3 35

Kada Moreau, La tenaille

rt.jpgPar DEGHRAR Djillali, Ain Defla. AE-LFM
ddeghrar@yahoo.fr

Sans

Kada Moreau, sur le flanc gauche, était cette tenaille enveloppée de soie avec une élégance particulière et une maîtrise inouïe sur le ballon.

Kada Moreau fut toujours ce joueur, bâti comme un bloc, ralliant technicité, maîtrise avec un panache exemplaire, sobre et sûr de lui, il bloqua toute sorte d’incursion sur le couloir gauche, il colle sur l’adversaire de manière à lui empêcher tout mouvement, il est coriace et intraitable il nous rappelle le fameux technicien Faouzi Mansouri et aussi le grand Amar du CRB.

Depuis la période de la prospection, il ne finit pas de s’améliorer jusqu’à ce qu’il devienne de par son travail et son assiduité le titulaire indiscutable de l’équipe nationale pouvant justement contribuer efficacement à l’édifice du team national avec une polyvalence sur deux ou trois postes.

Parmi les grands arrière gauche qui ont eu le privilège et la chance d’être sélectionné pour honorer et porter le maillot de l’équipe nationale, tels que :

Bourouba Amar ESS ; L’homme de Garincha en arrière gauche, il représente l’exception bien qu’il sache se convertir dans n’importe quel poste, sa technique était au dessus de la moyenne, il est l’inamovible titulaire au poste, il est excellent dans la relance et assiste ses attaquants, il avait muselé le fameux Garincha, lors de la rencontre contre le Brésil et remportée par ces champions 3 à 0 à Oran le 18 juin 1965, les Garincha, pelé,Djalma, santos, Gerson lui rendirent, à la fin du match, un grand hommage

Amar : Le discret, d’un calme pas olympien, il ne parle presque jamais, avec le chabab de Belcourt où en équipe nationale, il fut cette arrière gauche tant convoité et aimé, un talent presque inégalable, muselant son vis-à-vis de manière très correcte, les ailiers droits redoutent énormément ce couloir.

Il était la fierté du chabab de Belcourt et celui de l’équipe nationale, son nom est resté, pendant longtemps collé à ce poste d’arrière gauche.

Mansouri Faouzi: Costaud très bien ancré sur ses deux jambesil fut le successeur incontesté du grand Amar, ses interventions et ses interceptions ont fait de lui ce joueur doté d’une prouesse et d’une technique incomparable, calme et serein, il symbolisait cette harmonie avec le compartiment du milieu, cette tranquillité et cette sérénité lui valurent beaucoup de respect et de considération.

Kouici Mustapha, petite taille, très accrocheur et très virevoltant ; il était surnommé le faux ailier gauche avec ses dribles déroutants et une pénétration fougueuse dans l’axe central qui dès fois fut très payante, il est presque du même style que Nadir Belhadj sauf que Kouici était rusé et plaisantin, ces deux adjectifs l’accompagnaient partout où il allait sur le terrain, comme aux vestiaires, avec ses camarades et ses adversaires Il jouait au football pour se distraire et surtout pour gagner, le sérieux n’était pas sa tasse de café, il ne voulait jamais perdre mais il était juste, il reconnaissait ses faiblesses et ses tares.

Belhadj Nadir: petite taille mais robuste, il était le contraire de Kouici, très sérieux, pas beaucoup gai mais il possédait la même rage de vaincre et la puissance de jeu que Kouici, son jeu était très agréable à voir surtout avec ses enjambées vers l’attaque en traversant le couloir gauche, il était le tourbillonnant de l’équipe du EL-SAD.

Kada Moreau avait beaucoup appris de ses prédécesseurs, c’est pour cela qu’il est devenu l’une des pièces incontournable du sélectionneur. Il est serein, son sérieux et son ambition l’ont propulsé pour non seulement devenir et vouloir s’imposer dans son poste et en équipe national.

Ces jeunes venus de l’Hexagone veulent à tout prix ressembler à leurs pairs et à la fameuse équipe de Gijon (celle de 1982) qui ont pour nom : Belloimi-Madjer-Assad-Dahleb-Bensaoula-Fergani-Kaci said-Guendouz-Korichi-Merzekane-Larbès etc…

Par DEGHRAR Djillali

Ajouter un commentaire