S 5Retour dans mes Souvenirs

                               De Bab-El-Oued @ Miliana

Tristes retrouvailles

Par Yasmine Drici

Df 1

  Dans une petite ville d’Algérie, *Miliana* est né un petit garçon nommé Ahmed en 1944 au sein d’une famille modeste et soudée malgré les temps difficiles à cette époque-là. Deux ans après, est né un deuxième enfant, une fille Fatma-Zohra suivie d’une troisième Fatiha. Mais le malheur a frappé en plein fouet cette famille paisible. Un beau matin, en se réveillant, la maman découvrit le corps inerte de sa petite dernière étouffée par un chat. Ce fut un choc terrible qu’elle dût surmonter pour préserver ses deux autres enfants, mais comme un malheur n’arrive jamais seul, un an après, la grande Fatma-Zohra, tomba très malade. N’ayant pas de médecin, à proximité, ni d’hôpital, la maman dû utiliser des moyens basiques tel que des plantes médicinales dites efficaces, pour la soulager, mais la petite ne pu surmonter cette maladie et elle mourut quelques temps après. Très affectée par le décès du deuxième enfant, la maman fit une dépression qui la mena à quitter le foyer conjugal laissant le petit Ahmed seul. Le soir en rentrant très fatigué du travail, le père fut mis au courant de la disparition de sa femme et courut à sa recherche avec voisins et proches mais en vain. Le papa ne pouvant assumer seul l’éducation du petit Ahmed, il le confia à sa tante maternelle qui l’éleva comme son propre fils lui donnant la meilleure éducation. Ainsi il surmonta les difficultés de la vie, il se maria à l’âge de vingt-huit ans à Alger et pût ainsi fonder sa propre famille; il eut six enfants qu’il éleva avec amour et dévouement. Mais voila que dix-huit ans après, une cousine de Miliana, l’appela un beau matin l’informant qu’elle aperçut une vieille dame ressemblant étrangement à sa mère et qu’elle amena chez elle. Ahmed sous le choc, ne put rien dire et la rejoignit aussitôt avec tout empressement. Ainsi, arrivé chez sa cousine, où se trouvait la vieille dame, il découvrit le visage frappé par le malheur et la tristesse de sa mère. Il la serra fort dans ses bras et ne voulant la quitter, il resta deux jours avec elle. Ainsi elle lui raconta tous les évènements passés depuis leur séparation. Il la ramena ensuite chez lui où elle vécut avec lui et sa petite famille avant de mourir dans ses bras quatre ans plus tard.

Commentaires (5)

ferhaoui
  • 1. ferhaoui | 16/03/2015
bonjour tout le monde très , très beau récit... vous avez raison tous. et ce passage de la fureur à la résignation m'a paru très habilement ménagé en tout cas j'ai eu la chair d p..et des frissons l'ami ferhaoui ,oran
Meskellil
  • 2. Meskellil | 16/03/2015
"La réalité d'autrui ne peut résider en ce qu'il te révèle. Ainsi, si tu parviens à le comprendre, n'écoute pas ce qu'il dit, mais écoute plutôt ce qu'il ne dit pas."

"Une perle est un temple bâti par la douleur autour d'un grain de sable. Quelle nostalgie bâtit nos corps et autour de quels grains?"

Merci Yasmine pour cette expression qui n'est qu'Amour, Bonté, Générosité
Miliani2Keur
  • 3. Miliani2Keur | 15/03/2015
Yasmine Drici je devine que tu nous partage une partie de ton âme !
une famille pure de toute corruption !
Chantal
Si cette histoire familiale est vraiment tragique, on y sent également beaucoup, beaucoup d'amour.

Merci à Yasmine de nous l'avoir fait partager.

Bonne soirée à tous.
bou kad
  • 5. bou kad | 15/03/2015
histoire émouvante
et trés sensible
c'est humain , c'est l'Islam
bravooo

Ajouter un commentaire