3 35

La Prévoyance

 

 

La Prévoyance

S'il vous arrive, un jour de croiser la Richesse,
Fructifiez-la, et d'elle, il ne faut pas jouer.
Il n'y a que celui qui NOUE dans sa jeunesse
Qui, ses vieux jours venus, trouve quoi DÉNOUER.

Au Sud, jadis,Ishak, et son frère Ismaél,
Vécurent une enfance harmonieuse au Village.
Lorsque, de travailler, ils avaient l'âge,
Ils partirent tous deux à l'aventure au Tell.

Ishak opta pour Constantine,
Et Ismaél pour l'Oranie.
Comme tous ceux qui sont de la même origine,
Dans l'art de commercer, chacun devint génie.

Au bout d'un certain temps, Ishak, parcimonieux,
Accumula de quoi s'acheter des Vergers.
Il les eut au Village, et les confia aux Vieux.
Puis, chaque année, mettant à profit ses congés,
Y ajouta les gains tires de la récolte,
Et le surplus que son commerce lui rapporte.

Ismaél a opté pour une autre Recette.
Chaque année, il visite une Région du Monde.
Il a pu vérifier que la Terre est bien Ronde
Tant il a voyagé autour de la Planète .

A un âge avancé, de Retour au Bercail,
Ishak s'est installé dans sa Propriété,
Qui lui donna des fruits, l'hiver comme l'été.

Ismaél n'amena, en guise de bagages,
Que des gadgets, des souvenirs et des Images.
Pour vivre, il dût souffrir pour trouver un travail.
Son frère l'embaucha Gardien à son Portail .

 

AladinZin

Commentaires (2)

AladinZin
  • 1. AladinZin | 10/12/2015

Merci beaucoup Meskellil pour votre commentaire .

Meskellil
  • 2. Meskellil | 09/12/2015

Bonsoir AladinZin,

Bonsoir à tous,

Partir sur le chemin de la vie, à la rencontre du monde, à la rencontre des autres, à la rencontre de soi, c’est prendre des risques, c’est se confronter aux autres, au monde, à soi, c’est accepter de se remettre en question, admettre que l’on peut se tromper. Partir, c'est choisir de s’ouvrir, d’accueillir et de vivre ce qui vient du dehors de soi comme une opportunité, une chance, une richesse pour sa propre humanité. Se fermer et s’enfermer en soi avec soi, tourner le dos à ce qui semble différent, à tout changement, à toute nouveauté, c'est s'étioler, s'éteindre. Partir c’est aller vers… en s’appuyant sur son soi. Le mouvement est régénérescence, renouvellement, vie. Emprunter des chemins de vie multiples ne génère pas forcément des richesses matérielles, mais sûrement des richesses humaines. Des deux frères, qui a raison, qui a tort? Là n’est pas la question à mon sens. Le cheminement de chacun dans sa vie se finalise par la rencontre qui se fait, le lien qui se renoue. C'est le plus précieux. Aucun des deux frères n’a perdu son soi profond en route, son ouverture, son humanité, et c’est cela à mon sens qui leur a permis de se retrouver à nouveau.

Ajouter un commentaire