S 5Retour dans mes Souvenirs

                               De Bab-El-Oued @ Miliana

S'hab la cave/ Suite et Fin

S 3

  Le lever du jour pour Shab la cave
Dans cette rue du quartier, pour arriver à voir que le jour s’est bien levé tôt que d’habitude, on n’avait qu’à regarder le chemin poussiéreux qu’ont pris quotidiennement les premiers troupeaux de bêtes des deux bergers du voisinage « Besayla » et « Tyba ». Les traces de bouse de vaches et les scybales de moutons laissées toutes fraiches nous donnaient la certitude que les bêtes sont bien loin dans les pâtures et que le soleil est bien haut dans le ciel. Par la suite viendra le passage des robustes chevaux bretons. Attelés à un tombereau aux deux roues hautes et pesantes tout en fer. Ces chevaux qu’on sortait tôt le matin et qui appartiennent à un colon sont d’une race qu’on utilise à leur capacité traction pour le travail de la terre. Bien massifs et musclés ils font le travail là où un tracteur à chenilles ne peut rafraichir la terre entre deux rangée étroites des pieds de vigne. Et chaque jour de notre enfance on voyait le vieux guide chapeau de paille sur sa tête tenant la bride du premier cheval prenant le chemin des champs et que le tombereau bien derrière tiré par les autres chevaux de trait suivaient le pas du vieux éclaireur.

La télévision cette inconnue qui apparait
Comme la plus part d’entre nous n’avaient en ce temps même pas chez eux l’électricité, qu’on n’avait même pas idée que la télévision existe si ce n’est l’antenne qui s’élevait à plus de 30m en hauteur dans notre rue de quartier. C’était l’innovation du premier relais dans la région peut être encore plus dans le pays. Ce relais recevait ses ondes à partir du deuxième émetteur de Chrea (Blida) après celui de Cap Matifou, (Bordj el Bahri actuellement). Le relais fut conçu par un très dynamique ingénieur et fils d’un colon qui eut l’idée de l’implanter à proximité et tout proche de sa maison. C’était un grand et haut pylône de communications qui s’élevait au ciel, plus haute encore que celle des lignes électriques de haute tension.
Et il fut en ce temps, chez lui que la première télévision ait vu le jour pour un foyer familial dans toute la région. Ce qui rappelle aussi, que dès l’installation quelques jours après, la grande fenêtre de sa maison fut grande ouverte non pas pour les beaux yeux des curieux mais à cause de la grande chaleur d’été qui régnait. Pour nous gamins du voisinage on a eu ce jour-là cette aubaine de voir de plus près une boite à images qui parle et une joie inouïe de regarder pour un temps un film « Cow boy ».
Du titre je ne m’en rappelle absolument pas, mais Victor Mature en était bien l’acteur de ce film, qui bien reconnu à son visage particulier était bien celui qu’on avait vu incarner et jouer le rôle de Samson dans ce film de »Samson et Dalila ». Dans nos jeux nous n’avions cessé d’imiter sa force incroyable.

Le foyer rural qu’on voyait comme salle de cinéma
Et c’est à nos rencontres matinales du Lundi qu’on se contentait alors de raconter seulement à notre coin le dernier film qu’on a eu le plaisir de voir au foyer rural du village. Le foyer n’était toute autre qu’une vieille bâtisse aménagée en salle de cinéma pour deux séances de projection dans la semaine le jour d’un Dimanche après-midi.
Le foyer est tout aussi réservé un jeudi après-midi pour les écoliers chanceux d’avoir eu des bons points en classe pour une place à un film du cinéma muet. On se rappelle de ses moments comme je me rappelle encore de ce film « Jody et le faon »
L’affiche d’un film jouait son rôle à nos yeux avec ses couleurs et les personnages du film qui vont jouer. Tôt le matin de sa sortie on sera là nombreux à l’endroit du coin habituel de la rue où elle est exposée. Parfois on restera des heures à la contempler sans se lasser que parfois on refera mille fois le chemin pour la revoir à nouveau.
Avec 20 frs en poche on pouvait obtenir un ticket d’entrée et voir tout au début de la séance ce film burlesque qui nous faisait tant éclater de rire, les actualités qui passent, puis enfin le film qu’on devra suivre dans tous ses actions pour le raconter.

A notre âge, le rêve d’aller dans une ville plus proche voir en spectacle un film comme celui « des dix commandements » dans une de ces grandes salles de ciné reflétait pour nous l’Eden à atteindre.
Au jour du Dimanche, La première séance projetée était l’exclusivité pour tous les gamins et à 20frs et moins le ticket d’une place mise à part les quelques adultes qui veulent encore rester petits pour rire qui paient un prix fort, la seconde est pour les familles et militaires pour 100frs la place de confort sur une chaise et 50frs la place pour un banc.
Et c’est à notre coin, quand on sera là par la suite qu’on commence à affiner nos racontars d’un film, l’acuité sensorielle avait toute son importance dans notre communication Quand le titre d’un film à l’exemple de « l’homme traqué » « le passage de santa fée » « jack Slade le damné » avait sa grande intensité ,on le prononçait avec toute une vivacité que ceux qui n’ont pas eu ce plaisir de le voir auront le regret au cœur de n’avoir pas voler un œuf pour avoir leurs 20frs.
Ceux qui n’ont aucun sou en poche attendront l’entracte, ils profiteront de la clémence de l’opérateur qui laissera la porte grande ouverte et sans être priés ils viendront se faufilant en douceur se caler en premières loges assis par terre, tètes levées pour voir la dernière bobine du film qui reste.

Les illustrés ces B.D qui nous fascinaient
C’était aussi le temps des B.D .Ces illustrés fascinants qui faisaient rêver notre génération. Mon père me disait d’eux les « chwadas « pour lui c’était des figures de guignols qui occupaient inutilement mon temps au lieu de me consacrer à réviser mes leçons, pour cela il n’aimait pas que je les lise. Parfois à l’entrée de la maison je le trouvais là à m’attendre si je n’ai pas en mains quelques-uns. L’astuce pour les cacher à ses yeux pour moi était de les mettre juste derrière mon dos et pour ne pas qu’ils glissent en serrant un peu plus sur la ceinture.
Le terrain de jeu
Si ce n’est le lieu favori des espiègleries de temps à autre, il en demeure aussi le terrain propre pour les parties de ballon. Une balle en nylon pas plus grosse qu’une tête de chat achetée à 10frs. Pour en posséder une il fallait cotiser la somme où chacun y mettra du sien .Les plus avares sont ceux qui ne savent pas jouer et préfèrent à l’évidence voir un film ou acheter un B.D de Pim Pam Poum.
Nous étions en ce temps-là des enfants insouciants du temps, seul le jeu préoccupait nos idées. Les parties de jeu comme la pelote fumée, le jeu de billes et ceux des noyaux avec leurs petits sacs en étoffe que nos mères cousaient au moment des fruits d’abricots, le jeu du gendarme et voleurs. Haut les mains et ce jeu de cow boy et d’indiens où il fallait avoir un revolver en bois et un arc avec des flèches portant un morceau de fil de fer bien pointu au bout. Mais le Jeu infatigable était celui des roulements qui prenaient tout notre temps pour les confectionner .IL fallait tout d’abord se procurer les trois indispensables roues de roulement et le fameux boulon du guidon avec sa longue et solide planche qui servira de colonne vertébrale, les clous et les autres planches sont faciles à trouver .La plus remarquable planche de l’assise était celle qu’on allait mendier chez un marchand des fruits et légumes. Elle représentait le fond d’un cageot ovale de pommes et était très solide et confortable. Je me rappelle que j’en ai eu pleinement l’idée de modifier la carlingue que tous les gars ont suivi par la suite mon label de constructeur.
L’atelier de construction n’était qu’une cache en forme de couloir entre deux maisons là où nos deux gardes champêtres n’ont jamais eu l’idée de voir de plus prés. Les rues qui faisaient notre circuit de jeu étaient quasiment désertes de voitures où seuls nos bolides à trois roues roulaient à plein gaz. Le seul obstacle qui faisait peur à nos petits bolides était la fameuse jeep d’un méchant colon que tout le village détestait.
Au jeu de la mitraillette, que de fois on se tuaient comme ce qui se fait dans une guerre mais des fois celui qui ne veut pas mourir et rester en vie est toujours celui qui ment et triche à son adversaire.

Cela me rappelle aussi que pendant la période de glands, on choisissait le gland qu’on divisait en deux et qu’on prenait sa moitié la plus pointue à l’une de ses extrémités, on y plaçait ensuite un brin d’allumettes au beau milieu de la partie coupée et au meilleur de nous par le pouce et le majeur de le faire tourner le plus longtemps possible. Le plaisir était de voir danser notre jouet le plus longtemps possible .Quand le jeu prendra fin il sera mis entre nos dents et croquer
En temps froid l’oisiveté nous mènera dans les champs boueux et labourés à la capture d’oiseaux à l’aide de piège rond piège à grive malgré la pluie le froid et la neige. Et le tout de nos jeux se jouait en fonction des saisons de l’année où chaque jeu avait sa périodicité.
Les anges gardiens du village et les Shab la cave
Un jour comme tant d’autres, alors que c’était le moment d’un repos forcé après une époustouflante course nous nous sommes trouvés tous regroupés là au grand complet .Nous étions aussi nombreux que les doigts des deux mains .Chacun étaient sur ses gardes. On savait qu’à tout moment, nos deux gardes champêtres n’allaient pas tarder à se faire voir. Ils étaient décidés après ce qu’on avait fait devant l’Eglise n’était cette fois pas catholique du tout aux yeux de la loi. Et nos deux lascars étaient décidés d’en finir avec nous une fois pour toute
ce jour-là, au moment de la messe on avait pris les jolis vélos des petits messieurs du village pour en faire notre propriété et à faire des tours de circuit autour du Monument aux Morts. Cela déplaisait à nos deux gentilshommes de loi qui voulaient bien faire respecter un ordre public entravé par des gamins.
Et nos anges comme un Laurel et un Hardy L’un mince vêtu en noir au képi de gendarme, l’autre plus gros vêtu en kaki portant un chapeau de brousse que même leurs pistolets en différaient l’un de l’autre. Au Français, un pistolet pas plus long qu’une main lui collait à la ceinture, l’arabe lui avait un revolver plus long que son bras qui lui pendait de la ceinture au genou. Et parfois le malheur les prenait à courir après nous, c’est toujours l’arabe qui trainait derrière, bien gros il ne pouvait courir comme le français, celui-ci devait toujours l’attendre. De loin on voyait toujours notre dernier sprinteur à la traine à tenir l’étui contenant son arme pour qu’elle ne lui fasse pas mal en retombant sur sa jambe. Nos rires de loin les faisaient rougir de colère.
Si bien que notre joie et leur peine n’en finissaient toujours qu’au premier jour de cette rentrée scolaire ou nous étions tous faits beaux pour ne pas être reconnues à la porte de l’entrée pour payer nos méfaits.
Mais nos deux anges gardiens de la rue avaient bien cet ’œil du maitre pour ne pas nous reconnaitre pour nous laisser impunis.

L’Oued ce grand cours d’eau de fraicheur d’été
Aux grandes chaleurs de l’été , les eaux glacées de l’Oued tout proche nous faisaient fuir cet endroit pour toute une plénitude .Nager et rester sous l’eau le plus longtemps possible ou faire une traversée périlleuse des eaux dans leurs endroits les plus profonds ou bien ces exploits de plongeon les plus fous en sautant du haut d’un rocher utilisé comme un plongeoir de fortune. Le plongeon est le seul jeu plaisant et fait de lui la distraction qui attire le plus d’inexpérimenté pour réaliser un exploit fantastique.
Ces attractions dans l’eau nous éloignaient un peu d’une sieste forcée de l’après-midi que nous imposait les parents toujours soucieux de bien vouloir se préoccuper de notre bien-être et d’une éducation. La désobéissance nous entraine chaque fois à des corrections corporelles que rien ne peut les éviter que la prière d’ El Asr .Notre retour à la maison ne se faisait qu’au moment de cette prière, et les parents bien obligés d’aller à leur devoir quotidien qu’ils nous laisseront la voie libre pour rentrer sans crainte . Le soir la colère du jour sera un peu dissipé pour un lendemain si on doit recommencer. Mais pour un plaisir d’un plongeon on sacrifiait un peu notre dos chaque jour pour une douleur passagère qui ne peut durer et c’était ça qui étonnait et acharner le plus nos pauvres parents.

L’insouciance dans notre train de vie
Nous étions des enfants insouciants du temps où seul le jeu préoccupait nos idées. Ce qui était formidable en nous c’est qu’on ne cherchait pas midi à quatorze heures pour nos parents. Que de fois on sortait le matin à l’appel des copains de la rue sans se laver même le visage si ce n’est pas comme le fait le chat par peur d’approcher l’eau .Que même barbouillis on était beau à voir , qu’on ne cherchait ni peigne ni brosse propre à nous pour nos cheveux. Ni ce miroir qui est bien nécessaire aujourd’hui ‘hui pour se voir et sortir beau dans la rue. Le peigne en corne à deux rangées de la mère suffisait à lui seul d’enlever les quelques poux SDF qui ont trouvé refuge pour un certain temps en nous. La seule chemise qu’on avait sera lavé constamment sur notre corps par les eaux de notre Oued avec notre pantalon « très souple » achetés de la friperie au Souk qui des fois sera rapiécé aux genoux et au derrière comme des feux de position, que s’ajoute la fameuse sandale en caoutchouc ou à défaut une chaussure de tennis en bâche de couleur bleue et voilà qu’on se retrouve bien habillé comme un prince pour sortir gambader dans la rue.

Le temps d’un gout de malice avec « Deering Tchao Tchao »
Parfois en martelant de nos pas le pavé de cette rue de « S hab la cave » que l’on se rappelle et on se dit que nous avons vraiment passé ici un âge enfantin et cela nous fait penser pour revivre l’épopée de ces chères années. Et chaque détail d’un souvenir se retrace dans les yeux.
Où ,comme il fut que par un matin bien frais, un de nos petits copains eut tout un plaisir à sortir folâtrer devant nous et d’avoir sur lui un manteau non pas de la fripe comme c’était usuel mais tout neuf qui lui allait si bien à nos yeux jaloux. Car bien rares parmi nous pouvaient se permettre de se revêtir d’un manteau pareil, vu que pour bien d’entre nous ,les parents avaient du mal à nous acheter un cahier Rola graphe avec sa table de multiplication .Et devant nous d’un mauvais œil , on le voyait ainsi s’agiter. Le parrain à lui qu’on voyait si grassement habillés traditionnellement tout en blanc avec son tarbouche de Mekhezni était un de ces gros fellahs qui de surcroit de ceux qui fréquentaient largement les colons du village. C’est à ce fait bien voyant que nous en ce quartier des » S’hab la cave « l’estimions fort bien et qu’un surnom lui a été choisi et donner. Nous « l’appelions par respect Da.Chiki' le surnom lui allait si bien au vu de sa fierté et d’une hautaine exemplaire de sa classe.
Ce jour-là, si pour ce copain c’était pour lui bien une aubaine, pour nous par contre il fut le cataclysme bouleversant tous nos sentiments de camaraderie. Et à voir la joie infinie aux yeux de notre copain qui en était tellement content de nous le montrer en ce jour bien frais qu’on a décidé tous de lui céder la place privilégiée de ceux qui paient leur place pour un Douro ‘5frs’ pour une « tourna » . Cette place est tout un confort à l’arrière de notre char surnommé « Deering Tchao Tchao ».Notre fameux char n’était tout autre fait que de planches et trois des plus grosses roulements d’un tracteur. Les deux plus grosses roues sont à chaque côté de l’extrémité de l’arrière-train et une plus petite que les deux autres au-devant maintenue par un guidon... Les grosses roues sur le goudron laissaient entendre un grincement infernal qui fait bien mal à ceux qui veulent trouver un peu de calme au moment de la sieste.
Confortement bien installé, notre petit copain était aux anges .Lui qui auparavant n’avait la charge que de pousser le char se voit tout autre maintenant dans une position des privilégiés. Et ce qui devait se terminer en bonheur ne tarda pas à, arriver comme malheur Le pan du bas de son manteau tout neuf eut à trainer un peu devant l’une des roues arrières de notre char. Et comme ce bolide de char dans sa lancée ne peut s’arrêter à mi-chemin, la roue qui continuait à rouler comme si de rien n’était transperça ce qui trainait devant elle en tissu qu’elle laissa trois trous béants au joli manteau. Le pauvre malheureux bien heureux auparavant et qui criait toute une joie d’être à l’éloge eut du mal à retenir après ses larmes à la vue du désastre.

Nous savions ce jour-là que la large ceinture de cuir de « Da Chiki « allait bien passer sur le dos de ce pauvre petit copain si innocent .Ses cris de douleur nous le confirmèrent par la suite à chaque fois que quelqu’un s’approcha un peu plus pour apprécier le tissu du beau manteau qu’il portait toujours sur le dos malgré les déchirures.
Le moulin à blé, la forge et le maréchal ferrant du quartier. Au cours de nos jeux on entendait sans cesse Le bruit du marteau et de l’enclume de la forge, et à ce long ronronnement continu des moteurs avec les battements de courroies entre elles entrainant l’engrenage du moulin. On aimait sentir l’odeur du blé moulu qu’on reniflait dès qu’on pénétrait à l’intérieur pour dire au meunier le choix de la qualité de la semoule que voulaient nos mères est ce pour la galette ou le couscous.. Pour Chaque sac de blé déposé pour l’identifier le meunier lui épinglait une confection d’une pièce en métal numérotée que chacun garde en soi un double identique. La pesée était à 5frs le kg c'est-à-dire « Douro ». Dehors tout près de la porte du moulin, le maréchal ferrant vêtu d’un vieux tablier en cuir usé lui retombant jusqu’au bas des genoux martelait une nouvelle semelle aux sabots abimées des canassons.
Nous comme gamins, on assistait à ce spectacle au début curieux que les bêtes même fougueuses ne sentent rien de mal et se laissent faire. Puis on a fini par comprendre que c’est grâce à l’astuce de son aide qui serrait le museau par un bâtonnet que l’animal restait docile.


L’hippodrome de Shab la cave
L’espace de terrain qui était devant le moulin et la forge était le lieu d’attache des mules et mulets sans oublier les ânes et les ânons laissés là par leurs propriétaires à jouir d’une herbe abondante aussi haute qu’un enfant de cinq ans. .
Les propriétaires tous des campagnards venaient soit pour s’approvisionner en denrées alimentaires ou pour affaires à traiter .Certains d’entre eux iront tout droit s’engouffrer dans un café maure à jouer une partie de cartes « Bazga » « rounda » ou une partie de dominos. Bien d’entre eux n’ont reviendront que le soir juste avant le coucher du soleil récupérer leurs sacs de blé moulu et rentrer dare-dare chez eux
Lors du jour de marché au village l’espace devant le moulin deviendra à nous gamins du quartier comme par enchantement l’hippodrome à entrer "gratis". C’est L’occasion, de nous délaisser du jeu quotidiens et à nous consacrer à la cavalerie légère. des ânes et des mulets à l’insu de leurs propriétaires absents .Chacun enfourchera une monture ce qui nous rendait tous des cavaliers de pur-sang mais à la différence qu’on galopait sur des bourriques et non pas sur des poneys.
Il fallait monter en croupe, à l'arrière juste près de la queue de l'animal pour n’avoir pas ce mal de jambes écartées pendant notre folle coures .Cela ne s’arrête qu'à l’approche de la venue des propriétaires des bêtes pour les laisser se reposer. La seule chose de bon qu’on faisait pour ces pauvres betes c’est qu’on les faisait boire autant d’eau qu’ils en voulaient des trois abreuvoirs de la rue.

Les trois abreuvoirs ou « Sarridj Marouby » du quartier
On ne peut citer ce quartier sans parler de ses trois abreuvoirs et de sa fontaine. C’était une fontaine publique bien au milieu du quartier pour tous les voisins. Et comme l’agneau de la fable, on venait se désaltérer dans ses onde pures après un jeu tout en ayant l’œil aux aguets si un loup ne viendrait nous surprendre éclabousser l’eau si précieuse sur notre corps.
Il eut ce temps aussi au soir tombant, de voir le retour des troupeaux. On en voyait au loin la galopade de brebis et moutons soulevons derrière une fine poussière, les vaches restaient bien en arrière leurs mamelles bien remplies de lait les empêchaient de courir .Ils revenaient des pâtures assoiffés et venaient tout droit se désaltérer en ce lieu des trois fameux abreuvoirs du quartier qui leur sont devenus familiers…

Les voisins qui ont marqués leur présence avec les S’hàb la cave
C’était un temps qui nous rappelle que nous étions seulement jeunes pour ne pas dire que nous faisions des choses bien malhonnêtes que des choses honnêtes.
on se rappellera toujours de : ces gens ayant laissé une page de leur vie dans ce passage des S’hàb la cave. Tout près du moulin à blé et la forge du village, il y avait, la famille Peres le père un mécanicien de profession, sa femme aimait trop voir ses enfants jouaient devant elle sans se salir. Mais nous parfois quand son attention est prise pour une cuisson délicate à l’intérieur de la cuisine on les entrainait vers des endroits insalubres, et c’est ce qui la rendait très en colère envers nous quand elle les voyait dans un état lamentable. Et comme elle aimait tant les figues barbaresques on la contentait de ces fruits au cours de leur période par un troc qui se faisait B.D contre fruits de saison .Cela calmait sa nervosité quelques temps si bien qu’elle nous distribuait encore quelques sous lors de nos commissions pour l’achat de son journal. Elle ne savait pas lire d’après ses enfants. Mais elle aimait tenir un journal au soleil bien assise dans un fauteuil devant sa porte en période d’été. Pour le gendarme de la rue il avait aussi une fille et un garçon .Le garçon en était l’ainé. On leur échangeait des moineaux qu’on attrapait contre des illustrés (B.D) qu’on ne pouvait acheter nous autres. C’était le marché des dupes ou chacun trouvait son compte.
De cette vieille voisine sourde avec son balai cantonnier à notre poursuite à chacun de nos passages fracassants pendant sa sieste mais qui nous ouvrait sa fenêtre un soir d’été pour un film à voir avec elle.
De ce « Da Chiki » avec sa grosse ceinture en cuir à la main qui nous courait après et pour toute tenue vestimentaire une gandoura blanche bien fine qui lui arrivait aux mollets que le vent le lui la soulevait un peu plus.
Du plus vieux des colons du village sur sa vieille chaise en bois avec son chapeau en feutre qui lui tombait jusqu’aux oreilles. On le voyait là devant chez lui, constamment appuyé sur sa canne à nous admirer joué.
Des deux Gardes –champêtres et qu’on ne pouvait aussi oublier qui nous rappelle Laurel et Hardy. Le français bien maigre comme le « I » au képi de gendarme et l'arabe bien plus gros en forme d’un « O » au chapeau de brousse pouvant surgir comme par miracle à tout moment. Et là pour nous comme ces félins qui savent où mettre leurs pattes quand ils tombent se sera de prendre nos jambes à nos cous et le « sauve qui peut « et chacun pour soi que les trois légendaires mousquetaires n’auraient pas mieux fait que nous avec leur « un pour tous, tous pour un.»
Il y a aussi ce gros méchant d’agriculteur qui rendait notre coin paisible malsain avec son va et vient dans sa fameuse jeep Willis ,emblème de la 2 eme guerre mondiale mais qui n’a pu venir à bout d’un très simple et humble jouet de trois roues de ferrailles et quelques planches cloutées que j’ai eu à retirer in extrémis avec courage d’un massacre certain d’une des roues de sa bolide. Ne pouvant me poursuivre dans une pente trop dangereuse qu’au loin je l’entendis, me lançait ses quelques paroles habituelles dites toujours avec rage « je t’attraperai un de ces jours …petit morveux ….
Qu’on ne pourrait oublier ces voisins militaires du coin de la rue par qui notre malheureux Char "Deering Tchao Tchao " par un après-midi rendit son dernier soupir à coup de pioche.
Et sans oublier nos coudes et genoux qui laissèrent un peu de lambeaux de chair et de sang dans ces rues qui nous ont vus grandir.

Je termine en vous disant tout simplement merci de votre patience d’avoir lu ces souvenirs d’enfance, pour mes fautes malhonnêtes je ne peux que demander des excuses, pour mes fautes d’orthographes je vous demande toutes mes excuses.

Par Med Bradai

Commentaires (3)

DTouat
  • 1. DTouat | 11/07/2016
Ecrire, c'est dire khouya Bradai

Tes bribes d'histoire, de souvenirs ont été d'un remède efficace contre la léthargie à laquelle ma personne s'était habituée depuis quelques temps.
Ouf ! Me voilà enfin délivré par le miracle de tes souvenirs qui me guident vers ces lieux lointains et qui m'installent
dans les règles du au spectateur que je suis, dans une ambiance chaleureuse où fusent rires et pleurs, joie et peine...Situation plutôt sympa quand j't'ai vu avec ta bande de copains, avec vos sandales en caoutchouc achetés dans les souks .A l'époque celle qui était la plus prisée devait être transparente. Les couleurs, on n’en voyait pas beaucoup. OUI j'te voyais emporté par cette ribambelle de jeunots fougueux, courant dans les champs. C'est vers la CAVE, votre temple, auquel vous n'avez pas le droit d'accès que
vos pas vous ont mené allégrement. La poussière qui montait derrière vous, laissait apparaitre des silhouettes frêles
évanescentes baignées par la lumière d'une lumière éclatante en ce matin d'été qui avait été entamé depuis cinq heures déjà.
La CAVE, vous le saviez tous, contenait de grandes cuves et des centaines de tonneaux entassés au fond de la grands remise qui s'adosse à la cave. Vous regardiez ces grandes charrettes ramener des tas d'amoncellements de raisins. On disait à l’époque que le fait de boire son liquide. On perd la tête. Oui khoya Bradai, tu gardes bien en souvenir L’image de quelques malheureux qui y ont gouté.
Vous étiez tous juste debout à l'emplacement d'un cyprès qui sera planté deux ans plus tard. Vous n'étiez pas à découverts.et vous assistez à la longue procession des tombereaux en destination des ports d'Alger et d'Oran. C'est de là que le nectar qui grise ’être, migre vers l'Europe. J'étais entrain d"te dire que tes mots me replongent sans attache dans l'instant où vous étiez groupés autour de ce chat trouvé agonisant. Le pauvre c'est dans les bras d'un de vos copains qu'il rendait l'âme. Il sentait le vin fort. La cave a eu raison de lui. Il fut déposé juste à côté des fourrés derrière vous.
Khoya Bradai, je te vois toi et ta bande relever la tête attirée par la scène de ce gros plein de soupe affalé sur un banc et entouré par deux de ses camarades qui tentaient de l'aider à se mettre debout tant il gémissait de partout en étant allongé. On le plaqua contre le mur.il ne se tenait debout que difficilement. Vous le sauriez plus tard qu'il avait manqué une des marches d'escaliers métalliques.
Il ne viendra pas, il est très occupé ailleurs avec la jument…Le vent avait emporté les derniers mots lances par celui qui venait de rejoindre les deux autres. Il faisait allusion au docteur qu’il était allé chercher au village. Le docteur, le seul qui sillonnait la région avait du mal à mener sa tâche. Tout était compliqué. L’administration allait dépêcher un autre toubib. Vous ne le saviez peut être pas mais il y avait au moins une personne parmi vous qui a eu recours a ses services. Sympathique, affable, qui vous gratifie d’un sourire pour vous rassurer….

A suivre…
keryma
  • 2. keryma | 10/07/2016
Bonjour cher Med,

Je suis assez émue par ton récit, mais je constate vivement que MK2 est beaucoup plus tourneboulé et il le montre dans son écrit , j'ai l'impression qu'il a envie de se noyer dans ton texte inondé de souvenirs et de nostalgie et glou glou glou.. !!
Quand on décrit aussi bien ses souvenirs c'est que la mémoire est très opérationnelle et tant mieux , toutes ces précisions.. vraiment chapeau Allah ybarek a3lik!
Je ne ou alors je me permets de dire nous ne cesserons jamais de dire et de redire que grâce à ce site et à cette reine des abeilles comme dirait l'autre, jamais nous ne saurons rien de tout cela et de bien d'autres choses.(Noria si tu m'écoutes hhhhhhhh).
Voilà le fiston à sa GM prends bien soin de toi et continue afin d'éviter l'oubli!
Ton amie Kéryma
Miliani2Keur
  • 3. Miliani2Keur | 09/07/2016
Mohamed, c'est Géant, Géant!
Je suis étranglé, ému devant ce morceau de ton cervelet, de toi même...

Oui il y'avais des erreurs! mais c'était le prix de la course a tes souvenirs ... et de cette résurrection aux genous en sang, aux interminables courses, aux baignades aux "belles sources" ou au Chlef, aux BD récuperées a coups de géremiades, de troc ou de tout autre prix! A ces aussi horribles que si tendres Mégeres... 'MA Fatma, Tata Zhor, Leur "Makrout" inoubliable encore dans la bouche, leur larges mains lustrées, luisantes de 'Smen' aux fétes et devant les 'Djafna' de couscous pour fétes qui se tenaient a la maison, InSitu, Tata Kheira "EDellala": microéconomie a elle toute seule qui Donnais/revendais tout le surplus de la ville a Sidi Benyahia, au "Charg", ou les Sacs de lait vides et lavés, les boites de "guigoz" en Aluminium rainuré retrouvaient une 2éme vie, il m'a fallu 50 ans, une vie, pour comprendre que cet instinct tenace (ma mére garde de sa Milianité millénaire, industrieuse et civilisée de planquer encore tout emballage pseudo-durable), EST de la vie ...

En ce temps d'incertitude genéralisée, d'érosion de liens humains, et d'indifférence Grandissante... ta génerosité naturelle, ton exposition totale, ton don sans calcul et sans réserve (comme TOUT les irréductibles de ce site) nous giffle, nous reveille et tu regagne d'étre, Mohamed, un des Coeurs de Fond de ce site (pas un 'Keur' comme moi!!?) et insuffle à cet être, ce site web, algermiliana.com , avec ses coup de blues, ses irrationalites, ses éffusions, ses sommeils, du vêcu!!

En tout ca comme pour la Jeep Willys, je décrete que tu posséde tous les brevets et licences du célebre et unique "Deering Tchao Tchao" !

Je pense méme qu'on peut même mettre les plans sur le net, Hein!

Ajouter un commentaire