3 35

Le fellah et le colon

Une histoire bien vraie connue chez les anciens de notre village.

Un colon possédait des terres bien loin du village à proximité d'autres terres et d'une demeure d'un fellah. Ce petit fellah laissait parfois ses bêtes (quelques vaches et moutons) paitre dans les champs de blé du colon. Les journées se suivent et à chaque tournée dans ses terres celui ci constatait le dégât causé par les bêtes. En premier lieu ,Il avertit notre fellah à faire plus de retenue. Mais rien n'y fit. Le fellah exprimait des excuses mais laissait choir ses bêtes dans le champ bien vert. 979093057Et un beau matin, n'en pouvant plus, notre colon emmena les gendarmes du village. Le déplacement d’autrefois se faisait à pied, même pas à dos de cheval. L'endroit cité « de l’infraction » était assez bien loin du village. Comme par hasard, ce jour là le fellah ne se trouvait point à son domicile. En arrivant sur place et en Constatant le désastre causé par les bêtes, les gendarmes embarquèrent devant eux tout le monde (vaches chèvres et moutons) et les voilà en route vers la fourrière du village. Notre fellah devra payer très cher, et le déplacement des gendarmes, et les tous frais de gardiennage, de fourrière ainsi que les dégâts occasionnés au champ du pauvre colon.
La loi est ferme, notre fellah algérien paya chèrement son inobservation par une forte amende. Ainsi fût décidé.
Bien des années passèrent et par le temps l’histoire fût oubliée. Entre notre colon et le fellah l’entente est revenue comme avant. Par un jour d'été au retour à son domicile le colon trouva notre fellah assis devant chez lui. Dans ce temps les gens de la campagne entouraient pour plus de sécurité leurs demeures par l’entourage en plantes de cactus qu'on appelle pour leurs fruits les figues barbariques. Après les salutations et une discussion entre eux sur la vie qui coule et le temps qui passe le colon demanda à son "ami" fellah s'il peut lui en vendre quelques figues qu'il emporterait pour sa femme qui les aime tant.
Le fellah fut bien étonné de cette demande. Il lui dit alors que dans nos traditions, on ne vent jamais ces fruits mais qu’on les offre de bon cœur à tout passant qui en désire, et moi je vous en offre de bon cœur autant que vous en désirez pour votre femme. Notre fellah s'est mit à lui en cueillir jusqu'à satisfaction de ce dernier.
Il les lui nettoya de toutes les épines et les présenta à notre colon. Là le colon demanda au fellah s'il peut lui procurer quelque chose pour emporter toute cette quantité. Le fellah alla chercher quelque chose de chez lui et revint quelques temps après pour lui dire avec tous ses regrets de n'avoir pu trouver le moindre couffin disponible.
Notre fellah avait bien une idée derrière la tête pour avoir enfin ce colon. Il proposa alors au colon en lui disant, puisque les fruits sont si bien nettoyés des épines pourquoi ne pas les emporter dans votre chapeau bien large pouvant supporter même le poids. L’idée du fellah eut raison au désir du colon pour en faire gouter ces fruits de tant de délice en ce temps à sa femme. Ainsi, notre colon prit l'idée du fellah à la lettre. Et le voila, reprenant son chemin de retour au village chapeau entre les mains. Dès que celui ci fût un peu éloigné, que notre fellah enfourcha sa monture prit une autre direction qui va au village pour ne pas être vu et le voilà au galop à toute allure avec une idée bien diabolique en tête. Si vite, Il se présenta a la gendarmerie du village. Au Bureau des hommes de loi, il leur dira qu'il y a eu infraction et vol chez lui et que le voleur est en cours de retour sur le chemin qui le mène au village.
Gendarmes et fellah prirent la direction du chemin tout indiqué. Sous un soleil d'été d'avant midi, sueur au front, les gendarmes aperçurent notre colon à mi-chemin de son trajet à trainer le pas chapeau bien rempli de figues barbaries entre les bras. Notre colon fût bien ahurie de voir son ami fellah revenir de cette direction du village accompagné de gendarmes. Questionné par les gendarmes d’où proviennent les fruits entre ses mains le pauvre colon se justifia qu'ils lui ont été offerts par ce même fellah là devant eux et qu'il peut en témoigner l'exactitude de ses paroles. Mais là à sa grande stupéfaction, Le fellah nia les faits et dira que s’il lui a donné ces figues de barbarie qui proviennent de l’entourage de sa demeure il lui aurai donné au moins un couffin de chez lui mais jamais il ne le laisserai les mettre dans son chapeau.
Notre colon ne sut rien dire, il a été bien eu et paya sa mésaventure aussi très chère. Tout le village après fût au courant de cette histoire entre ce fellah et le colon.
De ce jour ce pauvre colon ne pouvait sentir le nom de cette famille du fellah bien rependue dans la région, c'était un voisin à nous. Une réception à la Mairie lui a été célébrée dans notre village pour son centenaire .
Il mourut bien après. Je me rappelle encore de lui où étant gosse à l’époque avec ceux de mon âge on jouait devant lui. Bien paisible assis sur une chaise sa canne à la main et son fameux chapeau en feutre sur la tête il était toujours là devant sa maison à nous regarder jouer nos jeux d'enfant .

Par Med Bradai

Commentaires (11)

noria

Salam,
Merci ma chère Orchidée, Mr Ferhaoui...
Je renouvelle mes voeux pour une bonne fête de l'Aïd dans la joie et la douceur, à vous toutes et tous chers amis (ies).

Chantal

Merci l’ami Ferhaoui de m’associer (j’y suis très sensible) à votre fête de « l’Aid El Fitr ». Je ne suis pas certaine que je prononcerais bien ce nom mais, au moins, je sais l’écrire (j’ai copié Noria !). Cela compense pour les quelques rares mots d’arabe que j’ai appris dans ma jeunesse et que je ne sais pas écrire ! lol !

Merci Kada pour vos passages sur le site (de temps en temps …) trop rarement à mon goût … lol ! Votre philosophie (qui n’appartient qu’à vous !) ainsi que vos blagues me manquent quand vous restez trop longtemps absent !

Bonne fête de l’Aid El Fitr à tous.

hadjer
  • 3. hadjer | 28/07/2014

Saha aidkoum kouli aam wantoum bi kheir

ferhaoui
  • 4. ferhaoui | 28/07/2014

bonsoir on dit souvent que la femme est l'avenir de l'homme.je me rappelle très bien de ma maman el hadja el ouafia qui a toujours veillé à faire respecter les traditions, ne va pas avec le dos de la cuillère autrefois pour qualifier cette forme nouvelle qui a tendance a estompé le bon vieux temps gateaux pur maison, dans une ambiance bon enfant...comme elle le dit si bien p'tite soeur meskellil,eh,"ya hasrah- ezmen" a ce propos:à l'époque " maman disait...pour moi, commander des gateaux de l'aid est synonyme de paresse, d'incapacité et de manque de sens de responsabilité", critique- elle. autre époque ??ou tout simplement autres habitudes !!! elle est bien loin l'époque ou les familles les envoyaient les plateaux de gateaux allant de la ghribia, torno, kahk,etc qu'elles confectionnaient aux boulangers du quartier pour les faire cuire...!!! désormais, on prend directement ceux du boulanger....l'ami ferhaoui , oran.

ferhaoui
  • 5. ferhaoui | 28/07/2014

bonjour tout le monde. saha ftourkom. boujour noria, comme la coutume veut a l' occasion de "id al fitr", la fete de la rupture du jeune, je vous adresse ainsi qu' à tous les membres les amis du site : ,kéryma ,meskellil, hortense,egalement à fazin, jade, l'oubliée,...sans oublier l'amie de tous et toutes la pétillante chantal pourquoi pas!! ainsi que les amis: mourad ,ayadi,djabllaoui, khaled, miliana2keur, noureddine, deghrar, qui encore:bradai, le frère aziz, les artistes :benyoucef , touat,benabdellah, mes souhaits les meilleurs.__et je formule le voeu que le monde musulman verra bientot la fin de ses heurts et ses malheurs. l'ami ferhaoui, wahran.

Ouah Ya Khouya Kada
  • 6. Ouah Ya Khouya Kada | 27/07/2014

Bonjour la famille

Bessaha 3idkoum

Ouah Ya Khouya Kada, plusieurs personnages en un, si convaincants dans les différents rôles que nous avons assumés qu'il nous est impossible de savoir lequel nous avons été vraiment, lequel nous sommes devenus, lequel nous survivra.
Kada, et il n’est pire cécité que de passer inaperçu.

Ouah Ya Khouya Kada, et ces souvenirs de ce passé que ni l'érosion du temps ni les défaillances de la mémoire ne peuvent altérer.
Kada, et nous sommes les otages de ces souvenirs.

Ouah Ya Khouya Kada, et c’est toujours une question d’histoire et de géographie
Kada, et c'est à travers notre histoire que notre géographie devient humaine.

J’ai aimé cette ville et j’ai du quitter cette ville.
Il a aimé Teniet et il a du quitter Teniet.

Ouah Ya Khouya Kada, il nous a été très difficile de nous quitter.
Kada, et on en avait tellement à se dire, tellement à faire ensemble.

Ouah Ya Kada,et le temps n'a pas changé. C'est nous qui avons pris de l’âge.
Kada, et c'était le bon vieux temps !

Une personne âgée n’est qu’un enfant qui a pris de l’âge et du ventre.

Ouah Ya Khouya Kada, la vie est un apprentissage permanent ; plus on croit savoir, moins on sait, tant les choses changent, et avec elles les mentalités.
Kada, et si on pouvait ne plus faire le ménage dans notre vie et retrouver cette poussière de jeunesse qui avait tant et tant fait éternuer nos cœurs de joie.

Une question posée à un candidat ( entretien ) ; futur enseignant : ( authentique)
Pouvez-vous me donner 2 raisons qui vous motivent à devenir instituteur ?
Le candidat répond : Juillet et Août.

Orchidée
  • 7. Orchidée | 27/07/2014

Bonsoir à vous,

Mr Zouaoui
J'aurai partagé votre point de vue en d'autres circonstances.

AID moubarek à tous les amis du site et un coucou particulier à mon amie Noria.

Zoum
  • 8. Zoum | 27/07/2014

"QUAND CE QUE VOUS PENSEZ ,CE QUE VOUS DITES ET CE QUE VOUS FAITES SONT EN HARMONIE ,LE BONHEUR VOUS APPARTIENT."
Mahatma GANDHI.

"NOUS SOUS-ESTIMONS SOUVENT LE POUVOIR D'UN CONTACT, D'UN SOURIRE,D UN MOT GENTIL, D'UNE OREILLE ATTENTIVE, D'UN COMPLIMENT SINCÈRE, OU D'UNE MOINDRE ATTENTION, ILS ONT TOUS LE POUVOIR DE CHANGER UNE VIE".
Léo BUSCAGLIA

Zoum
  • 9. Zoum | 27/07/2014

"SEULE LA PERSONNE QUI A LA FOI EN LUI-MEME EST CAPABLE D ETRE FIDELE A D AUTRES"DIT L ADAGE .....
DANS CE CAS PRECIS , LE COLON A ETE TRAHI DANS SA CONFIANCE PAR LE FELLAH QUI A RECOURU A LA RUSE POUR LUI OFFRIR DES FIGUES BARBARIES....IL AURAIT DU LUI REMETTRE GENTILLEMENT UN COUFFIN
LA LECON DE MORALE QUE JE TIRE CONCERNE UN ABUS DE CONFIANCE A MOINS QUE JE ME TROMPE MONSIEUR BRADAI .......

amicalement,
mourad

Orchidée
  • 10. Orchidée | 27/07/2014

Bonjour à vous,

Mr Bradai
Ce fellah est l"algérien de souche,et je ne dirai pas que son idée est diabolique,mais ingénieuse pour braver ce colon venu d'ailleurs spolier les terres d'autrui,et se faire passer ensuite pour victime.
Certains évoquent ces colons avec des propos nostalgiques et exhibent des photos à coté de leurs maitres pour bien prouver leur servitude de l'époque, ce qui donne un haut le coeur.
J'ai donné de mon temps pour lire et répondre à la va vite car cela vaille la peine.
Fraternellement.

Chantal

Moralité : Ne jamais minimiser son adversaire quel qu’il soit ! Ce colon l'aura appris à ses dépens !

Ajouter un commentaire