S 5Retour dans mes Souvenirs

                               De Bab-El-Oued @ Miliana

L’ingratitude

rt.jpgPar DEGHRAR Djillali, Ain Defla. AE-LFM
ddeghrar@yahoo.fr

Sans

L’ingratitude c’est avant tout le manque de reconnaissance des bienfaits reçus par autrui sans pour autant tenter de reconnaitre ou du moins refuser ces générosités.

De nos jours, l’ingratitude est devenue cet abominable fléau, cette maladie qui prend de l’ampleur et se propage un peu partout comme une trainée de poudre.

Jadis, la majorité des personnes était quant même dotée d’une conduite raisonnable et affectueuse envers eux–mêmes et envers autrui parce que ce défaut, cette anomalie n’était pas tellement trop répandue.

Ce fléau existait peut être à cause de la mise en place de cette nouvelle forme de vie effrénée ? Qui n’était pas vraiment programmée ni d’ailleurs planifiée. Elle était la source d’une émanation spontanée, due surtout à la dissolution du bloc Soviétique suivie par les révoltes des peuples à travers le monde, comme par exemple l’Allemagne socialiste, la Roumanie, l’Albanie etc…

Était-ce, peut être aussi à cause de cette décennie noire ? Qui elle aussi, avait apporté son lot d’horreurs entre déchirement et dislocation des familles. Des familles entières furent déracinées, massacrées voire mutilées. Pendant cette période, le peuple Algérien avait vécu une véritable tragédie qui a bouleversé ses traditions, ses coutumes et même ses tabous.

La société, de par sa grande configuration et ses multiples rapprochements, s’est presque désarticulée et s’est même disloquée, le chavirage était presque réussi.

Était-ce peut être également à cause du non respect du serment de nos martyrs et la promesse non tenue par nos combattants restés encore vivants lorsque notre souveraineté nous fut rendue ? C’est à dire durant et surtout depuis l’indépendance du pays ?

Nous étions, donc, dans une situation compliquée et nous ne comprenions pas vraiment ce qui nous arrivait ? Peut être, Fallait-il voir et entendre, tous ces cris et tout ce désordre de l’extérieur pour mieux comprendre et interpréter la situation ?

Bref, on était comme ces personnes qui subissaient en silence ce qui nous arrivait, ce qui nous venait de loin, notre seule source d’informations était ce tube cathodique qui, de temps en temps, nous faisait dérouler et nous faisait découvrir ainsi la réalité du show.

Très vite, nous avons oublié ce type de questions qui déferlaient dans nos têtes parce que la réalité du terrain nous obligea à faire face. Il y’avait d’autres priorités importantes qui commençaient à se greffer de manière un peu trop rapide, dans notre vie quotidienne. C’étaient ces véritables changements brusques comme la disparition de la pudeur et celle du respect, l’apparition de cette nouvelle forme de vie de mesquinerie etc…

D’ailleurs, c’était devenu une aubaine pour les responsables de l’époque, qui n’avaient pas auparavant la possibilité de mettre en place et d’appliquer « leurs propres » réformes, tant attendues et tant souhaitées, pouvant bousculer la société de cette manière.

La démocratisation du pays avait subitement transformé notre société de façon très rapide et aventureuse, elle était imposée de manière trop brutale et peu réfléchie, de peur de voir ce rêve, tant bien aimé, s’évaporer. C’était surtout cette peur qui déclencha, à l’époque, cette manie d’aller très vite vers l’avant, toujours vers l’avant sans pour autant s’attarder, quelques instants, pour réajuster et / ou apporter les corrections nécessaires et appropriées.

Cette hâte, et cette course déchaînée devraient un jour nous permettre d’évaluer, de constater les erreurs et les dégâts occasionnés sur l’homme d’abord ensuite sur les institutions. A cause de cette ouverture inexpliquée.

Tous ces agissements et l’ensemble des leviers actionnés ont poussé les personnes dans une hystérie incompréhensible et inconcevable.

Heureusement pas tous mais quant même. Elle avait touché les ¾ du pays. Cette confusion générale avait permis également des débordements et des exactions que certains n’ont pas pu suivre, ni mesurer l’ampleur.

Alors, ils ont versé dans l’ingratitude, c’est à dire s’accrocher à la vie pour s’enrichir par n’importe quel moyen légal ou non.

Cette manie, avait facilité des comportements jusque là interdits ou pas du tout acceptés par notre culture, par notre vertu et par notre conscience ou tout simplement par notre « rogela ». L’échine à force de se plier avait pris un sérieux coup de revers.

Le doute et l’incertitude, avaient contribué, à faire émerger ces lots de complications, de maux, des dérives qui procréèrent des situations difficiles et incontrôlables. Et, parmi ces innombrables dysfonctionnements, on enregistre, au passage, l’apparition et la multiplication des fléaux nouveaux dans le pays qui sont par exemple : l’ingratitude, le vol, le kidnapping, les mœurs, le banditisme, les dealers et l’arnaque.

Certes, c’est vrai que ces douleurs existaient déjà par le passé néanmoins pas de cette ampleur. On aurait souhaité que cette ouverture apporte ce dont nous avions vraiment besoin et améliore ce qui existait déjà.

Les pays voisins, encore fermés à la démocratie, étaient inquiets et voyaient d’un mauvais œil ces changements et ces précipitations dans notre pays. Non seulement ils n’y croyaient point à cette démocratie du diable qui venait se greffer à notre continent mais aussi de peur de la voir s’approcher davantage comme la lèpre pour s’établir dans leur pays.

Dans ce désordre général voulu et prémédité ou bien spontané ! La plus part des personnes sont devenues, malgré elles, mesquines, peu orthodoxes et non honnêtes, d’où cette maladie qui est l’ingratitude avait pris ses racines et ses formes.

La mutation de la société peut être bénéfique comme elle peut aussi enfanter beaucoup de souffrances et de douleurs en arrivant également à détruire toutes les bonnes intentions, telles que : l’amitié, l’amour, la bonne communication et surtout cette bonne conduite tant affectionnée par le passé.

Donc, ce cataclysme était dû globalement à cause de la perte de nos valeurs, de notre vertu, de notre identité et surtout de notre « rojela ». Cette manie de vouloir s’enrichir rapidement et l’ambition démesurée poussent davantage les personnes à faire beaucoup de calcul, de comploter et l’arnaque sera au centre de leurs préoccupations et deviendra leur arme fatale.

Habituellement les personnes qui endurent de l’ingratitude s’expriment peu. Peut être parce qu’elles ne comprennent pas ce qui leur arrive. Inconsciemment, elles ressentent le déséquilibre entre la position de celui qui a la faculté de marquer sa reconnaissance et le manque dont elles souffrent. Car le manque de reconnaissance se trouve être la chose la plus difficile à exprimer envers la personne qui pourrait le montrer.

La victime d’une ingratitude aspire à un signe, à un geste de la part de celui même qui avait provoqué le manque, aucun déplacement n’est possible. La victime rejette la pitié et ne demande qu’à être reconnue dans ce qu’elle avait fait pour l’autre. Ces situations durent longtemps car l’un s’abstient (l’ingrat) quand l’autre attend un signal, une marque de gratitude, d’attention qui n’arrive pas.

On peut aller plus loin, cette demande de reconnaissance parfois insatiable ne cacherait elle pas une demande d’amour réciproque ? A l’origine, n’y a-t-il pas quelque chose de cet ordre dans l’action de donner à l’autre ? Une manière de marquer le début d’un partage d’amour qui ne viendra pas. Car l’ingrat n’a pas choisi, il a été choisi, il prend donc ce qu’on lui donne sans états d’âme.

C’est dans ce sens aussi que la victime de l’ingratitude souffre. Le perdant est à coup sûr la personne qui souffre du manque de reconnaissance. Le pire dans cette histoire c’est que l’autre ne le sait pas et même s’il le sait, il feint l’indifférence. Apprendre à vouloir se détacher de celui à qui l’on avait donné en espérant que cela lui a été profitable. Réclamer son dû ne sert à rien, il n’apportera que rivalités et tristesses.

Notre Dieu a été victime, lui aussi, de pas mal d’ingratitude plus que n’importe quel mortel. Pour tout ce qu’il avait donné, et, en plus, gratuitement, à l’humanité toute entière (déjà notre organisme, nos organes, les bienfaits de la nature, l’eau, la nourriture, l’air, la santé, l’intelligence, la joie, l’amour etc…)

Depuis sa création et jusqu’à maintenant, Dieu a reçu très peu de prières et de remerciements, cependant Dieu continue de nous donner tout ce dont nous avions besoin, il donne aux croyants comme aux incroyants, parfois, il retire ces privilèges quand il doit corriger.

L’ingratitude comme l’hypocrisie peuvent, parfois, dans le cadre de non reconnaissance des bienfaisances d’autrui, finir pour devenir des maladies périlleuses, voire dangereuses que nous devrions justement les prendre sérieusement en charge.

Par DEGHRAR Djillali

Commentaires (19)

DeghrarDjilali (30/12/2013 )
  • 1. DeghrarDjilali (30/12/2013 ) | 05/07/2014
Prompt rétablissement à Med Djebbour après l'intervention qu'il avait subi. ns lui souhaitons une rapide guérison.djilali
keryma (27/12/2013)
  • 2. keryma (27/12/2013) | 04/07/2014
Bonsoir très cher l'ami Ferhaoui,

Je suis très contente d'être "entourée" de personnes aussi intelligentes, presque complètes (il parait que la perfection n'existe pas) qui savent tout faire: Parler, argumenter, plaisanter, faire rire dans un langage clair et objectif, et... des artistes peintres (suivez mon regard) qui vous donnent envie de faire un tour dans cet atelier magique qui doit certainement renfermer des tableaux de très grande beauté...

Il est vrai que Khouya Amar dans ses expressions, qu'il disperse ici et là, puis les ramasse d'un coup dans un tourbillon de phrases, les pose dans une moralité sensée et très subtile.
Allah yatikoum essaha kamline,
Grande amitié,
Kéryma,
ferhaoui (27/12/2013)
  • 3. ferhaoui (27/12/2013) | 04/07/2014
bonjour ma chère...ma très chère kéryma!, notre ami khouya kada est intarissable. malgré son état de fatigue du a son coeur o! combien frag....,il n'arrete pas de dévisager la galerie de portraits exposés de la société a ce propos "la mode de faire le portrait de soi-meme est le plus grand service qu'on ait rendu de nos jours à l' amour-propre." rien a dire oui! que notre ami kada ( dit la bruyère) que son optimisme lui permettra de faire confiance à son étoile pour l'année 20014. lorsque khoua kada parle avec son coeur on l 'écoutera attentivement. au reste juste pour khouya kada de nouveau, me vient à la pensée ce dicton de chez nous: " wal hadih, qiyas!! et le propos est à l'xacte mesure de l'intention!" l'ami ferhaoui, oran.
keryma (27/12/2013)
  • 4. keryma (27/12/2013) | 04/07/2014
Bonjour Khouya Amar,

Je ne cesserai de répéter que j'aime beaucoup lire tes écrits, je les savoure parce qu'ils donnent 3aqlya.
Je te suis très reconnaissante déjà de m'avoir ouvert les yeux sur pas mal de points même personnels, il ne serait pas nécessaire de les énumérer tous, mais je les ai rangés dans un coin de mon cerveau pour les appliquer très rapidement en temps et lieux.

Entre autres:

Il faut toujours être vigilant: "regarde avant de sauter" (this must be funny) "qiss qbel mat'ghiss"

Pour le choix:"qui veut choisir souvent prend le pire", je suis persuadée que tu le connais en Arabe celui-là!

Quant à l'erreur j'ai trouvé ceci: "Se tromper est humain, persister dans son erreur est diabolique".

Enfin toujours est-il que c'est tellement utile et bénéfique de trouver mieux que soit! Bien sûr pour des intentions correctes et positives dans la vie.

Quant à la blague, elle est très drôle, la réconciliation doit se faire rapidement après la dispute, sinon bonjour les dégâts.
A mon avis l'épouse possède le plus lourd poids de concessions à faire, l'homme est un éternel enfant....Un bon petit plat et il te refile tout son pognon. non? C'est vrai??? (rires)
Je te souhaite également une très heureuse fin d'année et que l'an neuf 2014 soit le commencement de toute une suite d'autres années où Allah te concédera à toi et à toute ta sainte famille, santé, joies, et bonheur et prospérité

Avec toute mon amitié,
Kéryma,
Messaoud (27/12/2013)
  • 5. Messaoud (27/12/2013) | 04/07/2014
Bonjour Messaoud,

Dès que j’ai vu et entendu à la télévision cette déclaration de notre Président, François Hollande, je vous avoue avoir été, dans un premier temps, atterrée avant d’être totalement révoltée comme l’ont été la plupart des Algériens et ce, à juste titre.

Au fond de moi, ma première réflexion (très puérile je vous l’accorde …) avait été de me dire que je ferais bien d’envoyer à François Hollande la revue française dans laquelle est récemment paru l’article que j’ai écrit à la suite de mon retour en Algérie en mai dernier après cinquante et un ans d’absence et qui va totalement à l’encontre de sa déclaration puisque mon article prouve, si besoin était, non seulement l’hospitalité légendaire algérienne mais également la générosité, l’authenticité et la grandeur d’âme du peuple algérien.

Née en Algérie en 1947 (sous la « colonisation » française) et ayant quitté ce pays cher à mon cœur en 1962, je n’ai pas été seulement « bien » accueillie mais accueillie au-delà des espérances que pouvait avoir une française dont les ancêtres avaient « colonisé » l’Algérie pendant cent trente deux ans et qui avait vu, de ses propres yeux et ce, pendant les huit années de guerre, les injustices révoltantes (sans parler de la torture) dont le peuple algérien avait été victime.

Tout ceci m’amène à dire que je suis personnellement scandalisée qu’un Président de la République Française puisse être amené à faire ce genre de déclaration, même sur le ton de la plaisanterie, car elle ne pouvait que susciter des réactions de colère (à commencer par la mienne et, a fortiori, celle des algériens). Même si ce passé « colonial » est révolu, il n’en est pas moins vrai que les « cicatrices » sont toujours là et que, parfois, certaines plaies mal cicatrisées peuvent encore réveiller des souffrances et provoquer des réactions de révolte que l’on peut comprendre.

Ceci dit, je m’apprêtais à envoyer ce commentaire lorsque j’ai lu celui de « Azzouz » qui laisse à penser que la « plaisanterie » (que je juge indécente) de François Hollande n’était pas dirigée envers l’Algérie mais vis-à-vis de son Premier Ministre, Jean-Marc AYRAULT et son Ministre de l’Intérieur, Manuel VALLS. J’avoue que si cette version était confirmée, elle serait plus « acceptable » même si, je me demande encore comment un Chef d’Etat peut commettre une telle « bourde » et ce, en présence du Crif représentant les Institutions juives de France !
Ouah Ya Khouya Kada (27/12/2013)
  • 6. Ouah Ya Khouya Kada (27/12/2013) | 04/07/2014
Bonjour la famille

Avec mes meilleurs voeux pour l'année 2014.

Un prompt rétablissement aux malades et je pense à mon cousin et ami Mahfoud Riou.

Un coucou à mes amis de là-bas, Farida, Chantal, Madani, Louisa,Farah, Keryma, As is, Daoudi, Lounici, Zerizef, Chengab qui a disparu,Cherchali, Benguerine, Zouaoui.

Ouah Ya Khouya Kada, not a fool who still likes to dream and believe.
Kada, but a fool who just wants to have a simple and happy life.

" L'optimiste est un imbécile heureux et le pessimiste un imbécile malheureux "

Ouah Ya Khouya Kada, pour autant que je sache, nous vivons dans une société démocratique où on a tous la liberté de choisir notre façon de vivre pleinement chaque jour .
Kada, et pourtant, je vois souvent des personnes qui limitent leur liberté de choisir .

Ouah Ya Khouya Kada, l’ingratitude la plus odieuse, mais la plus commune et la plus ancienne, est celle des enfants envers leurs parents.
Et aussi faut il faire des enfants quand on est vieux, parce qu’on ne les emmerdera pas longtemps.

Ouah Ya Khouya Kada, l’âge ingrat, c’est de la naissance à la mort.
Kada, et qui a dit : « faire la même chose encore et encore et espérer des résultats différents ».
Et si vous ne changez rien, votre vie ne s’améliorera pas.
Et ils se demandent pourquoi les choses ne changent pas.

Ouah Ya Khouya Kada, utiliser les leçons du passé pour vivre une vie plus épanouissante aujourd’hui !
Kada, et commencer par balayer devant chez soi dès aujourd’hui !
Et le remède et vous l’aurez deviné c’est l’action.

Ouah Ya Khouya Kada, il est certain qui si nous donnons trop, on ne recevra pas assez.
Kada, en utilisant les leçons du passé pour vivre une vie plus épanouissante aujourd’hui !
On se considère comme des gens « normaux » et personne ne souhaite qu’on pense le contraire.
Et pourtant, tous ces gens qui espèrent une vie meilleure sans jamais rien changer de leur petite vie sont ils des gens « normaux » ?
L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, c'est une connerie. Prenez les éboueurs...

Ouah Ya Khouya Kada, à l’école, la réussite dépendait de notre faculté à donner les bonnes réponses.
Kada, et maintenant que nous avons plus d’expérience, face à un problème extrêmement complexe, la réussite peut être tout simplement de trouver la bonne approche, se poser la bonne question. Même si la solution n’apparait pas tout de suite.
Et il faut tout d’abord à apprendre à se connaître soi-même.

Ouah Ya Khouya Kada, on ne peut suspendre le temps pour y accrocher les fleurs d'espérance
Kada, mais on peut le noyer dans le bonheur d'une nouvelle renaissance
Et si vous ne changez rien, votre vie ne s’améliorera pas.

Ouah Ya Khouya Kada, utiliser les leçons du passé pour vivre une vie plus épanouissante aujourd’hui !
Kada, et commencer par balayer devant chez soi dès aujourd’hui !
Et savourer chaque instant d’aujourd’hui comme un pont entre le passé glorieux et l’avenir !
Lequel de ces choix n’avez-vous pas fait vous-même ?
- Le choix de votre carrière, de vos amis, de l’endroit où vous habitez, de vos loisirs,

Ouah Ya Khouya Kada, des changements qui pourraient rendre notre vie meilleure !
Kada, et la meilleure façon de réaliser ses rêves : est de se réveiller et de commencer d’abord par s’aimer pour de vrai sans aucune pensée négative.

Ouah Ya Khouya Kada, ces tics gestuels qui trahissent notre pensée, notre façon d’être.
Chacun de nos mouvements conscients est parasité par des gestes inconscients, exécutés à notre insu et qui en disent long sur nous.
Il y a trois sortes de gens : ceux qui peuvent être heureux et ne le sont pas, ceux qui cherchent le bonheur sans le trouver et nous.

Tout futur dépend de nos rêves et ne perdons pas de temps allons nous coucher, ce sera au moins cela de gagner.

Suite à une dispute, un couple ne se parle plus. Aucun ne veut rompre le silence. Soudain le mari se souvient qu'il doit se lever à 5h00 du matin pour prendre l'avion en vue d'un rendez-vous d'affaires important.

Il prend un bout de papier et écrit :
- Réveille-moi à 5h00, je dois prendre l'avion.

Il le place bien en vue. Le lendemain, il se réveille à 9h... Furieux, il se lève et aperçoit un papier sur sa table de nuit sur lequel il lit :
- Il est 5h, lève-toi.

Sebhane Allah Ya Eletife Enta Li Ta3elame
azzouz (27/12/2013)
  • 7. azzouz (27/12/2013) | 04/07/2014
hollande parlait des relations entre ayraud et valls qui ne se supportent pas et qui etaient ensemble en Algerie, l'un, le second qui veut absolument le poste du premier, il n y avait aucune allusion à l Algerie, on a tous pas du tout compris , moi, y compris la signification au départ, je suis Algerienne et je l'ai mal pris comme vous, il suffit d observer valls pour le croire
keryma (27/12/2013)
  • 8. keryma (27/12/2013) | 04/07/2014
Bonjour Messaoud,

Quelle bonne nouvelle que voilà, tu m'en vois ravie!
Moi qui hésitais, alors au prochain printemps inchAllah.

Bof, ce Monsieur a voulu amuser la galerie, et les réactions ont fusé, je ne sais pas d'ailleurs si cette expression ne lui provoquera pas une éruption cutanée à chaque fois qui la prononcera désormais.

Enfin je te souhaite d'être sain et sauf tout le temps, ainsi que tous mes ami(es).

Amitiés de toujours,
Kéryma,

NB: merci Noria d'avoir changé la police du texte je la trouve plus aérée
Messaoud (26/12/2013)
  • 9. Messaoud (26/12/2013) | 04/07/2014
Bonjour la famille

La bonne nouvelle, Keryma, Chantal, Mourad.

On peut enfin séjourner en Algérie et revenir en France sain et sauf.

Pauvre François il n’est surement là que pour faire illusion.

Et deux cons qui se suivent le deuxième se met à l’indéfini.

Et bientôt ce ne sera plus une greffe du foie mais une greffe de la foi.

Un Président reste un homme et il n'y a vraiment pas de quoi fouetter un chat !

Et le miroir ferait bien de réfléchir avant de renvoyer les images.
Chantal (25/12/2013)
  • 10. Chantal (25/12/2013) | 04/07/2014
Je ne serai pas seule Djillali. J’ai dans le cœur tout l’amour de mes enfants et petits-enfants. De plus, depuis mon retour d’Algérie en mai dernier et, grâce à ce site, je suis en contact permanent avec une grande famille ! L’algérienne de cœur que je suis (même si mon passeport est français ! lol !) est très sensible aux nombreux messages qu’elle reçoit très régulièrement de ses soeurs et frères algériens. Tous autant que vous êtes avez donné à la grand-mère que je suis une seconde jeunesse ! Certains vont faire des cures en thalassothérapie ou dans des pays très lointains pour cela. Moi, il me suffira de retourner en Algérie très régulièrement ! C’est beaucoup moins coûteux et beaucoup plus efficace ! lol !
fazin (25/12/2013 )
  • 11. fazin (25/12/2013 ) | 04/07/2014
Bonsoir à tous et à toutes

L'ingratitude est un grand mal et peut etre consideree comme un vice des personnes ayant une ame basse et mesquine .Il y a toutes sortes d'ingratitude : celle des enfants envers leurs parents et elle est condamnable car odieuse , celle de l'eleve envers son professeur ,celle du serviteur envers son createur bien que ce dernier n'attende aucune remuneration en retour ,celle envers les proches etc Il faut bien se mettre en tete que si on a secouru ou aide une personne ,il ne faut pas s'attendre à en etre remercie ou glorifie ,car c'est un acte benevole et la recompense ,on l'aura dans l'au delà .N'attendre rien en retour est ce qu'il y a de mieux ,comme le dit si bien Christine de Suede :""attendre la reconnaissance d'un bienfait ,c'est meriter l'ingratitude !!""
DeghrarDjilali (25/12/2013 )
  • 12. DeghrarDjilali (25/12/2013 ) | 04/07/2014
Chantal, bonsoir

vous aviez dit que étiez seule et vous allez passer la fête seule à cause de l'éloignement géographique.comme nous vous connaissons à travers les commentaires sur le site , nous saurons pertinemment que vous aller passer cet écueil avec abnégation et avec un e force de caractère très forte.les anciens lycéennes et les lycéens sont là justement pour combler cette lacune inatendue.bonne fête et bon courage.djilali
Chantal (25/12/2013)
  • 13. Chantal (25/12/2013) | 04/07/2014
Bonjour Kéryma,

Ma fille et mes petits-enfants sont loin de moi (géographiquement). Quant à mon fils, il est encore plus loin puisqu’il est en Chine … Donc, pas de réunion familiale pour ces fêtes de fin d’année. Mais, l’éloignement géographique ne signifie pas pour autant éloignement affectif. Même lorsqu’ils sont loin de moi, mes enfants et petits-enfants savent tout l’amour que j’ai pour eux et vice versa. C’est ce qui nous rend fort, même dans l’adversité. Ma nature « heureuse » fait le reste … Ainsi que le disait André Gide : « Ne peut rien pour le bonheur d’autrui celui qui ne peut être heureux lui-même ». Et quand on est, comme moi, spécialiste en gestion du stress, cela s’impose … lol ! Bises.
ZOUAOUI mourad (25/12/2013)
  • 14. ZOUAOUI mourad (25/12/2013) | 04/07/2014
BONJOUR LA FAMILLE,
L INGRATITUDE EST UN VICE OPPOSE A LA RECONNAISSANCE
DES BIENFAITS .
DANS NOTRE PAYS,ELLE A FAIT DES RAVAGES
EN DESARTICULANT COMPLETEMENT NOTRE SOCIETE JUSQU A
DEVENIR UN CRIME ABJECT ET ODIEUX CAR MOTIVE PAR
L EGOISME,L ORGUEIL ,LA MEDIOCRITE ET LA STUPIDITE....
UN CHANGEMENT URGENT S AVERE PLUS QUE NECESSAIRE.
MOURAD Z.
ZOUAOUI mourad (25/12/2013)
  • 15. ZOUAOUI mourad (25/12/2013) | 04/07/2014
BONJOUR PALENZUELA,
PAUL SERGE ET RAYMONDE,
JE VOUS REMERCIE INFINIMENT POUR LES VOEUX QUE VOUS AVEZ DAIGNE EXPRIMER AUX INTERNAUTES DE NOTRE SITE,
ET VOUS EXPRIME LA BIENVENUE PARMI NOUS...
AUSSI, JE VOUS SOUHAITE, A MON TOUR, BEAUCOUP DE BONHEUR, DE SANTE ET DE REUSSITE DANS VOS DIFFERENTS
PROJETS A L OCCASION DES FETES DE FIN D ANNEE.....
AMICALEMENT . MOURAD ZOUAOUI
keryma (25/12/2013)
  • 16. keryma (25/12/2013) | 04/07/2014
Chantal,
Mais de rien !

J'espère que le Père Noël t'a bien gâtée ainsi que toute ta sainte famille,
as-tu passé un bon réveillon?

Il faut dire que croyants ou pas toutes ces fêtes religieuses existent pour réunir les familles, les amis et même appellent à la réconciliation parfois, et autour d'un bon repas c'est encore mieux!
Je ne fête pas Noël d'une manière solennelle, mais j'aime l'esprit de fête qui en émane, s'échanger des cadeaux pourquoi pas, c'est un moment de joie et de partage... mais il faut dire que nous croyons, nous musulmans en Jésus (Aïssa) et en Moïse (Moussa) et nous reconnaissons ces 2 religions avec respect et déférence.
Encore une fois je ne donne que ma humble définition des choses, mais mes amis du site sont plus à même d'expliquer d'une manière érudite que la mienne.
je te souhaite un très bon début d'après-midi,
Bises,
Kéryma,
keryma (25/12/2013)
  • 17. keryma (25/12/2013) | 04/07/2014
Bonjour Djilali,
Je te suis très reconnaissante car j'apprends beaucoup de choses à travers toutes tes publications, et je te dis MERCI.

L'ingrat est le méchant, le vilain, c'est celui qui fait le plus grand mal!
Celui qui presse l'orange et jette l'écorce, mon dieu que dire de l'ingrat! Un proverbe Persan dit:
Le coeur de l'ingrat (donc celui du méchant aussi), est semblable à un désert qui boit avidement la pluie du ciel, l'engloutit et ne produit rien.

Être ingrat n'est pas seulement la non reconnaissance du bien que l'on nous a fait, mais c'est surtout et cruellement ne jamais croire à la bonté de l'autre...

En amour il faudra lire "Charlotte Brontë's Ungrateful Rat",

En Islam: "L'histoire d'un aveugle, d'un chauve et d'un aveugle chez les fils d'Israël"

Et puis dans la vie: Une personne ingrate ne peut vivre avec les autres, se noie dans sa solitude, car comme on dit celui qui sait remercier n'est jamais seul! L'ingrat n'a pas assez reçu bien que l'on lui ait donné un tant soit peu, ou beaucoup, et c'est l'amertume qui l'envahi.

"Qu'Allah nous préserve de ce mal, ameen"

Avec une gratitude immense,
votre amie à tous,
Kéryma, (L'Amiye)
DeghrarDjilali (24/12/2013 )
  • 18. DeghrarDjilali (24/12/2013 ) | 04/07/2014
Mr.Alounici

Bonjour comment allez vous ? Abdallah Mokeddem veut avoir ton e-mail pour te contacter.je lui ai déjà envoyé mais je ne sais pas s'il l'a eu. merci et bonne année.
DeghrarDjilali (24/12/2013 )
  • 19. DeghrarDjilali (24/12/2013 ) | 04/07/2014
Tout d'abord bonjour ou bonsoir

Une bonne fête de fin d'année, je souhaite à l'ensemble des anciens élèves de Mustapha Ferroukhi et surtout sans oublier nos chères Abdounettes une année 2014 pleine de succès, de bonheur, de réussite et surtout d'amour.Djilali qui vous embrasse tous.Merci

Ajouter un commentaire