S 5Retour dans mes Souvenirs

                               De Bab-El-Oued @ Miliana

Communion & Ferveur d'un Temps (1)

Par Med MIDJOU

4 25

Quand Miliana respirait l'unité, la fraternité, l'amour de la patrie, la Clémence, entre Administrateur et Administré, point de fossé, il y régnait un espoir de vivre d'où l'immense joie d'une foule de tous les bords, toute disposée à fêter en partage tous les évènements marquants de la commune, sportifs, politiques, culturels, il y avait à chaque occasion une présence d'une masse enthousiaste. Quelques clichés des années soixante pour raviver la mémoire des anciens acteurs dont la relève d'aujourd'hui en tire fierté de ses ainés et de ne point rougir d'un glorieux passé, une référence à défendre jalousement. Beaucoup se reconnaitront, ayons une pieuse pensée à tous ceux qui gisent dans l'au- delà (Binouche, Zagalo, Zigomar et les autres).

1 20

Commentaires (7)

assala
  • 1. assala | 04/04/2017
Il ne faut pas s attarder sur des banalites ni a vouloir les justifier . Je pense que cette dame semble avoir oublie l histoire de notre pays .La femme Algerienne venait juste de prouver sa presence determinante a la lutte pour la liberation de son pays . Ceci est une preuve formelle de sa presence sur le terrain bien avant l independance. Quand a son apparition qu parait exclue sur les deux photos , la dame ignore qu a l epoque , la gent feminine occupait les premiers rangs qui representent les places d honneur et n aimait pas se faire prendre en photo. Elle n aimait pas s exhiber car ce qui comptait pour elle c etait d agir pour la bonne cause.L emancipation se trouvait dans sa tete et dans son coeur et pas dans le Haik qu elle pronait avec fierte. IL n y avait pas de place aux prejuges contrairement au present. De nos jours , l individu se hisse sur le nid de pie en faisant la vigie afin d observer les autres et de guetter leur moindre mouvement.La femme Algerienne etait ferme dans ses decisions et clamait haut et fort son desir constent a prendre part a chaque mouvement actif .Cette femme baffouee de nos jours , etait a l epoque adulee de tous, meme d elle meme.
Amar AYADI
  • 2. Amar AYADI | 30/08/2012
Bonsoir
Mr Midjou je m'inscris en comité de défense.
Cela me rappelle le fameux Ernesto Che Gevara.........
depuis motus et bouche cousue

Pour Mme ou Melle Invitée, ce n'est pas grave.
Elle n'a fait qu'un simple constat : absence de la gente féminine.
Pour ma part je me demande pourquoi elle utilise un pseudonyme.

Je n'en dis pas plus et ce n'est qu'un simple constat.

Barke Ouine Rahoume El Fahlate qui nous ont fait rêver
dans les années 60.

Cordialement

Amar AYADI
benchaib larbi (abdelkader)
  • 3. benchaib larbi (abdelkader) | 29/08/2012
salam alikom , khoya Medjahed , tu mérites des éloges pour les 2 photos publiées . pour la gente féminine , en plus de l'emplacement qui lui ai réservé , ce qui exclut la défection de la femme d'alors . la remarque de madame l'invitée est pertinente c'est vrai , mais c'était sans compter qu'à l'époque il y avait EL HORMA ; demandez à vos mères et grands-mères elles vous répondent avec fierté : à l'époque la femme avait plus de considération qu'aujourd'hui . avec tous mes respects à la femme .
Med Midjou
  • 4. Med Midjou | 28/08/2012
Bsr et respects du soir à l'invitée. Ce sont des photos trésor recupérées à partir des archives dont je ne détiens pas d'exclusité encore moins d'etre un photographe. De plus et de mémoire milianaise, la gent féminine n'a jamais fait défection lors de pareils évènements et leur emplacement exact se situe sur le terre-plein jouxtant le commissariat où jeunes et moins jeunes et la majorité toutes voilées prenaient place très tot pour ne rien rater de cette ambiance en se melant avec leurs youyous à vous donner le tournis. si on persiste à nous bombarder de la sorte, et nous obliger à se justifier après chaque publication ns finirons par faire defection nous mêmes en l'absence d'un comité de défense, bien à vous Madame.
benchaib larbi ( abdelkader )
  • 5. benchaib larbi ( abdelkader ) | 28/08/2012
salam à tout le monde . khoya medjahed , c'est dingue ces photos , surtout la 1ère ! c'est un trésor ! on y voit beaucoup de personnes avec qui on a partagé les aléas de la vie , comment ne pas reconnaitre entre autres l'homme à la casquette vu de profil " aammi Zaccar" , chikh Moussaoui et l'agent de police rabbi yarhamhom. comme tu dis il y régnait un climat plein d'enthousiasme , beaucoup d'enthousiasme . merci medjahed khoya.
invitée
  • 6. invitée | 28/08/2012
bonjour
à Mr Med Midjou: une remarque concernant les 2 photos: il n'y'a pas de femmes ni de filles; il faut donc rectifier : .... d'une foule de tous les bords....sauf la gente féminine. Pour moi ça ne passe pas inaperçu. je ne remet pas en question la fraternité, l'amour de la patrie et la clémence et j'ajouterai la quiétude et la sérénité. mais ....
M. R
  • 7. M. R | 28/08/2012
A MR MIDJOU,
BONSOIR,
IL ME SEMBLE RECONNAITRE EN L’HOMME A LA PIPE AU CENTRE DE LA PREMIERE PHOTO, MR MOUSSAOUI ALORS INSPECTEUR GENERAL DE L’ENSEIGNEMENT MOYEN AU NIVEAU DE MILIANA QUE J’AVAIS REVU POUR LA DERNIERE FOIS EN 1968 LORS D’UNE REUNION PREPARATOIRE DE LA PARTICIPATION DES DEUX LYCEES DANS LE CADRE D’UNE COMMEMORATION DE L’ANNIVERSAIRE DU DECLENCHEMENT DE LA REVOLUTION. JE ME SOUVIENS QUE L’INTERVENTION DES DEUX LYCEES AVAIT ETE CONFIEE ALORS A FEU BENALLOUANE BADIA (QUE DIEU MISERICORDIEUX ACCUEILLE EN SON VASTE PARADIS) QUI ETAIT ELEVE DE TERMINALE AU LYCEE MUSTAPHA FERROUKHI.
SALUTATIONS
M. R

Ajouter un commentaire