Algermiliana banniere animee 2

Mon histoire…/Part 6

______________________________

Mon histoire…L’histoire toute simple de moi (6)

Il était juste midi à l’arrivée de l’autocar et au dépôt du paquetage, qu’ au loin les douze coups de midi viennent aussi à sonner. Je voyais par là que le chauffeur du bus tenait à rendre plausible sa ponctualité à un mécanisme. L’autocar prenant tout le temps de son arrêt, n’avait pas encore pris son départ, mais pour moi je me suis trouvé déjà à courir. Tel un automate sans faire part de réflexion j’avais mon paquet dans les bras. J’ai pris en main le premier journal de la journée que je dois livrer et vendre à mon premier client.

A l’exemple du bus et de l’horloge ma course va aussi prendre fin à l’heure où du haut d’un cadran la petite aiguille indiquera le I en chiffre romain lorsqu’on entendra un seul coup de cloche. Avec un seul coup seulement on saura qu’il est 13 heures de l’après midi. Quand Il sera 13 heures ,il n’y a eu jamais plus de 12 coups pour l’horloge de notre village. Par le temps nous ’avons su que dans la journée après 12 heures il faut dire en français13 heures, qu’ en arabe «el wahda taa enahar. ».

Et dans l’ardeur du soleil j’étais à courir les rues de mon petit village entre midi et l’avant el wahda. Dans cette course craignant surtout à un coup de soleil la sueur collait à ma chemise que sur ma peau ça ruisselle. Mieux vaut encore m’éviter à ne pas trop cogiter à cette chaleur. Cependant, parfois je pensais à la fontaine publique du village. L’endroit idéal pour me rafraichir et laver une chemise de sa peine. La fontaine construite en pierre roc, avait ses trois longs bassins qui servaient d’abreuvoir pour les grosses vaches laitières d’un vieux colon agriculteur et propriétaire terrien. Le soir quand la chaleur d’été fait défaut à une fraicheur, la grosse dame de la maison ouvrait grande ouverte sa fenêtre. Celle-ci donnait à la rue. Du dehors on pouvait voir à l’intérieur où dans un poste radio des images bougent et parlent comme c’était le cas sur un écran de cinéma. Pour nous c’était cette première fois qu’on voyait devant nous des images dans une boite avec des boutons à tourner comme un poste radio. Le mot même de télévision était l’inconnu absolu au village. La vieille mère quoique peu sourde mais ne pouvait nous voir plus près d'elle que pour qu’on soit accroché à sa fenêtre .Elle était tellement acharnée contre nous qu’elle avait toujours son balai à la main. Son fils par contre ne voyait aucun inconvénient qu’on peut regarder de loin .Pour nous à chaque fois c’était la fête, Il y avait un arbre tout prés de la fenêtre où facilement on pouvait grimper . Perchés sur l’arbre,on restait tranquille le temps d’un film. Une fois il a fait appel à tous ses ouvriers permanents et nous comme voisins à lui; il nous a fait montrer un documentaire fait par lui au moment des vendanges de son vignoble . On voyait ce que nous connaissons comme personnes et qui devant nous sont à se montrer entre eux dans les séquences qui passaient .On les voyait comme vendangeurs entre les rangées des pieds de vigne avec leurs sceaux et sécateurs, les porteurs aussi , on les voyait vider leurs hôtes dans les tombereaux. Le plus heureux d’entre eux c’était le conducteur du tracteur tenant une grappe de raisin . C’était pour nous quelque chose de nouveau à les regarder bouger et travailler .A cette époque, ce fils travaillait à la RTF Radio d’Alger .Comme voisin ,on le connaissait aussi comme réparateur de TSF , il ouvrait son petit atelier tous les apres midi d’un samedi quand il revenait d’Alger.
En construisant une tour métallique de transmission de plusieurs mètres de haut , Il était le premier à avoir sa télévision au village. La transmission était reliée à partir d’ un émetteur au sommet de Chrea (Blida).

Ce fils de colon s’appelait Alain Marouby.
Je me rappelle toujours d’un des films dont je garde son souvenir en mémoire. Le film avait pour titre ‘’ la charge héroïque des tuniques bleues’ avec Victor Mature. L’acteur venait juste au foyer rural du village à passer dans ce film inoubliable de notre jeunesse « Samson et Dalila ». Le film était resté des jours à se raconter entre nous.

Mais pour les bassins, l’occasion se présentait pour les mulets et ânes des campagnards .Ils seront chaque jour à venir de très loin au moulin chargés de sacs de blé . Que de joie avons-nous passé avec ces ânes pendant l’absence de leurs propriétaires. On faisait même des paris de course. Le terrain était tout à coté, on évitait la rue et la piste cailloutée trop dures à une chute, la terre dans une chute était plus mole.

Dés lors dans cette activité d’opportunité, Je commençais à connaitre plus les gens du village . Parmi la clientèle Il y a , ceux qui étaient encore plus avares qu’on ne pense d’eux, et ceux qui sont plus généreux à me remettre un petit quelque chose à mettre dans la bouche. Une pomme , une tranche de pastèque qui me facilitait sans embarras de soif à continuer mon chemin.

Au début c’était peu arrangeant et empressant ce travail, la connaissance dans la pratique me manquait. Il me fallait plutôt être courtois avec les clients .Il n’était plus pour moi à marchander comme je le faisais pour la vente d’un œuf , d’une poule ou lapin qui peuvent se vendre bien après. J’avais sous mon bras un paquet de papier à vendre au jour le jour. Je me voyais ainsi courir et à errer dans un parcours d’une heure des fois un peu plus. Ce que j’essayais de faire, chercher tout venant dans un but précis lui vendre du papier remplir mes poches de pièces de sou .Aller sans peur frapper jusqu’à trois coups à la porte des clients abonnés impatiemment en attente de leur journal. A chaque client intercepté sur mon chemin ou qui m’ouvre la porte , je n’avais qu’à lui remettre son journal en contre partie recevoir l’argent et filer en ayant l’air d’un gars pressé pour continuer sa route . Toute vente d’un journal était au comptant, sans ’échéance, et pas un centime de moins.

Parfois à certains j’avais pas du tout honte de le répéter s’il leur manquait le petit sou à me remettre qu’il n’est pas pour une autre fois. Dés le début les habitués ont pris le pli, bien obligés à payer pour lire ce qui se veut d’intéressant pour eux. Puis Ils ont pris aussi l’habitude d’avoir leur monnaie chez eux. Mes poches ont aussi pris un pli, ma mère avec toute sa manière astucieuse de faire s’est bien vue de leur’ rajouter un second tissu pour qu’il de conflit avec celui qui m’emploie...

Lorsque la majorité des clients abonnés prenaient tous leurs journaux ,il me restait encore à vendre du lot, l’autre moitié de journaux sous mon bras. Je devais courir à des moments de chaleur intense. Ces moments où il me fallait constamment boire et où mon morceau de galette que je porte toujours avec moi avec cette pomme de terre ou parfois un œuf dur ou deux, n’en valait pas la peine de les manger. Ce petit repas ne me servait à rien dans ces moments de chaleur. Les endroits les plus aimés pour moi à visiter c’était les cafés et les quelques boutiques encore ouvertes. Leurs lieux en fraicheur à l’intérieur me soulageaient. C’était un temps court qui passe à l'intérieur pour moi pour vider deux à trois verres d’eau et pour quelques journaux à vendre à des clients somnolents. Ils sont là sur leurs chaises à regarder des mouches volaient où à reposer leur tête sur une table. On sent même à l’ombre d’un toit qu’on vit vraiment la canicule au village.

Ce passage dans les cafés et boutiques pour quelque journaux à vendre est tout bénéfique il m’évitait à ne pas trop crier dans les rues.