Facebook the green dressing 3 Images 4

Gifasm uuwrpoesbptd1104

CONTE ORIENTAL

  • Par Chantal
  • Le 14/07/2015
  • Commentaires (6)

Les oiseaux dhamina i  Il était une fois une jeune femme nommée Fatima qui était constamment harcelée par sa belle-mère. Finalement, Fatima ne parvint pas à supporter ce traitement et elle se rendit chez l'herboriste local pour acheter du poison destiné à tuer la vieille femme. Après mure réflexion, l'herboriste lui proposa une potion très parfumée. Il lui expliqua que cette potion devrait être appliquée chaque jour sur la peau par massage et que la belle-mère de la jeune femme en mourrait après six semaines.

Fatima suivit ses instructions et, chaque jour, elle fit un massage à sa belle-mère. Peu à peu, le mauvais caractère de la vieille femme sembla se dissiper, des liens de sympathie se créèrent entre les deux femmes et elles commencèrent à se comprendre.

Fatima commença à regretter d'avoir voulu tuer sa belle-mère et, à mesure que le temps passait, elle devint de plus en plus inquiète. Finalement, elle retourna chez l'herboriste et le supplia de lui donner un antidote à son poison. Le sage vieillard lui sourit et expliqua qu'un antidote n'était pas nécessaire. Le poison qu'elle avait administré à sa belle-mère par massage était une simple mixture d'huiles aromatiques et constituait le meilleur antidote à sa situation.

Je ne saurais pas vous dire quel est l'auteur de ce conte car je ne le sais pas mais il m'avait beaucoup interpellée il y a plus de vingt-cinq ans lorsque je suivais ma formation de somatothérapeute et je m'en souviens toujours car il m'avait semblé riche d'enseignement ! Je pense par ailleurs qu'il illustre, d'une certaine manière, ce qu'enseignait Sénèque il y a plus de vingt siècles, à savoir, que de tous revers un homme épris de sagesse pouvait tirer bénéfice !

Par Chantal VINCENT

Commentaires (6)

Meskellil
  • 1. Meskellil | 15/07/2015
Bonjour Safia,

Si l'jtihad est au sens de celui dont on parle dans le texte d'Assia Djebbar, alors oui sans l'ombre d'un doute pour moi!

Idek bessaha wal hna aussi!
Safia Belhocine
  • 2. Safia Belhocine | 15/07/2015
Bonjour Chantal, Bonjour à tous,
Quel morale dans cette histoire!
Effectivement, les relations humaines sont très complexes et compliquées quand aucun effort n'est fait par les protagonistes!
Effectivement, se donner le temps de connaitre et écouter l'autre est une voie vers le vivre ensemble!
Effectivement Meskellil, ta citation résume certaines facettes du progrès. Peut-on l'associer à "L'Ijtihad"?

Bon Aid à tous et à très bientôt sur ce site Inchallah!
safia
kéryma
  • 3. kéryma | 15/07/2015
La belle-doche ah lala!

Donc le remède est un simple massage, merci Chantal, c'est une très bonne morale pour les futures mariées!
Ma djedda (grand-mère) nous disait paix à son âme, "épousez des hommes qui vivent avec leurs mères", elles vous seront d'une grande utilité.
Chantal je ne sais pas ta belle-mère mais pour moi la grand-mère de mes filles est une femme magnifique.
Bon je vais donner mon avis, si ces deux femmes ne disputent ou n'arrivent pas à s'entendre c'est simplement à cause ... Devinez!

Kéryma,
benyoucef
  • 4. benyoucef | 14/07/2015
Un conte court ,simple mais plein de sagesse et de moralités.
Merci Chantal pour cette merveilleuse lecture
Cordialement
Benyoucef
Meskellil
  • 5. Meskellil | 14/07/2015
Bonjour Chantal! Plaisir de te "voir" à nouveau!

Pour abonder dans le sens du sens de ce conte oriental, quelques paroles d'un auteur inconnu à méditer.

«Quand changer et apprendre ne sont plus synonymes de recherche des défauts, des erreurs et des fautes, mais essentiellement quête des richesses, des potentialités et des qualités existantes, alors la démarche qui favorise cette évolution, peut devenir une fantastique opportunité de croissance offerte à l'intelligence humaine»

Merci Chantal pour ce conte et merci Noria pour son illustration. Un air de fraicheur, de candeur, et d'innocence s'en dégage.
Chantal
Merci Noria pour ta jolie illustration !

Bonne journée.

Ajouter un commentaire