Facebook the green dressing 3 Images 4

Gifasm uuwrpoesbptd1104

Les vieilles/ El 3djayez

Des relations femme/mère/belle-mère et homme/mari/fils

… Ou la difficulté de construire un couple dans les sociétés maghrébines tant la force d’un modèle ancestral d’organisation familiale/sociétal est prégnant, pesant. Un modèle dans lequel les femmes sont enfermées dans ces rôles avant tout de mères et par conséquent indisponibles pour d’autres tâches ou pour leurs maris, et les hommes dans leur rapport avec elles sont enfermés pareillement dans un rôle de fils avant tout, certes disponibles pour l’espace public pour des activités économiques, politiques qu’ils se réservent mais indisponibles pour une femme compagne. L’homme comme la femme se retrouvent tous deux enfermés dans des rôles contraints dont ils ont le plus grand mal à sortir quand ils tentent de construire une relation de couple basée sur la confiance, la compréhension, le soutien... Et c’est tout un système de rapports dominant (homme)/dominé (femme) qui se met en place. Un système très efficace grâce au travail de socialisation où la fille apprend les limites dès son plus jeune âge, là où le garçon apprend à s’affirmer et à affirmer sa domination dès son plus jeune âge également. L’incorporation profonde de ces pratiques, de ces rapports dominant/dominé se perçoit par la suite comme naturelle, et allant de soi.

La femme perpétue elle-même son propre assujettissement en se faisant le relais et le gardien du maintien de ce modèle une fois le statut de mère de garçon ayant une bru atteint. La mère exerce ainsi son autorité, sa domination sur la femme, sa bru en toute « légitimité » et cela aussi longtemps que cette dernière n’a pas atteint ce statut tant convoité de mère de garçons dans un système patrilignagère (type de filiation où l’ascendance paternelle prime) et patriarcal où l’homme est d’abord le fils de sa mère avant d’être le mari de sa femme. La domination de la femme-mère devient aussi psychologiquement celle de la femme-mère sur l’homme-fils.

L’entrée des femmes dans la vie sociale, économique, politique bouleverse considérablement le schéma de la structure familiale traditionnelle, et provoque résistance et opposition forte. Un problème bien complexe sur lequel il faudra se pencher sans faux-fuyants. Mais, si un problème aussi complexe n'est posé qu’en termes de statut de la femme, ce serait l’amputer d’une dimension capitale, essentielle, celle du statut de l’homme qui est indissociable de celui de la femme. Il n’y a pas un problème exclusivement féminin, mais un problème de rapport entre les sexes. C’est sur la nature de ce rapport qu’il faudra s’interroger.


Par Meskellil

Commentaires (2)

ferhaoui
  • 1. ferhaoui | 04/03/2015
bonjour tout le monde,bonjour p'tite soeur meskellil, bonjour 'amie liberte, suite au probleme de société!! chez nous!! d'abord, quelle est l'image que nous voulons véhiculer?? ... avouons- le, le monde change autour de nous. il évolue de manière visible et conséquente.toutes les conversations que j'entends trahissent une inquiétude profonde et douloureuse, et prete à se muer en épouvante : a quoi bon nous soucier de quoi que ce soit si un frisson de l'écorce terrestre peut nous anéantir?? l'ami ferhaoui, oran.
LIBERTE
  • 2. LIBERTE | 04/03/2015
Bonsoir Meskellil,
C est un sujet d une extreme importance qui exige un débat national . Se libérer des tabous qui retardent notre société et accéder à un niveau évolué de notre société est une urgence vitale . ..........Notre société est trés en retard ...........

Ajouter un commentaire