S 5Retour dans mes Souvenirs

                               De Bab-El-Oued @ Miliana

Ayala Betsy, trahie et trompée...

________________________________________

Sans titre 47

Ayala Betsy, est une jeune américaine qui adore la vie et surtout sa famille. Mère d’une petite fille adorable. Ayala est une jeune maman, dynamique, pleine de ressources et d’espoir. Elle vivait avec son mari. Ce dernier fut la principale cause du changement radical de sa vie et cela en dépit de sa petite famille. Un jour elle découvre et apprend la chose qui allait modifier carrément son existence. C’était difficile et pénible cependant sa décision fut plus forte que toute autre chose.

Les déboires de Ayala Betsy

L’histoire de Betsy Ayala peut sembler malencontreusement ordinaire. Une grossesse difficile, une nouvelle vie à trois. La découverte des trahisons et infidélités d’un mari inconscient et irréfléchi désirant vivre sa vie à sa manière, une vie rocambolesque. Allant jusqu’à trahir sa femme et souvent sciemment. Un véritable coureur de jupons. Ayala Betsy en avait finalement découvert le pot aux roses, c’était la goutte qui allait déborder du verre. Sans titre 159Certes, elle avait des soupçons, elle pensait que ces suspicions étaient passagères. Elle savait et connaissait la fragilité de l’esprit de son mari mais pas à ce point c'est-à-dire parvenir à faire l’inconcevable et l’irréparable.

Indubitablement, beaucoup de femmes et d’hommes, de nos jours, vivent ce calvaire qui est devenu une mode voire une espèce de vie dangereuse. Le plus étonnant, c’est que beaucoup d’entres eux vivent de la sorte, en cachant sa vie privée et tout en restant ensemble. Cette pratique semble arranger tout le monde Ce procédé commence à prendre des proportions énormes et même incommensurables On se demande souvent lorsqu’elles s’en aperçoivent, elles se vengent en devenant déloyal tout en restant comme même ensemble !!! Mais, dans tout cela, où sont, tout d’abord les principes, la fidélité, le dévouement et surtout le sacrifice. Ne dit on pas toujours que le mariage, c’est pour le meilleur et le pire. Ou autrement une simple expression verbale et ou un ancien dicton qui n’est pas d’actualité ou bien n’a pas encore fait l’objet d’une mise à jour. La dureté de la vie, le stress, l’incertitude, la misère et la pauvreté en sont vraiment les causes. Par contre, se laisser distraire de cette façon et s’enfoncer dans les abîmes incertains, c’est un trop risqué et trop osé, c’est même de la folie. C’est aussi un péché grave.

L’incroyable transformation de Betsy Ayala

Ayala Betsy, et une femme qui a voulu remettre toute sa vie en question. Pourtant, le chemin parcouru par la jeune femme originaire de Houston (Texas), est tel qu’il prouve que tout est possible à qui souhaite vraiment quelque chose.

Betsy Alaya souffre d’anxiété depuis toujours. Un souci qui l’a pousse davantage à se réfugier dans la nourriture à chaque crise. Lorsqu’elle était petite, elle était déjà en surpoids. Elle n’a jamais fait de sport. Elle fait de l’angoisse et au lieu de traiter son problème à la source, elle contine de manger, ce qui aggravait la situation et devenait la source de sa détresse…Un véritable cercle vicieux”. À 20 ans, la balance de la jeune femme frôle déjà les 100 kilos.

En 2013, elle accouche de son premier enfant, une petite fille baptisée Isabella. “Après sa grossesse, elle a atteint le poids le plus élevé : 117 kilos. Abattue par une sévère dépression. Elle décide de se prendre en charge et de commencer un premier régime. Un jour en ouvrant le site « Facebook », Betsy découvre que son mari entretient une relation avec une autre femme. Elle a même trouvé des messages où il appelait sa femme “la grosse vache”. L’hippopotame. Elle étais effondrée.” Le couple essaie de sauver les meubles mais finit par se séparer pour de bon.

En plus de cela, elle ne pouvait plus échapper aux regards malicieux et moqueurs. Elle se sentait harcelée. Elle était laminée et écrasée, il lui fallait coûte que coûte une autre sortie. Et, c’est à ce moment là qu’elle se lance à corps perdu dans un véritable changement. Elle s’inscrit, alors, à un cours d’amaigrissement où elle s’entraîne trois fois par semaine. Puis elle commence à courir et suit des cours de musculation six jours par semaine. Déterminée, et encouragée, elle associe ces exercices physiques à un régime riche en protéine et fait une croix sur la malbouffe.

Rapidement elle constate les résultats : Elle est devenue une personne complètement différente à la fois à l’extérieur, mais également à l’intérieur. Sa vision de la vie avait évoluée”. Elle a pris également goût à la vie. Au total, Betsy réussit à perdre près de 55 kilos. Elle fait dorénavant plus attention à elle, écoute son corps et ses besoins. Une fois que vous vous sentez mieux, ça devient juste une partie de votre vie. Pour moi, c’est une seconde nature.

Depuis, la jeune femme est devenue instructrice et aide les femmes désireuses de changer de corps à franchir le cap. Une vraie source d’inspiration.

Les regrets

Son mari en l’a voyant ainsi voulait tant renouer la vie avec Ayala, Elle était devenue somptueuse et agréable à voir, avec un corps sportif. Il l’a voulait ardemment Mais cette dernière, se rappelant toujours des moments endurés avec lui, le regarda longuement avec un regard qui en disait beaucoup de choses. Ayala l’a, non seulement, dérouté mais avait regretté fortement les misères qu’il lui faisait. Il a très vite compris la tournure de la situation. Sur ce, il s’est excusé et l’a encouragé à persévérer fans la poursuite de ce qu’elle venait d’entreprendre. En rajoutant : « J’étais un étourdi et un rêveur, tu es forte, tu as toujours su tenir le bon bout » Et, il est reparti d’où il est venu.

Conclusion

Ayala Betsy continua sa nouvelle vie d’entraineuse tout en s’affirmant dans ses exercices et courses qui lui ont fait tant de bonheur et de joie. Les sensations d’antan ont totalement disparu et laisser place à de nouvelles perceptions sur l’avenir. Elle se sentait voler dans les airs parce qu’elle était devenue une personne importante, elle assistait la vie de ses amies et celles d’autrui. Ayala Betsy donnait également à son mari une dernière chance, afin qu’il puisse corriger son comportement en devenant plus raisonnable et surtout en prenant de l’assurance, sinon…

 

Sans titre 161 Sans titre 162

Sans titre 163

Par DEGHRAR Djillali

Commentaires (4)

keryma
  • 1. keryma | 15/03/2017
Bonsoir la belle compagnie (euphémisme)!

Ah cher ami Ahmed, je ne suis pas une Abdouna, mais j'aurais pu m'inscrire aux retrouvailles enfin pour moi ce sera une occasion de vous connaître tous ou pas...Il y a des filles qui vont venir?? Je pense que pour Chantal c'est oui, n'oubliez pas qu'elle ne mange aucune sucrerie, wajdoul'ha koubz el ftir(je ne traduis pas pas ce ne sera pas une surprise après pour la belle de Miliana).
Zut et rezut, je ne pourrais pas venir je suis en vacances le 31 mars et je rentre le 03 avril ensuite jusqu'aux vacances d'été; ce n'est pas possible pour moi. Alors pour le chocolat, ce "K" a une histoire à écrire à l'encre de mes veines.
J'adore le chocolat et *dialkoum surtout *emmala aba3touli chuiya! (et le *vôtre, *alors envoyez-moi en un bout)

Chantal ma très chère, mais bien sûr que j'étais persuadée que tu allais y planter ton grain de sagesse et une bonne interprétation de la chose, mouah et bravo!
Ah ces hommes! Hein? Que doit-on faire? Euuuh... rien!

Amitiés
Kéryma,
Ahmed LABDI
  • 2. Ahmed LABDI (site web) | 15/03/2017
Normalement, c'est aux donjuanesques que s'adresse ce texte et à eux de répondre. Je ne pense pas qu'ils ont le courage de se montrer. Mais ce que je peux, tout de même, c'est que notre héroïne (s'en est une et à juste titre) donnera, pour sûr, l'exemple à toutes celles qui souffrent de ce mal.
Ceci dit, j'ai fait le point de l'icone "K" de Keryma qui me rappelle le nom d'un chocolat et une fois sur un commentaire où elle a déclaré hautement son point faible pour ce prodiut de la feve du cacao. Si tu t'es inscrite on te fera régaler de la chocolat dialna. Merci Djillali.
Chantal
Bonjour à tous,

Quelle belle idée Djillali d'avoir fait paraître cette rubrique sur le site !

A n'en pas douter, cette femme possédait déjà en elle cette capacité à réagir face à l'adversité mais elle l'ignorait. La pire des pauvretés n'est pas ce qui nous manque mais l'ignorance de tout ce que nous avons en nous. Il suffit parfois d'un "déclic" : une rencontre, la lecture d'un livre, une situation à laquelle nous nous trouvons confrontés et que nous n'aurions jamais pu imaginer pour que ce "déclic" se produise spontanément après des mois, voire des années de souffrance. C'est ainsi que quelques années plus tard, certaines personnes regardent dans le miroir de leur passé et qu'elles découvrent alors que ce n'était pas la chance ou le hasard qui leur avait fait prendre un "autre" chemin que celui qui leur semblait irréversible mais qu'elle possédait en elle cette capacité de résilience jusque-là totalement ignorée. D'où l'importance de "l'ouverture" non seulement aux autres mais, également, à soi-même pour une plus grande "créativité".
keryma
  • 4. keryma | 14/03/2017
Bonsoir tout le monde,

Bonsoir Djillali!

C'est un sujet qui va peut-être en faire réagir plus d'une, je dirai que nous les femmes lorsque nous rebondissons, nous devenons très très fortes!! Merci, je la félicite cette jeune femme bravo!
Amitiés ,
Kéryma,

Ajouter un commentaire