3 35

Les retraités(ées)

 _______________________________________________

Queue 1024x1024

  Cette frange de la population qui a tout donné à notre pays,sa jeunesse,sa force,sa matière grise,son savoir-faire vit dans l'anonymat le plus total.Elle vivote tant bien que mal.La pension qui lui est allouée ne suffit meme pas à honorer les charges mensuelles(électricité,gaz,eau, loyer...) .Elle souffre le martyr à chaque rendez-vous (fetes de l'aid,rentrée scolaire, mariages...) si bien qu'elle s'endette le plus souvent jusqu'au cou pour satisfaire les besoins les plus élémentaires des membres de sa famille et bonjour les dégàts. Cet état de fait est dù en partie faible pécule alloué mais surtout par l'IRG qui le réduit à une bagatelle.Jugez-en!Le salaire est soumis doublement à un fort impot à la source:en étant actif puis en étant retraité.Que reste-t-il de ce salaire de la honte?rien qui puisse faire vivre dignement.Beaucoup de familles ne vivent que du produit de leur retraite.Qui de nous ne s'est pas posé la question ,un jour, pour savoir comment vivent ces familles.Comment arrivent-elles à boucler les fins de mois?
L'état a instauré une révision annuelle de la pension de retraite ce qui constitue une fin en soi mais le pourcentage instauré cette année est loin de satisfaire les espoirs fondés.Les 5 % alloués cette année se sont rétrécis comme une peau de chagrin, ce qui a laissé tous les retraités sur leur faim.Les virements se font de date à date sans tenir compte des différentes échéances(ramadhan,rentrée scolaire ...), ce qui se traduit par un sentiment de déception, de frustration et d'impuissance. Inutile de décrire les longues files d'attente devant les bureaux de poste.Des personnes agées, le plus souvent malades qui font le pied de grue a longueur de l'année.Un spectacle désolant.Après le retrait du pécule que reste-t-il à ces braves retraités?Rien, le vide absolu.On les rencontre au niveau des squares, des jardins . Certains, les plus chanceux, entrain de jouer au domino ,d'autres qui fouillent un journal et le passent à d'autres.Ailleurs ces retraités sont choyés.Ils sont regroupés dans des clubs et passent, le plus souvent leur temps entrain de voyager,de faire le jardinage, la lecture...On les envie.Leur société les respecte et les juge à leur juste valeur .Les retraités(ées) sont, chez nous, des potentiels morts.Ils ne peuvent prétendre aux avantages des oeuvres sociales car on leur prete un imminent départ vers l'au delà .Ces retraités(ées) sont nos pères,nos mères et nous meme. Je termine en lançant un vibrant hommage à ces retraités(ées)pour leur abnégation, leur patience et leur courage pour vivre dans la dignité sans quémander.A quand un ministère des retraités(ées)?.Allez chiche alors.

Par BENABDELLAH Mohammed

Commentaires (1)

Chantal

Bonjour Mohamed,

Je suis consternée de lire ce que vous écrivez à propos des retraités algériens. J'ai déjà eu l'occasion d'en entendre parler (mais aussi de le constater par moi-même lors de mes deux voyages en Algérie en 2013 et 2014). En vous lisant, je me sens aussi profondément triste que s'il s'agissait de proches parents. La colonisation française a engendré tellement d'horreurs et d'injustices auxquelles j'ai, malheureusement, et bien malgré moi, assisté étant enfant. Bien des années après, je n'ai rien oublié et j'en suis toujours d'autant plus bouleversée que je me sais impuissante. Mais être impuissant ne dispense personne de dire haut et fort ce qu'il pense. Il ne faut pas taire de pareilles injustices. Les évoquer peut - parfois - éveiller les consciences. Ainsi que le disait "Wangari Maathai" (Prix Nobel de la paix en 2004) et qui a mené toute sa vie un combat acharné contre les injustices : "Ce n'est pas le courage qui permet de gagner une bataille mais la persévérance".

Bonne journée à tous.

Ajouter un commentaire