Facebook the green dressing 3 Images 4

Gifasm uuwrpoesbptd1104

Le paradis des cèdres

D’après un texte de Boualem Sansal, un natif de Theniet El Haad.

Dans les monts boisés de l’Ouarsenis dressés comme une cathédrale au cœur de l’Atlas Tellien, cette épine dorsale qui traverse le Maghreb d’est en ouest, et fait frontière entre le nord qui va se jeter mollement dans la mer et le sud qui s’enfonce dans le désert, se trouve un village ayant pour nom Theniet-el-Haâd. C’est mon village natal. Il s’est toujours appelé ainsi, il était trop petit, pauvre et isolé, pour que les conquérants venus d’orient ou d’occident se fatiguent à le prendre et à le baptiser selon leurs coutumes.

Si haut placé dans la montagne, niché dans son immense forêt de vénérables et majestueux cèdres, Theniet est resté lui-même et jamais la solitude ne lui a pesé. Il n’y avait pas de raison, il était au paradis des cèdres. Les étrangers s’y sont installés et il en est qui sont venus de loin, étaient les ardents défenseurs de sa quiétude. Theniet a réussi ce que la vielle sagesse du monde recommande depuis les origines : vivre caché pour être heureux. Et ainsi, ou qu’ils soient dans le monde, ses enfants vivent-ils dans la plus parfaite discrétion……Te 1

……On ne connait pas d’histoires à ce village sinon celles qu’il s’est inventé lui-même. Et elles sont merveilleuses, ce sont des histoires de montagnards et d’hommes des bois, tous un peu chamans, druides sur les bords. Derrière les apparences immuables, il y a le mystère et toutes les résonnances que les bruissements et les silences, les lumières et les ombres, les odeurs et les respirations, les pensées et les images entretiennent quand le temps n’obéit qu’à son rythme et que le ciel veille sur la sérénité du monde.

La route qui y mène n’a jamais été qu’une sente et personne n’a cru devoir jamais lui imposer un chemin. Elle s’est faite toute seule, allant par-ci par-là longer un précipice ,contourner un éboulis, affronter un raidillon ,bifurquer pour aller visiter une chênaie hébergée depuis un bon millénaire par nos amis les cèdres ou s’abreuver à une source qui coule d’une vieille blessure faite par la foudre dans le mur de granit. Parfois, comme si elle s’était oubliée dans ses pensées ou simplement par jeu, elle tourne autour d’un pic en forme de bétyle géant ,et pas un n’a tenté de la sortir de ce cercle. On la suit et on reprend son chemin au point d’entrée dans la ronde. Tout cela coûte du temps mais le temps n’avait pas d’importance.et puis l’air est si pur que la fatigue est un plaisir recherché. Arrivé au village, la route se ramifie en rues ruelles jusqu’à la dernière demeure .Au-delà on avance comme on peut. On va errer dans sa foret, chasser, ramasser du bois, des glands des caroubes, des champignons, point n’est besoin de route pour cela. L’essentiel est de revenir avant le coucher du soleil et le réveil des habitants de la forêt. On ne les craint pas, sauf les loups et les esprits malins, mais les choses étaient ainsi réglées depuis longtemps, à nous le jour, à eux la nuit .Au crépuscule et à l’aube naissante, il advenait parfois d’étranges rencontres mais nul n’en est mort. Au contraire ça mettait de la vie dans la conversation et donnait à rêver aux enfants que nous étions.Teu 1

Maupassant qui nous a rendu visite en 1889 a écrit »Ce qui m’a laissé au cœur les plus chers souvenirs ;Ce sont les marches de l’après-midi le long des chemins boisés d’où l’on domine un immense pays onduleux et doux, depuis la mer bleuâtre jusqu’à la chaine de l’Ouarsenis qui porte sur ses faîtes la foret des cèdres de Theniet-el Haâd »Teut 2

Massif de L'Ouarsenis - Algérie - L'Ouarsenis (arabe: الونشريس El'Ouanchariss, berbère Warsnis ) signifie « rien de plus haut » en berbère, est un massif de montagnes du nord-ouest de l'Algérie.il culmine au pic Sidi Amar (1 985 m) près de Bordj Bou Naama, à 30 km à l’ouest de Theniet El Haad.P 1

La forêt des Cèdres de Theniet El Haad avec notre majestueux et seigneurial Kef Sidi Amar dans le back ground.

Par Aziz OUDJIDA

Commentaires (11)

Chantal (12/06/2013 )
  • 1. Chantal (12/06/2013 ) | 08/07/2014
Bonsoir l’oubliée. J’avais « déserté », involontairement, le site. Non pas parce que je t’avais oubliée, toi, l’oubliée ni les autres mais … pour une hospitalisation de courte durée qui a plus été « rassurante » qu’inquiétante. D’autant que Khedidja m’a appelée à peine sortie de l’hôpital et sans savoir que je venais de rentrer chez moi après cette courte hospitalisation. Ses propos "d’experte" m’ont rassurée. Il suffit de prendre le temps que tout rentre dans l’ordre sur le plan médical. Je t’envoie tout pleins de pensées positives afin que tes efforts soient couronnés de succès. N’oublie pas que c’est juste avant l’aube que la nuit est la plus noire et que le changement arrive souvent alors que tu viens de te résigner ou que tu t’y attends le moins ! Je t’embrasse.
L'oubliée (11/06/2013)
  • 2. L'oubliée (11/06/2013) | 08/07/2014
Salut à tous,
Orchidée
Yatfakrek el khir habibto,chacun vaque à ses occupations
comme il peut.Je visite rapidos le site quand je le peux,et pour laisser un com il me faut des efforts,ce qui explique ma
'disparition'?
Je n'oublie pas de souhaiter la santé à notre amie Chantal.
Mes amitiés à tous.
khouatmi lotfi (11/06/2013 )
  • 3. khouatmi lotfi (11/06/2013 ) | 08/07/2014
bonjour mr oujida,
je pense que vous faite erreur au sujet de l’écrivain boualem sansal,il s'agit d'un homonyme avec boulem sansal de theniet el had,j'ai eu l'occasion de le rencontrer lors d'un décès a miliana, j'ai un lien de parenté avec lui.
je pense que le site le plus beau au niveau de la foret des cèdres se trouve au niveau du rocher ,ou on admire un majestueux arbre qui domine toute la foret,dommage cet arbre n'a pas résisté , la chenille a fait des ravages dans cette très belle foret.,il ne reste que les branches.
Chantal (04/06/2013 )
  • 4. Chantal (04/06/2013 ) | 08/07/2014
Merci Aziz pour vos conseils et recommandations que j’ai appréciés. Si j’ai bien compris … étant du même « patelin » que Boualem Sansal et étant autant « amoureux » l’un que l’autre de votre région, vous ne pouvez qu’avoir la même forme « d’esprit » décrit par Sénèque. Surtout … ne changez pas ! Restez comme vous êtes ! Trop de gens s’éloignent aujourd’hui de ces valeurs. Je vous souhaite à tous une belle rencontre le 15 juin prochain.
aziz  (04/06/2013 )
  • 5. aziz (04/06/2013 ) | 08/07/2014
Chantal,

Boualem Sansal est un grand romancier algérien qui a écrit entre autre ''Le serment des barbares'' et le village de l'Allemand chez Galimard, primé au Grand Prix de la Francophonie et bien d'autres distinctions. Il en est déjà a son 6eme livre, tous trés lus à travers le monde puisque traduits dans plusieurs langues. Je vous recommende vivement de le lire particulierement les romans que je viens de citer. Le second roman est basé sur une histoire vraie, un véritable régal. Il se trouve qu'il est de mon patelin et qu'il est de mon age.

Parlant de mon patelin, oui c'est effectivement un petit paradis sur terre que je n'echangerai pas avec n'importe quel coin de ce bas monde ou je me suis rendu et croyez moi j'ai beaucoup bourlingué'dans ma vie.
Chantal (03/06/2013 )
  • 6. Chantal (03/06/2013 ) | 08/07/2014
Merci Aziz de m’avoir permis de découvrir ce « Paradis des Cèdres » de Boualem Sansal, écrivain algérien que je ne connaissais pas. Il y fait passer l’émotion qu’il ressent à l’évocation de son village natal qu’il transmet au lecteur. Il se dégage de son récit une sérénité tellement éloignée du monde occidental actuel !

En le lisant, il m’a rappelé Sénèque qui disait dans l’une de ses œuvres : « C’est le fait d’un esprit assuré et tranquille que de flâner parmi toutes les périodes de son existence ; les esprits des gens absorbés, comme s’ils étaient sous un joug, ne peuvent ni se retourner ni regarder en arrière. Aussi leur vie est-elle une course à l’abîme ».

A la lecture du texte de Boualem Sansal, je me dis que cet homme a certainement « l’esprit assuré et tranquille » décrit par Sénèque.

Je souhaite qu’un maximum de personnes prennent connaissance de ce « paradis » qu’il décrit si bien et qu’elles s’en inspirent …

Bonne soirée.
k. aklouchi (03/06/2013)
  • 7. k. aklouchi (03/06/2013) | 08/07/2014
bonjour
concernant l'éthymologie de Warsenis ( en découpant le mot: war= il n'y'a pas, sen=2 is= se rapporte à lui) autrement dit il n'y'a pas 2 comme lui ( c'est à dire, cela est unique). pour le sens donné par l'auteur, ça revient au même.
semmkam (03/06/2013)
  • 8. semmkam (03/06/2013) | 08/07/2014
c'est un extrait du livre de Lady Herbert dans son chapitre Miliana Teniet, voici la suite:
Non, je n'avais jamais rien vu d'aussi grandiose. Ce panorama me rappelait beaucoup celui du Liban par son aspect et sa végétation, et je me disais que, lorsque la saison serait plus avancée et les arbustes couverts de fleurs, ce serait un véritable paradis terrestre. Toutefois le paysage y perdrait quelque chose, car les cèdres ne paraissent jamais si beaux que par un effet de neige.
semmkam (03/06/2013)
  • 9. semmkam (03/06/2013) | 08/07/2014
je ne pus m'empêcher de reconnaître que le panorama superbe qui se déroulait devant moi valait bien la peine que je m'étais donnée pour y arriver. Les deux chaînes parallèles de l'Atlas étaient visibles. Le soleil de midi dardait ses rayons sur leurs cimes couvertes de neige, au-dessus desquelles le Waransenis élevait fièrement sa tête. Au sud, s'étendait la fertile vallée du Chéliff, que nous avions traversée la veille ; et, bien qu'à vingt-six lieues de distance, la citadelle de Milianah brillait distinctement au soleil. Sur le premier plan autour et au dessous de nous, on ne voyait que des cèdres superbes au sombre feuillage et aux troncs rougeâtres. Dans quelques endroits la neige s'était fondue, et laissait à découvert un tapis de verdure printanière, qu'émaillaient des perce neige, des iris bleus, des jonquilles blanches, des gentianes bleu foncé et des hépatiques roses, qui défiaient par leurs brillantes couleurs le souffle glacé de l'hiver. Ces messieurs les officiers ne m'avaient point trompée. Non, je n'avais jamais rien vu d'aussi grandiose.
aziz  531/05/2013)
  • 10. aziz 531/05/2013) | 08/07/2014
A mes amis de l' ALMF,

Quelques suggestions pour votre journée du 15 Juin à Theniet El Haad, pour joindre l'utile à l'agréable, d'une part tenir votre réunion et d'autre part faire une petite virée en forêt, un passage obligé à mon humble avis, endroit paradisiaque, que je connais personnellement coin par coin et pour cause !

Essayez d'être à Theniet le matin pour profiter pleinement de votre journée et arrangez vous pour vous retrouver à un point précis et connu en ville, comme par exemple à coté la mairie. Bien sûr et à votre convenance, vous pourriez tenir votre réunion en plein air, entourés de cèdres majestueux, au pied de la montagne El Meddad, qui porte la cèdrai de Theniet. Je ne vous dirai pas encore que je serai parmi vous pour le 15 Juin mais j'y travaille et rien ne me comblera plus de joie que de vous recevoir dans mon patelin natal que je n'ai pas vu depuis.........des lustres !
ALMF (31/05/2013)
  • 11. ALMF (31/05/2013) | 08/07/2014
RENCONTRE DE TENIET EL HADD DU 15 JUIN 2013

A nos anciens amis éleves du lycée Mustapha Ferroukhi qui veulent bien etre présents lors de la rencontre à Teniet el Hadd prevue le 15 juin 2013 à 13h30

au : PARC NATIONALE DE LA FORET DES CÈDRES.

Nous vous traçons l'itineraire à prendre tout en vous souhaitons la BIENVENUE.

******************************
Pour accéder au parc national, il faut emprunter la route nationale
n°14 qui démarre de Khemis Miliana et qui aboutit directement à la
ville de Théniet El Had. De cette agglomération, trois kilomètres à
l'ouest nous séparent de la belle cédraie.

Le parc est distant de 48 kmdu chef lieu de wilaya de Tissemsilt. Il se trouve sur le versant sud de l'atlas tellien, dans le prolongement du massif de l'Ouarsenis. Moins de deux heures et demi séparent ce paradis des cèdres d'Alger, la capitale.

NOUS VOUS SOUHAITONS BONNE ROUTE ET ENCORE UNE FOIS LA BIENVENUE A TOUS .

Ajouter un commentaire