de lui céder la place privilégiée de ceux qui paient leur place pour un Douro ‘5frs’ pour une « tourna » . Cette place est tout un confort à l’arrière de notre char surnommé « Deering Tchao Tchao ».Notre fameux char n’était tout autre fait que de planches et trois des plus grosses roulements d’un tracteur. Les deux plus grosses roues sont à chaque côté de l’extrémité de l’arrière-train et une plus petite que les deux autres au-devant maintenue par un guidon... Les grosses roues sur le goudron laissaient entendre un grincement infernal qui fait bien mal à ceux qui veulent trouver un peu de calme au moment de la sieste.
Confortement bien installé, notre petit copain était aux anges .Lui qui auparavant n’avait la charge que de pousser le char se voit tout autre maintenant dans une position des privilégiés. Et ce qui devait se terminer en bonheur ne tarda pas à, arriver comme malheur Le pan du bas de son manteau tout neuf eut à trainer un peu devant l’une des roues arrières de notre char. Et comme ce bolide de char dans sa lancée ne peut s’arrêter à mi-chemin, la roue qui continuait à rouler comme si de rien n’était transperça ce qui trainait devant elle en tissu qu’elle laissa trois trous béants au joli manteau. Le pauvre malheureux bien heureux auparavant et qui criait toute une joie d’être à l’éloge eut du mal à retenir après ses larmes à la vue du désastre.

Nous savions ce jour-là que la large ceinture de cuir de « Da Chiki « allait bien passer sur le dos de ce pauvre petit copain si innocent .Ses cris de douleur nous le confirmèrent par la suite à chaque fois que quelqu’un s’approcha un peu plus pour apprécier le tissu du beau manteau qu’il portait toujours sur le dos malgré les déchirures.
Le moulin à blé, la forge et le maréchal ferrant du quartier. Au cours de nos jeux on entendait sans cesse Le bruit du marteau et de l’enclume de la forge, et à ce long ronronnement continu des moteurs avec les battements de courroies entre elles entrainant l’engrenage du moulin. On aimait sentir l’odeur du blé moulu qu’on reniflait dès qu’on pénétrait à l’intérieur pour dire au meunier le choix de la qualité de la semoule que voulaient nos mères est ce pour la galette ou le couscous.. Pour Chaque sac de blé déposé pour l’identifier le meunier lui épinglait une confection d’une pièce en métal numérotée que chacun garde en soi un double identique. La pesée était à 5frs le kg c'est-à-dire « Douro ». Dehors tout près de la porte du moulin, le maréchal ferrant vêtu d’un vieux tablier en cuir usé lui retombant jusqu’au bas des genoux martelait une nouvelle semelle aux sabots abimées des canassons.
Nous comme gamins, on assistait à ce spectacle au début curieux que les bêtes même fougueuses ne sentent rien de mal et se laissent faire. Puis on a fini par comprendre que c’est grâce à l’astuce de son aide qui serrait le museau par un bâtonnet que l’animal restait docile.


L’hippodrome de Shab la cave
L’espace de terrain qui était devant le moulin et la forge était le lieu d’attache des mules et mulets sans oublier les ânes et les ânons laissés là par leurs propriétaires à jouir d’une herbe abondante aussi haute qu’un enfant de cinq ans. .
Les propriétaires tous des campagnards venaient soit pour s’approvisionner en denrées alimentaires ou pour affaires à traiter .Certains d’entre eux iront tout droit s’engouffrer dans un café maure à jouer une partie de cartes « Bazga » « rounda » ou une partie de dominos. Bien d’entre eux n’ont reviendront que le soir juste avant le coucher du soleil récupérer leurs sacs de blé moulu et rentrer dare-dare chez eux
Lors du jour de marché au village l’espace devant le moulin deviendra à nous gamins du quartier comme par enchantement l’hippodrome à entrer "gratis". C’est L’occasion, de nous délaisser du jeu quotidiens et à nous consacrer à la cavalerie légère. des ânes et des mulets à l’insu de leurs propriétaires absents .Chacun enfourchera une monture ce qui nous rendait tous des cavaliers de pur-sang mais à la différence qu’on galopait sur des bourriques et non pas sur des poneys.
Il fallait monter en croupe, à l'arrière juste près de la queue de l'animal pour n’avoir pas ce mal de jambes écartées pendant notre folle coures .Cela ne s’arrête qu'à l’approche de la venue des propriétaires des bêtes pour les laisser se reposer. La seule chose de bon qu’on faisait pour ces pauvres betes c’est qu’on les faisait boire autant d’eau qu’ils en voulaient des trois abreuvoirs de la rue.

Les trois abreuvoirs ou « Sarridj Marouby » du quartier
On ne peut citer ce quartier sans parler de ses trois abreuvoirs et de sa fontaine. C’était une fontaine publique bien au milieu du quartier pour tous les voisins. Et comme l’agneau de la fable, on venait se désaltérer dans ses onde pures après un jeu tout en ayant l’œil aux aguets si un loup ne viendrait nous surprendre éclabousser l’eau si précieuse sur notre corps.
Il eut ce temps aussi au soir tombant, de voir le retour des troupeaux. On en voyait au loin la galopade de brebis et moutons soulevons derrière une fine poussière, les vaches restaient bien en arrière leurs mamelles bien remplies de lait les empêchaient de courir .Ils revenaient des pâtures assoiffés et venaient tout droit se désaltérer en ce lieu des trois fameux abreuvoirs du quartier qui leur sont devenus familiers…

Les voisins qui ont marqués leur présence avec les S’hàb la cave
C’était un temps qui nous rappelle que nous étions seulement jeunes pour ne pas dire que nous faisions des choses bien malhonnêtes que des choses honnêtes.
on se rappellera toujours de : ces gens ayant laissé une page de leur vie dans ce passage des S’hàb la cave. Tout près du moulin à blé et la forge du village, il y avait, la famille Peres le père un mécanicien de profession, sa femme aimait trop voir ses enfants jouaient devant elle sans se salir. Mais nous parfois quand son attention est prise pour une cuisson délicate à l’intérieur de la cuisine on les entrainait vers des endroits insalubres, et c’est ce qui la rendait très en colère envers nous quand elle les voyait dans un état lamentable. Et comme elle aimait tant les figues barbaresques on la contentait de ces fruits au cours de leur période par un troc qui se faisait B.D contre fruits de saison .Cela calmait sa nervosité quelques temps si bien qu’elle nous distribuait encore quelques sous lors de nos commissions pour l’achat de son journal. Elle ne savait pas lire d’après ses enfants. Mais elle aimait tenir un journal au soleil bien assise dans un fauteuil devant sa porte en période d’été. Pour le gendarme de la rue il avait aussi une fille et un garçon .Le garçon en était l’ainé. On leur échangeait des moineaux qu’on attrapait contre des illustrés (B.D) qu’on ne pouvait acheter nous autres. C’était le marché des dupes ou chacun trouvait son compte.
De cette vieille voisine sourde avec son balai cantonnier à notre poursuite à chacun de nos passages fracassants pendant sa sieste mais qui nous ouvrait sa fenêtre un soir d’été pour un film à voir avec elle.
De ce « Da Chiki » avec sa grosse ceinture en cuir à la main qui nous courait après et pour toute tenue vestimentaire une gandoura blanche bien fine qui lui arrivait aux mollets que le vent le lui la soulevait un peu plus.
Du plus vieux des colons du village sur sa vieille chaise en bois avec son chapeau en feutre qui lui tombait jusqu’aux oreilles. On le voyait là devant chez lui, constamment appuyé sur sa canne à nous admirer joué.
Des deux Gardes –champêtres et qu’on ne pouvait aussi oublier qui nous rappelle Laurel et Hardy. Le français bien maigre comme le « I » au képi de gendarme et l'arabe bien plus gros en forme d’un « O » au chapeau de brousse pouvant surgir comme par miracle à tout moment. Et là pour nous comme ces félins qui savent où mettre leurs pattes quand ils tombent se sera de prendre nos jambes à nos cous et le « sauve qui peut « et chacun pour soi que les trois légendaires mousquetaires n’auraient pas mieux fait que nous avec leur « un pour tous, tous pour un.»
Il y a aussi ce gros méchant d’agriculteur qui rendait notre coin paisible malsain avec son va et vient dans sa fameuse jeep Willis ,emblème de la 2 eme guerre mondiale mais qui n’a pu venir à bout d’un très simple et humble jouet de trois roues de ferrailles et quelques planches cloutées que j’ai eu à retirer in extrémis avec courage d’un massacre certain d’une des roues de sa bolide. Ne pouvant me poursuivre dans une pente trop dangereuse qu’au loin je l’entendis, me lançait ses quelques paroles habituelles dites toujours avec rage « je t’attraperai un de ces jours …petit morveux ….
Qu’on ne pourrait oublier ces voisins militaires du coin de la rue par qui notre malheureux Char "Deering Tchao Tchao " par un après-midi rendit son dernier soupir à coup de pioche.
Et sans oublier nos coudes et genoux qui laissèrent un peu de lambeaux de chair et de sang dans ces rues qui nous ont vus grandir.

Lire la suite

S'hab la cave

__________________________________

« S’hab la cave »

On se rappelle encore de cette époque, de ce temps d’âge révolu. Un âge pour un temps évidemment passé, mais on peut encore se vanter pour dire, que le temps actuel ne peut le dépasser en mode de manière de faire et de penser. Pourtant, c’est en cette période citée et en son temps, que notre âge enfantin rappelle l’innocence et la naïveté et que l’altruisme lui en donne tout le poignant témoignage dans le plus simple comportement de la vie courante que nous menions.
On y pensera encore à ce temps. Ce temps d’une jeunesse des années 50 que certains ne l’ont point oublié et qu’avec on ne pourrait oublier aussi les amis auxquels l’amitié nous liait. Même si ce temps maintenant en est si loin de nous, on pense qu’on ait eu toujours en nous ancrée, sa présence qui nous le rappelle encore.
*A propos, je vous raconte quelques moments inoubliables tels que nous gamins d’une génération les’ avions vécu et que probablement quelqu’un y trouvera un passage qui suscitera en lui un éveil et lui rappellera aussi soit-il un souvenir lointain qu’il fut de joie ou de peine qu’il n’en cesse encore de garder en lui.


Le Fief de « Shab la cave »

Ob b6a1c9 coope la vigerie 1

 Bien jeunes nous l’étions en ce temps et à nos rencontres l’espace choisi n’était tout autre qu’un coin au soleil au bas des murs d’un gigantesque édifice C’est là en fait en ce coin où se découvrent pour nous quatre bancs tous faits en béton mais qui en réalité représentent bien des marches d’escaliers permettant d’accéder sans peine à une plateforme de terrain vague . Un terrain qui surplombe la muraille d’une rampe de chargement soigneusement mise à cet endroit précis et qu’on l’utilisait dans cet « autrefois « dans les circonstances, pour faciliter à défaut de manutentions d’engins agricoles tout chargement d’animaux de ferme enclins et prédisposés à être transportés...
 Pendant les vacances ou après l’école c’est le quartier et l'endroit préféré de "S’hâb la cave». Au village on nous appelait ainsi du nom et lieu de cette cave vinicole. D’ailleurs en ce temps à le décrire c’était l’un des plus animés et chics quartiers du village, il sera pour nous et en restera notre fief un bon bout de temps de notre âge. Et c’est Là, en ce coin habituel contre vents et marées, hiver comme été qu’on se retrouve. Pour les moins matinaux d’entre nous qui se verront debout et non pas confortablement assis sur l’assise de ces bancs aussi durs que le roc , ceux-là auront tout un plaisir à caler leurs dos aux murs en attendant qu’une place leur soit disponible, mais c’était mieux que rien pour eux , sauf pour l’odieux et le bien méchant qui en plus de ses forts biceps imposait son autorité sur les plus faibles jusqu’à en trouver lui aussi un jour, un dompteur pour maitre . Mais c’était cela la règle de conduite dominante dans cet âge enfantin que nous n’avions pas à rougir ou avoir honte, la fable de La Fontaine nous la fait montrer comme devise sur les bancs d’écolier, que la loi du plus fort en est toujours la meilleur.
Et ainsi Comme pour toute bande constituée pour durer, hiérarchiquement le souverain qui doit s’imposer est tout à l’honneur de commander. Par respect à sa supériorité hautement qualifiée aux frappes de ses poings Il se fera élire lui-même. IL se montrera ainsi ce seul ordonnateur au vu de tout le groupe à imposer sa loi pour un temps et ce jusqu’au jour où il en devra aussi céder la place à un autre plus coriace. Et, en tant que tel, il fait le beau et mauvais temps .Des taches bien malhonnêtes que moins bonnes sont exécutées bon gré mal gré. Si bien qu’à un moment donné tout fort tète est bel et bien exclu du groupe et n’en pourra en outre participer à aucun jeu collectif.

Lire la suite

Speciale cuisine

_______________________________

G.M et si on faisait tout comme« SAMIA » fait en cuisine pour les débutantes. On présentera nous aussi à Alger Miliana une émission « Speciale cuisine » . On fera voir les merveilles de notre gastronomie du « coin des amis « .Il y en a beaucoup qui ne savent même pas au mois de ramadhan par exemple cuisiner « el foul bel djelbana bla batata » « batata bel left » « batata faydha » »chtitha bouzelouf »comment utiliser un œuf de pigeon et quand est ce qu’on doit utiliser un œuf d’oie à la place d’un œuf de poule . Pour les desserts n’en parlons pas ,elles ne savent même pas épiner un pastèque qu’elles le mangent complètement avec ses pépins ne laissant de l’écorce qu’une partie fine. Pour la soupe, en raison de l’abondance de l’oignon cette année et la facilité de sa préparation on leur montrera cette cuisson d’une soupe à l’oignon si délicate et si soignée que toi seule sait faire . Et ainsi pour tous les plats qui nécessitent la présence de cette plante potagère , on leur fera voir par cette occasion comment découper un oignon rouge sans pleurer . à l’instant où je lui parlais, très occupée peut- être GM ne pouvait pas me répondre ou bien elle ne le voulait pas , mais lorsque j’ai vu de mes propres yeux qu’elle essuyait sans cesse ses yeux . Je me suis approché pour constater ce qui n’allait pas bien chez elle, et là je la vois sans surprise avec tout un gros oignon rouge entre ses mains . Tout court elle me dit ce que tu viens de me dire est une bonne idée de ta part mais comment leur dire et leur faire comprendre de ma part cette vérité que pour éplucher un ’oignon on ne peut pas pleurer sans mentir.

Ramadhan ,est là

_____________________________________________

A la mi -journée de la première journée du ramadhan trois amis d’un même quartier, d’un même coin d’Alger Miliana sont là dans leur coin à parler d’un événement
Mabrouk Ramadhan à toutes et à tous Je vous le dis encore Karim Karim alayna Ramadhan ., chantait Karyma en sortant l’annoncer une fois de plus de son balcon en ce premier jour pour tout son quartier AlgerMiliana .
ha ! ha ! ha ! Il est enfin revenu ce mois dont on dit de lui que du lever au coucher du soleil on restera sur la faim Dira la deuxième qui n’est autre que Chantal du haut de sa fenêtre en entendant cette bonne nouvelle pour ses amis mais, tout en pensant à eux ce qui les attend tout à un mois complet .
Ameen,ameen dira bouchachia qui s’est levé tôt comme par hasard ce jour là que meme yeux ouverts n'arrive pas à croire que le supplice est dejà là et veut constater aux premieres lueurs du jour s'il peut tenir le coup ,. c’est Miliani 2keur reconnu à cette chechia stambouli sur sa tete . il dira : mais Ecoutez mes amies, je sens que même ’à mon premier jour je suis à bout je n’en peux plus
Karyma :Oh ! mon Dieu est ce que ce sera plus grave que ça pour toi dans les heures qui restent ,si tu t’abstients encore de manger.
Miliani2keur :Tu peux me croire ma chere Karyma que c’est Plus que ce que j’ai enduré jusqu’ici je crois qu’Il m’est impossible de continuer
keryma :Ne croits tu pas que ce mois Ramadhan est un mois de piété, et qu’on doit tous se sacrifier corps et âme

chantal . :Un homme comme toi ,plein de dynamisme qui se sent envahir dés la première heure par cette peur de la faim
Miliani 2keur ; Je ne suis pas le seul , je crois qu’Il y en a plus que moi qui sont dans cette tourmente et qui pense comme moi que le soleil est encore bien au milieu du ciel.
Chantal : Mais Tu y es presque, le soleil va bientôt disparaitre et tu y arriveras, un peu de courage mon vieux
Miliani2keur ; Arrête Chantal Si toi tu crois pouvoir me dire à l’instant comment faire cesser une crise de boulimie je te cède ma place pour que tu m’expliques.

Karyma Ne pense plus à ce que dit Chantal ,la pauvre n’a jamais fait cette expérience qu’il faut absolument rester sans manger du lever au coucher du soleil.
Miliani 2keur ;Mais moi je le pense et je le dis comme elle .Ne vois tu pas qu’en une demi journée j’ai avancé de cinq crans de serrage ma ceinture et qu’en plus ma langue dehors commence à se décomposer déjà à l’air libre
Chantal : Si tu ne peux même pas tenir ta langue dans ta bouche , ma connaissance en ce domaine me dit que c’est un signe certain de ceux qui ont cette manie de tailler une bavette , mais pas de faim ou de nourriture comme tu prétends nous le dire..
Karyma : Penses tu vraiment Chantal à ce que tu dis ?
Chantal : Je mettrai ma main au feu Karyma et si tu veux cette certitude demande le lui ?
Miliani 2keur : OUI,je reconnais qu’ Il m’est impossible de la tenir au risque que l’on dise partout à AlgerMiliana que j’ai plus de langue.