S 5Retour dans mes Souvenirs

                               De Bab-El-Oued @ Miliana

Les rempart défensifs et leurs prédécesseurs

rt.jpgPar DEGHRAR Djillali, Ain Defla. AE-LFM
ddeghrar@yahoo.fr

Sans 39

Le poste de libéro fut indéniablement le casse pied des entraineurs, posséder un bon libéro. C’est avoir l’assurance de ses bases arrières, cela permet également de donner des ailes et réconforter beaucoup les attaquants.

131120feature3photo1 650 429

Bouguerra Madjid, dit le magique, « la tour infernale » Ce numéro 2 mais également polyvalent dans l’axe central de la défense. Véritable rouleau compresseur au Glasgow Rangers, à l’akhouiya comme aussi en équipe nationale. Il fut ce défenseur plein d’ingéniosité, doté d’une fougue et d’une ardeur extraordinaire le tout mélangé à une discipline et un caractère prodigieux. Il encourage ses copains, il est un très bon défenseur comme il peut aussi marquer des buts et faire la différence. Qualifié pour une seconde fois consécutive à la coupe du monde. Il est en fin de carrière, il peut faire des merveilles en équipe nationale comme au niveau de son club. Ce qui est vraiment regrettable, c’est de n’avoir point essayé de lui trouver sa véritable doublure. Lorsque Madjid quitte l’équipe nationale, il aura laissé un grand vide.

Haliche Rafik, La citadelle, fut lui aussi ce libéro coriace qui à lui seul avait fait douter la machine Egyptienne qui était au summum de sa réputation, il était résistant et un bon technicien qui avait fait baver non seulement les attaquants Egyptiens mais aussi et surtout les fans de l’Egypte, actuellement il est en manque de compétition. Cette situation peut lui provoquer beaucoup de blessures s’il n’arrive pas à entretenir sa forme convenablement. Actuellement, il patauge, il avait beaucoup régressé suite aux multiples blessures et surtout à sa mauvaise utilisation sur le terrain par ses entraineurs. L’Algérie est en train de perdre un élément de valeur sinon la perle rare du système défensif.

Karl Medjani, l’homme d’Ajaccio, un grand gabarit, calme et serein , une force herculéenne, il ne cesse de se soigner et parfaire son jeu comme sa technique, il travaille beaucoup, ceci l’avait considérablement aidé à se maintenir à un niveau lui permettant d’être titulaire.

Karl Medjani est aussi combatif et très rigoureux dans la relance, il lui manque ce petit chouia pour devenir invincible, il forme avec Belkalem un bouclier infranchissable ; il est également polyvalent et peut jouer convenablement au milieu de terrain et comme ses prédécesseurs :

Zitouni Mustapha : Surnommé aussi « le maître de cérémonie » à cause de son imposante présence, le meilleur défenseur de tous les temps, sa maîtrise et sa technique, son élégance de jeu, sur le terrain ou en dehors ont fait de lui un véritable gentleman il a joué à coté de grands noms du football mondial tels que les, Kopa, Shultz, Johnny Waines, Alfrédo Di Stéfano, (star du Réal Madrid-le plus grand avant centre de tous les temps). Il avait qualifié la France à la coupe du monde de 1958. Il est décédé dernièrement à Nice. Il était très malade et sa mort fut rapide et son enterrement fut presque anonyme presque incognito du bataillon.

Feu Hadefi Miloud : le libéro de charme, le Bekenbauer de l’Afrique, finesse et élégance, une vitesse d’intervention, son sens de l’interception et sa clairvoyance ont fait de lui le libéro le plus complet et cela malgré sa petite taille et son corps frêle, il était un défenseur unique et indispensable. En plus de cela, il avait cette coutume de vouloir ardemment respecter non seulement ses adversaires mais aussi le football dans toute sa grandeur. Il était l’enfant terrible du club Oranais qui est le MCO.

Feu Moha Hamid : où le rêve brisé, successeur de Ahmed Arrab, sa complicité avec Madani Mohamed avait forcé le respect des attaquants adverses, Hamid est intraitable sur les balles aériennes il fut emporté par une crise cardiaque au cours d’un match. Il laissa un grand vide au sein de la famille du Chabab de Belcourt à la suite de son décès.

Serrar : était un défenseur de cette race unique, très grand, pas très costaud mais très coriace et solide, il avait fait rebrousser chemin à pas mal d’attaquants chevronnés tels que par exemple : les Kalem, Fréha, Belkoudouci, Achour, Tahir, Gamouh et autres, il fut ce joyau qui récolta beaucoup de titre avec l’E.S.S (club Sétifien). Il fut également ce grand manager du club ESS qui en a gagné pas mal de titre sous sa présidence.

Belkalem Issaad : « La tour infernale », ce joyauoh combien nécessaire en équipe nationaleou dans son équipe la JSK. Actuellement il joue à l’étranger. Cette tour sur laquelle viennent se heurter les meilleurs joueurs du championnat, ceux de l’Afrique comme les adversaires de son nouveau club. Avec un gabarit impressionnant telle une véritable montagne. Il ne cesse de se perfectionner et de progresser afin d’atteindre le niveau souhaité. Avec un look de grands maitres, doté d’une coupe avec une chevelure à la samouraï et surtout son apparence avec des yeux pleins de défis.

Bouguerra, Haliche aussi Karl Medjani, avec l’apport d’autres valeurs sûres. Le Team National peut aller très loin dans les joutes continentales et mondiales.

L’Algérie avait tout le temps possédé ce type de défenseurs, d’ailleurs une équipe de football commence à prendre forme que s’ils en existent vraiment deux valeurs sûres à savoir un bon libéro et un bon inter gauche. Par le passé, cette donne fut vérifiable, et surtout, on le sait par expérience, A chaque fois que l’équipe nationale commence à se dessiner, c’est que il y’a forcément ces deux éléments indispensables réunis . Mekhloufi et Zitouni avec l’équipe du FLN, Lalmas et Moha avec l’équipe des années 70, Belloumi et Guendouz avec celle des années 80, Madjer et Keddou avec celle des années 90, Ziani et Haliche avec celle des années 2010. Bouguerra et Feghouli 2014.

C’est vrai que ces deux éléments donnent la forme, le fond de jeu, l’ossature et la silhouette nécessaire ensuite viennent se greffer les autres joueurs, c’est tellement incroyable mais vrai, les entraineurs peuvent justement nous éclairer sur cette appréhension ou ce mystère.

Par DEGHRAR Djillali

Ajouter un commentaire