Facebook the green dressing 3 Images 4

Gifasm uuwrpoesbptd1104

Le canon "Baba Merzoug"

H 3

Baba-Merzoug ou bien le père bienfaiteur est né en 1542 à Alger. Ce vaillant combattant avait protégé la baie d’Alger durant environ deux siècles et demi. Mais…

 Historique…

L’histoire fabuleuse du célèbre canon de Baba Merzoug fut construit durant la période du 15ième siècle, installé au niveau de l’amirauté, il a balayé d’une main de maître les milliers de navires venus pour la conquérir, il est devenu, par conséquent, la fierté des Algériens. Il était, bien entendu, ce père bienfaiteur mais aussi et surtout ce vaillant combattant qui grâce à lui, la ville était devenue invincible voire impénétrable. Cette puissance de feu avait vu le jour à Diar El Nhès, dans la vieille ville de la Casbah, certes, il avait été conçu par un étranger, un fondeur Vénitien en 1542, suite à la commande du Pacha Hassan, qui avait succédé à Kheiredine. A l’époque, il dominait par sa force de frappe, son poids fut d’ailleurs majestueux et déroutant par rapport aux autres (centaines) de canons d’envergure et de taille moyenne, qui, positionnés, en authentique protecteur, autour de la ville d’Alger.

Une pièce d’artillerie unique en son genre…

Il donne à Alger sa réputation de citadelle imprenable. Servi par quatre artilleurs, le canon fut dirigé vers la Pointe Pescade (Ouest d’Alger), interdisant dorénavant à tout navire de s’approcher de la ville, pourtant sa production fut réalisée par les guerriers Algériens et de surcroît avec des matériaux locaux. Cette arme redoutable était aussi la fierté des Algériens, unique en son genre, dans sa technique comme dans sa fabrication, l’artillerie mondiale n’a connu qu’un seul Baba Merzoug, elle repose sur deux théories qui se rejoignent. La première, pour sa protection de tous les marins tentés par la prise d’Alger et la deuxième concernerait sa puissance de feu extraordinaire. 

D’une longueur de sept (07) mètres, ce canon en bronze pesait douze (12) tonnes et pouvait envoyer des tirs d’environ cinq (05) kilomètres qui pouvaient atteindre toutes les cibles sans difficultés. D’ailleurs les Français le surnomment « la Consulaire ». En 1683, une attaque est survenue par des navires Français sur la baie qui demandent aux ottomans de se rendre et devenir leurs esclaves. L’amiral Duquesne avait envoyé le consul, le père Le Vacher, comme messager au Dey de l’époque, qui, prit de fureur à cause des menaces, ce dernier l’a réexpédié en boulet de canon à l’amiral. Quelques années plus tard, en 1686, Alger reçut la même attaque des Français, et c’est au tour du consul, André Piolle, d’être transformé en boulet de canon.                           

Et comme pour les apprivoiser à la défense d’Alger, canons et autres pièces lourdes étaient appelés par des désignations, censées enchanter les bonnes fortunes afin de célébrer les pièces d’artilleries par l’écriture en calligraphie des noms de dignitaires qui étaient à l’origine de la réalisation de ce type d’armes, en accomplissant, ces inscriptions, ciselées sur ces blindages épais. Une façon aussi de leur donner âme et esprit pour la garde de la grande Citadelle qui était tant convoitée.  Des graffitis inspirés, pour glorifier leur puissance, par le Coran sont courantes. Lui qui dérouta les adversaires, durant plusieurs décennies, toutes les flottes rivales qui se risquaient à violer la baie d’Alger.

Trophée et butins de guerre…

Alger la « blanche » finit toutefois, quelques années plus tard, par tomber aux mains des Français et le redoutable « Baba Merzoug » se retrouve en otage avec ses centaines de pairs (canons de moindre puissance), sont transportés en guise de butin de guerre à Brest (Baba Merzoug), quatre canons à Toulon et deux autres à Marseille pour orner leurs places publiques.

Quand aux autres nous ignorons leur destination, par contre la plus grande partie avait terminé ses jours dans les fonderies de Diar El-Nhès, le châtiment réservé à ces bouches cracheuses de feu pour la crainte et l’effroi qu’elles ont imposé aux armées de Charles Quint, des Royaumes du Danemark et celle de Hollande. 

Stratégie militaire …

Généralement, la puissance en armement à elle seule ne suffit guère, souvent très handicapée, parce que l’absence d’une véritable stratégie éclairée s’était fait sentir. Les Français, par contre, après maintes tentatives et déboires sont parvenus quand même à établir une tactique voire une manœuvre qui leur avait permis non seulement d’identifier leurs points faibles et d’y remédier en les renforçant davantage mais aussi et surtout de créer d’innombrables failles chez l’adversaire pour le déstabiliser et le dérouter complètement, et c’est ainsi que ce qui devrait arriver arriva et dans quelles conditions ! 

Le canon mythique de baba Merzoug à Brest…

En 1830, lors de la colonisation du pays, le canon est pris par les envahisseurs comme un trophée : “Nous avons entre les mains toute la puissance algérienne.” Il fut également transporté par Guy Duperré. Ce symbole de la force et du pouvoir algérien repose finalement au complexe naval de l’arsenal de Brest depuis 182 ans… Baptisé par les ennemis comme la “Consulaire”, et, est devenue, de surcroit, un emblème français !!! Dès sa capture, le canon a été transformé en colonne de granit dont la bouche renferme un coq, maintenant un globe sous une patte, il trône donc dans l’enceinte de l’arsenal.

Cet armada de canons furent déstabilisés, vaincus à cause d’un manque flagrant de stratégie, d’une réelle et d’une véritable prise en charge des cours des combats, l’empire colonisateur ne s’est jamais avoué vaincu, après plusieurs défaites et déconvenues il est toujours revenu à la charge mettant en exergue une stratégie remarquable, qui avait donné ses fruits et finalement après avoir donné l’assaut final et définitif ; et cela, grâce aussi à ces centaines de bateaux et ces milliers de cavaliers.

Négociations et échecs à propos de la restitution…

Après toutes ces années de captivité à Brest. Finalement, en 1996, le comité pour la restitution du canon Baba Merzoug avait vu le jour, pour réclamer aussi d’autres objets (au nombre de 158) dont des crânes de célèbres résistants Algériens à la conquête coloniale au début du 19ième siècle, les crânes de Boubaghla, Bouziane et Derkaoui entre autres, sont conservés au Musée d’Histoire naturelle de Paris. Dont aussi les effets personnels du Dey d’Alger.

En Novembre 2011, Les deux pays se sont mis d’accord sur le principe de la restitution du canon mais, en juillet 2012 des voix officielles, s’élèvent ici et là et selon certains observateurs, prétendant et prétextant que si cette opération sera effectuée, la crainte de l’ancien empire colonial de voir ses anciennes colonies lui exiger aussi la restitution de vestiges et pièces archéologiques d’une valeur inestimable !

D’autres estiment, qu’il faudrait attendre tout simplement que les relations, entre les deux pays, s’améliorent. Cette démarche fut encore bloquée à cause (partis, histoire) en plus de leurs visions encore expansionnistes non pas géographiquement cette fois-ci mais idéologiquement et culturellement. Les pourparlers sont restés donc à leur point de départ.

Parce que l’Amirauté de l’autre rive défend, elle aussi, son attachement et son intérêt à ce canon, qui, désormais, fait partie de l’histoire de leur Marine nationale !!!  En novembre 2011, le quotidien régional Français, avait réagi après l’annonce par la presse Algérienne du retour de « La Consulaire » à Alger en juillet 2012, mais hélas, depuis, il est toujours à Brest.  

La partie Algérienne consiste, tout d’abord, à être exigeante et déterminante avec des arguments très forts pour pouvoir reconquérir adroitement ce qui a déjà été perdu auparavant, on doit l’acquérir et le gagner par la négociation et la diplomatie avec un pays qui d’ailleurs, jusqu’à maintenant, continu ses exactions, ses excès et ses exagérations furent toujours ressenties et sont aussi palpables et vérifiables sur le terrain

D’ailleurs, beaucoup d’entre-elles ont inlassablement empêché notre pays de se désarçonner de ce lourd fardeau tant au niveau politique, identitaire et culturel afin de pouvoir s’envoler de façon rationnelle et intelligente vers le progrès et la stabilisation.   

Depuis l’indépendance, tout ce que le pays avait entreprit comme de véritables réformes, engagements, orientations et investissements pour sortir le pays des affres et des séquelles de la guerre mais en vain tout est passé à coté, balayé par un vent inconnu, peut être aussi à cause de la mauvaise gérance ? Du mauvais choix idéologique ? Du mauvais choix des hommes ? A cause peut être aussi de ces biens détenus ailleurs ? Ou tout simplement d’un mauvais départ ! Qui, en réalité devrait être revu, vérifié, corrigé et repartir de nouveau sur des nouvelles bases.

Fantasia…

A propos de cavaliers, le cheval qui fut d’un apport considérable pour les uns comme pour les autres, il avait permis également des prouesses et exploits, à travers les temps, il est devenu par conséquent et principalement l’ami de l’homme. Néanmoins, la seule fois où les deux pays se sont bien entendus et se sont mis d’accord, devenus même unanimes sur un seul point, qui est, d’ailleurs devenu d’ailleurs leur dénominateur commun : c’est la célèbre fantasia aimée et adorée par tous.

Le canon Baba Merzoug, ce bien précieux de notre peuple, avait fait partie de notre patrimoine, il est aussi autant plus important que le fameux coup de l’éventail de l’époque. Il est devenu, par conséquent, une priorité nationale avec ses pairs et l’ensemble des 158 objets qui se trouvent au Musée de Paris.  

Verrions-nous un jour sa restitution et sa remise en place au niveau de l’Amirauté d’Alger ? Les pourparlers pourront-t-ils un jour jouer pleinement leur rôle afin de rendre à césar ce qui lui appartient, ainsi que les différents objets destitués. Avec une dignité et un courage ferme, procéder à des échanges bilatéraux (troc !) serait un véritable leurre, c’est aussi bafouiller les constantes nationales.

S’impliquer sérieusement et davantage pour ramener son « bébé » et les autres, les abandonner seraient vraiment pénible et difficile, cette manière de vouloir négliger ses biens et son passé va délibérément nous faire assister progressivement à la détérioration de l’ensemble de nos valeurs, de la déperdition de nos enfants, du déchirement de la société, de la disparition de nos métiers et surtout de l’effacement probable de notre espace géographique, et point d’avenir !!!

           "Baba Merzoug" baptisé "La consulaire" ornant une place maritime à Brest

         Sans titre 30  Sans titre 31

Par DEGHRAR Djillali

Commentaires (8)

Lotfi
  • 1. Lotfi | 19/08/2016
Merci pour cet article, mais je me demande comment on va demander à la France de restituer nos objets volés quand on fait rien de notre côté pour sauvegarder notre patrimoine qui tombe en ruine sous nos yeux (palais du feu, casbah ...etc) nous devons d'abord mettre en place une vraie stratégie de restauration et de mise en valeur de nos trésors historiques ensuite mettre la pression sur les français
ferhaoui
  • 2. ferhaoui | 26/02/2015
bonjour tout le monde, bonjour miliani2keur, mes remerciements pour cette marque d'attention je l'accepte cette touche d'humour signé milani2keur!!! attention , attention! lorsque notre amie kéryma se met à l ' artillerie lourde, ( le canon " baba merzoug") elle fait toujours des dégats.et il peut meme atteindre sa cible a tous les coups parole de notre ami djillali ce que lui importe, au moment d'appuyer sur la gachette, je veux dire sur la meche!! c'est de faire mal le plus de mal possible. c'est le moins que l'on puisse dire alors amies et amis mettez vos betya sur vos tetes! vous voyez une betya c'est toujours utile.... meme si elle a fait son chemin d'après p'tite soeur meskellil, elle entre au bercail arrivée : fraichement de l'inde....(petite histoire sans fin "le conon baba merzoug et la betya!!)
Miliani2Keur
  • 3. Miliani2Keur | 26/02/2015
Bingo....Rebondissement BettiYesques

débusquées par L'Inspéctrice Keryma et Son "Apprinti" MeskEllil, enfin ce Canon (de beauté !?!?) retrouve (comme le confirme Hbibna Ferhaoui National) une carriére posychologique et emotionelle plus interessante... une salve a suivre a boulets portants
ferhaoui
  • 4. ferhaoui | 25/02/2015
bonjour tout le monde, bonjour l'ami djillali, ce qui me fascine dans cette histoire (le conon baba merzoug) de vieilleries poussièreuses, c'est le ressort psychologique surtout! au reste, je ne suis pas compétent pour aborder ce dossier d'ailleurs très intéressant pour l'histoire ...l'histoire pour la mémoire des génération avenir. mais il faut le dire après tout c'est un bel objet d'art parle de lui meme. la maitrise, et le raffinement des formes c'est du grand art....sans commentaire merci mon cher ami djillali, pour cette page d'histoire l'ami ferhaoui,oran. ( nb et pourtant le daumier, a bel et bien etait reccupérer: la lavandière)
Meskellil
  • 5. Meskellil | 25/02/2015
Je ne connaissais pas non plus et très intéressant bien sujet à caution semble-t-il. Mais je suis contente qu'on ait retrouvé la trace de la Bettya! Je crois que l'événement est couvert dans une autre page... Mais ce n'est plus un scoop du coup!
kéryma
  • 6. kéryma | 25/02/2015
www.babzman.com/2014/baba-merzoug-histoire-dun-exil/

Miliani2Keur, puisqu'il y a un doute, je suis allée sur ce site! Comme Chantal, je ne connaissais pas cette histoire du "canon Baba Merzoug".

Je vous signale les ami(ies), Djellal .. Qu'à la fin du texte, 'il est question de fut vert", bettiya khadra!

Lisez jusqu'au bout, je vous conseille de faire juste une surbrillance sur le lien et le tirer vers la barre recherche puis "entrée".

Kéryma,
Miliani2Keur
  • 7. Miliani2Keur | 25/02/2015
Bonjour Djillali

Il faut étre prudent, le "canon Baba Merzoug" semble étre un dossier monté de toute piéces, et ladite piéce ne reléve d'aucune authenticité, et semble etre une banale pièce de série comme en sortait en quantité Dar Ennhas (la forge authomanne) a Alger.
Les autorités du patrimoine se sont saisi de cette "affaire" finalement infondée..
bonne journée
Chantal
Merci Djillali pour cette leçon d'histoire tout à fait passionnante dont j'ignorais absolument tout. Il serait dommage que celle-ci ne soit pas largement diffusée dans différents médias car je crains de ne pas être la seule à ne pas la connaître. Selon le proverbe biblique : « Il faut rendre à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu ».

Ajouter un commentaire