ALGER - MILIANATwitter apFb ap

Apt youtube

Retour dans mes Souvenirs

Souvenir d'un couvre feu

Le couvre feu instauré dans le cadre du confinement contre le COVID-19 , me rappelle une partie de l’histoire coloniale. Si ma mémoire ne me fait pas défaut, c’était pendant la période de négociation en 1961 entre le FLN et la France que le couvre feu fut instauré du soir au lendemain matin. Je ne voudrai pas revenir sur les évènements historiques connus, mais seulement relater un souvenir d’un enfant d’une dizaine d’année, timide, obéissant et candide.

A cette époque, après être chassé de la campagne où on a habitait, on a logé en ville dans une pièce au voisinage d’une famille française composée d’une dame et de sa mère. On était bien chouchouté mon frère et moi par cette famille. Avec les évènements du 5 Octobre 1961, le couvre feu fut imposé de midi en plein jour au lendemain matin. Ne nous voyons pas ce jour nous amuser comme d’habitude, la bonne dame toute affolée, vint s’enquérir auprès de notre mère. Fatma ? Fatma ? où sont les enfants ? Ma mère la fit rentrer dans la pièce unique que nous habitions et tira le rideau de séparation. Surprise ! Nous étions là sous notre couverture (le fameux hanbel). La bonne dame toute surprise et heureuse de nous retrouver, éclata de rire.
Notre compréhension du couvre feu d’alors c’était : l’extinction des feux, l’interdiction de circuler, ne pas parler à voie haute, ne pas écouter la radio (le fameux posteTSF). Comme on ne pouvait rien faire, il ne nous restait que le lit.

Aujourd’hui, il faut s’accommoder de la situation actuelle et il faut positiver pour ne pas tomber dans l’ennui et le laisser-aller. Cette situation transitoire doit être considérée comme une opportunité et non une contrainte. En effet, on a beaucoup de temps libre qu’on peut mettre à profit pour cultiver notre potager ou nous cultiver. On a du temps pour la lecture, pour écrire, pour apprendre et faire apprendre ce qu’on a appris. Les chercheurs n’ont pas le temps car ils sont toujours en train de chercher dans leur laboratoire, les gens de métier fellahs et autres travaillent par expérience et transmission orale n’ont pas de temps. Par contre nous nous qui avons bourlingué pendant notre période active avons tout la latitude pour mettre à profit notre temps.

Eviter la monotonie du train-train car vous risquez de rester en gare à vous faire la bile.

Par amarBCH

Commentaires (9)

Bradai
  • 1. Bradai | 24/04/2020
Bjr l'Ami Youcef.
Vu le rang bien haut en cette qualité de joaillier que l'Almf te doit ,tu dois bien etre content de moi maintenant . Sans que je m'en doute et que notre Djelloul par dessus le marché ne s'en doute aussi j'ai vendu la mèche pour un rien à mettre dans ma poches .Par contre Les poches de la caisse du tresor de l'almf ont enfin trouvé leur remede à ne plus se vider ou dire un jour quelconque que la caisse ne nous permettrait pas de faire un "bon couscoussou" à nos amies et amis qui viennent de loin nous voir.
En vrai ami Djelloul m'a tout pardonné et en outre rajouter ceci qu'il a promis qu'il ne manquerait pas de faire des merveilles à chaque fois que l'appel se fera à lui à condition qu'on passe me voir ,moi son compagnon de toujours pour dire si la peine en vaut de déranger ses tendres et jolies mains.Et là mon Ami Youcef,il faut bien te lever de bonne heure pour courir apres moi et me trouver pour simplement te parler .
Takherist youcef
  • 2. Takherist youcef | 23/04/2020
Bradai, je ne savais pas que Benameur Djelloul savait preparer le couscous, je suis sur qu'il ne te pardonnera jamais d'avoir vendu la mèche
Miliani2Keur
  • 3. Miliani2Keur | 13/04/2020
Merci Amar pour l'optimisme et le paralléle
oui ces conditions sont stimulantes de la créativité...
Amar
  • 4. Amar | 11/04/2020
Merci Chantal pour le compliment, vous m'avez compris à demi-mots. Que des gens me lisent c'est bien. Qu'ils me comprennent c'est mieux.
Chantal
Oh ! Amar ! Quelle sage conclusion à ton excellente rubrique ! Il y a 20 siècles, Sénèque enseignait que de tous revers un homme épris de sagesse pouvait tirer bénéfice ! C'est ce que tu as fait !
Bradai
  • 6. Bradai | 10/04/2020
On devrait ouvrir un livre d'or à la cuisine et laisser une traçabilité de notre aimable passage et contribution au cours de nos travaux forcés pour qu'on nous montre comme des bienfaiteurs aux jours de nos consignes .
Amar
  • 7. Amar | 10/04/2020
Un mesfouf avec fève et petit pois ? Chiche. Notre ami Djelloul, un cordon bleu? Je pense que depuis il a évolué en grade et qu'il compose des plats à vous lécher les dix doigts : un master chef. Le hic ! C'est le confinement qui empêche les regroupements. On doit prendre nos distances les uns des autres et obserserver les règles de distanciation.
Concernant.le travail à la cuisine, c'est pas mon dada. Moi j'applique une politique de ''je ne sais pas''. Car lorsqu'on sait, on vous fera travailler parce que vous trouverez toujours le temps pour faire le.travail. Mais si vous ne savez pas, on ne vous donnera pas de travail car le travail ne sera jamais et on vous laissera tranquille. Sauf si je reste le dernier à table, alors a moi de faire la vaisselle.
Amar
Bradai
  • 8. Bradai | 09/04/2020
Ah j'ai oublié de dire le nom de l'ami C'etait Djelloul Benameur .Pour les amis qui n'ont son n° de tel je peux vous dire qu'il va va bien et si vous voulez prendre un bon couscous il n'y a pas de meilleur que de ses mains et avec du "foul" oula "djelbana" c'est l'occasion demain c'est vendredi .Bon appetit à ceux qui ne sont pas consignés ces derniers jours.
Bradai
  • 9. Bradai | 09/04/2020
AMAR si tu sais on est bien dans le petrin maintenant par manque d'experience mais on commence petit à petit à nous habituer . Hier j'ai pris un temps comme au parloir comme quand on vous accorde un temps de parler; j'etais autorisé à telephoner à un ami pour avoir de sesnouvelles ,je lui ai dit quelle est ton emploi du temps .Il me dit le confinement m'a completement changé je ne suis plus le coq à la maison .Je me trouve avec un tablier de cuisine, et j'ai acheté un nouveau balai ,un petit bidon et une serpillière ,les anciens manuels ne me convenaient pas tu ne peux savoir les louanges que je reçois de la patronne J'ai bien rigolé sur son sujet pour qu'il m'entend mais il ne pouvait me voir que j'etais en tenue de travail et tenais un balai comme lui mais je lui ai dit que moi j'ai dejà terminé la vaisselle et que je suis occupé à preparer une chorba pour aujourd hui demain et apres demain. J'ai dejà demandé un congé qu'on me l'a accordé à condition que je prepare le manger pour mes jours . IL me dit de mettre un peu "jumbo" çà sent bon ,on m'a felecité pour çà hier. Je lui ai dit ,bon courage et si tu as une recette à me remettre n'hesite pas à m'appeler ,j'ai oublié en achetant les provisions d'en acheter un livre de cuisine. Là je l'ai bien entendu rire et j'ai compris pourquoi ;il etait bien en avance sur moi .

Ajouter un commentaire