3 35

La martyre de Tagdempt

41cg5gvfval

 MARIE-CLAIRE BOYET
LA MARTYRE DE TAGDEMPT
par Amar Belkhodja
(Editions ANEP)

Amar BELKHODJA, ancien journaliste à El Moudjahid, a publié ce livre, à compte d'auteur, afin de rendre hommage à Marie-Claire BOYET et son époux, Yves BADAROUX, couple qui fut assassiné dans sa ferme le 15 octobre 1957 à Tagdempt pendant la guerre d'Algérie.

Alors que Louis BOYET père était parti à Alger avec son petit-fils, Marie-Claire et son mari furent abattus froidement par trois soldats français qui ne comprenaient tout simplement pas que des français d'Algérie puissent prendre fait et cause pour des algériens. En effet, Marie-Claire et son mari n'hésitaient pas à dire qu'ils étaient avant tout « Algériens » et donc n'appartenaient pas à la France. Il faut rappeler que pendant cette guerre d'indépendance, certains français ont défendu avec force la cause algérienne. Même si ce ne fut pas le cas de la majorité d'entre eux, ce fut le cas de la famille BOYET.

Selon un témoignage de Mustapha BELARDI, c'est son amour pour l'Algérie qui a coûté la vie à Marie-Claire qui était une femme aimée par toute la population arabe de la région. Elle participa, dès sa plus tendre enfance, aux cérémonies et fêtes locales et parlait l'arabe très couramment. Mustapha BELARDI précise dans son témoignage : « Une femme exemplaire, charmante et vertueuse. Marie-Claire était un ange. Que Dieu lui accorde sa miséricorde. Elle nous aimait tant, nous l'aimions fort ».

Lorsque la presse titrera dans ses colonnes cet assassinat, elle n'hésitera pas à accuser l'ALN (Armée de Libération Nationale) de ce meurtre ! Pourtant, les français comme les algériens ne seront pas dupes et découvriront que c'étaient bien des soldats de l'armée française et non de l'ALN qui en étaient responsables.

Le procès des trois meurtriers eut lieu en 1958. La veille du procès, l'armée coloniale « inventera » un motif pour inculper Louis BOYET afin qu'il ne puisse pas assister au procès des assassins de sa fille et de son gendre. On ne saurait dire quel en fut le verdict ; ce qui est certain, c'est que les autorités militaires auront utilisé tous les moyens possibles pour « blanchir » les meurtriers.

Après l'indépendance, Louis BOYET, que certains colons français appelaient avec mépris « l'arabe », optera pour la nationalité algérienne et deviendra, entre autres, Membre du premier Parlement algérien. Il s'éteindra en 1968.

C'est en 1984 que des recherches historiques seront effectuées sur ce procès afin de rétablir la vérité. Trois années plus tard, ces recherches permettront la découverte de documents concernant les auditions des meurtriers passés aux aveux le lendemain même du meurtre. Certains de ces documents sont joints dans ce livre, dans leur intégralité.

En hommage à Marie-Claire qui mettait ses propres fleurs en bouquets pour les vendre ensuite sur le marché, Amar BELKODJA a écrit, en octobre 1989, un très joli poème intitulé « Une pensée à Marie-Claire » que je reproduis ci-après dans son intégralité :

« Belle Marie-Claire, tu opposas des fleurs aux armes
Belle Marie-Claire, tu n'aimais pas le bruit des bottes
Et tu as dit non à la guerre
Et quand les balles fauchèrent ton corps
Nous avions eu mal au coeur
Notre âme a frémi
Et de nos yeux des larmes se mêlèrent à ton sang
Parce que toi Marie-Claire, tu avais accepté de mêler ta colère à nos souffrances
La colère d'une femme amoureuse de la vie, de ses fleurs, de la paix et de la liberté,
Aujourd'hui, belle Marie-Claire,
Accepte notre hommage et nos fleurs.
Nous sommes venus fleurir ta tombe
Pour perpétuer le souvenir d'une jeune femme
Dont le nom est gravé sur la glorieuse épitaphe de
Yamina Aït-Amrane, Malika Hamdani, Fatima Naïmi, Hassiba Ben Bouali ... ».

Par Chantal VINCENT

Commentaires (5)

kéryma
  • 1. kéryma | 25/11/2014

Bonjour à toutes & à tous,

Je vous souhaite une très bonne journée,

"la conscience d'avoir bien agi est une récompense en soi" (Sénèque)
Disons que c'est la citation du jour

Bon courage à ceux qui travaillent, et même à ceux qui bricolent.

Votre amie de tous les temps,
Kéryma,

Miliani2Keur
  • 2. Miliani2Keur | 24/11/2014

Chantal

Merci pour cette pensée forte pour tous ceux et celles qui ont pris position pour la nation des Justes : les Boyer, Maurice Audin, Frantz Fanon, Farnand Iveton, Francis Jeanson, Pierre et Claudine Chaulet qui s'étaient fait Naturaliser Algériens et Mort en Algérie (Pierre Chaulet Horripilait d'étre considére comme européen).

Chantal

Bonjour Mourad,

Je ne connaissais pas la famille BOYET avant de lire ce livre qui m'a été offert en Algérie lors de mon séjour en septembre dernier.

A la lecture de celui-ci, je me suis revue bien des années en arrière lorsque petite fille, j'entendais les avis opposés de certains français concernant les algériens. Si, à cette époque-là, les enfants n'avaient pas « voix au chapitre », certains propos et comportements m'ont néanmoins tellement marquée que, très tôt, j'avais décidé de la position qui serait la mienne en ce qui concerne le colonialisme. Les nombreux livres que je lirai après mon arrivée en France en 1962 ne feront que me conforter dans les idées qui avaient germé dans la tête d'une petite fille qui n'avait que sept ans lorsque la guerre d'Algérie débuta. Cette guerre pour laquelle on a utilisé un euphémisme pendant des années en évoquant « les événements d'Algérie » ...

Je ne remercierai jamais assez ce site et Noria, en particulier, de m'avoir permis de retrouver l'Algérie plus de cinquante ans après ...

Mon départ en 1962, tout comme mon premier retour en 2013 font partie des événements majeures de mon existence.

Bonne journée.

ZOUMA
  • 4. ZOUMA | 23/11/2014

BONSOIR,
je rends hommage à MARIE-CLAIRE BOYET Martyre, comme tous les Martyrs Français qui sont morts pour l'indépendance de l’Algérie, tout en rappelant à tous les Algériens qui ont été victimes de cette barbarie, qu' ils ne sont pas les seules victimes de cette guerre. Par exemple, l'arrestation de Maurice AUDIN a sans doute été précipitée par un renseignement livré sous la torture. On ne peut pas condamner quand même un homme qui, dans les conditions où il s est trouvé ne s'est pas conduit en héros suprême et a craqué. Je souhaite très ardemment que les Algériens qui ont souffert très profondément dans leurs chairs se retrouvent avec les Français qui ont également beaucoup souffert psychologiquement, souvent aussi dans leur chair, pour mener ensemble ce même combat de condamnation de ces crimes contre l'humanité commis au nom de la raison d’État, au nom de la France.
amicalement.
mourad

ZOUMA
  • 5. ZOUMA | 23/11/2014

Bonjour CHANTAL,
Ce que vous écrivez CHANTAL à titre de rappel dans ces moments de
commémoration du 60 eme anniversaire du déclenchement de la
revolution de Novembre 54 est trés important à plus d un titre...
Car le combat anticolonialiste a concerné aussi beaucoup de
Françaises et de Français ,en solidarité avec le peuple Algerien...
Des centaines de milliers d appelés,des ouvriers,des intellectuels,des
avocats ,des étudiants ont contesté vivement durant cette époque
coloniale ,le chauvinisme,le racisme et la guerre coloniale.
Ce qui est aujourdhui positif c est l ouverture du débat dans la societé
Française elle-meme sur cette douloureuse période qui nous rappelle
la violence,l oppression,la dépossession,l exploitation,le pillage de la
France coloniale et ce,aprés plus de 50 ans d omerta.
Ce qui est inadmissible c est qu en revanche,rien n a été fait en
Algerie à ce sujet ,pour contribuer à la transmission de la mémoire
anticoloniale pour les jeunes générations.....
De toute façon ,BRAVO Chantal ,pour ce rappel de cette valeureuse
militante éprise de liberté qui a contribué dignement à la guerre de libération......
A titre de rappel, il y a eu beaucoup de résistants qui ont soutenu
le F.L.N et le peuple Algerien durant cette tragique et douloureuse
période comme :
MICHEL KELLE,GERMAINE TILLON, ALFRED BERENGUER, PIERRE CLAVERIE, ANDRE MANDOUZE , CHARLES KOENIG et beaucoup
d autres ......
amicalement,
mourad
nationale

Ajouter un commentaire