ALGER-MILIANA.COM

AladinZin

  • Hymne à Djamal BENSMAÏL

    ________________________

    Hymne à Djamal BENSMAÏL

    Lire la suite

  • CHRONIQUES DES TEMPS QUI PASSENT...

    _________________________

    Les habitations s'élargissent,
    Les familles s'y rétrécissent.
    La médecine, elle, prospère,
    Mais La Santé fait marche arrière.

    On est monté haut dans l'espace,
    Sans savoir qui habite en face.
    Nous avons beaucoup plus de montres,
    Et le retard nous colle au ventre.

    On est plus riche et plus aisé,
    Mais moins tranquille et poins pose.
    Nous sommes plus intelligents,
    mais moins sages et moins patients

    Nous disposons de plus de science,
    Et de beaucoup moins de patience.
    De davantage d'amitié,
    Et de moins de fidélité...

    L'original est en arabe
    Que j'ai retranscrit en syllabes.
    Je lui ai ajouté en prime
    Des rimes.

    Lire la suite

  • RE-OXYGENER. MON JARDIN

    _____________________

    Quand les palmiers grimpent au ciel,
    Dur sera de s'offrir leur miel,
    Et l'oxygène qu'ils dégagent
    Se disperse dans les nuages.
    J'ai beau entrouvert ma fenêtre,
    Nul oxygène n'y pénètre.

    *
    Je viens d'abattre cinq dattiers
    Hauts, qui ne me donnaient plus d'ombre.
    J'ai, au préalable planté
    A leur place le même nombre
    De jeunes pousses verdoyantes
    Dont les palmes fraîches, pendantes,
    *
    Dégageant l'oxygène et vertes,
    Aérant ma fenêtre ouverte.
    Je n'ai plus besoin de grimpeurs
    Pour m'offrir leurs jolis primeurs
    Devenus à portée de main
    Pour aujourd'hui et pour demain.

    ***

    Lire la suite

  • LE. MAL. DU. PAYS ( D'après Joakim DUBELLAY ).

    _______________________________________

    LE. MAL. DU. PAYS ( D'après Joakim DUBELLAY )

    Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
    Ou, comme celui-là qui conquit la toison,
    Et puis est revenu plein d'usage et raison
    Vivre entre ses parents le reste de son AGE.

    Quand reverrai-je hélas de mon petit KOUININE
    Fumer la cheminée ? ÉT en quelle saison
    Reverrai-je le clos de ma belle maison
    Que je n'échange pas contre tout Constantine ?


    Plus me plait le séjour qu'ont bâti mes aïeux
    Que, des palais d'Alger , le front audacieux,
    Plus que le marbre blanc mon LOUSS couleur de fèves.

    Plus mes dunes dorées que le Mont Blideen,
    Plus mon Erg Oriental que l'Atlas Tellien,
    ÉT plus que l'air marin l'Oasis de mes rêves.

    Lire la suite

  • Il pleure dans mon cœur

    ___________________________________________

     

    Il pleure dans mon cœur,
    Comme il pleut sur la ville;
    Quelle est cette langueur
    Qui pénètre mon cœur ?

    Oh ! Bruit doux de la pluie
    Par terre et sur les toits !
    Pour un cœur qui s'ennuie,
    Oh ! Le chant de la pluie !

    Il pleure sans raison
    Dans ce cœur qui s'ecoeure.
    Quoi ? Nulle trahison ?
    Ce deuil est sans raison.

    C'est bien la pire peine
    De ne savoir pourquoi
    Sans amour et sans haine
    Mon cœur à tant de peine.

     

    ___Paul VERLAINE___


     

    Lire la suite

  • FINIES. LES. VACANCES. DE. PRINTEMPS

    _____________________________________

    Bonjours Messieurs-Dames . Nous sommes le 1 er Avril, dernier jour des vacances de printemps. Les familles en déplacement rejoignent leurs domiciles respectifs. Le temps est très beau, printanier, mais n'oublions pas qu'en Avril, il ne faut pas qu'on se découvre d'un fil. Bientot, nous serons en Mai , nous ferons ce qui nous plait.
    Ma maison qui grouillait s'est vidée entre hier ét aujourd'hui : mes enfants et leurs conjoints, et surtout ma dizaine de petits fils sont partis pour la reprise scolaire demain, et pour fournir un dernier effort avant les Grandes Vacances de l'ETE.

    Lire la suite

  • Fête Internationale De La Femme

    _________________________________________

    A. Mon Épouse, à mes Filles et belles Filles et à toutes les Dames d'Algerie ét du Monde, je souhaite un joyeux 8 Mars.

    Lire la suite

  • ooo. CONSOLATION. ooo

    ______________________________

    Ta douleur, mon ami , sera donc éternelle,
    Et les tristes discours,
    Que te met à l'esprit l'amitié paternelle,
    L'augmenteront toujours.

    Le malheur de ta fille, ÀU tombeau descendue,
    Par un commun trépas,
    Est-ce quelque dédale , ou la raison perdue,
    Ne se retrouve pas.

    Mais elle était du monde ou les plus belles choses
    Ont le pire destin,
    Et rose, elle a vécu comme vivent les roses
    L'espace d'un matin.

    La Mort a des rigueurs a nulle autre pareilles
    On a beau la prier,
    La cruelle qu'elle est se bouche les oreilles
    Et nous laisse crier.

    Le Pauvre,en sa cabane,ou le chaume le couvre,
    Est sujet à ses Lois,
    Et Le Garde qui veille aux barrières du Louvre
    N'en défend point nos Rois.

    De murmurer contre elle et de perdre patience,
    Il est mal à propos,
    Vouloir ce que DIEU veut est la meilleure science
    Qui nous met en repos .

    François de Malherbe
    XVI ème siècle


    ♦  ♦  ♦  ♦

     

    Lire la suite

  • Pour la Saint Valentin, ce sonnet de l'Amour

    ___________________________________

     

    Saint valentin

    L'an se rajeunissait en sa verte jouvence,
    Quand je m'epris de vous, ma Sinope cruelle.
    Seize ans étaient la fleur de votre âge nouvelle,
    ET votre teint sentait encore son enfance.

    Vous avez,d'une infante encor la contenance,
    La parole et les pas, votre bouche était belle,
    Votre front ét vos mains dignes d'une immortelle,
    ÉT votre œil qui me fait trépasser quand j'y pense.

    Amour qui,ce jour-là, si grandes beautés vit,
    Dans un marbré,en mon cœur,d'un trait les écrivit
    ÉT si,pour le jour d'hui, vos beautés si parfaites,

    Ne sont,comme autrefois, je n'en suis moins ravi,
    Car je n'ai pas égard à cela que vous êtes,
    Mais ÀUx doux souvenirs des beautés que je vis .

    Pierre. De. Ronsard.
    XVl eme siècle

     

    Lire la suite

  • LA TENDRESSE

    ____________________________________

    La tendresse

    Deux pigeons s'aimaient d'amour tendre ,
    ÉT l'un d'eux a quitté le toit ,
    Que sont longs les jours de l'attente ,
    ÉT longues sont les nuits sans toi.


    Un pigeon regrettait son frère ,
    Moi,je regrette mon bel amour ,
    Comme lui,j'attends un bruit d'ailes,
    Le doux bruit d'ailes de son retour.


    J'ai laissé partir avec elle ,
    Le bonheur qui nous etait du ,
    Sur le chemin du temps perdu ,
    Amants,heureux amants,redites-le souvent.


    Une absence est toujours longue ,
    Rien ne sert de courir le monde ,
    L'amour passe ét les feuilles tombent,
    Quand tourne la rose des vents .


    Deux pigeons s'aimaient d'amour tendre ,
    ÉT l'un d'eux a quitté le toi ,
    Que sont longs les jours de l'attente ,
    ÉT longues sont les nuits sans toi .


    _____Charles AZNAVOUR_____

     

     

    Lire la suite