3 35

Le coin de BENABDELLAH Mohammed

Bons pour le service

profs-sans-formation.jpeg  _______________________________________

S'il est un élément important autour duquel gravitent toutes les activités de la vie quotidienne c'est sans aucun doute l'élément humain. Ce dernier par son dynamisme , sa créativité et son amour pour son métier participe d'une manière effective dans l'épanouissement et le développement de la nation dans laquelle il vit. Nous nous contenterons d'apporter notre humble contribution dans un domaine qui n'est pas des moindres puisqu'il intéresse toutes les franges de la société .Il s'agit de l'éducation nationale et par extension aux acteurs qui l'animent. Nous nous intéresserons à deux types de fonctionnaires qui par leur spécialité jouent un rôle prépondérant dans l'évolution positive de la scolarisation de nos enfants. En effet l'enseignant et le gestionnaire qui sont les pivots de toute démarche pédagogique doivent posséder des qualités intrinsèques pour mener à bien leur mission.

 1- L'enseignant : Il doit jouir de toutes ses capacités physiques et morales et son recrutement doit se faire non seulement sur la base de ses acquis (diplômes) mais aussi sur la base de sa constitution physique (acuité auditive sans faille, acuité visuelle irréprochable, élocution claire, écriture lisible ). Ces qualités qui sont les outils de travail de l'enseignant favorisent une meilleure prise en charge des apprenants et évitent la confusion et les possibles erreurs de jugement. Un autre aspect qui mérite d'être mentionné car vital c'est celui d'avoir l'amour pour les enfants . Si cette qualité est absente chez le maitre, il est inutile voire impossible de lui confier des élèves. Lors du recrutement des futurs enseignants il est impératif d'imposer aux candidats un entretien avec des psychologues et le résultat sera déterminant quant à leur admission. Donc niveau intellectuel raisonnable + condition physique satisfaisante + amour des enfants + profil psychologique sain seront des gages de réussite pour former l'élite de demain. Il va de soit que la formation sera à la carte et les moyens disponibles à la mesure des besoins.

 2- Le gestionnaire : Celui-ci chapeaute les enseignants et de ce fait il doit avoir des qualités pour le moins supérieures à eux. En plus de la condition physique et de l'amour pour les enfants (ce critère revient à chaque fois car très important) il faut une culture générale à toute épreuve et une maitrise d'au moins une langue étrangère en plus du français. Le critère d'ancienneté tel qu'exigé actuellement s'avère très insuffisant. Nombreux sont les chefs d'établissement qui éprouvent des difficultés dans la gestion des ressources humaines et les conflits éclatent du fait du décalage de niveau et d'abus de pouvoir dû justement à des carences structurelles au niveau de la personnalité des responsables. Cet état de fait influe négativement sur la bonne marche des établissements et ainsi se créent une animosité et une lourde atmosphère qui mettent à rude épreuve les nerfs les plus solides. Le clanisme, autre moyen qu'utilisent certains chefs d'établissement pour gérer le personnel placé sous leur autorité entraine une ségrégation dans les rapports d'intérêt, l'évaluation et les promotions. Certains fonctionnaires ne sont jamais inquiétés car ce sont les hommes du responsable. Le recrutement donc, constitue une étape primordiale pour les fonctionnaires de l'éducation qui seront appelés à coexister entre eux pour le bien être et l'épanouissement des élèves. Ce n'est qu'à ce titre que l'on pourra les déclarer " bons pour le service ".

Les retraités(ées)

 _______________________________________________

Queue 1024x1024

  Cette frange de la population qui a tout donné à notre pays,sa jeunesse,sa force,sa matière grise,son savoir-faire vit dans l'anonymat le plus total.Elle vivote tant bien que mal.La pension qui lui est allouée ne suffit meme pas à honorer les charges mensuelles(électricité,gaz,eau, loyer...) .Elle souffre le martyr à chaque rendez-vous (fetes de l'aid,rentrée scolaire, mariages...) si bien qu'elle s'endette le plus souvent jusqu'au cou pour satisfaire les besoins les plus élémentaires des membres de sa famille et bonjour les dégàts. Cet état de fait est dù en partie faible pécule alloué mais surtout par l'IRG qui le réduit à une bagatelle.Jugez-en!Le salaire est soumis doublement à un fort impot à la source:en étant actif puis en étant retraité.Que reste-t-il de ce salaire de la honte?rien qui puisse faire vivre dignement.Beaucoup de familles ne vivent que du produit de leur retraite.Qui de nous ne s'est pas posé la question ,un jour, pour savoir comment vivent ces familles.Comment arrivent-elles à boucler les fins de mois?
L'état a instauré une révision annuelle de la pension de retraite ce qui constitue une fin en soi mais le pourcentage instauré cette année est loin de satisfaire les espoirs fondés.Les 5 % alloués cette année se sont rétrécis comme une peau de chagrin, ce qui a laissé tous les retraités sur leur faim.Les virements se font de date à date sans tenir compte des différentes échéances(ramadhan,rentrée scolaire ...), ce qui se traduit par un sentiment de déception, de frustration et d'impuissance. Inutile de décrire les longues files d'attente devant les bureaux de poste.Des personnes agées, le plus souvent malades qui font le pied de grue a longueur de l'année.Un spectacle désolant.Après le retrait du pécule que reste-t-il à ces braves retraités?Rien, le vide absolu.On les rencontre au niveau des squares, des jardins . Certains, les plus chanceux, entrain de jouer au domino ,d'autres qui fouillent un journal et le passent à d'autres.Ailleurs ces retraités sont choyés.Ils sont regroupés dans des clubs et passent, le plus souvent leur temps entrain de voyager,de faire le jardinage, la lecture...On les envie.Leur société les respecte et les juge à leur juste valeur .Les retraités(ées) sont, chez nous, des potentiels morts.Ils ne peuvent prétendre aux avantages des oeuvres sociales car on leur prete un imminent départ vers l'au delà .Ces retraités(ées) sont nos pères,nos mères et nous meme. Je termine en lançant un vibrant hommage à ces retraités(ées)pour leur abnégation, leur patience et leur courage pour vivre dans la dignité sans quémander.A quand un ministère des retraités(ées)?.Allez chiche alors.